Archives de catégorie : vins et vignerons

Invitation aux Caves Legrand dimanche, 5 octobre 2003

Invitation aux Caves Legrand, ce lieu qui possède la compétence, une offre rare et une galerie couverte qui invite à festoyer et à fêter le vin. On est là pour déguster le Cheval des Andes 2001, vin argentin auquel Pierre Lurton a apporté la contribution de son immense savoir faire, forgé à Cheval Blanc. Le vin a un nez superbe, profond. Le goût est déjà opulent mais très court. On imagine très bien que dans 8 à 10 ans il sera grand. Mais quel consommateur aujourd’hui, et quel caviste est prêt à le laisser vieillir? Je goûte aussi des vins produits par l’oenologue argentin du Cheval des Andes, vins de Tarrazas de los Andes. Un Malbec 1999 ne me plait pas car trop moderne alors qu’un restaurateur ami le trouve à son goût. Je préfère le Cabernet Sauvignon 1999, car son amertume et sa sécheresse font plus ressortir le terroir que le Malbec, trop doucereux et flatteur. Initiative heureuse des dynamiques animateurs de cette belle cave. Ce serait sans doute intéressant d’acheter ce Cheval des Andes pour voir comment il vieillira. Je pressens une très heureuse surprise.

Déjeuner au Château Sainte Roseline vendredi, 4 juillet 2003

L’occasion m’est donnée d’un déjeuner avec les propriétaires de Château Sainte Roseline, un domaine réputé des Côtes de Provence. Je suis reçu par un homme délicat, fin, qui parle avec justesse de la vie, de ses choix et de ses goûts. J’ai rarement vu un couple avoir autant de sens artistique. L’argent aide bien sûr, mais on ne peut atteindre une telle réussite de décoration dans les détails et dans le tout que si l’on a une réelle sensibilité artistique.

La chapelle Sainte Roseline est un petit bijou. Simple de construction elle porte au recueillement. Des sculptures de Giacometti s’insèrent élégamment, et un mur décoré par Chagall dans cet écrin si vieux me rappelle le délicieux choc que j’avais ressenti quand Chagall avait osé le plafond du palais Garnier. Dans le cloître où vivent mes hôtes, la décoration particulièrement réussie de Vilmotte, l’homme qui a relooké le restaurant Guy Savoy – entre autres – a créé un lieu de vie où tout est art, sensibilité, appel à l’excellence. On comprend qu’ici on ait envie de faire un grand vin.

Après la visite des imposants investissements consentis dans le domaine, nous buvons un honnête blanc puis un joyeux rosé bien typé, qui acceptait bien une température un peu chaude exhalant de belles qualités. Puis, nous déjeunons avec la Cuvée Prieuré Château Sainte Roseline 2001, fruit du travail fait avec Michel Rolland, cet adjuvant subtil des tendances modernes. Il y a du bois là dedans, et beaucoup d’alcool : 14°5. Mais il y a aussi une belle race de vin.

Comme j’ai eu l’occasion de parler de vins anciens, on a la gentillesse d’ouvrir pour moi un Sainte Roseline 1988 et un 1983. Le 1988 ne convaincra personne de sa légitimité, mais le 1983 est une petite merveille. Une réussite avec un fruit, un terroir absolument charmants. Ceci prouve de façon absolue que ce domaine possède une terre exceptionnelle. Car ce vin a été fait avant que le propriétaire actuel ne recrée tout. Si un vin de 20 ans montre un tel talent, le château Sainte Roseline peut se permettre de jouer le terroir au moins autant que le modernisme et l’extrême des techniques. Ce que j’ai ressenti d’un couple charmant, artistique, et doué d’une imagination rare me fait penser que ce domaine va nous ravir par des vins de talent et sans concession. J’y ai passé une visite chaleureuse qui me conduira à m’intéresser à en suivre les succès.

Dans le petit port où après les balades en mer je converse avec les natifs, à l’heure où l’ombre des tamaris sent fort l’anisette, racontant cette aventure, une douce grand-mère qui connaît chaque roche, chaque vague, chaque courant, me dit d’un ton discret qu’elle a du Château Sainte Roseline 1953 dans sa cave. Il va falloir que je devienne Surcouf et Don Juan pour séduire la belle et ravir ce 1953 que j’aimerais partager avec ceux qui m’accueillirent en leur domaine de si délicieuse façon.

 

 

Dégustation au siège du champagne Salon jeudi, 26 juin 2003

Peu de temps après je me rendais au siège du champagne Salon, mon chouchou déclaré. Il jouxte le champagne Delamotte dont j’ai pu déguster aussi quelques beaux spécimens. Comme il s’agissait d’une visite privée je n’en dirai pas beaucoup plus, sauf de signaler une générosité particulière qui m’a permis d’avoir accès à de vénérables bouteilles dont j’imagine que l’ouverture est peu fréquente. Ce champagne vieillit bien, les prix des anciens millésimes sont astronomiques. Mais ces raretés gustatives méritent que l’on brise quelques tirelires, qu’on rançonne sa grand-mère ou qu’on nettoie des pare-brises aux feux rouges pour pouvoir se les offrir.

Cocktail au château d’Yquem mercredi, 25 juin 2003

A peine réveillé de ces agapes je vole vers Bordeaux pour me rendre au cocktail que le château d’Yquem organise au moment de Vinexpo.

Fouler les allées du château, entrer dans cette cour carrée apaisante, contempler les vignes alignées en pente douce, imaginer le jus futur, suivre l’évolution des couleurs des feuilles lors d’un long soir d’été, tout porte à l’émerveillement d’enfant que je ressens à chaque fois. Le Krug grande cuvée apaise la soif de cette région qui vient de subir un coup de chaud climatique inhabituel. La Grande Dame 1995 de Veuve Cliquot est plus typé. C’est un champagne délicatement expressif. Ces deux champagnes préparent à la prise de connaissance du tout nouveau Yquem, le 1998. C’est un bambin qui marche déjà bien sur ses jambes. Très équilibré, moyennement puissant, il n’est pas très typé. Il correspond bien à la définition d’Yquem, et vieillira sagement, pour faire dans trente ans un Yquem orthodoxe. Mais si on le boit plus jeune, on ne commettra pas de crime, car il est déjà un grand vin de plaisir. Je retrouve quelques amateurs passionnés et quelques producteurs amis. Les soirées à Yquem ont le charme de leur vin. J’y succombe sans modération.

 

 

de grands formats d’Yquem 1983 mardi, 24 juin 2003



Une de ces impériales a été bue lors de mon anniversaire, fêté au George V sur une cuisine de Philippe Legendre.

File date :
Camera make :
Camera model :
Date/Time :
Resolution :
Flash used :
Focal length :
Exposure time:
Aperture :
Whitebalance :
Metering Mode:
Comment :

une main et Cheval Blanc 1947 dimanche, 2 mars 2003

Au Salon des Grands Vins, j’ai un stand pour que l’on parle de mes dîners. J’y fais aussi des conféreences avec des experts et sommeliers brillants.

Sur mon stand, que puis-je exposer ? Des bouteilles vides, hélas !

Il y a un magnum de Cheval Blanc 1947.

Une charmante dame vient me voir et me dit qu’elle est une des anciennes propriétaires de Cheval Blanc, vendu il y a seulement quelques années.

Et pour me montrer qu’elle dit vrai – ce dont je ne doute pas, elle pose sa main près de l’étiquette, car l’écusson sur sa bague est celui de Cheval Blanc.

SALON DES GRANDS VINS jeudi, 27 février 2003

Le Salon des Grands Vins constitue l’un des événements majeurs de la dégustation publique de vins de prestige. Je vais en raconter quelques petites anecdotes.
A l’entrée, une table artistiquement luxuriante dont le charmant désordre a été créé par Pascal Morabito. Une autre table à l’ordonnance plus orthodoxe butinée par des papillons, structurée sur des couverts et vaisselles de haute qualité. Tout cela crée une ambiance de fête de haut niveau qui sied au message des producteurs présents.
Des conférences passionnantes où les producteurs sont plus techniques que jamais et les experts plus experts que jamais. La générosité de certains domaines est quasi sans limite. Des Cheval Blanc de très bonne facture (96/98) et un second vin 2000 qui n’était pas à mon goût : les grands Bordeaux qui veulent imiter le Roussillon ou le Chili ne seront pas forcément gagnants (question de goût personnel). Un Mouton-Rothschild 1970 délicieux de finesse et d’intelligence, suivi de Mouton intermédiaires variables (le 86 est encore fermé, le 98 se forme), puis un Mouton 2000 totalement époustouflant. Ce Mouton a la marque du génie à l’état pur. Ce vin aura tout pour lui tout au long de sa longue vie. Un Fargues 1989 délicieusement accompli, qui offre déjà tout le plaisir qu’il va délivrer sur le siècle à venir, plus généreux et plaisant que de si aimables Sauternes si généreusement offerts aux palais des visiteurs. Petite mention pour Malle qui a présenté un très bon vin, Lafaurie Peyraguey toujours aussi typé et La Tour Blanche si élégant. Daumas Gassac 1988 splendide de justesse : il est des modes qui sont fondées sur du solide. Et puis, quand le Président du champagne Salon est venu sur mon stand, c’est comme si Zinédine Zidane venait me rendre visite ! A sa conférence, un champagne Delamotte tout en ésotérisme de message, et un Salon 1985 de rêve : toute la subtilité du champagne qui vous bouscule d’arômes iodés si complexes. J’ai goûté relativement peu de choses et au gré du hasard. Mon classement est le suivant : en 1 Mouton 2000 éblouissant, en 2 Salon 1985 parce que je suis accro, en 3 Fargues 1989 vin de grand plaisir et en 4 Daumas Gassac 1988 parce que ces efforts méritoires doivent être signalés. Ce qui ne m’aura pas empêché de goûter avec bonheur les Maury de Mas Amiel, des Sauternes de belle tenue, des Cheval Blanc bien faits. Faute de temps, j’ai raté l’Angélus et Domaine de Chevalier !
Le stand wine-dinners (je l’ai décidé par curiosité, c’est si loin du métier de mon autre vie) avait été décoré par une jeune artiste. Il fut remarqué. Les visiteurs avaient le plus souvent peur de ce qu’ils considéraient comme un luxe inaccessible, sauf les jeunes qui s’émerveillaient d’une idée si éloignée de leurs prochains loisirs, mais de très nombreux contacts ont été noués. Nicolas de Rabaudy m’a fait la gentillesse de me faire parler pendant une heure sur les vins anciens. J’ai fait goûter un Saint-Raphaël # 1935, un vieux grenache # 1930, un Banyuls au vieux Rancio rouge # 1920 et un blanc des mêmes années, et un Xeres Amantillado sec (oui) des années 1950. Ce fut une révélation, même pour des palais aguerris.
Comme l’année dernière, un gentil petit monsieur à qui l’on donnerait trois sous vint me voir avec dans son petit panier un Barsac 1920, enveloppé dans une vielle serviette éponge, qu’il veut vendre pour un prix qui est à peu près dix fois le prix que je paierais. Je le reverrai sans doute l’an prochain, promenant à nouveau son trésor. Mes achats pendant ce salon furent plutôt atypiques par rapport à ceux des visiteurs puisque des experts, sachant que j’étais là, m’ont attendri avec un Gilette crème de tête 1945 et un Château Lafite Rothschild 1869 en très bon état.
A la conférence sur Cheval Blanc, on a parlé du mythe : Cheval Blanc 1947 que j’ai eu la chance de boire de nombreuses fois. J’ai demandé à Madame de Labarre de m’accompagner sur mon stand pour voir le magnum de 1947 que j’exposais (vide bien sûr à cause des sunlights). Madame de Labarre, ancienne propriétaire de Cheval Blanc, qui a le souvenir d’un goût de banane dans ce 1947, a délicatement posé sa main le long de la bouteille pour me montrer que le blason de sa chevalière était le même que celui de la bouteille. Ce geste charmant m’a procuré une émotion rare. J’ai fait peu après une photo de la beauté de ce geste si porteur de pensées émouvantes sur les aléas de la propriété des grands châteaux.
Madame de Lancquesaing fit une conférence brillante comme chaque fois. Elle est le bonheur de tout intervieweur qui peut se mettre en RTT, et d’un auditoire qui boit ses paroles aussi brillantes et historiques que ses vins.
L’anecdote la plus amusante est sans doute celle-ci : les dégustations faites aux conférences nécessitent un long travail de préparation : mise à la bonne température, ouverture, service en verres. Les châteaux éliminent les bouteilles imparfaites. Le lendemain de la conférence sur Mouton, un ami sommelier m’apporte une bouteille de Mouton 1970 et une de Mouton 1986 écartées pour goût de bouchon. Elles avaient bien évidemment perdu tous leurs infimes défauts (le goût de bouchon s’évapore) après une nuit d’oxygénation. Sur le stand, nous avons déjeuné d’un sandwich arrosé de Mouton 1970. Quand des visiteurs demandaient ce que nous faisions, je répondais que je considérais que sur un sandwich il était inconcevable de boire autre chose que Mouton 1970. J’en plaisantais, j’en suis maintenant convaincu.
Fatigués par ces longues journées sur le stand, nous sommes allés dîner au restaurant « chez Pauline » où, sur une honnête cuisine bourgeoise assez traditionnelle nous avons appauvri la cave de leur dernier Château Latour 1978, un vin délicieux, si juste, si jeune et étonnant, car il ressemble à un vin de 1998 qui aurait été fait par Michel Rolland. C’est d’un modernisme précurseur rare pour cette année, tout en ayant la perfection que l’on attend et aime chez Latour.
J’ai été vraiment impressionné par la qualité des conférences (lorsque je pouvais quitter mon stand), par la générosité des domaines et châteaux, par la qualité de la manifestation qui fait honneur à l’élite du vin français. Le journaliste et les experts ont été les propagateurs d’une masse d’informations passionnantes qui nous faisaient vivre l’histoire des domaines que nous adorons. J’ai pu partager des moments intenses avec des grands noms du monde du vin qui me font le plaisir d’encourager ma démarche de mise en valeur de leurs plus nobles réalisations. Cerise sur le gâteau, j’ai eu un reportage sur ma passion qui est passé au journal de 13 heures de France 2.
J’ai une fois de plus enrichi mon livre de souvenirs avec un bouquet rare de moments précieux.
Ce salon 2003 fut à mes yeux une belle réussite, même si pour plusieurs domaines on y vend moins que dans d’autres foires ou salons. Mais c’est le prestige et l’image du vin français qui sont ici défendus d’élégante façon.

La Percée du Vin Jaune mercredi, 5 février 2003

Nous décidons d’aller à la Percée du Vin Jaune, dirigée par Alain de Laguiche à Arlay. On sait que le vin jaune mûrit en fût, et reste sans aucune intervention pendant six ans et trois mois. Cette peine de prison est si lourde qu’on comprend mieux pourquoi ce vin aime faire exploser ses arômes dans nos verres, et brutaliser nos papilles par des saveurs si inhabituelles. Pendant cette lourde peine un voile pudique se forme, qui permet des réactions non stables entre ce beau liquide, le voile et la lie, jusqu’au moment où on le tire, avec ce mystère annuel : sera-t-il bon ? On va percer le 1996, et une certaine anxiété existe. Nous arrivons au château de Germigney à Port Lesney, patrie de Edgar Faure, l’un des cerveaux les plus brillants de notre pays, et cette maison arrangée par des décorateurs de talent est d’un accueil charmant. Tout le personnel est d’une gentillesse extrême. Le chef fait une cuisine d’une précision rare, et la truffe a une générosité qui dépasserait même celle de Bruno ! On goûte « forcément » la cuvée locale, cuvée Port Lesney du Cotes du Jura 1999 du Domaine de la Pinte. Vin de grande maîtrise et déjà bien agréable, et l’on goûte le plus vieux des Château Chalon de la carte, un Château Chalon 1967 de chez Henri Bouvret à Poligny. Une couleur dorée, un nez très intense, alcoolique, et une belle onctuosité portée par une densité extrême. Sur la truffe, ce vin danse. Et il accompagne même très bien une viande rouge délicieuse, si bien traitée par le chef pour le vin. Bu de nouveau le lendemain, les caractéristiques s’extrémisent encore : l’acidité est forte, en même temps que la profondeur.
Visite au Domaine de la Pinte avec Philippe Châtillon, qui nous fait goûter un Cotes du Jura rouge 1959 Domaine de la Pinte. A l’ouverture, goût de moisi. Nous emportons la bouteille à Arbois au restaurant La Balance tenu par un jeune chef porteur d’espoirs, et la puanteur disparaît. Par instants on a des goûts fulgurants de perfection, mais souvent la blessure se rouvre, limitant la félicité que devrait apporter ce vin intéressant par la multiplicité de ses facettes. Sur un pigeon on goûte deux vins de paille de 1998, un du Domaine de la Pinte (la vision de ces grappes qui sèchent dans un grenier, sur des clayettes ou suspendues, est évocatrice du travail patient et magique de ces hommes voués à la perfection), et un du domaine la Renardière. Très difficile de départager les deux sur le pigeon car c’est en fait le rouge 1959 qui fait le meilleur mariage. Sur deux Comtés, les différences se voient mieux. L’un est plus orthodoxe, l’autre plus généreux. Mais à quoi bon juger, car les choses se mettront en place, si on veut bien les goûter comme ils le méritent, dans plusieurs dizaines d’années. A noter que le vin de paille va mieux sur un Comté plus sec que sur un Comté plus onctueux.
Promenade à Baume les Messieurs, où l’abbaye a trouvé sa place dans un large canyon (nous y rencontrons la petite fille des anciens propriétaires du château de Germigney – décidément le Jura est une grande famille), à Château Chalon, qui surveille toute la région, et au milieu de ces vignes que l’on soigne même en ces temps de gelée. Premier jour de la Percée du Vin Jaune. L’accès à la si jolie ville d’Arlay est difficile, tant sont nombreux les jurassiens qui veulent profiter de leurs si bons vins. La ville est dominée par le château, de belles demeures très anciennes ouvrent tous grands leurs hangars pour accueillir tous les domaines et leurs vins. Des fleurs et décorations de papier, oeuvre de tant de bénévoles donnent l’envie de faire la fête. Vente aux enchères des vins anciens. J’achète pratiquement tous les vins de plus de 50 ans, et cette magique bouteille de 1864 qui excitait les envies. On me félicite d’avoir valorisé les vins de la région, et TF1, Paris Match et des journaux locaux m’interrogent sur les motifs de mes achats. J’explique que c’est exclusivement l’envie de les boire. Ayant promis d’ouvrir une des bouteilles achetées en vente avec des viticulteurs locaux, nous allons au château d’Arlay où la bouche se prépare avec un bien agréable vin jaune d’Arlay 1996. Mais mon achat récent, Vin de l’Etoile de Philippe Vandelle 1964 en surprend plus d’un : vin facile, simple à comprendre, ouvert et généreux, il procure un plaisir immédiat. J’ai fini la bouteille lors du dîner sur la truffe qu’il accompagne élégamment. Il émerveillait par sa générosité et sa facile jovialité. On dirait presque que c’est l’antinomie du vin du Jura, qui cherche d’abord à vous dérouter avant de vous séduire. Là, la courtisane est clairement séductrice. A propos de générosité, toutes les personnes que nous avons rencontrées dans ce Jura ensoleillé ont été d’un accueil et d’un sourire qui mérite mention. Il est rare qu’une région ouvre à ce point les bras.
Au dîner, quelques essais au verre : Arbois cuvée des Poètes domaine Ligier 1998. Vin qui veut faire moderne et à cet âge, remet une copie hors du sujet. Vin jaune de Jacques Tissot 1992 : une bombe d’alcool au premier nez après carafage, très typé et finalement très agréable quand l’alcool se fond, assez rapidement. Extrême différence du nez du fond de verre entre ce 92 et le 64 si raffiné. Vin de paille Désiré Petit 1997. Un nez assez déstructuré comme on trouve en Baumes de Venise. Assez belle charpente promettant un beau vieillissement. Mais il faut absolument ne pas boire ces vins à ces âges si l’on veut connaître le charme exquis des vieux vins de paille.
Journée de relâche, car les navettes pour Arlay sont un repoussoir. Les salines d’Arc et Sénans, la citadelle de Besançon, travail de touriste. Le soir, une envie de Bordeaux. La Mission Haut-brion 1990. D’une cave trop froide, un tiers de la bouteille se débat avec ses tannins. Sur la truffe, alors que le vin s’ouvre, découverte étonnante : la truffe et La Mission suivent des chemins parallèles, aucun ne détruit l’autre, mais aucun n’embellit l’autre. Il faut une pièce de boeuf à la truffe pour que le Mission s’affirme : c’est magnifiquement fait. On sent un travail parfait. Cela reste pour moi, malgré tout, un plaisir d’esthète, et pas un plaisir de jouisseur. On a le bois, on a le cuir, on a le bouc en rut (pour aller dans l’analyse charnelle des meilleurs experts), mais où est le plaisir ? Le vin de l’Etoile 1964 d’hier avait plus de spontanéité chaleureuse que ce vin encensé par toutes les critiques, même si évidemment on ne parle pas des mêmes vins. Où est la vérité ? Dira-t-on qu’elle est dans le verre, c’est à dire dans la générosité plus que l’intellect ? La Mission devra faire des efforts pour de nouveau me séduire, quand j’ai en tête des Mission 28, 29 et autres merveilles de construction et de spontanéité si chaleureuses de ces millésimes de rêve.
Lendemain de la Percée. On traverse un Arlay qui a encore ses habits de fête. Le lieu a été protégé des profanations. Nous allons à la cave Jean Bourdy qu’une même famille gère depuis 1475. La plus vieille bouteille de leur collection privée date de 1781. Je goûte un Cotes du Jura blanc Jean Bourdy 1942 qui résume très bien le Jura dans son idéal : il y a ce goût de fumé, cette amertume, mais fondus suffisamment pour qu’il ne reste que l’intensité du plaisir d’un vin profond et persistant. C’est bien fait, et simplement fait. Au nez, c’est beau. Un vin à sortir beaucoup plus souvent dans des repas. Puis on goûte un étonnant Macvin Galant des Abbesses 1995 Jean Bourdy fait selon une recette ancestrale, avec l’adjonction de onze herbes ou épices. On a l’impression d’un ratafia qui aurait frayé avec une Chartreuse. C’est délicieux, et prometteur d’accords magiques sur des desserts. Le fond de verre sent les pruneaux à la cannelle. Après un détour chez un fromager caviste, nous arrêtons là cette Percée que nous avons faite en Jura, terre à l’accueil chaud et aux vins ensoleillés, dont la complexité est un plaisir immense, surtout lorsque l’âge apporte son concours. Nous repartons les poches pleines de vieux millésimes que nous ferons partager. Belle visite.
Dernier dîner à ce merveilleux hôtel de Port Lesney. Un Arbois, Cotes du Jura blanc Domaine de la Pinte 1976 n’aura pas réussi à se défaire de son acidité amère, celle qui rebute tant les « anti-Jura », malgré un beau passage sur un foie gras marié à divers fruits confits. On s’est consolé sur un Marc de la même année, marc 1976 du Domaine de la Pinte, merveilleux marc aux belles et brutales évocations des vins de cette belle région que l’on mettra, à coup sûr, sur nos prochaines tables.

réunion de l’Union des Grands Crus de Bordeaux lundi, 20 janvier 2003

Grande réunion de l’Union des Grands Crus de Bordeaux qui présentait les vins du millésime 2000, sauf Carbonnieux, qui, ayant sans doute mal lu son plan de vol, faisait goûter son rouge 1995, largement plus ouvert, donc non comparable. Quand on goûte des 2000, qui ont tellement de puissance et de tannins, très rapidement on atteint le seuil de saturation, et il n’est plus possible de juger, sauf au nez. C’est donc au feeling qu’on se plait à faire des différences qui ne résisteraient sans doute pas à un examen plus approfondi. On place évidemment en tête des chouchous : La Conseillante, Haut-Bailly. On découvre de très bons vins : Phélan Ségur qui comme en 1999 est très bien réussi, Maucaillou qui est largement plus agréable maintenant que des vins plus charnus. Des convives alentour cèdent au charme des vins tout en puissance : Clinet, Pichon Longueville, Léoville Barton, Smith Haut Lafitte. Et, au fil des présentations, on se plait avec La Lagune, Pape Clément, Beychevelle, Talbot et tant d’autres merveilles qui vont éclore.
A table, nous sommes placés à la table de Pape Clément et La Tour Carnet. Le Pape Clément blanc 1999, dès qu’il a pris un peu de chaleur, a un gras fort agréable. Peut-être un peu trop généreux. Quelques années vont le domestiquer. Sans doute un peu monolithique pour un Bordeaux blanc. Le Pape Clément 1996 rouge a une belle attaque, puis s’éteint tout de suite. Etait-ce la bouteille ? Le représentant du groupe de M. Magrez le trouvait normal. Une bouteille de La Conseillante 1996, fruit d’une rapine obscure n’a pas montré tout le génie de ce vin, et c’est en fait, des trois rouges de la table, le La Tour Carnet 1998 qui est apparu comme le plus adapté à ce moment là. En fin de repas, un aimable Nairac 1999 a rappelé le charme du Sauternes. Belle soirée à l’Automobile Club où la fine fleur des producteurs de Bordeaux nous faisait le plaisir d’être personnellement présente. Profusion de 2000 année exceptionnelle qui promet des merveilles mais qui, à cet âge, donne des différenciations qui vont forcément évoluer jusqu’au moment où les vins seront épanouis.