Archives de catégorie : vins et vignerons

Visite à Chateau Margaux, Mouton et diner à Kirwan mardi, 17 avril 2007

Quittant le château d’Yquem avec le sentiment d’avoir partagé un moment œnologique unique, notre petit groupe qui se réduit de dix à six part pour d’autres cieux bordelais. Nous arrivons à Château Margaux où nous sommes très aimablement accueillis. Tina nous fait visiter les chais, explique le processus de vinification et nous sommes reçus au « musée », salle où Corinne Mentzelopoulos avait reçu à dîner il y a deux ans un groupe d’américains pour un repas à l’émotion rare dont j’ai raconté les magnums de Château Margaux qui coulaient à flot. Paul Pontallier, directeur général de Château Margaux nous explique brillamment, avec une extrême précision, tout ce qui permet de comprendre les vins que nous buvons. C’est Le Pavillon rouge de Château Margaux 2006, brutal retour à la réalité puisque le dernier vin que nous avions en bouche est son aîné de 161 ans ! C’est ensuite Château Margaux 2006, vin de grande classe très plaisant malgré son jeune âge et prometteur, qui ne souffre pas trop d’être suivi du Château Margaux 2005, vin qui sera dans peu de temps un véritable trésor. Malgré son charme qui s’esquisse, Le Pavillon Blanc 2006 est d’un choc trop brutal. Il faut une souplesse d’échine au palais (si je peux dire) que je n’ai pas, pour accepter un tel blanc après ceux d’hier soir. Nous avons fait cette dégustation en même temps qu’un meilleur sommelier danois qui prépare le concours de meilleur sommelier du monde et sera en compétition avec Andreas Larrson, meilleur sommelier suédois que j’avais retrouvé au Club des Professionnels du Vin. Des anglais sont entrés dans la salle, avec qui j’ai bavardé de mes dîners et qui ont montré un intérêt certain car ils sont négociants en vins rares.

Nous filons vers Mouton-Rothschild. Au bureau des visites, six charmantes hôtesses sont tout sourire. Je leur montre le menu de la veille avec les trois vins de Mouton ce qui les assomme comme un coup de marteau. Nôtre hôtesse est sans voix. Nous voyons le petit film d’accueil de Philippine de Rothschild. La visite du musée est un grand moment d’émotion. Philippe Dhalluin est tout sourire, car tout le monde du vin bruisse de la réussite de Mouton 2006. Il nous reçoit pour la dégustation. Nous goûtons les vins de la propriété en 2006. Le château d’Armailhac, le Château Clerc Milon, le Petit Mouton et enfin Mouton-Rothschild 2006 qui est éblouissant de promesses. C’est un vin de très grande classe. Nous évoquons la récente vente de Sothebie’s à New York qui a consacré un jéroboam de Mouton 45 (ce que nous avons bu hier, mais en bouteille), avec un prix de 310.000 $.

Ces glorieux châteaux sont assaillis de demandes de visites et les groupes se succèdent comme dans les musées. Je suis donc particulièrement heureux que Paul Pontallier et Philippe Dhalluin aient pu nous consacrer de leur temps précieux pour présenter leurs 2006. C’est un honneur qu’ils nous faisaient.

Nous avons rendez-vous au Château KirwanSophie Schÿller nous invite à dîner. Le temps a fraîchi et les délicates croupes de la propriété sont belles à voir au soleil couchant. Après une visite des chais où tout a une dimension plus humaine, plus préhensible que ces vaisseaux spatiaux que sont Margaux et Mouton, nous faisons une dégustation de Château Kirwan en remontant les sept millésimes de 2006 à 2000. Mes amis n’ont  pas l’habitude de ces dégustations comparatives où il n’est pas facile de projeter ce qu’un bébé de huit mois deviendra à dix-huit ans. Car c’est un peu de cela qu’il s’agit quand on juge un vin qui n’est pas encore au stade de la mise en bouteilles. Grâce aux explications du nouveau directeur général et au charme de Sophie, nous comprenons bien sur cette période les principes fondamentaux de ce vin et ses constantes. Une belle finesse d’approche, une précision élégante, un poivre assez soutenu lié à la proportion inhabituelle de merlot, et ce romantisme féminin propre aux grands Margaux. Sophie nous raconte divers sujets de fierté qui propulsent à juste titre Kirwan au niveau des grands. En deux mots, car mon avis sur les vins jeunes n’est pas déterminant, le 2006 sera un bon vin, le 2005 est superbe, le 2004 est très au dessus de ce qu’on dit de cette année, le 2003 est taillé pour une longue vie, le 2002 ne me parle pas, le 2001 me plait énormément et le 2000 est grand, sans être au niveau qu’on pourrait imaginer compte tenu des hyperboles qui ont enveloppé cette année. Ce sont de grands vins indéniablement.

Nous nous faisons beaux pour dîner dans la jolie salle à manger d’une maison annexe du château. L’élégance est féminine et je me rends compte que les trois propriétés que nous avons visitées aujourd’hui, Margaux, Mouton, Kirwan, sont des propriétés possédées et gérées par des femmes. Aucune parité dans nos visites ; nous sommes donc coupables. Nous l’assumerons ce soir car Sophie fut la plus délicate, attentionnée et amicale des hôtesses. Elle nous a reçus comme on reçoit ses amis les plus proches. Elle nous a raconté mille anecdotes passionnantes sur des histoires familiales, sur ses choix, sa vie riche en créations nombreuses et porteuses d’avenir. Marie, la cuisinière, a choisi seule le menu. Ce sera crème d’asperges, suprême de volaille aux champignons, fromages et tarte à la rhubarbe. Sophie nous a servi Signatures 2005, un  joli vin simple de négoce de la maison familiale fondée en 1739, il y a presque 270 ans. C’est son frère qui dirige cette organisation. Nous goûtons à l’aveugle Kirwan 1985 dont un de mes amis, d’un ton péremptoire, annonça le bon millésime. J’étais à un an près. Ce fut ensuite Kirwan 1982, que beaucoup trouvent plus charmant que le 1985. J’ai un faible pour le 1985 car une proportion plus forte de merlot lui donne un petit accent de Pomerol que j’adore. Je trouve au premier essai l’année du Kirwan 1966 car c’est une belle année pour les margaux, et il a un charme qui correspond à mon penchant pour les vins d’un certain âge. La gérontophilie est-elle héréditaire ? Je demanderai à l’un des candidats à la Présidence.

J’avais apporté en cadeau Yquem 1983. La tarte à la rhubarbe, délicieuse et peu marquée a bien accompagné l’Yquem majestueux, contrairement à ce que j’avais supposé. Très bel Yquem à la couleur orange, il a une longueur inimitable. J’ai versé un verre à Marie. Voir ses yeux qui brillent me réjouit le cœur. Sophie a réussi la démonstration qu’elle voulait faire de la grandeur de son Kirwan auquel elle se consacre avec une volonté que l’on sentait à chaque mot. Mais c’est aussi une musicienne et une source de projets passionnants dont la description nous a charmés. Nous étions comme à un repas de famille.

Après une douce nuit dans l’annexe du château nous nous sommes quittés avant de repartir vers nos domiciles, forts du souvenir d’une chaleur humaine inégalée.

 

Les chais et la cave des trésors à Chateau Margaux

des millésimes du 19ème siècle, et la tonnellerie à Margaux

Une jolie faïence dans la salle de dégustation à Margaux, et un faune nous accueille au musée de Mouton

 

Le mouton emblématique que l’on retrouve sérigraphié d’or sur la bouteille de Mouton 2000 et le chai légendaire.

la salle de dégustation de Mouton-Rothschild où nous fûmes reçu avec amitié.

 

Chateau Kirwan et la serre qui est classée.

le soir et le matin à Yquem mardi, 17 avril 2007

Après une chaude journée le 16 avril, le soleil se couche (on peut comparer cette image à celle datée du 22 mars).

Le lendemain matin, c’est la brume et une fine bruine sur les vignes d’Yquem, qui fera place à une chaude journée ensoleillée. C’est le climat idéal pour faire un grand vin. Merci Ciron !

Le matin du plus beau jour de ma vie de collectionneur lundi, 16 avril 2007

Ce qui s’avérera le plus grand jour de ma vie d’amateur de vins démarre sous une chaleur impensable pour la saison. Une moiteur lourde pèse sur le paysage sauternais. Je me présente au château d’Yquem le matin, pour redresser les bouteilles du dîner, qui reposent dans le caveau du château d’Yquem depuis un mois. J’ouvre aussi la demie bouteille qui sera le cadeau que je tiens à offrir à ceux qui ont toujours facilité mes contacts avec Yquem. Il s’agit d’une demie bouteille d’Yquem 1893, une des plus fantastiques années d’Yquem, à la climatologie parfaite pour faire un grand Yquem, comme le rappellera ce soir Pierre Lurton pour qui j’avais gardé un verre de ce nectar. « Orgasmique » sera son commentaire.

Dans la petite salle à manger du château, Valérie, Sandrine, Francis, Antoine puis plus tard Pierre-Yves, partagent avec moi ce sauternes divin. Le niveau est bas, la couleur est d’une densité forte, très brune en bouteille et merveilleusement dorée dans le verre. Le nez est incroyablement puissant, ressenti même à trois mètres du verre. En bouche, l’attaque est d’un gras spectaculaire. C’est un signe d’excellence. Le pamplemousse rose signe l’attaque et se prolonge par des évocations de caramel et de café. C’est tellement parfait que je ressens la fierté de chacun. Travailler pour un vignoble qui peut produire une telle merveille permet à chacun d’avoir un sourire épanoui. Cette communion émouvante me remplit de plaisir. La longueur de ce vin se prolonge dans ces sourires. C’est ma joie.

Dans la décapotable décapotée de Sandrine Garbay, maître de chai, nous partons tous les deux à Langon, chez Claude Darroze, pour déjeuner. J’ai demandé à Sandrine de pouvoir boire le rouge d’Yquem, vin qui est réservé à la consommation du château d’Yquem. Sandrine a pris Yquem rouge 1997, vin très ordinaire et de plus légèrement bouchonné mais qui a pour moi un charme  particulier : c’est le vin que l’on boit à Yquem à la fin des vendanges. Il a encore plus de saveur car les vignes ont été arrachées en 2004. Ce vin rouge d’Yquem n’existera plus jamais. J’ai commandé Château Ausone 1960 qui sera accompagné de foie gras et de ris de veau. Comme c’est toujours le cas au restaurant, ce sont les dernières gorgées des vins anciens qui sont les plus belles. L’Ausone à peine ouvert est un peu poussiéreux en bouche, mais promet car sa concentration est remarquable. Au fil du temps il se colore, le fruit s’expose, et les saveurs sucrées du foie gras et du ris de veau délicieux lui donnent de l’opulence. La saveur la plus grande de ce repas c’est évidemment d’avoir pu bavarder dans le calme avec le maître de chai d’Yquem.

 Le rouge d’Yquem 1997 – Sandrine Garbay expliquant le botrytis.

 

Le Château d’Yquem lundi, 16 avril 2007

La plus belle façade du château, vers l’est, chargée d’une forte émotion à mes yeux. Les chais et les bureaux administratifs.

La cour intérieure carrée du château avec le puits en plein centre et la porte d’entrée sur la façade ouest.

.

.

.

Une meurtrière de forme très irrégulière montre le caractère militaire du château. On voit l’un des plus beaux pins de la façade ouest. A travers une meurtrière de la tour nord ouest, une vue sur la façade ouest et la tour sud ouest.

La façade nord, vue de la tour du nord ouest, et les vignes descendant sur des pentes harmonieuses vers la Garonne.

Le grand salon jaune qui ne sera pas utilisé aujourd’hui.

La cheminée du salon lambrissé du château située en sud est. De part et d’autre, les portraits d’ancêtres très anciens de la famille Sauvage – Lur Saluces.

 

Club des Professionnels du Vin lundi, 2 avril 2007

Le Club des Professionnels du Vin est un rendez-vous semestriel incontournable. Au Pavillon Dauphine, des vignerons de qualité font goûter leurs vins à la presse, aux sommeliers, aux cavistes et à tous professionnels du vin. C’est l’occasion pour moi de rencontrer des vignerons que j’apprécie. Denis Garret, nouveau directeur de cette organisation et fidèle de l’académie des vins anciens a invité beaucoup d’académiciens que je retrouve avec plaisir. Etre accueilli au premier stand par Dom Ruinart, cela donne le ton de la manifestation. Alors que d’habitude je butine, serrant des mains et bavardant comme le ferait un candidat à la présidentielle, je passe un peu plus de temps aujourd’hui à explorer des vins.

Le Champagne Alfred Gratien cuvée Paradis dégage une légèreté en bouche qui est extrêmement convaincante. L’intemporelle champagne 2002 de Mailly a une densité qui m’enchante. Les champagnes Bonnaire dont le Champagne Bonnaire « boisé » que l’on goûtera à déjeuner sont aussi plaisants et typés.

Philippe Blanck me fait goûter ses Riesling Sclossberg Paul Blanck 2002 et 2004 et je suis conquis par la qualité de ses vins chaleureux comme l’homme l’est. Le Chassagne Montrachet Louis Jadot 2004 est vraiment typé Chassagne, dans la ligne des extraordinaires blancs de cette maison. Sourire au lèvres, Alphonse Mellot évoque la mémorable soirée que nous avions passée ensemble autour d’une cuisine alsacienne chez un ami, et je goûte Génération XIX Alphonse Mellot 2005 Sancerre ainsi que d’autres de ses grands vins, qui montrent que le Sancerre peut aller à des niveaux de précision élevés.

Je trouve avec amusement que l’on expose un Château de Ricaud Premières Côtes de Bordeaux dont l’étiquette porte le même château que celui de l’étiquette du Loupiac 1924 de Ricaud qui a brillé à l’académie des vins anciens.

De sympathiques et joyeux vignerons m’accueillent pour faire goûter un Nuits Saint-Georges « aux perdrix » quasi monopole Devillard 2004 et un Mercurey Château de Chamirey Devillard 2004 en blanc et en rouge qui donnent raison à l’adage voulant que les vins ressemblent à ceux qui les ont faits. Ces souriants et dynamiques vignerons ont fait des merveilles.

Au déjeuner prévu pour la presse un magnum de Moët & Chandon 1973 est d’un nez et d’un charme parfaits, encore supérieurs à ceux de la même bouteille dans le même format qui fut présenté à l’académie des vins anciens. Je retrouve Pierre Narboni propriétaire du Château Peyrat-Fourton en Haut-Médoc, qui me fit l’honneur d’assister à une récente séance de l’académie.

Le petit coup de cœur de tous les vins servis à profusion, c’est le vin d’Arbois 1996 en magnum des domaines Rolet, d’une persistance aromatique inimitable.

Denis Garret avait retenu à dîner plusieurs vignerons à la générosité incroyable. Etre accueilli par un magnum de champagne de Venoge 1978, ça marque. Car ce champagne subtil, léger, porte bien son âge de façon fringante. Un Chablis Brocard 2002 en magnum calme toutes les soifs.

Souvenir, souvenir, je bois avec émotion un Côtes de Roussillon Village Cazes en double magnum 1989, car j’ai fait plusieurs dîners professionnels avec ce même vin dans la même année et le même format, dans mon passé industriel. Un Rivesaltes Arnaud de Villeneuve 1982 ambré me rappelle les talents de cette belle région et un magnifique armagnac Folle blanche Boignières 1980 commenté au débotté avec talent par un sommelier présent aurait pu être la plus brillante des conclusions si l’on ne m’avait tendu, au moment où je voulais m’éclipser, une coupe de Dom Pérignon 1999. Il est des départs plus tristes.

Ce salon fort compétent et sérieux rassemble de grands vignerons. Si on lui ajoute cette convivialité, c’est une réussite de plus. Cerise sur le gâteau, j’ai revu avec bonheur deux très grands sommeliers avec qui j’apprécie de déguster, Dominique Laporte, meilleur sommelier de France 2004 et MOF 2004 (meilleur ouvrier de France), qui m’a aidé lors de dîners de wine-dinners de sa compétence, et Andreas Larsson, meilleur sommelier d’Europe 2004, qui prépare le concours de meilleur sommelier du monde, avec lequel j’avais participé à un jury de champagnes et à de grandes dégustations. Etant assis face à face, nous nous sommes amusés à boire ensemble quelques vins à l’aveugle. Que cet ami si titré annonce un Hermitage 1991 pour un Crozes Hermitage 2005 montre à quel point la science du vin n’est pas une science exacte. Longue vie à ce salon qui se tiendra à Paris à nouveau le 15 octobre.

salon des vignerons indépendants lundi, 26 mars 2007

C’est à la Porte Champerret, sur trois jours.

Je reviens du salon, et c’est extrêmement plaisant.
Il y a des centaines de vignerons, et l’on voit bien que des stands sont très sollicités pendant que d’autres se morfondent.
Il y a suffisamment de beaux domaines pour satisfaire la curiosité de chacun.
Je suis surtout passé pour dire un petit bonjour à des gens que j’apprécie :
– Bernard Cazes au Rivesaltes Cazes
– Paule de Volontat à la Coume du Roy en Maury toujours aussi charmante
– Olivier Decelle à Mas Amiel (pas là, mais j’ai vu ses équipes)
– les gentils propriétaires de Caillou à Barsac
– la famille Médeville propriétaire de Gilette (sans doute le vin le plus prestigieux du salon) et de Justices, dont la qualité mérite d’être connue
– le domaine Tissot
– Philippe Chatillon au Domaine de la Pinte
– René Monbouché à Theulet Marsalet en Monbazillac (son 2003, c’est de la bombe)
– Cauhapé avec sa quintessence de petit Menseng (absolument délicieux, même si ça fait boum boum)
– et l’incontournable Dupasquier où, comme les fauves qui se retrouvent au point d’eau, j’ai retrouvé deux autres amateurs de mes relations pour goûter Altesse et Marestel 2004 (et je dois dire que j’ai aimé les deux, même si le Marestel est plus taillé pour la garde).

J’ai goûté Chateau Tournefeuille 2004 que j’ai trouvé intéressant.
Et chez Tissot on m’a fait goûter un rosé de saignée 2003 que j’ai trouvé assez bluffant (dans sa catégorie)
J’ai goûté le Chateau Jean Faure 2004 St Emilion que vient de racheter Olivier Decelle. C’est un peu simple, mais ça va progresser.
J’ai goûté le Chateauneuf-du-Pape Janasse Vieilles Vignes 2005 très boisé, mais qui va faire un grand vin.

Mon seul achat, car je n’étais pas venu pour acheter : un cognac extrêmement vieux, mélange de 1929 et 1947, de la maison Estève. Achat impulsif, car j’ai déjà trop d’alcool. Mais c’est sacrément bon.

Un ami m’a fait goûter les vins d’un domaine d’Alsace qui est remarquable et que je ne connaissais pas, Stentz Buecher. Le pinot blanc 2002 vieilles vignes est extrêmement intense et me plait plus que le Gewurz SGN 2001 qui, même bien fait, ressemble beaucoup à d’autres.

Il y avait donc de quoi satisfaire tous les palais dans ce salon très riche en possibilités de découvertes. Car je n’ai effleuré qu’une infime partie de ce qui était visitable.

Graves Royal Sec lundi, 19 mars 2007

Le vin de 1912 que nous boirons à Yquem est un "grand vin de château d’Yquem", et sur la capsule est marqué : "Graves Royal Sec", exactement comme sur cette étiquette d’un vin de la même période.

Enigme à creuser …

une bien délicate attention samedi, 17 mars 2007

Lors de la visite du Chateau Pichon Longueville Comtesse de Lalande, nous errons dans les différents sites où sont exposées de belles bouteilles. Un des conférenciers de la veille me dit : "j’ai vu votre nom dans une vitrine". Et je constate avec un infini plaisir que le Maury La Coume du Roy 1925 que j’avais offert à May Eliane de Lencquesaing pour ses 80 ans, car c’est un vin de son année, a été bu en famille, puisque figurent sur l’étiquette de nombreuses signatures. l’avoir rappelé ainsi est une attention fort délicate.

conférences (jour 3) au Chateau de Pichon Comtesse samedi, 17 mars 2007

Pour le troisième jour du colloque nous sommes accueillis par May Eliane de Lencquesaing au château de Pichon Longueville Comtesse de Lalande. Elle avait poussé la gentillesse de suivre les conférences des deux premiers jours et m’avait fait l’honneur de m’expliquer, en aparté amical, les raisons de la vente de son domaine aux propriétaires des champagnes Roederer. Elle va continuer avec son dynamisme à gérer avec Gildas d’Ollone son domaine et à diriger son musée du verre, qui est le prétexte de notre présence. De brillantes conférences donnent des indications sur les caves des riches bourgeois des 18ème et 19ème siècles à Bordeaux et Paris. Je constate que comme dans ma cave la part des vins doux de Chypre, se Sicile, du Cap et autre contrées est fort significative. Il s’agissait donc de caves éclectiques. Le colloque se termine dans la joie, par un buffet debout, après la visite du musée, sur un Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1993 servi en magnum, vin d’une petite année qui a maintenant acquis un bel équilibre et une éloquente intégration qui modifient sensiblement l’analyse de ce millésime, car on le boit avec plaisir.

J’ai rencontré des gens charmants, comme ce spécialiste en radioactivité qui ausculte les bouteilles antiques pour les authentifier, comme tous ces universitaires, chercheurs, professeurs, recteurs, directeurs, ravis de parler avec d’autres qu’eux-mêmes. Grâce à la générosité des sponsors, dont Yquem et Pichon Comtesse, nous avons été royalement traités. Un soleil printanier comme il n’en existe qu’à Bordeaux a mis la touche complémentaire pour faire de ce court séjour studieux un souvenir durable.