Archives de catégorie : vins et vignerons

Grand Tasting – Quelques photos samedi, 22 novembre 2008

Présentation des vins de la maison Drouhin. Ici le Laurène, Orégon 2005

Quatre millésimes d’Yquem pour plus de cent personnes, c’est une générosité à signaler.

Antoine Pétrus préparait le service des vins des Master Class. Il a mis des "écharpes" de fortune autour des cols de ces merveilleux vins de Guigal et de Gaja

Le Gaja Sperss 2004

Volnay Caillerets Ancienne cuvée Carnot Bouchard Père & Fils 1959 présenté lors de la prestigieuse dégustation couvrant 50 ans de vins qui ont marqué l’histoire

Les vins de la Master Class de prestige (voir texte)

Grand tasting – première journée vendredi, 21 novembre 2008

Le Grand Tasting se tient au Carrousel du Louvre et c’est la onzième édition du successeur du Salon des Grands Vins. De nombreux vignerons tiennent stand et font déguster des vins de haut niveau, et des séances de présentation sont de quatre familles, les bars gourmets, les ateliers gourmets avec un piano de haut niveau pour créer des accords mets et vins élaborés, les Master Class et les Master Class de prestige. Les programmes sont plus alléchants les uns que les autres, et ma première matinée commence par une séance intitulée : « les cinq producteurs au sommet ». Nicolas de Rabaudy rappelle l’histoire de ces salons dont il fut l’un des pères fondateurs, et Michel Bettane, Thierry Desseauve ou l’un des membres de leur équipe animeront les dégustations. Pour celle-ci, c’est Michel et j’ai la chance de pouvoir figurer à la table des présentateurs, tout au long de ce salon.

Les cinq producteurs au sommet ont été choisis par Michel et Thierry. Le Château Ducru-Beaucaillou 2004 a un nez très doux, capiteux. En bouche, ce sont des fruits noirs très doux comme la quetsche qui apparaissent. Le final est de poivre et d’un bois très bien dessiné, qui indique un beau potentiel de vieillissement dans la rondeur. Michel Bettane vantant les méthodes de sélection des grains de raisin dit de ce vin que c’est du caviar qui est mis en barrique.

Le Nuits-Saint-Georges Clos de la Maréchale domaine Jacques Frédéric Mugnier 2005 est présenté par Frédéric Mugnier qui représente la cinquième génération des propriétaires de ce domaine dont le dernier achat de vignes date de 1902 et c’est du Clos de la Maréchale qu’il s’agit. C’est un grand honneur qui nous est fait de nous présenter un 2005. Le nez est discret mais extrêmement subtil. En bouche, le fruit rouge poivré est magnifique de joie et d’expansion, ce qui résulte aussi bien du travail qui est fait que de l’année qui est magique. La perfection est associée au millésime. Le fruit rouge est enthousiasmant. C’est un vin d’une rare subtilité.

La Syrah Leone, Domaine Peyre-Rose Coteaux du Languedoc 2002 est présentée en l’absence de Marlène Soria. Le nez est particulièrement subtil et fin. C’est une belle surprise. La bouche est ample, ronde, portée par des fruits bruns et un beau poivre. Ce qui frappe, c’est l’équilibre et l’absence d’excès. L’astringence finale montre un potentiel de vieillissement. Le vin est un peu torréfié, méditerranéen. Il est délicieux à boire.

Le Château Rayas, Chateauneuf-du-Pape 1998 est présenté par Emmanuel Reynaud, gérant du domaine que sa famille possède depuis 1880. La couleur est très claire. Le parfum est racé, évoquant le porto. La fraîcheur est ce qui frappe en premier. Il y a des fruits jaunes et de la cerise blanche. Le vin est très capiteux tout en étant léger, ne révélant pas du tout ses 14,5°. Très fluide, il se présente plus vieux que son année qui est une grande année. Ce vin n’est pas un Chateauneuf-du-Pape, c’est un Rayas.

Noël Pinguet présente le Vouvray Le Mont Demi-Sec domaine Huet 2002. Son domaine est en biodynamie depuis vingt ans. Il considère que c’est le demi-sec qui représente le mieux la qualité du Vouvray. Ce vin est magnifique. Sa fraîcheur est extrême. Le sucre est discret et le final à l’acidité citronnée est frais. Litchi, citron vert, mandarine s’exposent subtilement. La pureté et la fraîcheur de ce vin sont enthousiasmantes. Ces cinq vins méritaient d’être mis en valeur en début du Grand Tasting.

La séance suivante est la présentation par Véronique Drouhin de trois Chablis et d’un vin de l’Oregon de la maison Joseph Drouhin qui est aussi en biodynamie.

Le Chablis Premier Cru Vaillons Joseph Drouhin 2007 a un nez discret. La robe est d’un jaune d’or assez soutenu. Ce vin très pur manque un peu d’ampleur. Il a un beau final avec des agrumes légèrement poivrés. C’est un vin équilibré. Le Chablis Grand Cru les Clos Joseph Drouhin 2006  a un nez beaucoup plus puissant. Il montre une belle minéralité. La bouche est ample, équilibrée. Le final est un peu astringent mais très subtil. La longueur est significative et charmante. C’est un vin qui donne soif d’en reprendre.

Le Chablis Grand Cru les Clos Joseph Drouhin 2002  a un nez plus doux et moins minéral que le 2006. Son goût est plus doux et plus flatteur. Véronique remarque que sa palette aromatique est plus large en 2002, alors que je préfère le 2006, car le 2002, dans une phase intermédiaire de sa vie, s’est un peu civilisé. Il offre des évocations de noisettes et d’amandes, avec un beau final.

Le Pinot Noir d’Oregon Laurène Joseph Drouhin 2005 est une belle surprise. Il titre 13,5°. Son nez est hyperpuissant mais pur. Le vin est gourmand, bon à boire, joyeux. Il est très bien fait, léger et frais en bouche. Ce vin déjouerait toutes les supputations s’il était dégusté à l’aveugle. Ce fut une présentation originale de quelques vins de la gamme très étendue de la maison Drouhin.

C’est Sandrine Garbay, maître de chai du château d’Yquem qui présente une verticale de Château d’Yquem. La salle de cette Master Class de prestige offrait 80 sièges. Il fallut à la hâte en rajouter vingt pour contenir une foule avide de déguster ce vin légendaire.

Le Château d’Yquem 2005 a un gras énorme. Il ressemble un peu à des pastilles acidulées qui chavirent le palais, tant on est confondu par la balance entre le sucré et la fraîcheur. On sent la perfection formelle de ce vin. Il y a du miel, du citron, des agrumes. Le fruit confit viendra plus tard et le sucre se dominera dans le goût riche de ce vin prometteur.

Le Château d’Yquem 1999 a un jaune déjà très doré. Le nez est intense, et la bouche est élégante. Ce vin se goûte bien. Le final est sucré, pâte de fruit. Son élevage a été de quarante mois, alors que depuis l’arrivée de Pierre Lurton au domaine, donc pour le millésime 2005 que nous venons de goûter, l’élevage a été réduit de dix mois. Ce 1999 est le meilleur de ceux que j’aie goûtés, ce qui montre le progrès au fil du temps.

Le Château d’Yquem 1996 a un  nez généreux. L’attaque est puissante et très équilibrée. Comme dit Sandrine, c’est un millésime académique pour le développement de son botrytis. Ce vin fait de mangues, de fruits confits et poivrés et d’oranges, au final très frais, est un archétype de l’Yquem historique. Sa fraîcheur est extrême.

Le Château d’Yquem 1989 a un or déjà foncé. Il est affirmé, très joli. C’est le seul qui montre des notes de thé, indice de la fusion du sucre dans le goût. La fraîcheur est extrême et l’amertume est belle. C’est le 1989 qui est le plus frais des quatre présentés. Nous avons animé le débat avec Sandrine sur les mets qui s’allient à Yquem en montrant de petites divergences comme j’avais pu le faire avec Alexandre de Lur Saluces lors de la récente présentation de Fargues. Ce qui compte au final, c’est la générosité du château d’Yquem et la possibilité qui a été donnée aux inscrits de boire quatre vins de légende.

xxx

Le Château Bahans Haut-Brion 2000 est le second vin de Haut-Brion. Il ne provient pas de parcelles différentes de celles du grand vin mais d’une sélection par la dégustation. Le nez est assez amer. Le vin est servi trop froid. L’amertume est forte au goût ainsi que l’astringence.

Le Château Haut-Brion rouge 1998 est un vin très élégant qui montre un saut qualitatif majeur. Il y a des fruits noirs et des notes mentholées. Il est magnifiquement fait, frais en final. C’est un vin très subtil.

Le Château Haut-Brion rouge 1995 qui nous est servi est bouchonné. Le deuxième est plus chaleureux mais il a une astringence qu’il ne devrait pas avoir. Il ne peut pas être jugé.

Jean-Philippe Delmas présente l’histoire du Château Haut-Brion, le plus ancien cru classé de Bordeaux, car il s’est appelé « cru » dès 1525. Jean-Philippe fait le vin pour la famille Dillon, à la suite de son père qui avait fait les vins depuis 1961.

Angelo Gaja devait présenter ses vins en même temps que Philippe Guigal présente les siens, mais il n’est pas venu. Philippe raconte l’histoire de La Côte Rôtie La Turque. Cette parcelle d’un hectare était la propriété d’un homme qui n’avait qu’un seul client : l’Elysée. Après de sombres histoires ce vignoble fut vendu à Vidal-Fleury où travaillait le grand-père de Philippe. Quand celui-ci, après avoir fondé la maison Guigal en 1946 racheta Vidal-Fleury, il inclut La Turque dans sa gamme. Cette terre de la « Côte Brune » n’a pas produit de vins pendant cinquante ans, aussi trouve-t-on des Turque d’avant 1935 ou depuis 1985, les vignes ayant été replantées vers 1980.

La Côte Rôtie La Turque 2004 a un nez poivré. Ce vin est poivre et fruit noir. Ce qui le caractérise, c’est une fraîcheur extrême. Le final est de mûre et de cassis. C’est un grand vin.

La Côte Rôtie La Turque 1998 a un nez de framboise, de fruit rose et de pâte de fruit. Son goût est joli, fruité, de fruits rouges ou roses comme les framboises. Le final est assez astringent et la fraîcheur est extrême.

Les vins d’Angelo Gala sont des Barolos, mais comme ils n’ont pas 100% de cépage nebbiolo, ils n’ont pas le droit à l’appellation. Angelo a découvert que l’ajoute de 5 à 10% de barbera profitait à son vin. Se souciant comme d’une guigne des obligations, il a fait le vin que nous dégustons, baptisé Sperss, qui veut dire nostalgie.

Le Sperss Gaja 2004 a un nez d’une race étourdissante. Très doucereux en bouche, doux, il est d’une belle astringence. Noble et généreux, il a des points communs avec le Guigal de la même année. Le vin est ample, coloré, complexe dans ses teints veloutés. Il appelle la truffe blanche dont il évoque le goût. Michel précise que 2004 est un millésime exceptionnel dans le Piémont, comme l’est 2005 en France. Le fumé de truffe est charmant.

Le Sperss Gaja 1996 a une couleur très noire et un parfum très profond. La rondeur est immédiate et l’astringence est forte. Michel parle de cèdre et de tabac. Grand, puissant et rond c’est un vin très fort, différent et distant de La Turque 1998. Ce vin qui évoque encore plus la truffe blanche est un vin impressionnant. Il se trouve que Gaja et Guigal présentent souvent leurs vins ensemble par amitié et aussi pour partager les frais de ces expositions. Ils nous ont offert quatre vins d’un immense plaisir.

Idealwine a retenu une centaine de leurs principaux clients ou correspondants et Angélique de Lencquesaing m’a fait le plaisir de m’inviter. Les vins présentés sont spectaculaires, mais pensant au dîner qui m’attend je ne goûte qu’un champagne William Deutz 1998 fort bon et bien structuré. Je salue des amis présents et m’éclipse vite pour me rendre au dîner de jubilé d’un ami.

dîner de l’Académie de France au restaurant Laurent mardi, 18 novembre 2008

L’académie du Vin de France, fondée en 1933 par Curnonsky fête son 75ème anniversaire à son siège social, le restaurant Laurent. Cette académie est à l’origine de l’I.N.A.O. fondée en 1935. Yves Bénard, président de l’I.N.A.O. et son épouse sont présents à cette manifestation. L’après-midi fut studieuse et se termina par un exposé d’Erik Orsenna sur un sujet étrange pour l’académie : « l’eau », sujet d’un livre important de l’orateur. A vingt heures, les amis de l’académie, dont je fais partie, rejoignent les académiciens et leurs épouses pour l’apéritif. Contrairement aux années précédentes, on ne déguste pas le millésime récent des académiciens. Est-ce la rigueur des temps ou celle des agendas, cette phase très instructive est gommée. Sur des vins divers de quelques régions nous bavardons et trinquons. Une fois de plus Bernard Pivot me fait part de son étonnement admiratif pour la passion qui transpire dans mes écrits. On peut comprendre que son soutien me fasse plaisir. Les discussions sont chaleureuses avec beaucoup de vignerons que j’apprécie.

Nous passons à table. Je suis à la table du président de l’académie, Jean-Pierre Perrin, assis à la droite d’Aubert de Villaine qui voisine avec Jonathan Nossiter, côte-à-côte avec son artiste vedette de « Mondovino », Hubert de Montille. Notre table compte aussi Yves Bénard, un vigneron italien qui fait des Barolos et Barbarescos, Jean-Marc Roulot et les épouses de plusieurs convives de cette table. Je rappelle à Jonathan que nous étions vus à la première présentation de Mondovino en France, sous l’égide de la Revue du Vin de France, et il en a un souvenir amer, croyant encore qu’on avait voulu le priver de la faculté de répondre aux propos des participants alors que je pense encore qu’il s’agissait d’une simple erreur matérielle. La douleur est toujours vive, mais le Nossiter avec lequel nous parlons ce soir est serein, calme et pondéré. Le voir au sein de ce qu’on pourrait considérer comme un lobby des puissants est assez étrange. Son ouverture d’esprit est beaucoup plus grande que ce que son film partisan laisse entrevoir.

Le président Jean-Pierre Perrin fait toujours des discours forts et pleins de sens. Une phrase qu’Aubert et moi notons à la volée nous laisse tous les deux cois : « les valeurs qui font progresser l’humanité ne sont pas les mêmes que celles qui la font durer ». Voilà un sujet d’examen ou de concours qui pourrait donner lieu à de nombreux développements. Yves Bénard prononce quelques mots pour préciser les liens entre les deux organisations. Périco Légasse dont le franc parler est légendaire dira en aparté en fin de repas qu’il aimerait que l’académie monte plus au combat dans des temps où le vin est attaqué.

Voici le menu préparé par le restaurant Laurent : palette de légumes raves relevés d’huiles aromatiques et épicées / noix de Saint-Jacques légèrement blondies servies dans un consommé clair, pleurotes et borage / épaule d’agneau confite, légumes aux épices d’un tajine, côtes grillotées / saint-nectaire / mille-feuille à la mangue et au piment d’Espelette. Je ferai compliment de ce repas remarquable.

Le premier vin est fourni par un nouveau membre de l’académie, un Côtes de Provence Château La Tour de l’Evêque blanc 2007 de Régine Sumeire. Aubert de Villaine aime sa précision. Très jeune, citronné, il a les variations chromatiques des arômes de sa région et la palette kaléidoscopique des légumes lui fait pianoter ses saveurs. Un peu puissant pour moi, il est un bel exemple des vins de sa région. Les légumes souterrains sont délicieux et subtils.

Le Meursault « Les Tessons-Clos de mon plaisir » 2004 de Jean-Marc Roulot laisse exploser un parfum d’une envahissante présence. Ce nez est minéral et très meursault. En bouche, le vin est d’une précision chirurgicale. Il a de la force de l’acidité, un final puissant mais assez ramassé et des allusions de poivre. C’est surtout sur le consommé que je le sens vibrer.

Le Crozes-Hermitage Alain Graillot 2001 est aussi trop jeune pour exprimer tout son talent, comme les vins précédents, mais peut-être est-ce mon palais qui est aujourd’hui plus sensible à ce qu’ils pourraient être dans un futur qu’il faudrait leur laisser. Mon voisin italien trouve un côté graphité à ce vin plaisant mais un peu grillé. Ce qui est merveilleux, c’est que le plat le dope, et ce sont surtout les à-côtés délicieux et subtils qui entourent l’agneau qui l’émoustillent et le rendent vibrant.

Le nez du Château Montrose 1998 est d’une grande race et d’une rare subtilité. Aubert de Villaine a du mal à entrer dans ce monde bordelais car il est rare de finir les rouges par un bordeaux. J’aime sa trame très fine de vin très jeune. Il mange les gencives tant il est jeune ! Le saint-nectaire est délicieux, mais je remarque une infime saponification qui apparaît du fait du mariage du fromage et du vin. L’astringence de ce Montrose réussi est intelligente.

J’aurais dû faire breveter l’usage des mangues avec Yquem, car c’est un accord quasi obsessionnel dont mes amis moquent mon insistance. Le Château d’Yquem 1996 est servi à une température absolument idéale qui rend le vin frais malgré sa sucrosité. Ce n’est pas le plus inventif des Yquem mais il brille ce soir au-delà de ce que j’aurais imaginé.

Suivant la tradition, Jacques Puisais donne ses impressions sur ce dîner qu’il compare à une pièce de théâtre qu’on ne revivra plus jamais. Il dit des vins que nous écoutons leurs derniers cris, pour montrer que le destin d’une bouteille s’arrête dès lors qu’elle est bue. Avec son lyrisme inénarrable et truculent il décrit chaque plat et chaque vin avec une poésie bachique, érotique et gourmande. Du repas en cinq étapes, la première scène est la fraîcheur, la deuxième la volupté, la troisième « le bienheureux », la quatrième n’est pas nommée mais elle évoque les trois ferments, vin, pain et fromage et la scène finale avec l’Yquem est la ronde qui reçoit les bontés du monde.

Sans vouloir imiter cette éloquence brillante et débridée je dirais que ce soir la vedette aura été aux plats. Alain Pégouret a traité les légumes avec une fraîcheur d’esprit rare. La chair de l’agneau est magique et toutes les cuissons ont été d’une précision exemplaire.

Les discussions se poursuivirent longtemps. Comme chaque année nous renouvelons des promesses de rencontres, tant avec Jacques Puisais qui veut me faire découvrir des vins de Chinon que je ne connaîtrais pas qu’avec Périco Légasse avec lequel je dois partager des flacons rares qu’il a gardés sous son aile.

 L’originalité fut de pourvoir discuter avec Jonathan Nossiter. La satisfaction fut de pouvoir échanger avec des vignerons que j’estime. Ce fut un très beau dîner de l’académie du vin de France en un endroit voué à la gastronomie.

Académie du Vin de France – les photos mardi, 18 novembre 2008

Belles décorations florales du restaurant Laurent

Les vins du dîner de l’académie

Chateau La Tour de l’Evêque Côtes de Provence 2007 et Meursault Les Tessons, Clos de Mon Plaisir Domaine Roulot 2004

Crozes-Hermitage Alain Graillot 2001 et Chateau Montrose 1998

Chateau d’Yquem 1996

merveilleuse entrée de légumes

a

dessert à la mangue

Plusieurs millésimes de Fargues présentés par Alexandre de Lur Saluces jeudi, 13 novembre 2008

L’EDHEC, grande école commerciale de Lille et Nice invite des représentants de grandes entreprises au Press Club de France à Paris. Dans un salon aux lambris dorés, Alexandre de Lur Saluces, ancien élève de cette école, présente les vins de son vignoble : Château de Fargues. Lorsqu’il avait fait une présentation de ses vins à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il m’avait demandé d’être à ses côtés pour parler de vins anciens. Cette soirée s’était bien passée aussi Alexandre m’a gentiment offert de recommencer notre duo.

Le Comte de Lur Saluces donne des indications sur l’histoire, les vignes, le botrytis et nous commençons à goûter les vins dans l’ordre chronologique ce qui n’est pas évident. Le Château de Fargues 2001 a un nez intense. Il évoque avec une évidence criante l’abricot confit et le coing. Il est plein en bouche et son final est assez court. Le sucre est très apparent, ce qui s’estompera avec le temps. Ce vin est riche de promesse et on sent en lui un parfum d’éternité. Mais contrairement au Château d’Yquem 2001 qui est impérial dans sa prime jeunesse, le Fargues devra attendre encore quelques années pour devenir ce qu’il promet.

Le Château de Fargues 1997 affiche d’emblée un accomplissement plus abouti. Il est moins chien fou. Son année est toute en finesse avec moins de fruits confits et plus de fruits blancs. On sent une légère pointe de poivre. Le final est beaucoup plus élégant et persistant que celui non encore formé du 2001.

Le Château de Fargues 1988 a une robe plus foncée. Le nez est un peu plus fermé mais riche. En bouche il est d’une belle ampleur. Il est plus cousin du 2001 que du 1997. Le final est superbe, riche et glorieux. C’est un très beau vin aux fruits très dorés. Son final est magnifique.

Le Château de Fargues 1986 a un nez plus discret. Le vin est plus effacé et plus limité. C’est pour lui difficile de passer après le 1988. Il est bien sûr globalement plaisant et frais, mais moins élégant dans ce registre que le 1997. Mon classement serait : 1988, 1997, 1986, 2001 ce qui ne préjuge en rien du potentiel de ces vins mais de leur prestation de ce soir.

Entre deux commentaires d’Alexandre, je parle de vins anciens et de gastronomie ce qui intéresse manifestement l’auditoire, la vedette restant aux beaux vins de Fargues.

La direction de l’Edhec remercie l’audience qui se sépare et nous invite à un repas en petit comité dans une jolie salle à manger, aux mêmes lambris dorés. Le menu, conçu pour le vin de Fargues et joliment réalisé par la cuisine du Press Club est : marbré de foie gras, compotée de figues au coulis de balsamique / Albarine de volaille, pommes de terre rissolées et champignons, sauce au sauternes / le blanc-manger à la cannelle, poire rôtie.

Sur ce dîner, le Château de Fargues 2000 est assez léger et je lui ai trouvé un cousinage très fort avec Yquem 2002. Le Château de Fargues 1990 est absolument splendide, glorieux, et ce sera pour moi le vin de la soirée. Riche, épanoui, joyeux, il profite d’être présenté au cours d’un repas, ce qui change d’une dégustation avec de petits canapés. Le dessert convole bien avec le Château de Fargues 1986 que nous avions déjà bu dans la grande salle.

Mes avis sur les accords mets et vins ne coïncident pas toujours avec ceux d’Alexandre, ce qui rend nos échanges passionnants. Une très belle soirée en hommage à l’un des plus beaux sauternes, fait par un vigneron de talent qui a apporté beaucoup à Yquem et à Fargues.

Les mots et les vins – photos mardi, 21 octobre 2008

La très jolie vaisselle du George V

La décoration florale est un des trésors de ce lieu magique

Olivier Barrot reçoit Laurent Gaudé

Eric Beaumard reçoit Thomas Duroux

Le très agréable champagne Diebolt Vallois

Le menu d’Eric Briffard

Champignons d’automne en marinade acidulée aux raisins, qui n’allaient pas bien avec le vin

Crackers à la fondue d’aubergine délicieux avec l’Alter Ego de Palmer 2004

Dos de saumon sauvage mi-cuit au laurier, comme une meurette, à la cuisson sublime

Foie gras de canard vendéen snacké au gingembre, crème de lentilles vertes

Canard au sang « duclair » rôti à la cannelle cassia, figues de solliès au jus de sureau, cuisse fondante en pastilla

Poire pochée au vin rouge, granité à l’hibiscus.  Il eût fallu un champagne rosé !

Eric Briffard est venu s’installer à notre table, tout sourire. Ici, il est attentif aux propos de Laurent Gaudé.

 

« les mots et les vins » célèbrent Chateau Palmer mardi, 21 octobre 2008

Olivier Barrot et Eric Beaumard organisent en duo des dîners sous le label : « les mots et les vins » au salon anglais de l’hôtel George V. Ce soir, Olivier reçoit Laurent Gaudé, lauréat du prix Goncourt 2004 pour son dernier livre « La Porte de l’Enfer ». Et Eric reçoit Thomas Duroux, directeur général de Château Palmer qui présente ses vins.

A l’apéritif nous bavardons en compagnie d’un champagne Diebolt-Vallois Brut Prestige non millésimé délicat, très féminin, floral, aux tons de groseille blanche. J’adore les champagnes d’un vigneron que j’apprécie.

Eric Briffard chef des cuisines depuis seulement quatre mois a réalisé un menu qui est une leçon de cuissons : champignons d’automne en marinade acidulée aux raisins, crackers à la fondue d’aubergine / dos de saumon sauvage mi-cuit au laurier, comme une meurette / foie gras de canard vendéen snacké au gingembre, crème de lentilles vertes / canard au sang « Duclair » rôti à la cannelle Cassia, figues de Solliès au jus de sureau, cuisse fondante en pastilla / poire pochée au vin rouge, granité à l’hibiscus.  

L’Alter Ego de Palmer 2004 a un nez de bombe, d’une énorme densité. Le vin est de couleur noire. Quand le vin s’installe dans le verre, le nez s’adoucit. Le goût est précis, net, droit, mais on mesure un certain manque d’ampleur car nous attendons Palmer bien sûr. La marinade acidulée ne va pas du tout avec le vin alors que le cracker subtil fait dialogue avec l’Alter Ego.

Le Château Palmer 2000 a un nez de compétition. On ne sent pas un gramme de défaut. En bouche le vin est superbe, d’une rare jeunesse. Il y a du cassis, du poivre, auxquels s’ajoutent une pureté et une joie de vivre remarquables. Thomas Duroux a très peu bu ce vin car il est conservé en attente au château. Le tannin est fin, le grain est serré, et l’on prend du plaisir même si l’on sait que dans dix ans ou plus ce vin sera spectaculaire. Le saumon est fondant et l’œuf de caille est précieux. L’accord est d’une grande finesse, sans effet ostentatoire.

Le nez du Château Palmer 1998 est d’une pureté exceptionnelle. Il faut dire que la température de service des vins est idéale. La finesse du nez est plus grande que pour le 2000. Le vin est raffiné, charmeur en bouche, et de façon fugace, je ressens des allusions très bourguignonnes de framboise. Il y a du bois et du poivre qui ajoutent à la sensualité du vin. L’année ayant été une réussite pour les merlots, ce Palmer ne faillit pas.

Le foie gras est génial, d’une texture magique. Fort curieusement après quelques minutes le 1998 se renferme dans sa coquille, devenant plus court, au charme moins marqué.

Thomas nous a fait un cadeau exceptionnel car le Château Palmer 1990 nous est servi en impériale. Si l’on s’intéresse quelque peu aux transactions internationales de vins de grands formats, ce cadeau n’a pas de prix. Le nez du 1990 est superbe de subtilité et l’on mesure une constance de ce domaine, qui est la perfection des parfums. Thomas constate que l’impériale ralentit l’effet du vieillissement et que le vin a pris de l’étoffe. Je le trouve un peu austère, très jeune, très vert, mais il a tout ce que j’adore dans ce millésime chéri. Le final a une légère amertume et l’on sent contrairement aux autres vins qui le précédent une absence totale de bois. L’accord avec la sauce du canard est grandiose.

Je prends un plaisir fort avec ce vin portrait de son année. Le 2000 vers lequel je reviens est plus joyeux et plus plein, mais le 1990 aux accents légèrement plus austères me plait encore plus car l’âge lui a donné un équilibre remarquable.

Eric Briffard est venu s’asseoir à notre table, commentant les plats et prenant plaisir à déguster les vins. Il est resté très longtemps avec nous, joyeux de disposer d’un des plus beaux endroits imaginables pour exprimer son talent, dont la prestation de ce soir est une éclatante démonstration.  

dix millésimes de Haut-Bailly au restaurant Taillevent lundi, 6 octobre 2008

Le Château Haut-Bailly organise un déjeuner de presse au restaurant Taillevent. Dans cette merveilleuse salle lambrissée dont je commence à devenir un pensionnaire, les journalistes les plus lus ou écoutés sur le vin en France sont rassemblés autour de Robert G. Wilmers, propriétaire du château depuis 1998, et de Véronique Sanders, l’âme de cette prestigieuse propriété. Le prétexte est de faire le point sur dix millésimes depuis la reprise, pour voir le travail accompli. Dans le petit salon chinois, nous commençons à « travailler » puisqu’on nous propose La Parde de Haut-Bailly 2006, second vin au nez frais et poivré, avec une pointe d’anis étoilé. L’astringence et l’amertume ne sont pas gênantes, et l’on apprécie un vin assez strict, charnu au final de belle jeunesse. Le Château Haut-Bailly 2007 est tiré de fût où il poursuit son élevage. Son nez apparemment discret ne peut cacher l’intensité du vin. On perçoit en bouche de la myrtille et du bois. Il est presque floral. Le final est plaisant, mais laissons à ce bambin le temps de s’assembler encore. Il m’évoque les années en « 7 » et surtout le 1987. Il s’anime sur des gougères, tradition du lieu. J’aime assez ce 2007 qui n’est pas trop puissant.

Le rosé de Haut-Bailly 2007 correspond à une demande à l’exportation. Je ne pleurerai pas trop longtemps sur cette fuite hors de nos frontières, car même s’il est bien fait, c’est un rosé, vin pour lequel je n’ai pas développé, sauf de rares exceptions, un amour profond.

Nous passons à table et Véronique rappelle les conditions du rachat à sa famille et la confiance spontanée de son grand-père à l’endroit de Robert G. Wilmers, lorsqu’il était candidat à l’achat du château. J’ai pu repérer pendant les repas les regards de Véronique vers le propriétaire, emprunts d’une grande confiance et d’une belle connivence.

Le menu préparé par Alain Solivérès et Manuel Peyrondet est très adapté à la mise en valeur des vins subtils de Haut-Bailly : amuse-bouche à base de cèpes / tarte fine aux cèpes / selle d’agneau piquée à la sarriette, pommes de terre sautées et oignons / fromages de nos provinces / tarte renversée au chocolat.

Nous allons goûter tous les millésimes de 1998 à 2006. Le Château Haut-Bailly 1999 est manifestement rendu joyeux par les champignons. Il est délicieux, très épanoui, large, intelligent. Le Château Haut-Bailly 2002 a une attaque plus légère mais son final est fort. J’aime aussi l’intensité du final du 1999. Le Château Haut-Bailly 2003 est élégant, un peu strict avec une légère amertume. On sent qu’il a besoin d’un plat. A ce stade, l’ordre de mes préférences est : 1999, 2003, 2002, alors que Véronique Sanders dit que le plus léger des trois est le 1999. Il se trouve qu’il me procure plus de plaisir du fait de son évolution. Dans le verre, les 2002 et 2003 s’épanouissent, largement aidés par les cèpes, mais le 1999 continue de me plaire.

La deuxième série comprend le Château Haut-Bailly 2000 au nez absolument merveilleux, d’une grande race. Le nez du Château Haut-Bailly 2004 est plus discret et celui du Château Haut-Bailly 2005 est résolument différent, beaucoup plus puissant. Le 2000 a un goût très plaisant. Sa petite amertume joue surtout sur le final. Il a une joie qui s’estompe assez vite. Le 2004 est très joyeux, très pur. Son fruit est beau. Il est bien construit, doté d’un beau final. Du fait de l’année, il manque un peu de charme, même si sa construction est réussie. Le 2005 est brillant, puissant, généreux, pur et droit. Il y a du poivre et du bois, au sein d’un bel équilibre. C’est objectivement un grand vin.

Le poivre du 2004 est exacerbé par le plat. Le 2000 a de l’élégance. Il est charmeur et équilibré dans toutes ses composantes. Le 2005 est parfait. C’est un vin naturellement doué et tout en puissance. Le 2004 fait jeu assez égal avec le 2000, aussi mon classement de cette série est : 2005, puis ex aequo 2000 et 2004.

Le Château Haut-Bailly 1998 a un nez très différent des autres. Il y a en lui des signes d’un début de maturité, à ne pas confondre avec un début d’évolution. Le Château Haut-Bailly 2001 a un nez très séduisant et subtil. Le 1998 est déjà bien avancé dans son adolescence, bien rond et poivré, manquant un peu d’opulence, mais je l’aime bien. Il convient de dire que chacun de ces vins a le style Haut-Bailly que j’apprécie particulièrement, fait d’élégance discrète, exactement comme celle qui caractérise  la vigneronne qui le fait. Le 2001 est assez gras, ce qui est plutôt inhabituel. Il est velouté et je le trouve très différent des autres, ne manquant pas d’intérêt.

Sur le saint-nectaire qui lui va comme un gant, le 1998 se simplifie et c’est très beau. Le 2001 d’un bel équilibre forme avec le 1998 un couple cohérent.

Le Château Haut-Bailly 2006 a un nez très jeune de la même veine que celui de La Parde. En bouche il est très rond, plein, de grande beauté. Il a beaucoup de fruit et d’âpreté. Chaleureux, charmeur, ce vin a toutes les qualités.

C’est assez difficile de faire un classement des vins que nous avons bus, tous charmants pour leur millésime, mais je me risquerais à le faire ainsi : 2005, 2006, 1999, 2000, 2004. Celui dont la place est la plus inattendue est le 1999 dont j’ai aimé le caractère viril et inhabituel. Beaucoup de mes voisins ont aimé le 2003 plus que moi et Manuel Peyrondet, le sommelier de Taillevent qui a préparé l’événement et choisi avec succès l’ordre de passage, n’a pas du tout mordu au 2005 qu’il a du mal à accepter à ce stade de son évolution. Ceci prouve que les goûts et appréciations peuvent varier.

Véronique Sanders voulait montrer le travail accompli sur dix ans sous son autorité, avec la confiance de son propriétaire. La démonstration est réussie car le style authentique de Haut-Bailly a été préservé et les améliorations techniques qu’elle a mises en œuvre ont permis de gagner en précision et en richesse. Véronique, enceinte de près de huit mois se prépare à donner la vie à un enfant. Elle pourra le faire dans la sérénité, car son autre bébé, qui se recrée chaque année est un bébé dont elle peut être fière, l’un des plus constamment plaisants de la planète des vins de Bordeaux.

déjeuner de presse pour 10 ans de Haut-Bailly – photos lundi, 6 octobre 2008

Le rosé de Haut-Baillé est écrit "rose", ce qui peut donner lieu à de charmantes confusions :

Quelques bouteilles mises en carafe avec l’indication de l’année. Les verres de la verticale avec l’année indiquée sur le pied.

Le sourire légendaire de Véronique Sanders, l’âme de ce vin, dont l’élégance lui ressemble

Le maître d’hôtel de Taillevent est cruellement tentateur en venant nous mettre ces merveilles sous les yeux :

Petite entrée aux cèpes et tartelette aux cèpes

selle d’agneau piquée à la sarriette, pommes de terre sautées et oignons

Vins de Trimbach à la Maison de l’Alsace lundi, 6 octobre 2008

Autour de moi on évoque une dégustation à laquelle plusieurs des journalistes vont se rendre : les vins du domaine Trimbach à la Maison de l’Alsace. Je n’étais pas invité et j’ai gentiment « grondé » Jean Trimbach. Un grand buffet est animé par Bernard Antony, prince des fromages affinés, et l’on peut (on doit), goûter toute la gamme du domaine Trimbach.

Pensant au dîner que j’aurai ce soir je ne goûte que quelques vins : un Pinot Noir réserve, cuve 7, Trimbach 2005 qui est très plaisant pour un rouge alsacien, le Riesling Cuvée Frédéric Emile, Trimbach 2004, 2002 et le magnifique 2001. Je découvre le Riesling Clos Sainte Hune 2002 qui sera commercialisé en 2009 et promet déjà, suivi du légendaire Riesling Clos Sainte Hune Trimbach 1976 que j’ai bu de très nombreuses fois.

Le Gewurztraminer Cuvée des Seigneurs de Ribeaupierre Trimbach 2001 est une institution, et finir ce tour rapide par le Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles Trimbach 2001 est comme finir sur un délicieux bonbon. C’est une dégustation dans la bonne humeur de grands vins alsaciens.