Bulletins du 2ème semestre 2022, du numéro 958 à 973 jeudi, 22 décembre 2022

Bulletins du 2ème semestre 2022, du numéro 958 à 973

Pour lire le bulletin de votre choix, on clique sur le lien pour ouvrir le pdf de ce bulletin / to read a bulletin, click on the link of this bulletin.

(bulletin WD N° 973 221223)    Le bulletin n° 973 raconte : présentation des vins récents du groupe Tempos Vega Sicilia à l’hôtel Cheval Blanc Paris, déjeuner à la maison avec une amie américaine et déjeuner d’amis au restaurant l’Écu de France.

(bulletin WD N° 972 221216)    Le bulletin n° 972 raconte : le 269ème dîner au restaurant Pages avec une éblouissante La Tâche 1943.

(bulletin WD N° 971 221206)    Le bulletin n° 971 raconte : dîner au restaurant du Plaza Athénée, conférence dégustation devant trente diplômés de grandes écoles et déjeuner de conscrits au sein du Yacht Club de France.

(bulletin WD N° 970 221129)    Le bulletin n° 970 raconte : dîner au restaurant La Contre-Allée, déjeuner au restaurant Pages autour de vins de légende, déjeuner au restaurant l’Assiette et déjeuner au restaurant L’Écu de France.

(bulletin WD N° 969 221122)    Le bulletin n° 969 raconte : déjeuner dans l’Appartement Moët Hennessy qui est le 268ème repas de wine-dinners.

(bulletin WD N° 968 221108)    Le bulletin n° 968 raconte : déjeuner au restaurant Ôrtensia, déjeuner au restaurant Pages, 267ème repas qui est un déjeuner au restaurant Maison Rostang.

(bulletin WD N° 967 221101)    Le bulletin n° 967 raconte : déjeuner d’anniversaire à la maison, déjeuner au Polo de Bagatelle avec mes conscrits, déjeuner au restaurant Pages, préparation d’un futur repas au restaurant Plénitude Arnaud Donckele, déjeuner au restaurant du Pavillon de la Reine et dîner avec mon fils.

(bulletin WD N° 966 221025)    Le bulletin n° 966 raconte : déjeuner au restaurant l’Ecu de France, dîner au restaurant Yannick Alléno au Pavillon Ledoyen, et dîner au restaurant Maison Rostang Nicolas Beaumann.

(bulletin WD N° 965 221018)    Le bulletin n° 965 raconte : dernier dîner dans le sud, visite de l’appartement Moët-Hennessy, déjeuner au restaurant Pages, déjeuner au restaurant Anne du Pavillon de la Reine, déjeuner de conscrits au restaurant Le Petit Sommelier et déjeuner au restaurant Le Sergent Recruteur.

(bulletin WD N° 964 221004)    Le bulletin n° 964 raconte : le grand dîner du 15 août et le comportement des vins le lendemain, dîner avec des amis gourmets et déjeuner avec un archéologue passionnant.

(bulletin WD N° 963 220920)    Le bulletin n° 963 raconte : quelques vins de vacances, dîner d’accueil des amis du 15 août, nouveau repas au restaurant A M d’Alexandre Mazzia, trois étoiles de Marseille et dîner du 14 août avec de grands vins.

(bulletin WD N° 962 220913)    Le bulletin n° 962 raconte : repas de famille dans le sud, autre dîner, déjeuner avec des amis américains et canadiens avec des vins illustres, un beau Brane-Cantenac et déjeuner au restaurant AM (Alexandre Mazzia) le brillantissime trois étoiles de Marseille.

(bulletin WD N° 961 220906)    Le bulletin n° 961 raconte : dîner au restaurant Cheval Blanc Saint-Tropez, dîner dans la maison du sud, déjeuner au restaurant l’Aventure, des repas de famille et déjeuner au restaurant Hemingway.

(bulletin WD N° 960 220830)    Le bulletin n° 960 raconte : séjour d’un ami américain dans ma maison du sud, déjeuner au restaurant l’Aventure, l’acoustique de l’abbaye du Thoronet, déjeuner au restaurant Chez Bruno à Lorgues, déjeuner avec des amis fidèles de mes dîners, compté comme le 266ème repas.

(bulletin WD N° 959 220822)    Le bulletin n° 959 raconte : 36ème séance de l’académie des vins anciens au restaurant Macéo.

(bulletin WD N° 958 220707)    Le bulletin n° 958 raconte : 265ème dîner de wine-dinners au restaurant Taillevent et dîner au restaurant Plénitude de l’hôtel Cheval Blanc Paris à l’occasion du lancement du champagne Dom Pérignon 2004 Plénitude 2.

Réveillon de Noël anticipé mardi, 20 décembre 2022

Le lendemain, 19 décembre nous allons faire un Réveillon de Noël anticipé puisque mon fils repartira pour fêter Noël à Miami. Dès 14 heures, je veux ouvrir le magnum de Château Margaux 1947 car il y a une incertitude à son égard. J’ai eu l’opportunité d’acheter des vins de la cave de l’Institut de France, Quai Conti, et beaucoup de bouteilles avaient donné lieu à un changement de bouchon recouvert de cire. De ce fait rien ne pouvait assurer que les vins soient bons.

La cire très dense est difficile à casser et enlever. Le bouchon court et neutre doit avoir moins de vingt ans. Le nez ne me déplait pas. Je peux imaginer que ce soit bien Château Margaux et que l’aération va l’épanouir. Je n’ai donc pas besoin de prévoir de remplacer ce vin.

J’ouvre ensuite une bouteille de Montrachet Domaine de la Romanée Conti 1968 à l’étiquette très déchirée, à la couleur légèrement ambrée sympathique et au niveau correct pour cet âge. Le bouchon est noir sur une petite partie haute et je peux voir la confirmation de l’année qui m’avait été annoncée, illisible sur l’étiquette et sans ambiguïté sur le beau bouchon. Le parfum est discret mais prometteur. Voilà une bonne nouvelle.

Je vais ouvrir maintenant une bouteilles d’un vin de la Romanée Conti qui n’a plus d’étiquette sauf un minuscule petit morceau dont un bout de H et un bout de E indiquent qu’il s’agit d’un Richebourg. Quant à l’année, elle a été vue par mon vendeur, qui a délicatement découpé la capsule pour la faire apparaître. Il s’agit donc d’un Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1969 au beau niveau.

Le bouchon vient entier et la moitié supérieure est noire, ce qui ne permet pas de confirmer Richebourg, alors que l’année, au bas du bouchon, est clairement lisible. Je sens le vin et mon émotion est à son comble car c’est le parfum idéal d’un vin du Domaine, avec une senteur de sel si caractéristique. Ce vin a toutes les chances d’être le plus grand du repas.

Nous sommes onze, dont ma femme et moi, nos trois enfants plus un conjoint et cinq de nos six petits-enfants. Seulement cinq convives boivent du vin. Avant que ne débute l’apéritif mon fils boit avec moi le reste du Champagne Pol Roger sec des années 40 qui a gagné en largeur et affiche plus distinctement son caractère doux. C’est un beau champagne que le bas niveau n’avait pas abîmé. Il lui fallait seulement plus de temps pour s’assembler.

L’apéritif consiste en des chips à la truffe, délicieuses et en des boudins blancs coupés en lamelles et poêlés. Le Chevalier-Montrachet La Cabotte Bouchard Père & Fils magnum 1992 a toujours un parfum épanoui et entraînant et une belle complexité joyeuse. Le Montrachet Domaine de la Romanée Conti 1968 a un parfum discret et une attaque discrète et tout se passe en fait dans le finale qui est d’une longueur impressionnante et d’une richesse rare. En plaisir pur, à cet instant, le Chevalier est plus fringant que le vin de la Romanée Conti. Mais son ascension va être impressionnante.

Nous passons à table pour manger du caviar osciètre de Kaviari avec les deux vins blancs. Alors que d’habitude l’accord de ce caviar se trouve avec des champagnes, je suis heureux de constater que les deux vins blancs se marient bien avec ce beau caviar au sel bien dosé. Le Montrachet commence à s’élargir alors qu’il a été ouvert cinq heures avant le repas. On s’aperçoit que des dés de saumon avaient été oubliés alors qu’ils devaient soutenir l’apéritif. Ils sont mangés maintenant et les deux blancs les acceptent.

Le foie gras apparaît maintenant. Comme pour le caviar, mon credo est : foie gras égale champagne. Mais les vins prouvent le contraire et le Montrachet a maintenant trouvé son envol. Son attaque en bouche s’est élargie. En bouche il est plein, puissant et complexe et c’est le finale qui prouve sa race, sa noblesse et sa supériorité manifeste. Il n’a pas un gramme de botrytis, il est donc sec, il n’est pas d’une année puissante, mais il a trouvé sa voie et brille comme un vin d’une complexité rare. Mes enfants sont aux anges, car c’est leur premier Montrachet du domaine.

Ma femme a fait cuire des poulets bio à basse température. La chair est tendre et une purée faite de châtaigne, de butternut et de soupçons de Cranberry l’excite gentiment. Le Château Margaux magnum 1947 qui avait un niveau entre basse épaule et mi-épaule se montre absolument brillant. Il est large et sensible, profond avec des notes à peine truffées, riche mais féminin et d’une longueur majestueuse. C’est un grand vin noble réussi. Son équilibre fait plaisir. Connaissant l’incertitude que représentait le rebouchage non fait au château, je suis plus que ravi.

C’est maintenant l’heure du Wagyu d’une tendreté opulente divine. Le Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1969 subjugue mes enfants. Sa signature Romanée Conti est confondante. Il incarne le sel qui fait le talent du Domaine. C’est un vin grandiose, sensible, émouvant, d’une séduction infinie. Quel grand vin ! Nous sommes aux anges.

Nous avons tant mangé que les fromages surnuméraires ne seront pas mangés.

Ma fille aînée a apporté une buche à la meringue et au citron. Mon fils a la même idée que moi. Il y a des mois et des mois que nous n’avions pas bu le fameux Calvados que m’avait offert un chauffeur de camion de mon ancienne entreprise, qui avait toujours deux bouteilles sous son siège : une pour offrir et une autre pour sa consommation à l’époque où les tests d’alcoolémie n’existaient pas.

Nous avons voté avec mon fils pour les deux repas. Le gagnant magistral est le Richebourg 1969. Le deuxième, du fait de son originalité mais aussi de son goût est l’Hermitage 1918. Le troisième est le Montrachet 1968 à la complexité brillante. Le quatrième est le Chevalier Montrachet 1992 au charme extrême et au parfum superbe. Le cinquième est le Château Margaux 1947 noble et précis.

Le plus important sentimentalement est la chaleur de la cohésion familiale, ce qui n’a pas de prix, mais mes enfants, pourtant habitués à boire de grands vins avec moi ont été éblouis par la profusion de vins légendaires. Voilà donc un grand pré-Réveillon.

le seul indice du nom « Richebourg » et l’année par le bouchon

Dîner avec mon fils et un vin de 1918 mardi, 20 décembre 2022

Noël est proche. Je me promène dans ma cave pour trouver des vins pour les réveillons à venir et mon œil est attiré par une jolie étiquette, celle d’un Hermitage Prosper Quiot 1918 dont je n’avais pas le souvenir. En soulevant la bouteille, je vois que le niveau est bas mais la couleur belle et j’estime qu’il ne faudrait pas tarder à l’ouvrir. En consultant mon livre de cave il apparaît que c’est un achat de 2016.

Il se trouve que mon fils venu à Paris va repartir à Miami le 21 décembre. Nous avons prévu un premier réveillon de Noël le 19 décembre. Mon fils va venir chez nous le 18 décembre pour voir la finale du championnat du monde de football. Nous dînerons ensuite. C’est donc l’occasion d’ouvrir des vins que nous pourrions garder pour le réveillon du lendemain.

Mon fils arrive en plein match et la domination des argentins est inquiétante. Il faut donc se donner du courage pour supporter l’angoisse et j’ouvre un Champagne Pommery 1980. Le pschitt à l’ouverture est très significatif et énergique. La couleur est très claire et la bulle est active. On donnerait volontiers 20 ans de moins à ce champagne. Il est frais, de belle longueur et d’une acidité agréable. C’est un champagne que l’on boit avec plaisir au point qu’il aura été fini avant l’éprouvante séance des tirs aux buts, après les prolongations.

Nous passons à table pour déguster un Caviar Osciètre Prestige de Kaviari. J’avais ouvert une bouteille qui venait de m’être offerte par un ami de longue mémoire. C’est un champagne très probablement des années 40 dont le niveau avait fortement baissé. L’ami avait enlevé le bouchon d’origine qu’il a joint à l’envoi de la bouteille, et avait remis un bouchon neutre. Le Champagne Pol Roger sec années 40 a été ouvert environ quatre heures avant le repas. J’étais sans illusion. Aussi quand j’ai ouvert, sans qu’aucun pschitt ne survienne, je fus assez rassuré par cette odeur de vieux champagne mais sans réel défaut. L’aération lui ferait du bien. Et c’est le cas au service. La couleur est foncée mais pas trop et le nez est engageant. Le champagne un peu vieux est buvable et je serai plus que surpris quand en fin de repas le vin offrira un parfum délicieux et un goût d’une belle cohérence, sans signe de fatigue. Faut-il donc ouvrir de tels champagnes encore plus tôt ? Je le crois volontiers.

Pour le cœur de saumon, j’ai prévu un Chevalier-Montrachet La Cabotte Bouchard Père & Fils magnum 1992. La Cabotte est une parcelle du Chevalier Montrachet qui devrait normalement être incluse géographiquement dans le Montrachet. C’est seulement en 1992 que Bouchard a décidé de vinifier à part cette parcelle et pour ce premier millésime, n’a fait que des magnums.

La couleur du vin est d’un bel or, beaucoup plus plaisant et ensoleillé que vu à travers la bouteille. Le nez était sublime à l’ouverture. Il l’est devenu encore plus au moment du service. Ce vin est noble, précieux, joyeux, large en bouche, vif et racé. C’est un vin fruité qui a toutes les qualités dont son parfum enthousiasmant. Nous n’en buvons qu’un peu pour laisser ce vin pour le réveillon de demain.

J’avais ouvert il y a six heures l’Hermitage Prosper Quiot 1918 provenant de la cave Nicolas. J’ai versé en cachette deux verres pour que mon fils déguste à l’aveugle. Il trouve que le vin est du Rhône et il suggère les années 30. Je lui dis que si je goûtais ce vin à l’aveugle j’irais plutôt vers l’Espagne ou l’Algérie car le vin un peu torréfié m’aurait suggéré ces régions. Et je pense que c’est la perte de volume qui m’a donné cette piste. Le vin est tout simplement surprenant. Il est plus qu’agréable et il offre un fruit qu’un vin de 104 ans ne devrait pas avoir. Nous sommes face à un vin étonnant, de grand charme, de grande personnalité, qui bouscule toutes les idées sur les effets de l’âge. Son équilibre, sa longueur et surtout son fruit en font un vin de première grandeur je pense au Sidi-Brahim du début des années 30 bu à l’académie des vins anciens. On est dans le même registre d’émotion. Sur un bœuf Angus le vin s’exprime magnifiquement. Il est même capable de s’accorder avec un camembert Jort.

Ce premier soir est éblouissant.

les couleurs

la lie du 1918

Déjeuner au restaurant Pages avec une grande diversité de vins mercredi, 14 décembre 2022

Un des membres les plus fidèles de l’académie des vins anciens et qui est aussi l’un des plus généreux n’avait pas pu venir à la dernière séance et voulait absolument que nous déjeunions ensemble. Nous retrouvons au restaurant Pages avec des apports étonnants et nombreux de vins de cet ami.

J’arrive à onze heures pour ouvrir mes vins Il se trouve que j’ai eu l’occasion d’acquérir des vins de la cave de l’Institut de France qui voulait les vendre car les gestionnaires ne voyaient aucune possibilité de les utiliser. La cave où étaient ces vins n’est pas parfaite, avec des bouteilles en forte perte de volume et de nombreuses bouteilles avaient été rebouchées et cirées, sans que l’on sache pourquoi au sein de l’Institut. De nombreuses inconnues entouraient cet achat. L’occasion était bonne d’essayer deux bouteilles. Lorsque j’ouvre la bouteille de Pommard Colomb-Maréchal 1949, au niveau très haut dans le goulot, je lutte longtemps pour enlever le haut de la cire. Le bouchon est court et sans indication et à ma grande joie le parfum du vin est prometteur. C’est une bonne nouvelle même si je ne peux encore généraliser sur ce seul cas. J’ouvre aussi le Coteaux Champenois Blanc de Blancs de Chardonnay Laurent-Perrier sans année de la même cave, que la maison Laurent-Perrier que j’ai consultée date entre 1974 et 1982. Le parfum est engageant. Il n’y a donc aucun défaut apparent.

Selon la tradition, je bois une bière lorsque les ouvertures de vins sont finies en grignotant des haricots édamamés.

Les vins de mon ami sont en pléthore. J’ouvre d’abord un Pouilly-Fuissé Remoissenet Père & Fils 1959 au parfum radieux. Mon ami ouvre un vin de Loire pétillant, La Poullyssone Domaine de Maltaverne Vin mousseux de Qualité élaboré par Gilles Maudry de Pouilly-sur-Loire.

Nous goûtons cette Poullysonne Domaine de Maltaverne Vin mousseux de Qualité qui est une curiosité. Il est évident qu’il ne faut pas penser au champagne pour boire ce vin de Loire et quand on a capté la générosité du vin de Loire doux et aimable, le pétillant bien mesuré c’est-à-dire calme permet de profiter avec plaisir de ce jeune vin. Une belle expérience qu’offre ce vin simple.

Nous commençons le repas avec des amuse-bouches de qualité. Le Coteaux Champenois Blanc de Blancs de Chardonnay Laurent-Perrier sans année vers 1978 est agréable à boire, ciselé, précis, tout en retenue et élégant, assez « dry ». Il est gastronomique et se justifie en début de repas.

Pour le carpaccio de Wagyu à la truffe le Coteaux Champenois est brillant car il répond à l’aspect terrien de la truffe. Avec le Pouilly-Fuissé Remoissenet Père & Fils 1959 l’accord est plus gourmand.

Avec un chou-fleur à la truffe le gourmand Pouilly-Fuissé s’élargit encore. Le plat de poisson cuit avec des coques et des légumes verts en copeaux, permet au 1959 de devenir royal.

Le lièvre à la royale du chef Ken est infiniment plus gibier que celui d’Arnaud Donckele. Par tempérament, je préfèrerais volontiers celui de Ken à cause de cette puissance sans concession. Evidemment les deux sont de grand qualité. L’accord avec le Pommard Colomb-Maréchal 1949 est irréellement bon. On dirait que le pommard a été fait pour ce plat. C’est une immense et belle surprise, le pommard se virilisant face au lièvre.

Le Pommard a continué d’être grand sur trois fromages délicieux.

Pour le dessert apparaît Vino Dolcetto 1933 que Philippe annonce avoir ouvert il y a deux ans. On sent à peine la moindre faiblesse de ce vin aux tendances caramélisées et légèrement vinaigrées agréables.

Vient ensuite un Banyuls Dominicain de la coopérative de vinification de Collioures 1945, simple, joyeux et joliment fruité d’une douceur extrême. Un régal, comme un bonbon.

Le dessert subtil aux noisettes s’est accordé mieux avec le vin italien qu’avec le Banyuls.

Ayant eu beaucoup plus de vins que nous ne pouvions boire, ce fut l’occasion d’offrir des verres à l’équipe de cuisine.

Le classement que je ferais est : 1 : Pommard 1949, 2 – Pouilly-Fuissé 1959, 3 – Coteaux Champenois, 4 – Dolcetto 1933, 5 – Banyuls 1945, 6 – Poullysonne.

Mon ami confirme son statut de plus généreux des académiciens.


mes vins en cave puis au restaurant

après l’ouverture, selon la tradition chez Pages, bière et édamamé

mon ami arrive avec ses vins

dîner au restaurant Plénitude Arnaud Donckele mardi, 13 décembre 2022

Nous allons dîner au restaurant Plénitude Arnaud Donckele de l’hôtel Cheval Blanc Paris. Nous sommes six et Alexandre Larvoir, le directeur du restaurant, m’avait dit qu’Arnaud Donckele ferait un menu spécialement pour nous.

Je suis très embarrassé pour décrire ce festival inouï de saveurs. Face à un feu d’artifice, on ne peut dire que : « oh la belle bleue » ou « oh la belle rouge » et rester bouche bée. C’est pareil ici, on ne peut dire que : « oh quelle création géniale » ou bien « mais comment peut-il faire cela ? ». Car l’inventivité d’Arnaud Donckele est sans limite et le résultat est que chaque bouchée est un voyage. Les saveurs se mêlent, s’entrecroisent, se bousculent ou se flattent, en un ballet entraînant.

Sa cuisine est fondée sur les sauces et les mets sont au service des sauces et c’est brillant, incroyable. Nous nous sommes tous dit que nous vivions le repas le plus extraordinaire de nos vies.

Le menu qui noous a été remis à la fin du voyage est : partition maraîchère pour Vinaigrette « tellurique » / poule faisane, courge, châtaigne pour sauce Vierge : « douce épicarpe » / sandre, chou et truffe pour sauce à manger « lénitive » / trou normand / ris de veau, blette, chardonnay pour double sauce « champenoise » / en cuisine, lièvre à la royale / souvenir affectif, pomme, coing, vanille, pommeau pour Jus « baume du verger ».

Pour donner quelques idées sur le raffinement de ce qui s’est passé, voici la description des sauces incluses dans notre menu :

Vinaigrette « tellurique » : jus de betterave pourpre centrifugée, eau de péridium, cognac, réduction d’échalote au vinaigre de Callas, infusion de livèche, huile d’olive de Bouteillan, poivre Voatsiperifery.

Sauce vierge : « douce épicarpe » : consommé de poule faisane, lard fumé et sauvignon blanc, miel de châtaignier, moutarde de Callas, vinaigre de Xérès, infusion de romarin, huile d’olive de Bouteillan, truffe noire, courge, châtaigne rôtie, ciboulette, noix de muscade.

Sauce à manger lénitive : fumet d’arêtes rôties, riesling, chou et Roseval étuvés, suc de citron vert, beurre de truffe, huile d’olive de Bouteillan, infusion de basilic thaï et bergamote. Poivre Sancho.

Double sauce « champenoise » : fond de braisage, velouté de veau, réduction de champagne, crème crue, infusion de verveine, citronnelle et gingembre, huile d’olive et huile d’amandon de pruneau, raisin macéré au verjus. Poivre Kampot.

Jus « baume du verger » : essence de coing et de pomme, infusion de safran, jus de citron jaune, râpé de pomme fraîche.

Les sauces de notre dîner ne sont qu’une partie de la palette des nombreuses sauces qui contient notamment : le bouillon « ilargia », le bouillon « ache des montagnes », le bouillon « songe anisé », le Velours d’Eden, le sabayon « borgne », le fumet de vache « bravache », le sabayon « shahia », le jus « bois tison », le consommé « plume des brumes », le velours « d’Amarelle », ou la sauce pectinée et condimentée « esquisse d’endocarpe ».

En lisant ces titres on imagine le bouillonnement créatif du chef. Le choix des mots le dispute au choix des ingrédients.

L’inventivité est infinie et le résultat est époustouflant. On est comme dans un rêve car chaque saveur est pertinente et rebondit en donnant le même plaisir que celui que l’on ressent quand on jette des cailloux dans l’eau et que l’on réussit six ou huit ricochets.

L’accueil est chaleureux. Les hôtesses sont jolies et attentives et quand elles présentent les plats, on sent qu’elles les vivent. Elles sont attentives à la façon dont nous vivons cette expérience.

Emmanuel Cadieu, le chef sommelier de l’hôtel Cheval Blanc nous a conseillé les vins de façon très pertinente et aimable. C’est très agréable.

Le Champagne Jacques Lassaigne Les Papilles Insolites Blanc de Noirs sans année est très vif, cinglant et tranchant, de belle personnalité. Il a créé un très bel accord avec l’huître élégante et gourmande.

Ayant adoré le Champagne Dom Pérignon 2012 lors du dîner au Plaza Athénée, la tentation était grande de le commander à nouveau malgré un prix sensiblement supérieur au prix du Plaza. Le champagne est grand, de belle rondeur, mais je n’ai pas retrouvé la magie que j’avais ressentie hier. Le Dom Pérignon est idéal sur les pétoncles.

L’Hermitage Jean-Louis Chave blanc 2002 a une grande personnalité, riche et complexe. C’est un seigneur. Je pense toutefois qu’il est un peu moins vif que le 2010 que nous avons bu hier. Mais c’est un grand vin.

Le Bandol Domaine Tempier La Tourtine 2010 est un vin de garrigue. Il a des accents du sud fort plaisants. Avec Emmanuel nous nous sommes fait la réflexion que rien ne vaut un vin du sud lorsqu’il est bu dans le sud, car à Paris on attend un peu plus d’ampleur. Mais le vin va se montrer de haut niveau sur le lièvre à la royale, juste pour montrer que je l’ai sous-estimé.

A propos du lièvre à la royale. Il est d’usage que les personnes qui dînent soient invitées à se rendre en cuisine à une petite table à condition que le groupe ne dépasse pas quatre convives. J’ai donc proposé à Alexandre Larvoir que je reste à table avec ma femme pendant que nos quatre amis pour qui c’est le premier dîner à Plénitude profitent de cette occasion de bavarder avec le chef en cuisine. Après le service des poissons, Alexandre vient à notre table et nous dit que nous serons reçus tous les six en cuisine pour déguster un plat ajouté à notre menu.

Arnaud Donckele nous reçoit en cuisine et une charmante hôtesse nous lit le texte du sénateur Couteaux paru en 1898 dans le journal Le Temps qui décrit de façon très précise la recette du lièvre à la royale dite du Sénateur Couteaux. Ce lièvre est excellent car il y a une pointe de fraîcheur qui adoucit les lourdes saveurs de la chair. Et le Bandol brille avec lui.

Le dessert est aérien et conclut un dîner absolument parfait d’un génie culinaire. J’inscris ce dîner dans ma mémoire comme le plus brillant de tous ceux que j’ai eu la chance de vivre grâce aux chefs les plus talentueux de la planète. Une émotion incommensurable.

dîner au restaurant de l’hôtel Plaza Athénée dimanche, 11 décembre 2022

Des amis du sud nous proposent d’aller dîner au restaurant de l’hôtel Plaza Athénée que nous avions découvert il y a quelques semaines dans sa nouvelle configuration avec le chef Jean Imbert. Nous nous retrouvons d’abord au bar qui comprend deux espaces : un vrai bar où la musique forte rebute nos amis et une grande allée où des clients de l’hôtel ou des visiteurs de passage peuvent prendre le thé ou l’apéritif. On nous prépare une table et nous commandons une bouteille de Champagne Dom Pérignon 2012. Je connais ce champagne depuis sa mise sur le marché. Je l’avais bu au château de Saran. Il est maintenant dans un état de grâce absolu, au nez expressif et intense et une bouche suave, gourmande et convaincante. Un très grand champagne.

Nous nous rendons dans la belle salle à manger où nous dînerons à la très grande table en marbre qui fait toute la longueur de la pièce. Nous sommes huit et la judicieuse largeur de la table permet que chacun parle avec tous. Cette table est très agréable. La vaisselle est de toute beauté.

Le menu commun a été mis au point entre nous par des échanges de mails. Il est ainsi rédigé : hors d’œuvre / la brioche Marie-Antoinette au caviar / le turbot et sa garniture dieppoise / la poularde à l’étouffée sauce Albufera / les fromages frais et affinés / le grand dessert.

Laurent Roucayrol, le très compétent sommelier que je connais depuis des lustres (moins nombreux que les lustres du restaurant) nous a fait des propositions qui ont été acceptées.

Nous avons commencé par un Champagne Billecart-Salmon magnum 2009. La tâche n’est pas facile pour ce champagne qui arrive après le Dom Pérignon, mais il prend sa place. Il s’ébroue avec les amuse-bouches et présente une belle acidité et se marie bien avec la délicieuse huître.

Pour la brioche au caviar, nous pouvons essayer simultanément le champagne ou le Chablis Grand Cru Clos François Raveneau magnum 2003. Le vin est agréable, de belle fluidité mais manque un peu de puissance, même s’il est agréable. Le caviar manque lui aussi d’un peu de présence. Il s’efface derrière la sauce divine qui propulse le chablis a des belles altitudes.

La présentation du turbot est spectaculaire car il est niché dans une croûte parsemée de nombreux coquillages et couteaux. La cuisson du turbot est absolument parfaite et la sauce aussi divine. Le Chablis s’en accommode bien.

Pour la poularde j’aurais volontiers choisi un vin rouge mais Laurent a eu raison de m’orienter vers L’Hermitage Jean-Louis Chave blanc 2010. La couleur de ce vin est beaucoup plus foncée que celle du chablis et en bouche ce vin est d’une extrême puissance, chaleureux, expressif et racé. Son nez est percutant. C’est un très grand vin dans un état d’accomplissement parfait. La chair de la poularde est d’une tendreté rare et la sauce encore une fois fait le lien avec le vin. Les petites pommes de terre sont de vrais bonbons.

Je ne sais si c’est à ce moment du repas mais nous sommes invités à visiter la cuisine pour une photo souvenir avec le chef souriant. Cet intermède est sympathique.

Nous avions prévu le Gevrey-Chambertin Jean & Jean-Louis Trapet magnum 2013 pour les fromages mais on nous sert un brie truffé recouvert de salades. C’est avec le plateau de fromages que nous aurions satisfait le vin qui brille moins sur le brie.

Le vin a toute l’élégance et la discrétion de Jean-Louis Trapet. C’est un vin subtil, judicieux, élégant d’une belle Bourgogne raffinée. J’aime les vins qui ont cette délicatesse.

Une souriante pâtissière avait levé un store pour que l’on puisse voir, dans l’axe de notre grande table un sapin de Noël fait de fruits confits de toutes les couleurs. On nous sert le grand dessert qui offre une profusion de saveurs. J’avais déjà estimé être arrivé au-delà de mes limites lors du premier dîner. Je pense que le grand dessert va un peu trop loin même si l’intention est louable. Quand on est gourmand, on mange tout, mais ce n’est pas raisonnable.

Nous avons voté pour les vins et sommes tombés d’accord pour ce classement : 1 – Hermitage Chave blanc 2010, 2 – Gevrey-Chambertin Trapet magnum 2013, 3 – Dom Pérignon 2012, 4 – Chablis Clos Raveneau 2003, 5 – Billecart-Salmon 2009.

Le sommelier-chef Laurent nous a proposé des vins de haut niveau avec une délicatesse qui mérite des compliments. La cuisine de Jean Imbert est de grande qualité avec des cuissons précises et des sauces délicieuses. Dans un cadre raffiné nous avons passé une agréable soirée. Trouver un taxi ne fut pas facile tant la liesse de la victoire du Maroc sur le Portugal au championnat du monde de football était tombée dans l’excès.

visite en cuisine

le sapin en fruits confits

Présentation des vins de 2019 du domaine de la Romanée Conti jeudi, 8 décembre 2022

Comme chaque année Aubert de Villaine, qui dirige le domaine de la Romanée Conti vient présenter au siège de la société Grains Nobles les vins du dernier millésime mis en bouteille. Ce sera le 2019. Il devait être accompagné de son neveu Bertrand de Villaine, qui n’a pas pu se libérer de ses obligations.

Aubert de Villaine nous annonce qu’il s’est mis en retrait et pas en retraite, car il continue à s’intéresser à ce qui se passe au domaine. Il présente le millésime 2019 qui peut être considéré comme un grand millésime. C’est un millésime complet, d’une année passionnante que l’on peut qualifier de facile. L’hiver a été peu pluvieux, la chaleur a commencé très tôt, le débourrement a été précoce. Il n’y a pas eu de risque de gel. Il a fait chaud et les travaux ont dû être accélérés, la taille, l’ébourgeonnage, ce qui a posé des problèmes de timing. La floraison a été précoce et il y a eu un manque d’eau. Il y a eu du millerandage conduisant à un avortement partiel des grains de raisin, mais ce qui est aussi un signe de qualité.

Il a fait très chaud en juin, puis en juillet avec des périodes de canicule et une accélération de la maturité. Il y a eu des baies qui brûlent avec le risque que la vigne se mette en mode de survie, mais ça s’est bien passé. Il y a eu une petite pluie le 5 septembre et la maturité est allée très vite. On a évité la sur-maturité. La vendange a commencé le 15 septembre et le Montrachet a été vendangé plus tard.

Le profil de 2018 était très différent avec une vigne plus stressée. 2019 a fait des vins magnifiques avec des raisins juteux aux couleurs magnifiques, comparables au millésime 1865. C’est intéressant qu’Aubert de Villaine mentionne 1865 car dans la revue Vigneron qui vient d’être publiée je consacre un article d’une page au millésime 1865 qui dans plusieurs régions est considéré comme un millésime unique. Voilà une nouvelle convergence que je peux ajouter à celles que j’avais faites.

Aubert de Villaine nous fait méditer sur le fait que 1864 est très proche de 2018 et 1865 très proche de 2019, ce qui semble indiquer que le comportement de la vigne lors d’un millésime influence la vigne lors du millésime qui suivra.

C’est une réflexion que j’ai eue aussi, mais en tant que dégustateur. Pourquoi 1899 et 1900 sont des millésimes mythiques comme 1928 et 1929, 1989 et 1990 et j’y ai ajouté une interrogation qui est la suivante : pourquoi les années mythiques se succèdent d’une année sur l’autre ou bien avec un intervalle d’un an : 1869 & 1870, 1899 & 1900, 1928 & 1929, 1945 & 1947, 1959 & 1961, 1989 & 1990. Un millésime n’est donc jamais isolé dans le fil du temps.

Nous passons maintenant à la dégustation.

Le Corton Grand Cru Prince Florent de Mérode Domaine de la Romanée Conti 2019 a donné très peu de bouteilles du fait d’une très grande sélection. Le nez est extrêmement intense et incroyable. La bouche est flatteuse et charmante. Le vin est gourmand et superbe avec une belle fraicheur. Il y a eu 100% de vendange entière ce qui donne une petite touche végétale qui explique la fraîcheur.

J’ai eu la chance de déguster ce Corton depuis la première année qui est 2009. Le progrès de ce vin est éblouissant. La réussite est certaine. Ce vin est impressionnant.

L’Echézeaux Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 a un nez d’un raffinement extrême, fait de velours. L’attaque en bouche est forte. Le vin est viril. Il a une puissance inhabituelle. Il aura une longévité extrême. Il a une belle fluidité, il est droit et solide, très concentré. Il a 90% de bois neuf, mais on ne le sent pas, comme pour le Corton je dirai que ce vin est impressionnant.

Le Grands Echézeaux Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 a un nez plus calme, mais on sent qu’il annonce une bouche superbe. Et effectivement l’attaque est superbe et plus élégante que l’Echézeaux. Son finale est plus court, mais quelle grâce. C’est un vin de plaisir où l’on sent un peu de chocolat. Aubert de Villaine dit que c’est un vin discret.

La Romanée Saint-Vivant Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 a un parfum élégant et noble. En bouche le vin est renversant. Il a la douceur, le charme, la noblesse. Je note : c’est fou. C’est un vin immense de qualité. Aucun vin ancien ne pourrait donner l’émotion que porte ce vin jeune. Il y en aura d’autres mais quelle fraîcheur, quelle finesse. Ce vin éblouissant est parfait.

Le Richebourg Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 a un nez puissant et élégant. En bouche il combine puissance, équilibre et gourmandise. Il passe en force mais on voit bien qu’il est grand. Il a des petites pointes de poivre.

La Tâche Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 est servi dans de grands verres Riedel qui ont un peu perturbé ma dégustation. Ainsi je trouve le nez fermé et cela subsistera en changeant de verre. La bouche est pleine de grâce. C’est un très grand vin mais qui me semble plus discret que les autres. Il faudra l’attendre et il sera très grand. Sa finesse et sa complexité font qu’il sera très grand mais j’ai senti Michel Bettane et Bernard Burtschy plus laudatifs que je ne l’ai été. Je suis sans doute passé à côté.

La Romanée Conti Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 a un nez élégant où je trouve plus de fruit rouge que dans les autres vins. La bouche est tellement agréable, de fraîcheur et de subtilité. Mais c’est surtout le finale qui est d’une largeur aromatique formidable. Le finale fabuleux m’émerveille. Le milieu de bouche est joyeux et gourmand mais c’est vraiment dans le finale que le vin est immense. On s’habitue à sa gourmandise et je sens le cousinage avec la Romanée Saint-Vivant.

Ce que je retiens à ce stade, c’est l’immense progrès du Corton, la grâce de la Romanée Saint-Vivant et le finale de la Romanée Conti. Sans oublier bien sûr que les autres sont superbes, confirmant la qualité du millésime.

Le Montrachet Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2019 est d’une couleur très claire qui confirme l’absence de botrytis. Le nez est incroyable de force. Il a des pointes de pierre à fusil. C’est le Montrachet absolu. Quelle classe. C’est un régal. C’est un monstre de bonheur, extraordinaire et hors norme. Il est la perfection absolue et on ne peut pas imaginer qu’il puisse devenir meilleur. Il est étonnant et évidemment le premier de cette dégustation. Il est très certainement un des plus grands Montrachet Domaine de la Romanée Conti que j’ai bus.

Si je pense aux émotions ressenties, je dirais : 1 – l’extraordinaire Montrachet, 2 – la grâce divine de la Romanée Saint-Vivant, 3 – le finale entraînant de la Romanée Conti, 4 – la réussite de l’Echézeaux, 5 – le niveau atteint par le Corton.

Selon la tradition nous avons dîné avec Aubert de Villaine, Michel Bettane et Bernard Burtschy, l’équipe de Grains Nobles et deux élèves de Sciences Po qui ont aidé au service des vins et sont passionnés de vins. J’avais apporté un Vega Sicilia Unico 2000 au finale d’une fraîcheur mentholée, qui a accompagné la simple et sentimentale cuisine du lieu que j’apprécie.

Cette soirée fut mémorable avec des vins jeunes au sommet de leurs qualités.


Aubert de Villaine salue un habitué américain

la couleur de la Romanée Conti

le dîner

déjeuner à la maison lundi, 5 décembre 2022

Ma fille aînée et ses filles viennent déjeuner à la maison. Ma femme a prévu un curry d’agneau à la cardamome et pour l’apéritif du boudin blanc et d’autres petits amuse-bouches. Il me semble qu’un vin blanc serait plus adapté à l’apéritif et pour le plat, j’imagine un rouge ancien assez fort.

Le Chablis Premier Cru Montée de Tonnerre Alain Robin 1983 a une jolie couleur vue à travers le verre légèrement poussiéreux. Le niveau est proche du bouchon. A l’ouverture à 9 heures du matin, le nez est marqué et prometteur. Comme je l’imaginais, l’accord avec le boudin blanc coupé en lamelles et poêlé est divin, la gourmandise du boudin faisant sourire ce joli vin blanc, minéral, fruité et cohérent.

C’est un vin très agréable et gastronomique qui accompagnerait des poissons de rivières en sauce.

Le Château La Gaffelière Naudes Saint-Emilion 1953 a un niveau haute épaule et un nez à l’ouverture racé. Il est maintenant à table épanoui, et montre sa puissance et sa noblesse. Il est particulièrement long en bouche. Ma petite-fille lui trouve un goût de feu de cheminée. C’est vrai et cela lui donne encore plus de noblesse.

L’accord avec le curry d’agneau est réussi, même s’il n’était pas évident sur le papier. L’année 1953 est brillante en ce moment. Sa puissance et sa jeunesse sont une belle surprise pour un vin de presque 70 ans.

Le dessert est de petites tartes individuelles au citron avec des meringues. J’avais gardé suffisamment d’une bouteille de Vin de Chypre 1870. C’est toujours un enchantement de voir la vivacité et la complexité d’un vin de 152 ans si conquérant et si joyeux. Sa puissance lui permet d’affronter les saveurs citronnées. Un régal. Ce fut un beau déjeuner.

37ème séance de l’Académie des Vins Anciens samedi, 3 décembre 2022

La 37ème séance de l’Académie des Vins Anciens se tient au restaurant Macéo. Je suis arrivé au restaurant à 15 heures pour ouvrir les vins. Il y aura une cinquantaine de vins pour les 37 inscrits aussi vais-je ouvrir les vins des trois groupes dans l’ordre de service en passant d’un groupe à l’autre pour que le temps d’aération soit le même pour tous les groupes. C’est une opération très fatigante car il y a de nombreux goulots qui ne sont pas cylindriques dont le pincement entraîne une déchirure des bouchons qui remontent en charpie. Pour les trois vins du Jura de 1914, les bouchons sont durs comme du béton et extrêmement serrés. Il me faudra une force herculéenne pour les extirper.

Le vin allemand de 1979 a une odeur de bouchon qui est probablement la pire de ce que j’ai pu sentir. La tentation serait de l’éliminer mais il faut toujours laisser une chance au vin, même si je n’y crois pas. L’une des deux bouteilles de Château La Mouline 1961, celle du groupe 3, a le bouchon qui a sombré dans la bouteille. Je considère que le vin ne sera pas buvable aussi, comme la table 3 a 13 convives au lieu de 12, je décide de leur affecter le Château Gruaud-Larose 1962 au nez superbe.

Les vins offrent des parfums variables, le Vieux Château Certan 1967 me paraît fatigué, les trois vins d’Algérie qui, je l’espère, seront les vedettes de la table 1 ont des parfums très engageants. Le Châteauneuf-du-Pape 1961 a un parfum qui m’inquiète alors que celui de 1969 est prometteur. Tous les vins d’Alsace ont de beaux parfums forts. Les vins bourguignons sont en pleine forme.

J’ai vu de nombreux bouchons présentant des petits trous indiquant la présence de parasites, dont les trois vins du Jura et d’autres encore.

Béatrice, qui m’aide à gérer les verres et les vins a ouvert quelques vins, dont les liquoreux et les champagnes ce qui fait que l’opération d’ouverture est finie à 17h30. Il y a longtemps qu’aucun académicien n’est venu m’aider pour les ouvertures, certains apportant des vins de réconfort pour les ouvreurs.

Voici le programme des vins de ce dîner dont j’ai fourni 26 d’entre eux.

Les champagnes anciens, bruts sans année : Champagne Gardet Extra Quality Finest Réserve Brut – Champagne GH Mumm Cordon Rouge – Champagne Heidsieck Monopole Dry – Champagne Lanson Extra Quality Brut Rosé – Champagne Martin Laurent Brut – Champagne Mercier Private Brut.

Les vins du groupe 1 : Vin blanc illisible Hospices de Beaune 1953 – Bâtard Montrachet Pasquier-Desvignes & Cie 1929 – Côtes du Jura Blanc 1914 – Château Gruaud-Larose Saint-Julien Cordier 1962 – Vieux Château Certan Pomerol 1967 – Gevrey-Chambertin Bouchard Aîné et Fils 1953 – Côtes du Jura Rouge 1914 – Châteauneuf du Pape CH Bader-Mimeur 1961 – Le Rabelais Haut Dahra Ets Jouvin Alger 1951 – TSMARA Domaine du Fendeck Comte Hubert d’Hespel 1929 – Sidi Brahim Grand Vin Vieux Haut Mascara # 1930 – Vouvray Vernon Négociant 1947 – Malvoisie Coteaux d’Ancenis Louis Guindon 1964 – Marsala Superiore Florio &Co ACI 1840.

Les vins du groupe 2 : Riesling Bott Frères Greiner 1967 – Eberstadt WeingartnerTrollinger Genossencchaft 1979 – Puligny Montrachet Clos de la Mouchère Nicolas 1980 – Château La Lagune Haut Médoc 1970 – Château Beychevelle Saint-Julien 1970 – Château La Mouline Moulis en Médoc 1961 – Château La Conseillante Pomerol 1962 – Château Haut-Marbuzet, Saint-Estèphe 1962 – Château de Pez Saint Estèphe 1955 – Châteauneuf-du-Pape Château des Fines Roches 1969 – Clos Fontindoule Monbazillac G. Cros années 60 – Loupiac Cru Peytoupin Vve Robert Cartier 1964 – Sainte Croix du Mont Bouchard Père & Fils 1955.

Les vins du groupe 3 : Pouilly Fuissé Debaix Frères blanc 1961 – Puligny Montrachet Les Folatières Savour Club 1982 – Chablis Grand Cru Blanchots caves du Nectar Bourguignon 1963 – Gewurztraminer Clos St Imer Goldert Ernest Burn 1989 – Château Trotte Vieille 1973 – Lynch Bages 1970 – Château La Mouline Moulis en Médoc 1961 – Chambolle Musigny Joseph Drouhin 1967 – Pommard – Epenots Armand Girardin 1938 – Côtes du Jura Rouge (ou blanc ?) 1914 – Loupiac Nicolas années 60 – Sauternes Lahon Frères 1939 – Cérons JH Rivière Fils 1947.

L’invitation est de venir à 19 heures mais dès 18 heures les premiers académiciens se présentent ce qui poussera à ouvrir les champagnes beaucoup plus tôt. J’en avais prévu neuf, mais Adrian Williamson, le directeur des lieux qui a géré cette séance avec efficacité m’avait dit que c’est beaucoup trop aussi nous n’avons bu que six bouteilles avant de passer à table. Tous ces champagnes sans année sont des années 60 ou des années 70. Le Mumm Cordon rouge, le Mercier et le Lanson se sont montrés particulièrement brillants. Pour beaucoup, ces champagnes anciens aux couleurs ambrées sont de belles découvertes. Les délicieuses gougères mettent en valeur ces champagnes

Nous passons à table avant 20 heures. Le menu sera : truite en gravlax, citron confit et chou-fleur dans tous ses états / cabillaud sauvage rôti et moules safranées, pak choï / navarin d’épaule d’agneau, navet boule d’or / fromages affinés par la maison Bordier et fromages des membres / honeycake au miel de sarrasin, curd de mangue et fruit de la passion.

Tous les plats ont été pertinents et goûteux. Seul le dessert n’apportait rien aux vins.

J’avais posé sur chaque table les vins rouges dans l’ordre de service. Cela a facilité le service et a permis que chaque convive se concentre sur les vins de sa table. De ce fait que je n’ai pas goûté des vins des autres tables.

Le Vin blanc illisible Hospices de Beaune 1953 a un nez extraordinaire et le vin en bouche est une réussite absolue. C’est un très grand vin, de la qualité d’un grand cru, avec un fruit généreux et une mâche joyeuse.

Boire un Bâtard Montrachet de 1929 est extrêmement rare. Le Bâtard Montrachet Pasquier-Desvignes & Cie 1929 est assez énigmatique. Il délivre de belles complexités et des goûts très inhabituels, mais il lui manque un soupçon de charme pour qu’on puisse l’aimer.

J’ai mis à ma gauche à la table 1 un ami généreux qui a apporté trois vins du Jura de 1914 dont il m’a dit ceci : les bouteilles sont issues de la cave du commandant Georges-Emile Grand (1886-1974). Les bouteilles ont été achetées à l’époque et ont été conservées dans cette cave jusqu’à son partage récent entre les descendants. Les millésimes étaient écrits à la craie et les bouteilles rangées par casiers. L’ami avait bu un 1929 plaisant ce qui m’avait poussé à faire ce cadeau à l’académie.

Je suis servi en premier du Côtes du Jura Blanc 1914 et mon ami est servi en dernier aussi la couleur de son verre est nettement foncée par rapport à mon verre clairet. L’ami estime que son verre est plus riche et goûteux que le mien. Je le goûte et je préfère nettement mon verre clairet donnant un vin frais, fluide et très plaisant même s’il n’est pas très complexe. Boire ce vin de 108 ans est très enthousiasmant.

Des amis m’ont dit que le Château Gruaud-Larose Saint-Julien Cordier 1962 que j’avais transféré à leur table s’est montré brillant.

Quelle surprise avec le Vieux Château Certan Pomerol 1967 dont je n’avais pas aimé le parfum. Il est brillant, pur et n’a pas un gramme de défaut. C’est un vin très plaisant.

Le Gevrey-Chambertin Bouchard Aîné et Fils 1953 est d’une pureté et d’un charme que je n’imaginais pas à ce niveau. C’est un très grand vin d’une subtilité rare. Je l’ai adoré. Et les deux 1953 de ma cave, le blanc et celui-ci se sont montrés parfait.

Le Côtes du Jura Rouge 1914 a des accents charmants, mais est peu porteur d’émotion.

Le Châteauneuf du Pape CH Bader-Mimeur 1961 avait un parfum indécis. Il s’est élargi avec l’aération mais il manque un peu d’émotion. Il faut dire que je suis tellement impatient d’accueillir les trois vins algériens que j’abrège mon parcours avec ce vin du Rhône.

Le Rabelais Haut Dahra Ets Jouvin Alger 1951 a un parfum très algérien avec des évocations de tabac et de café. En bouche c’est une surprise car ce vin plaisant a de forts accents de marc. Nous nous sommes amusés à dire qu’un vin algérien hermitagé au marc est particulièrement original. Le vin est bon, mais la trace de marc est forte.

Il va se passer maintenant quelque chose d’inouï. On me sert le Sidi Brahim Grand Vin Vieux Haut Mascara # 1930 car je goûte en premier tous les vins. Je bois le vin, je ferme les yeux, je mets mes mains sur mes yeux, et je m’enferme dans une bulle imaginaire, où n’existent plus ni le temps ni l’espace. Je suis en train de boire un vin parfait, le vin qui a un tel pouvoir qu’il me crée un choc physique.

En face de moi, l’ami qui a apporté le Sidi Brahim s’inquiète. Que se passe-t-il ? Ai-je souffert de goûter ce vin ? Je le rassure et je lui explique que quelques vins dans ma vie ont été d’une telle perfection que mon corps a ressenti fortement le génie magique du vin. Ceci m’est arrivé pour un Yquem 1900, pour un Hermitage La Chapelle 1961 et pour un Montrachet Bouchard Père et Fils 1865. Cela m’est sans doute arrivé d’autres fois mais ces trois exemples percutants sont rejoints par ce Sidi Brahim. Pour que l’on comprenne bien, j’ai bu des vins absolument transcendantaux comme Les Gaudichots 1929 de la Romanée Conti, comme Pétrus 1950 en magnum. Ils étaient brillantissimes, et certainement plus complexe que ce vin algérien, mais pas au point de me donner ce choc physique de l’apparition de la beauté absolue.

Et ce Sidi Brahim, totalement cohérent, rond, parfait, a ce pouvoir inouï de représenter la perfection absolue. Alors, je suis revenu de mon petit nuage pour boire les autres vins, encore ému.

Le vin que j’attendais le plus est le TSMARA Domaine du Fendeck Comte Hubert d’Hespel 1929 qu’une charmante dame m’avait proposé d’apporter, en souvenir de son grand-père qui possédait ce vin. Elle m’avait demandé quoi en faire et je lui ai proposé de le boire à l’académie. Ce vin est parfait, d’une complexité beaucoup plus grande que celle du Sidi Brahim, très algérien et évoquant un cousinage avec les grands Royal Khebir. Ce qui en fait un vin rarissime, c’est son millésime. Il n’a aucune trace de vieillesse. Il est grand, noble, mais ne peut atteindre l’émotion que m’a donné le Sidi Brahim.

Le Vouvray Vernon Négociant 1947 est absolument remarquable de douceur et de fraîcheur. Il a une longueur extrême que donne sa fraîcheur.

Le Malvoisie Coteaux d’Ancenis Louis Guindon 1964 est une belle curiosité. Il y a des saveurs épicées et des douceurs rares, mais ce vin sec n’atteint pas l’émotion du Vouvray.

Le Marsala Superiore Florio &Co ACI 1840 avait été apporté par l’un des plus fidèles et généreux des membres de l’académie. Il était sans illusion car il est évident que ce vin est plus jeune d’au moins un siècle que ce qui est annoncé sur l’étiquette, car la présence alcoolique est trop forte. Il est délicieux à boire pour un vin qui aurait cent ans de moins.

Tout s’est passé au mieux. J’ai eu une surprise en allant à la table 2 pour demander si le vin allemand avait été écarté. Non seulement il a été bu mais certains l’ont aussi aimé. Etait-ce le jour des miracles ?

Mon classement met le Sidi Brahim vers 1930 à des années lumières au-dessus des autres. Ensuite, le Tsmara 1929 mérite d’être second. Je mettrai ensuite trois vins qui se sont montrés superbes, le Vin blanc illisible Hospices de Beaune 1953, le Gevrey-Chambertin Bouchard Aîné et Fils 1953 et le Vouvray Vernon Négociant 1947.

Au titre des curiosités, les deux vins du Jura de 1914, la Malvoisie 1964 et le vin d’algérien 1951 méritent d’être cités. L’ambiance à notre table était chaleureuse, ouverte et attentive aux vins anciens. Ce fut une magnifique séance de l’Académie des Vins Anciens.


la composition des groupes se fait dans ma cave

des photos de l’ouverture des vins

le repas

les photos des vins des trois groupes et des champagnes sont dans les articles ci-dessous.

Académie du 1er décembre – les champagnes jeudi, 1 décembre 2022

Académie du 1er décembre – les champagnes

Champagne Bollinger Special cuvée Brut

Champagne Gardet Extra Quality Finest Réserve Brut

Champagne GH Mumm Cordon Rouge

Champagne Heidsieck Monopole Dry

Champagne Lanson Extra Quality Brut Rosé

Champagne Martin Laurent Brut

Champagne Mercier Private Brut

Champagne Pommery Brut

Champagne Pommery Brut