Article mis en avant

comment utiliser ce blog ?

Pour me contacter, cliquez sur ce lien : me contacter .
Ce blog n’est pas un guide au sens classique. C’est plus le roman d’aventures d’un passionné de vins anciens et de gastronomie.
On peut accéder à ce blog en cherchant sur un mot (restaurant, vin, année, un plat) ou en suivant le calendrier où les titres de chaque sujet sont indiqués.  Pensez à aller sur d’autres pages que la première, car il y a des sujets passionnants à toutes les pages.

Le détail des prochains dîners se lit ici :  programme-des-repas

 

 

 

 

(ouverture de Mouton 1918 dont l’étiquette Carlu est en tête de ce blog. A gauche, on reconnait Mouton 1945)

Article mis en avant

comment me joindre ?

Remarque importante : je ne suis en aucun cas un organe d’évaluation de la valeur des vins ni d’authentification des étiquettes. Pour toute les questions relatives à la vente, l’achat ou l’estimation d’un vin ou à son authentification, j’ai préparé une réponse type, donnant des informations que l’on peut lire ici : Vous m’avez posé une question sur la valeur et ou la vente des vins que vous possédez . Si je ne réponds pas à un message, c’est parce que j’estime que ma réponse n’apporterait rien de plus que la réponse-type. Merci de votre compréhension.

Il n’est pas prévu – pour l’instant – de dialogue directement sur le blog, car je ne pourrais pas le gérer. Mais on peut m’adresser des questions, des commentaires, des suggestions par mail en se servant du formulaire que l’on trouve en cliquant sur ce lien : me contacter .

On peut me joindre sur twitter  @FrancoisAudouze  et pour mieux me connaitre : http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Audouze

32nd session of the Academy of Ancient Wines samedi, 18 mai 2019

The 32nd session of the Academy of Ancient Wines is held at the Macéo restaurant. We are 31 announced but a late defection has brought our group to 30 guests, seven of whom are students of the school Cordon Bleu to whom I proposed to come after my conference-tasting done a few weeks ago in their premises. We are divided into three tables of which here are the wines, preceded by the wines of the aperitif.

Aperitif wines: Champagne Cuvée Brut Taittinger Jeroboam 70’s / 80’s – Champagne Colin Cuvée Castile Blanc de Blancs 90’s magnum – Champagne Pâques Gaumont Brut Imperial 80’s (2 bottles).

Group 1 wines: Château Carbonnieux white 1980 – Chateau Bouscaut white 1927 – Kebir Imperial white Frédéric Lung 30s – Arbois Fruitière Vinicole d’Arbois 1961 – Château Palmer 1975 – Chateau de l’Enclos Pomerol 1976 – Côtes de Beaune Bouchard Ainé et fils 1923 – Flory Old red wine 1953 – Red Algerian wine of the 40s / 50s (Médea) – F. Sénéclauze Wine Red Algeria presumed 1939 – Langoiran 1943 – Muscat de la Trappe Liqueur wine Presumed Algiers of the 50s – Tokaji Aszu Eszencia 1988 – Marc Blanc of the Domaine d’Ott 1929 (common to all three tables).

Group 2 wines: Champagne Mumm cordon rouge magnum 1960s – Pouilly Fuissé Julien Damoy 1947 – Kebir Imperial F. Lung white 40s – Moulin Haut Laroque Côtes de Fronsac 1964 – Cos d’Estournel 1960 – Chateau Cabrières, Châteauneuf-du-Pape 1971 – Minuto Riserva Special, Barolo 1964 – Barolo Marchesi Barolo 1961 – Royal Kebir Frederick Lung 1940 – Vouvray Clovis Lefèvre Great Year 1959 – Ste Croix-du-Mont GM Dumons & Co. 1943 – Tokaji Aszu Eszencia 1988 – Marc Blanc Ott Estate 1929 (common to all three tables).

Group 3 wines: Château Bouscaut white 1986 – Château de Fonsalette white 1990 – Châteauneuf-du-Pape white Mont-Redon 1970 – Chateau Saint Pierre Saint Julien 1970 – Chateau Destieux 1949 – Saint-Amour supposed 1947 – Royal Kebir Frédéric Lung red 1947 – Algerian wine (red / rosé?) La Trappe Algiers 1962 – Vouvray Clovis Lefèvre Great year 1959 – Château Pernaud Haut Barsac 1929 – Tokaji Aszu Eszencia 1988 – Marc Blanc of the Domaine d’Ott 1929 (common to all three tables).

Some remarks should be noted on the wines present. A few months ago, a descendant of Frédéric Lung contacted me. He is getting married soon, and he wants to be able to buy Frédéric Lung’s wines for his wedding. He went on the internet and looking for Frédéric Lung, invariably falls on my name. I told him that I do not sell these wines that I love because they are intended to be shared with amateurs. It turns out that neither he nor his mother drank wine from his family. I then told him: If you join the academy with your mother, she will be my guest. He registered and kept the secret to his mother until their arrival. The presence of descendants of a winemaker that I appreciate is a privilege so I asked other registered academicians to bring Algerian wines if they have them. This evening out of the 46 wines to share, there will be 8 wines from Algeria, including 4 from Frédéric Lung. Shortly after this announcement, a late registered academician told me, « You drank a lot of Frederic Lung’s wines, but I see you’ve never drunk Frédéric Lung’s White Imperial Kebir, so I bring one « . I like his generosity, but I also like the challenges so I brought also an Imperial White Kebir Frédéric Lung.

The day of the session, I’m at the restaurant at 4pm to open all the wines that had been grouped in my cellar. I am soon joined by four friends who help me open the wines, which is usually an opportunity to open other bottles for the openers, who will later be assigned to the different tables. There was a very large number of plugs that were sticking to the walls, forcing me to use a bimetallic strip coupled with a corkscrew, which more easily takes off the plugs. Is this recrudescence of glued corks linked to hygrometry and atmospheric pressure conditions, I do not know, but this is not the first time that we find corking behaviors oriented in the same direction for a large number of wines, either glued or, on the contrary, tending to fall into the bottle. The odors of the wines are generally very promising because the levels of the wines are most often perfect. The quality of the contributions is certain.

It is with a champagne Charles Heidsieck rosé 1981 that I am doped to open the wines. Brought by a faithful friend, it is a lively, energetic champagne that makes you optimistic. It would be hard to give an age to this beautiful round rosé, beautiful acidity. Another friend has taken out of his musette four off-program wines for the openers and who will then be assigned to the tables. I touched them only after having finished the openings. Tired, my attention for them was weak but I still felt that each of these wines is of interest.

The Château Magence Graves Dry Guillot de Suduiraut 1959 has a beautiful presence, young and flawless.

The Bourgogne Aligoté A. Noirot-Carrière 1962 is simple but also of good quality.

The unknown Bonnezeaux, end of the 50’s which has no indication on the bottle is slightly cloudy but I love a soft side and especially the fact that it is an enigma.

The Château La Vieille France Graves Superior bottled by Calvet 1962 is dry and lively, nice to wait for the guests of the 32nd session of the academy. At the Macéo restaurant, we opened about fifty bottles, we tasted with friends arrived early wines that support the morale of the openers. We are ready to welcome the thirty participants of the 32nd session of the Academy of Ancient Wines.

An hour before they arrive, I wanted to open the Champagne Cuvée Brut Taittinger Jeroboam 80s for a little air. The cork is very curled in its lower part and the smell is putrid, animal. Will he reconstitute himself? I’m pretty scared. It is appropriate that as an aperitif we start with the other champagnes.

Champagne Colin Cuvée Castille Blanc de Blancs magnum from the 90ies is very pleasant, relatively young and lively, which benefits from the delicious gougères served lukewarm, which is perfect for champagne. We are in a good mood.

Champagne Pâques Gaumont Brut Imperial 80s is served in two bottles. He has a happy maturity. It is more built and full than the Blanc de Blancs.

I warned everyone of the risk of difficulty of Champagne Cuvée Brut Taittinger Jeroboam 80s. I taste it and I feel that the perfume has become much more sociable. The color is dark, the bubble is non-existent and the sparkling is almost insensitive. Around me many friends like its originality but for me this wine is tired, even if it still expresses many complexities.

We go to the table and as usual, I give a welcome speech which, for once, will have no criticism as I am happy with the punctuality in the preparatory phases to the academy and the quality of the wines brought . I point out two facts that are important to me, the presence of seven students Cordon Bleu, all nationalities, and descendants of the family of Frédéric Lung, the largest winemaker Algerian, who for the first time will drink wines of their ancestor.

The menu composed by the restaurant is: mousseline of peas, chorizo and onions new / terrine of poultry way Macéo / shoulder of lamb confit, light cream of garlic and potatoes granailles / cheese of the restaurant and cheese of the participants / shortbread breton with buckwheat, smooth cream with salted butter caramel and cider sorbet.

Here are the wines we have at table 1, knowing that several other wines will be brought generously by their contributors. Château Carbonnieux white 1980 is incredibly clear for a wine that is 39 years old. It is fresh like a roach, precise, generous, of beautiful acidity.

The Château Bouscaut white 1927 amazes all those who have not had the opportunity to drink old wines. How is it possible for a 92 years old wine to have this beautiful precision? It is very assembled, consistent and lively, of good length. It has no age and would be younger than many dry white wines from Bordeaux.

The white Imperial Kebir Frédéric Lung 30s is rich, thick and you can smell notes of coffee, just melted. Florence Lung is moved to see that a white wine of her great-uncle can be so brilliant. I had also included a Frédéric Lung White Imperial Kebir 40ies at table 2, but we were lucky to be able to taste it. He is transcendental. It is so much richer than the other that it is incredible because everything is assembled to perfection and there is a fat that the first drunk has not. This fat irresistibly evokes a Montrachet, and if there was not the small trace of coffee, one could, mistakenly, blindly name a Montrachet. I think it’s one of the greatest white wines I’ve ever had, because it gave me a unique emotional flash.

L’Arbois Fruitière Vinicole d’Arbois 1961 is a superb Jura wine, with great richness and energy. What a pity he comes after the Lung, because he is brilliant but in the shadow of the Lung.

Château Palmer 1975 opens the road of reds in a very beautiful way. It is so rich and concentrated that it looks like truffle. It has grain and a truffle chews. He is 44 but he is a young warrior. There too certainties fall. A wine of 44 years also conquering, it should not exist.

The Château de l’Enclos Pomerol 1976 is a little shy after the Palmer, but he settles and is feminine when the Palmer is masculine to the highest degree.

The big shock arrives. The Côtes de Beaune Bouchard Ainé and son 1923 is a heavy velvet curtain that is thrown in my face. I am assailed with velvet. But I am also fondled, because this wine is extremely subtle. Everything is suggested, delicate and subtle, on a pile of velvet. Its length is extreme. We are here in what is « my » world of wine because for me, it is before 1930 that are located the « real » wines. It is a provocation of course to say that, and an approximation, but this 1923 is totally exceptional. This wine of a friend is for me the ideal of the academy.

The Flory Old Red Wine 1953 is a wine unknown to everyone, even the one who brought it. It comes from the Eastern Pyrenees and gives the impression of having a certain alcoholic strength. It is a simple wine, consistent because of its alcohol, and very pleasant to drink if one accepts its simplicity. He is happy.

The red Algerian wine of the 40/50 (Medea) has the characteristics of Algerian wines, solidity and coffee, but it speaks to me less than the F. Sénéclauze Wine Red end of Algeria presumed 1939 which may have less of complexity than Lung wines, but has a charm that I adore.

I had supplied in group 3 a Royal Kébir Frédéric Lung red 1947 and friends bring me a glass and for Florence Lung too. I miss fainting so much this wine is big. It is the perfect Algerian wine, rich, barely and subtly roasted, with evocations of coffee all in subtlety. This wine is a love.

The Langoiran wines are the first Côtes of Bordeaux that I like, because we never expect them to be as good a level of complexity. This Langoiran 1943 is pleasant, nicely sweet, but perhaps too discreet.

The Muscat de la Trappe Vin de Liqueur Alger presumed 50ies is amazing, because it is rich, enigmatic, playing on unknown registers. He is very pleasant.

I am brought a wine that I provided at table 3, a Château Pernaud Haut Barsac 1929. Incredible. I would be quoted for this wine the most famous names of Sauternes, I would not deny any. This wine is huge. He has an incredible fat and the year 1929 makes it sublime. This is the absolute perfection of Sauternes.

From another table I tasted a Minuto Riserva Speciale, Barolo 1964 which I enjoyed the freshness almost minty freshness, the Royal Kebir Frédéric Lung 1940 red that some preferred to 1947 which is not my case, because this exciting 1940 does not have the same liveliness as the 1947.

I was also given the Château de Fonsalette Blanc 1990 which is superb of youth and nobility but is a little young for the academy.

The Saint-Amour supposed 1947 is a noble Beaujolais. There is so much wealth in these ancient Beaujolais complexities that are so often forgotten.

My friends make fun of me, because each table has a Tokaji Aszu Eszencia 1988 and it’s the third or fourth time I’ve included it for each table in the sessions. They imagine that I have some dumpers that I would like to get rid of. They would do better to congratulate me because this Tokaji with the gracious wealth is penetrating while being subtle. He is particularly accomplished despite his young age.

The Marc Blanc of Domaine d’Ott 1929 ultra virile, limpid as water, concludes this dinner.

What to remember? This dinner calls into question all notions of age. « Age does not exist ». The received ideas fall and young people from all countries who will work in the world of wine and gastronomy, already challenged during my tasting at Le Cordon Bleu will no longer consider the wines in the same way. The academy changes the vision of wine.

In this dinner I felt some wines as being of the highest possible level of taste: 1 – Kebir Imperial white Frédéric Lung years 40, 2 – Château Pernaud Haut Barsac 1929, 3 – Côtes de Beaune Bouchard Ainé and son 1923, 4 – Royal Kebir Frédéric Lung red 1947.

If I put 1947 in fourth position, it’s because I know it by heart, having drunk it nine times. We can say that these four wines all deserve to be first.

Other wines of course were very brilliant like the Palmer 1975, the Arbois 1961, the Barolo 1964 and many others, but the four mentioned are transcendent. One of these four wines alone would justify the meeting that we lived.

The restaurant’s cuisine is of high quality, the dishes being readable and accompanied by good wines. The wine service has been smartly managed and Beatrice, who is helping me with the preparation of the event, has once again shown how essential she is to the success of this event.

The friendly atmosphere and the joie de vivre of everyone made this meeting one of the most successful and happy we have ever known.

(pictures of all the bottles can be seen in the articles below)


32ème séance de l’Académie des Vins Anciens samedi, 18 mai 2019

La 32ème séance de l’Académie des Vins Anciens se tient au restaurant Macéo. Nous sommes 31 annoncés mais une défection tardive a porté notre groupe à 30 convives, dont sept sont des élèves de l’école Cordon Bleu à qui j’ai proposé de venir à la suite de ma conférence-dégustation faite il y a quelques semaines dans leurs locaux. Nous sommes répartis en trois tables dont voici les vins, précédés par les vins de l’apéritif.

Vins d’apéritif : Champagne Cuvée Brut Taittinger Jéroboam années 70 / 80 – Champagne Colin Cuvée Castille Blanc de Blancs magnum années 90 – Champagne Pâques Gaumont Brut Impérial années 80 (2 bouteilles)

Vins du groupe 1 : Château Carbonnieux blanc 1980 – Chateau Bouscaut blanc 1927 – Kebir Impérial blanc Frédéric Lung années 30 – Arbois Fruitière Vinicole d’Arbois 1961 – Château Palmer 1975 – Château de l’Enclos Pomerol 1976 – Côtes de Beaune Bouchard Ainé et fils 1923 – Flory Vin rouge vieux supérieur 1953 – Vin Algérien rouge des années 40/50 (Médea) – F. Sénéclauze Vin Fin rouge d’Algérie présumé 1939 – Langoiran 1943 – Muscat de la Trappe Vin de Liqueur Alger présumée des années 50 – Tokaji Aszu Eszencia 1988 – Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929 (commun aux trois tables).

Vins du groupe 2 : Champagne Mumm cordon rouge magnum années 60 – Pouilly Fuissé Julien Damoy 1947 – Kébir Impérial F. Lung blanc années 40 – Moulin Haut Laroque Côtes de Fronsac 1964 – Cos d’Estournel 1960 – Château Cabrières, Châteauneuf-du-Pape 1971 – Minuto Riserva Speciale, Barolo 1964 – Marchesi di Barolo Barolo 1961 – Royal Kebir Frédéric Lung 1940 – Vouvray Clovis Lefèvre Grande année 1959 – Ste Croix-Croix-Du-Mont G.M Dumons & Cie 1943 – Tokaji Aszu Eszencia 1988    – Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929 (commun aux trois tables).

Vins du groupe 3 : Château Bouscaut blanc 1986 – Château de Fonsalette blanc 1990 – Châteauneuf-du-Pape blanc Mont-Redon 1970 – Château Saint Pierre Saint Julien 1970 – Château Destieux 1949 – Saint-Amour supposé 1947 – Royal Kébir Frédéric Lung rouge 1947 – Vin d’Algérie (rouge / rosé ?) La Trappe Alger 1962 – Vouvray Clovis Lefèvre Grande année 1959 – Château Pernaud Haut Barsac 1929 – Tokaji Aszu Eszencia 1988 – Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929 (commun aux trois tables).

Il convient de faire une remarque sur les vins présents. Il y a quelques mois, un descendant de Frédéric Lung m’a contacté. Il va se marier bientôt, et il voudrait pouvoir acheter des vins de Frédéric Lung pour son mariage. Il est allé sur internet et en cherchant Frédéric Lung, on tombe invariablement sur mon nom. Je lui ai dit que je ne vendais pas ces vins que j’adore car ils sont destinés à être partagés avec des amateurs. Il se trouve que ni lui ni sa mère n’ont bu des vins de sa famille. Je lui ai alors dit : si vous vous inscrivez à l’académie avec votre mère, elle sera mon invitée. Il s’est donc inscrit et a gardé le secret à sa mère jusqu’à leur arrivée. La présence de descendants d’un vigneron que j’apprécie est un privilège aussi ai-je demandé aux autres académiciens inscrits d’apporter des vins d’Algérie s’ils en ont. Ce soir sur les 46 vins à se partager, il y aura 8 vins d’Algérie, dont 4 de Frédéric Lung. Peu après cette annonce, un fidèle de l’académie enregistré en retard me dit : « tu as bu beaucoup de vins de Frédéric Lung, mais je vois que tu n’as jamais bu le Kebir Impérial Blanc de Frédéric Lung, alors j’en apporterai un ». J’aime sa générosité, mais j’aime aussi les défis aussi ai-je apporté comme lui un Kebir Impérial Blanc de Frédéric Lung.

Le jour dit, je suis au restaurant à 16 heures pour ouvrir tous les vins qui avaient été regroupés dans ma cave. Je suis vite rejoint par quatre amis qui m’aident à ouvrir les vins, ce qui est généralement une occasion d’ouvrir d’autres bouteilles pour les ouvreurs, qui seront ensuite affectées aux différentes tables. Il y a eu un nombre très élevé de bouchons qui collaient aux parois, m’obligeant à utiliser un bilame couplé avec un tirebouchon, ce qui décolle plus facilement les bouchons. Est-ce que cette recrudescence de bouchons collés est liée à des conditions d’hygrométrie et de pression atmosphérique, je ne sais pas, mais ce n’est pas la première fois que l’on trouve des comportements de bouchons orientés dans le même sens pour un grand nombre de vins, soit collés, soit au contraire ayant tendance à vouloir tomber dans la bouteille. Les odeurs des vins sont généralement très prometteuses car les niveaux des vins sont le plus souvent parfaits. La qualité des apports est certaine.

C’est avec un Champagne Charles Heidsieck rosé 1981 que je suis dopé pour ouvrir les vins. Apport d’un ami fidèle, c’est un champagne vif, énergique qui rend optimiste. On serait bien en peine de donner un âge à ce beau rosé très rond, de belle acidité.

Un autre ami a sorti de sa musette quatre vins hors programme pour les ouvreurs et qui seront affectés ensuite aux tables. Je n’y ai touché qu’après avoir fini les ouvertures. Fatigué, mon attention pour eux fut faible mais j’ai quand même senti que chacun de ces vins a de l’intérêt. Le Château Magence Graves Sec Guillot de Suduiraut 1959 a une belle présence, jeune et sans défaut.

Le Bourgogne Aligoté A. Noirot-Carrière 1962 est simple mais lui aussi de bon aloi.

Le Bonnezeaux inconnu, fin des années 50 qui n’a aucune indication sur la bouteille est légèrement trouble mais j’adore un côté assez doux et surtout le fait qu’il est une énigme.

Le Château La Vieille France Graves Supérieures mise Calvet 1962 est sec et vif, agréable pour attendre les convives de la 32ème séance de l’académie.

Au restaurant Macéo, nous avons ouvert une cinquantaine de bouteilles, nous avons goûté avec des amis arrivés tôt les vins qui soutiennent le moral des ouvreurs. Nous sommes fins prêts pour accueillir les trente participants de la 32ème séance de l’Académie des Vins Anciens.

Une heure avant qu’ils n’arrivent, j’ai voulu ouvrir le Champagne Cuvée Brut Taittinger Jéroboam années 80 pour qu’il s’aère un peu. Le bouchon est très recroquevillé dans sa partie basse et l’odeur est putride, animale. Va-t-il se reconstituer ? J’ai bien peur. Il est opportun qu’à l’apéritif on démarre avec les autres champagnes.

Le Champagne Colin Cuvée Castille Blanc de Blancs magnum années 90 est très agréable, relativement jeune et vif, qui profite bien des délicieuses gougères servies tièdes, ce qui convient parfaitement au champagne. Nous trinquons dans la bonne humeur.

Le Champagne Pâques Gaumont Brut Impérial années 80 est servi en deux bouteilles. Il a une joyeuse maturité. Il est plus construit et plus plein que le blanc de blancs.

J’avais prévenu tout le monde du risque de difficulté du Champagne Cuvée Brut Taittinger Jéroboam années 80. On me fait goûter et je sens que le parfum est devenu beaucoup plus sociable. La couleur est foncée, la bulle est inexistante et le pétillant est presque insensible. Autour de moi beaucoup d’amis aiment son originalité mais pour moi ce vin est fatigué, même s’il exprime encore beaucoup de complexités.

Nous passons à table et comme à l’accoutumée, je prononce un discours de bienvenue qui, pour une fois, n’aura aucune critique tant je suis heureux de la ponctualité dans les phases préparatoires à l’académie et de la qualité des vins apportés. Je signale deux faits qui ont de l’importance pour moi, la présence de sept élèves du Cordon Bleu, de toutes nationalités, et des descendants de la famille de Frédéric Lung, le plus grand vigneron algérien, qui pour la première fois vont boire des vins de leur ancêtre.

Le menu composé par le restaurant est : mousseline de petits pois, chorizo et oignons nouveaux / terrine de volaille façon Macéo / épaule d’agneau confite, crème d’ail légère et pommes de terre grenailles / fromages du restaurant et fromages des membres / sablé breton au sarrasin, crème onctueuse au caramel beurre salé et sorbet de cidre.

Voici les vins que nous avons bus à la table 1, sachant que plusieurs autres vins nous serons servis généreusement par leurs apporteurs. Le Château Carbonnieux blanc 1980 est d’une clarté incroyable pour un vin qui a 39 ans. Il est frais comme un gardon, précis, généreux, de belle acidité.

Le Château Bouscaut blanc 1927 émerveille tous ceux qui n’ont pas eu l’occasion de boire des vins anciens. Comment est-ce possible qu’un vin de 92 ans ait cette si belle précision ? Il est très assemblé, cohérent et vif, de belle longueur. Il n’a pas d’âge et ferait plus jeune que bien des vins blancs secs jeunes du bordelais.

Le Kebir Impérial blanc Frédéric Lung années 30 est riche, épais et on sent des notes de café, juste fondues. Florence Lung est émue de constater qu’un vin blanc de son grand-oncle peut être aussi brillant. J’avais inclus aussi un Kebir Impérial blanc Frédéric Lung années 40 à la table 2, mais nous avons eu la chance de pouvoir le goûter. Il est transcendantal. Il est tellement plus riche que l’autre que c’en est incroyable car tout est assemblé à la perfection et il y a un gras que le premier bu n’a pas. Ce gras évoque irrésistiblement un montrachet, et s’il n’y avait pas la petite trace de café, on pourrait, à s’y méprendre, nommer à l’aveugle un montrachet. Je pense que c’est un des plus grands vins blancs que j’aie pu boire, car il m’a donné un flash d’émotion unique.

L’Arbois Fruitière Vinicole d’Arbois 1961 est un superbe vin du Jura, avec une belle richesse et une belle énergie. Quel dommage qu’il passe après le Lung, car il est brillant mais dans l’ombre du Lung.

Le Château Palmer 1975 ouvre la route des rouges de bien belle façon. Il est tellement riche et concentré qu’on croirait croquer de la truffe. Il a grain et une mâche de truffe. Il a 44 ans mais il fait jeune guerrier. Là aussi des certitudes tombent. Un vin de 44 ans aussi conquérant, ça ne devrait pas exister.

Le Château de l’Enclos Pomerol 1976 fait un peu plus timide en passant après le Palmer, mais il s’installe et se montre féminin quand le Palmer est masculin au plus haut degré.

Le grand choc arrive. Le Côtes de Beaune Bouchard Ainé et fils 1923 est un lourd rideau de velours que l’on me jette en pleine figure. Je suis assailli de velours. Mais je suis aussi caressé, car ce vin est d’une subtilité extrême. Tout est suggéré, délicat et subtil, sur une trame de velours. Sa longueur est extrême. On est là dans ce qui est « mon » monde du vin car pour moi, c’est avant 1930 que se situent les « vrais » vins. C’est une provocation bien sûr que de dire cela, et une approximation, mais ce 1923 est totalement exceptionnel. Ce vin d’un ami est pour moi l’idéal de l’académie.

Le Flory Vin rouge vieux supérieur 1953 est un vin inconnu de tous, même de celui qui l’a apporté. Il vient des Pyrénées Orientales et donne l’impression d’avoir une force alcoolique certaine. C’est un vin simple, cohérent du fait de son alcool, et très plaisant à boire si l’on accepte sa simplicité. Il est joyeux.

Le Vin Algérien rouge des années 40/50 (Médea) a les caractéristiques des vins d’Algérie, solidité et café, mais il me parle moins que le F. Sénéclauze Vin Fin rouge d’Algérie présumé 1939 qui a peut-être moins de complexité que les vins de Lung, mais a un charme que j’adore.

J’avais fourni dans le groupe 3 un Royal Kébir Frédéric Lung rouge 1947 et des amis m’en apportent un verre ainsi qu’à Florence Lung. Je manque de m’évanouir tant ce vin est grand. C’est le vin algérien parfait, riche, à peine et subtilement torréfié, avec des évocations de café toutes en subtilité. Ce vin est un amour.

Les Langoiran sont des premières côtes de Bordeaux que j’aime, car on ne les attend jamais à un aussi beau niveau de complexité. Ce Langoiran 1943 est plaisant, joliment doucereux, mais peut-être trop discret.

Le Muscat de la Trappe Vin de Liqueur Alger présumé des années 50 est étonnant, car il est riche, énigmatique, jouant sur des registres inconnus. Il est très plaisant.

On m’apporte un vin que j’ai fourni à la table 3, un Château Pernaud Haut Barsac 1929. Incroyable. On me citerait pour ce vin les noms les plus renommés du sauternais, je n’en renierais aucun. Ce vin est immense. Il a un gras incroyable et l’année 1929 le sublime. C’est la perfection absolue du sauternes.

D’une autre table j’ai goûté un Minuto Riserva Speciale, Barolo 1964 dont j’ai apprécié la folle fraîcheur presque mentholée, le Royal Kebir Frédéric Lung rouge 1940 que certains ont préféré au 1947 ce qui n’est pas mon cas, car ce 1940 passionnant n’a pas la même vivacité que le 1947.

On m’a apporté aussi le Château de Fonsalette blanc 1990 qui est superbe de jeunesse et de noblesse mais fait un peu jeune pour l’académie. Le Saint-Amour supposé 1947 est un beaujolais noble. Il y a tant de richesse dans ces beaujolais anciens aux complexités que l’on a si souvent oubliées.

Mes amis se moquent de moi, gentiment, car chaque table a un Tokaji Aszu Eszencia 1988 et c’est la troisième ou quatrième fois que j’en inclus dans les séances. Ils imaginent que j’en ai des tombereaux dont je voudrais me débarrasser. Ils feraient mieux de me féliciter car ce Tokaji à la richesse gracile est pénétrant tout en étant subtil. Il est particulièrement accompli malgré son jeune âge.

Le Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929 ultra viril, limpide comme de l’eau, conclut ce dîner. Que retenir ? Ce dîner remet en cause toutes de notions d’âge. L’âge n’existe pas. Les idées reçues tombent et les jeunes de tous pays qui vont travailler dans le monde du vin et de la gastronomie, déjà interpellés lors de ma dégustation au Cordon Bleu ne vont plus considérer les vins de la même façon. L’académie change la vision du vin.

Dans ce dîner j’ai ressenti quelques vins comme étant du plus haut niveau gustatif possible : 1 – Kebir Impérial blanc Frédéric Lung années 40, 2 – Château Pernaud Haut Barsac 1929, 3 – Côtes de Beaune Bouchard Ainé et fils 1923, 4 – Royal Kébir Frédéric Lung rouge 1947. Si je mets le 1947 en quatrième position, c’est parce que je le connais par cœur, l’ayant bu neuf fois. On peut dire que ces quatre vins mériteraient tous d’être premiers.

D’autres vins bien sûr ont été très brillants comme le Palmer 1975, l’Arbois 1961, le Barolo 1964 et bien d’autres, mais les quatre cités sont transcendants. Un de ces quatre vins justifierait à lui tout seul la séance que nous avons vécue.

La cuisine du restaurant est de haute qualité, les plats étant lisibles et de bon accompagnement des vins. Le service des vins a été intelligemment géré et Béatrice, qui m’aide à la préparation de l’événement a montré une fois de plus à quel point elle est indispensable à la réussite de cet événement. L’atmosphère amicale et la joie de vivre de chacun ont fait de cette réunion l’une des plus réussies et heureuses que nous ayons connues.

(les photos sont dans les cinq articles qui suivent)

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 1 mardi, 14 mai 2019

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 1

Château Carbonnieux blanc 1980

Chateau Bouscaut blanc 1927

Kebir Impérial blanc Frédéric Lung années 40

Arbois Fruitière Vinicole d’Arbois 1961

Château Palmer 1975

Château de l’Enclos Pomerol 1976

Côte de Beaune Bouchard Ainé et fils 1923

Flory Vin rouge vieux supérieur 1953

Vin Algérien rouge des années 40/50 (Médea)

F. Sénéclauze Vin Fin rouge d’Algérie présumé 1939

Langoiran 1943

Muscat de la Trappe Vin de Liqueur Alger présumée des années 50

Tokaji Aszu Escenzia 1988

Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 2 mardi, 14 mai 2019

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 2

Champagne Mumm cordon rouge magnum années 60

Pouilly Fuissé Julien Damoy 1947

Kébir Impérial F. Lung blanc années 30

Cos d’Estournel 1960

Château Cabrières, Châteauneuf-du-Pape 1971

Minuto Riserva Speciale, Barolo 1964

Marchesi di Barolo Barolo 1961

Royal Kebir Frédéric Lung 1940

Vouvray Clovis Lefèvre Grande année 1959

Ste Croix-Croix-Du-Mont G.M Dumons & Cie 1943

Tokaji Aszu Escenzia 1988

Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 3 mardi, 14 mai 2019

Académie des Vins Anciens 32ème séance – Groupe 3

Château Bouscaut blanc 1986

Château de Fonsalette blanc 1990

Châteauneuf-du-Pape blanc Mont-Redon 1970

Château Saint Pierre Saint Julien 1970

Château Destieux 1949

Saint-Amour supposé 1947

Royal Kébir Frédéric Lung rouge 1947

Vin d’Algérie (rouge / rosé ?) La Trappe Alger 1962

Vouvray Clovis Lefèvre Grande année 1959

Château Pernaud Haut Barsac 1929

Tokaji Aszu Escenzia 1988

Marc Blanc du Domaine d’Ott 1929

au Yacht Club de France pour un déjeuner de conscrits mardi, 14 mai 2019

Un de nos amis invite à son tour au Yacht Club de France pour un déjeuner de conscrits. L’apéritif nous permet de trinquer avec un Champagne Delamotte brut sans année un peu vert au départ, mais on s’habitue vite car il est frais et cristallin. C’est un champagne très agréable. Nous grignotons de la poutargue, diverses charcuteries fines, des petites coupelles comportant du ris de veau et un velouté de patate douce, et des coquilles Saint-Jacques. Tout cela est très gourmand et raffiné.

Le menu composé par le chef Benoît Fleury et Thierry Le Luc gérant de la restauration est : assiette de fruits de mer / bar de ligne en croûte de sel ; hollandaise, pommes Dauphine, légumes grillés du sud / carpaccio d’ananas, cerises, glace artisanale Armagnac et pruneaux.

L’assiette de fruits de mer est gargantuesque, prévue pour au moins dix fois notre nombre, mais nous lui ferons un sort, tant elle fait envie, avec huîtres, bulots, grosses crevettes, langoustines, dormeurs et araignées de mer. Pour y faire face, nous buvons un Saint-Aubin 1er Cru Les Cortons Domaine La Rue 2011 assez simple, mais doté d’une tension qui s’accommode bien des fruits de mer.

C’est ensuite le tout d’un Meursault « Vigne de 1945 » domaine Buisson-Charles 2015 plus rond, plus vif qui accompagne bien le bar, mais je fais école buissonnière car pour moi l’accord se trouve particulièrement bien, sans la sauce avec le Château Figeac 1995 en pleine possession de ses moyens, magnifique Saint-Emilion.

Le Figeac accompagnera bien le plateau de fromages mais le Meursault trouvera aussi son compte.

Le dessert appelle le champagne Delamotte et Thierry Le Luc nous verse un alcool brun qui est la propriété d’un membre du club. Dans une ambiance délurée et amicale, nous avons vécu un bien agréable et généreux déjeuner.

Le poisson cuit en croûte de sel, avant et après

bulletins du 1er semestre 2019, de 809 à …. lundi, 13 mai 2019

(bulletin WD N° 830 190514)   Le bulletin n° 830 raconte : dîner au restaurant Pages avec le gagnant d’une énigme posée sur Instagram, déjeuner d’anniversaire au restaurant Yannick Alléno au Pavillon Ledoyen.

(bulletin WD N° 829 190507)   Le bulletin n° 829 raconte : Une ‘paulée’ de vins anciens à l’Automobile Club de France et déjeuner au restaurant l’Ecu de France.

(bulletin WD N° 828 190430)   Le bulletin n° 828 raconte : déjeuner au restaurant « le Café de l’Homme », déjeuner de conscrits au Yacht Club de France, conférence dégustation pour les élèves de la célèbre école Cordon Bleu, déjeuner à la Brasserie Bofinger, Notre-Dame, dîner à la Manufacture Kaviari sur un menu créé par le chef Hideki Nishi du restaurant Neige d’Eté.

(bulletin WD N° 827 190423)   Le bulletin n° 827 raconte : dans le sud, dîner avec des amis puis déjeuner chez eux, dîner de mémoire avec une amie et 235ème dîner au restaurant Taillevent, avec une Romanée Conti 1937 et d’autres vins éblouissants.

(bulletin WD N° 826 190416)   Le bulletin n° 826 raconte : présentation des 2016 des domaines familiaux de Bourgogne, déjeuner au restaurant l’Absinthe et 234ème dîner de wine-dinners au restaurant Pages avec un vin acheté en commun avec des participants du 232ème dîner et un thème : les 5 blancs de Curnonsky.

(bulletin WD N° 825 190409)   Le bulletin n° 825 raconte : Déjeuner au restaurant Le Petit Sommelier, déjeuner au restaurant « le Maroc », dîner de bouteilles à risque avec mon fils, dîner avec des champagnes.

(bulletin WD N° 824 190402)   Le bulletin n° 824 raconte : déjeuner en famille, un champagne pour me consoler, dîner au restaurant L’Ecu de France, déjeuner de conscrits au Yacht Club de France, dîner dans le sud chez des amis et déjeuner au restaurant Pages.

(bulletin WD N° 823 190326)   Le bulletin n° 823 raconte : dîner autour d’une Romanée Conti 1991 avec mon ami Tomo, dîner et déjeuner avec mes filles avec des vins inhabituels, dîner au restaurant Pages à l’invitation de Tomo.

(bulletin WD N° 822 190319)   Le bulletin n° 822 raconte : préparation du 233ème dîner de wine-dinners au restaurant Le Beaulieu lors d’un déjeuner et deux jours plus tard, 233ème dîner dans la ville du Mans au restaurant étoilé Le Beaulieu.

(bulletin WD N° 821 190312)   Le bulletin n° 821 raconte : présentation par Gonzalo Ituriaga des vins du groupe Tempos Vega Sicilia à l’hôtel George V et 232ème dîner de wine-dinners à la Cave d’Exception de l’hôtel de Crillon.

(bulletin WD N° 820 190305)   Le bulletin n° 820 raconte : week-end avec des vins centenaires lors d’un dîner chez moi et d’un déjeuner dans ma cave, avec un ami amateur de vins anciens.

(bulletin WD N° 819 190226)   Le bulletin n° 819 raconte : visite à la maison de champagne Henriot, déjeuner au restaurant Le Millénaire à Reims, déjeuner à l’Ecrin de l’hôtel de Crillon pour préparer un futur dîner et dîner au restaurant Le Relais Louis XIII à Paris.

(bulletin WD N° 818 190219)   Le bulletin n° 818 raconte : dîner de chef à la manufacture Kaviari avec Yannick Alléno aux fourneaux, déjeuner au restaurant Le Petit Sommelier, dîner de famille, déjeuner au restaurant l’Ecu de France, déjeuner dominical.

(bulletin WD N° 817 190212)   Le bulletin n° 817 raconte : dîner de vins anciens de l’association Rhône Vignobles au restaurant Michel Chabran et dîner au restaurant Taillevent avec des personnalités du monde du vin.

(bulletin WD N° 816 190212)   Le bulletin n° 816 raconte : ouverture des vins prévus pour l’atelier de dégustation de vins anciens de l’association Rhône Vignobles, pot-au-feu au domaine Combier et tenue de l’atelier.

(bulletin WD N° 815 190205)   Le bulletin n° 815 raconte : à Miami, dîner au restaurant Zuma, déjeuner au restaurant Kiki on the River, dîner au restaurant italien Ironside Kitchen, dîner chez mon fils, brunch au champagne à l’hôtel Biltmore, déjeuner au restaurant espagnol Xixon et en France, dîner au restaurant Michel Chabran.

(bulletin WD N° 814 190129)   Le bulletin n° 814 raconte : dîner du 24 décembre à la maison, déjeuner de Noël en famille, apéritif et repas chez mon fils à Miami, dîner chez mon fils avec deux amies américaines, les plus fidèles de mes dîners et suite le lendemain.

(bulletin WD N° 813 190129)   Le bulletin n° 813 raconte : dîner au siège de Grains Nobles, dîner dans un salon du Pré Catelan, deux dîners avec mes enfants, déjeuner au restaurant Lasserre avec Alexandre de Lur Saluces et son fils, visite à la boutique « Divins » tenue par un ami.

(bulletin WD N° 812 190122)   Le bulletin n° 812 raconte : les vins du déjeuner dans ma cave avec des cadres de Krug bus le lendemain avec mon fils, d’autres restes de vins bus à Yquem partagés avec mon fils, au siège de la société Grains Nobles, Aubert de Villaine présente les vins du domaine de la Romanée Conti de 2015.

(bulletin WD N° 811 190122)   Le bulletin n° 811 raconte : déjeuner de famille, dîner à quatre mains à la Table de l’Espadon de l’hôtel Ritz avec aux fourneaux Nicolas Sale chef du lieu et Arnaud Lallement de l’Assiette Champenoise, déjeuner dans ma cave avec des cadres de la Maison Krug autour de vins atypiques.

(bulletin WD N° 810 190118)   Le bulletin n° 810 raconte : 31ème séance de l’académie des vins anciens au restaurant Macéo.

(bulletin WD N° 809 190110)   Le bulletin n° 809 raconte : Salon Vinapogée avec des stands où des vignerons présentent des vins anciens et un atelier que j’anime sur des vins anciens, déjeuner au restaurant Michel Rostang avec des vins inattendus.

déjeuner au restaurant Mirazur à Menton dimanche, 12 mai 2019

Avec des amis du Var, nous décidons d’aller déjeuner au restaurant Mirazur à Menton qui vient de recevoir trois étoiles après avoir obtenu des places enviables dans les classements mondiaux. Il faut près de 2h30 pour atteindre le restaurant qui surplombe la mer et offre de très beaux panoramas. L’accueil est souriant et naturel. Etant arrivé en avance avec ma femme, je regarde la carte des vins et je commande un Champagne Charles Heidsieck Cuvée des Millénaires 1995. Charles le sommelier l’apporte au moment où nos amis arrivent. Charles me fait goûter et j’approuve le vin. Il sert un premier verre, puis un second et tout-à-coup la bouteille devient un geyser, expulsant le vin et de fortes bulles comme un canon. Mon ami est aspergé légèrement, le sol est tout mouillé.

Personne ne comprend comment cette expulsion impressionnante a pu arriver alors que Charles a pu verser trois verres sans incident. Les maîtres d’hôtel arrivent pour nettoyer et personne ne comprend. La bouteille est remplacée. Les amuse-bouches, autant que je me souvienne consistent en une sorte de cromesquis à base de pomme de terre, une coquille de moule remplie d’une délicieuse crème à la moule revêtue de pétales de fleurs roses, des sticks végétaux enroulés de lard de Colonnata, de minuscules calamars frits et un feuilleté de pomme de terre avec une crème délicieuse.

D’emblée on ressent le talent de Mauro Colagreco le chef et l’on pense à Laurent Petit, le chef du restaurant le Clos des Sens qui lui aussi a obtenu sa troisième étoile cette année. Les deux chefs ont un immense talent qui se voit dès les amuse-bouches. Le champagne est agréable et accompagne bien les mets variés. C’est sur les plats du repas que je constaterai que son finale est sec, comme s’il avait un léger goût de bouchon.

Nous montons à l’étage du restaurant où presque toutes les tables sont déjà occupées. La vue est encore plus belle. Le menu à neuf plats que nous avons pris est ainsi libellé : huître Gillardeau crème d’échalotes, déclinaison de poires / Nanakusa-No-Sekku / haricots beurre, sauce au caviar osciètre / calamar de Bordighera, sauce bagna cauda / petites pommes de terre nouvelles, sauce Sudachi / turbot, mousseline de céleri rave, sauce fumée aux coquillages / pigeon de Marie Le Guen, fraises des bois, épeautre, achillée millefeuille / fromages / soupe de pomme Granny Smith, glace au yaourt et cristalline de coriandre / fraise, roquette, rhubarbe / mignardises.

Le repas commence par le partage du pain, que l’on trempe dans une huile d’olive au citron et au gingembre qui est extrêmement gourmande et d’une persistance aromatique extrême. L’huître est une ‘numéro un’ qui trouve avec les poires une harmonie éblouissante. Le Nanakusa-No-Sekku est une tartelette avec un nombre incalculable de fleurs du jardin. La crème de petits pois est superbe. On croque les haricots verts comme si l’on était au jardin, tant ils sont frais. Tous les plats sont recouverts de jolies petites fleurs très romantiques. Le Chablis Grand cru Blanchot domaine François Raveneau 2007 est vif, cinglant, mais sait aussi être rond. Il est minéral, ce qui convient à cette cuisine florale. Il est aussi flexible.

Le calamar se présente en languettes que l’on frotte d’une crème. C’est tellement bon que j’ai envie d’essayer le vin rouge sur ce plat. Le Gaja Sperss Langhe 1999 a été ouvert au dernier moment pour que l’on profite de son éclosion et ce vin est d’un raffinement rare, combinant harmonieusement puissance et délicatesse.

Pour les pommes de terre, plat d’une qualité exceptionnelle, il est préférable de revenir au Chablis qui est très gastronomique et rond. Malgré la sauce, le vin italien convient bien au turbot. Son heure de gloire sera sur l’excellent pigeon d’une tendreté idéale. Les fraises des bois sont extrêmement intéressantes. Avec la chair du pigeon seule, le mariage est excitant et il y a une belle plus-value. Avec le vin, je préfère la chair exquise du pigeon seule. Le vin prend un charme extrême.

Pour les fromages on peut aussi bien trouver son bonheur avec le champagne, le chablis et le vin italien. J’ai commandé un Champagne Philipponnat Clos des Goisses 2007 très vif, mais en même temps très flexible aussi bien sur les fromages qu’avec les desserts.

De tous les plats, tous passionnants, les deux qui émergent pour moi sont l’huître en accord avec la poire, et les petites pommes de terre avec des œufs de saumon et une sauce diabolique. Ensuite, le calamar en lamelles est très original.

Des vins c’est le Gaja 1999 qui s’est montré le plus brillant, avec une justesse de ton, une finesse et un raffinement remarquables, suivi par le Chablis très équilibré et gastronomique.

J’ai eu la chance de pouvoir bavarder avec le chef. Je l’ai complimenté en disant que sa cuisine ne cherche pas à plaire. Elle est spontanée et conforme à ses souhaits. Je lui ai cité les deux plats que j’ai préférés et il m’a répondu qu’il fait le même choix.

Le service a été de très haute qualité. Le service des vins par Anaïs a été parfait. Ce repas se situe tout en haut du classement des tables que j’ai eu l’occasion de fréquenter, avec des plats d’un aboutissement exceptionnel. Ce repas est inoubliable.

L’huile la plus recherchée des différentes huiles faites par le chef

les amuse-bouches

le pain que l’on partage avec ce poème :