Archives de catégorie : billets et commentaires

Le salon des grands vins mercredi, 21 février 2001

Les 9, 10 et 11 mars, nous aurons un stand au salon des grands vins qui se tient à la Porte d’Auteuil. Ce stand nous a été proposé pour une raison particulière, et nous avons dit « pourquoi pas ! ». Nous y rencontrerons tous ceux qui comme vous aiment les vins rares et anciens. Nous montrerons des belles bouteilles bues, qui ont un petit commentaire de dégustation sur notre site web. Venez nous voir et bavarder de projets que nous réaliserons ensemble, par amour des joies gustatives d’exception.

Le prix des vins mardi, 13 février 2001

D’abord, ayons une pensée émue : à une vente récente à Calais, une bouteille de Lafite-Rothschild 1870 a atteint la cote de 45.000 F, soit plus de 50.000 F après les frais de vente. Pour ceux qui, grâce à wine-dinners et à Jean-Luc Barré, ont pu sur les deux derniers mois, boire Mouton Rothschild 1870 et Pontet-Canet 1870, il doit y avoir rétrospectivement un petit frisson dans le dos. Car Mouton est plus grand que Lafite dans cette fabuleuse année (nous l’avons bu deux fois ainsi que Latour dans l’année 1870), et Pontet-Canet a révélé une jeunesse exceptionnelle que les vins de cette année affichent toujours.
Nous avons donc pu, pour les heureux élus de wine-dinners, faire goûter des légendes, et en plus, des valeurs extrêmes ! Que rêver de plus. Il faut dire aussi que la bouteille de Calais est splendide, d’une belle origine, et d’une remarquable conservation. Il est normal qu’elle atteigne des valeurs élevées.

Des idées de dîners à thèmes – lundi, 8 janvier 2001

Nous en indiquons quelques unes sur le site dans la rubrique « future events ». Mais là, il y a une idée qui nous « chatouille » : faire plus de la moitié d’un repas sur des Montrachet, qui seraient la vedette du repas, les rouges et liquoreux devant avoir la discrétion de s’effacer devant la mémoire gustative des Montrachet. Nous verrions bien un ou deux Montrachet de Bouchard, un jeune et un moins jeune Montrachet du domaine de la Romanée Conti et un Montrachet Marquis de Laguiche 1923 qui est une somptueuse bouteille. Si vous avez des idées de ce qu’il faut manger avec ces vins et de ce qui doit suivre (Margaux et Latour des années 30 ?), donnez-nous vos idées.
Vous pouvez aussi nous donner des idées ou des thèmes plus simples à réaliser, avec des vins que vous chérissez mais qui ne chevauchent jamais l’offre habituelle des restaurants qui nous accueillent.

Les vins du Domaine de la Romanée Conti – lundi, 8 janvier 2001

Nous avons eu la chance au cours du mois écoulé de boire, grâce aux dîners que nous avons organisés, ou lors de manifestations privées, plusieurs vins du Domaine de la Romanée Conti : Echézeaux 1989, Grands Echézeaux 1969, Romanée Conti 1962, Richebourg 1952 et Richebourg 1943. On souhaiterait bien évidemment que tous les mois ressemblent à ce mois là, d’autant que ces vins n’étaient pas les seuls à ces repas, mais c’est une occasion de faire des commentaires, avec toute l’humilité qui s’impose.
Il faut mettre de coté tout de suite le Richebourg 1943, qui fut un immense plaisir, un vin accompli, puissant, parfait dans toutes ses composantes. Le Bourgogne riche, velouté et parfait comme le sont les Bourgognes des années 10 et 20 que nous proposons dans nos dîners.
Pour les autres, qui sont de grands vins, nous sommes obligés de dire qu’il y a un décalage entre ce que l’on attendait et ce que l’on a bu. Ce qui conduit à quelques interrogations : soit nous avons le même phénomène que pour les premières dégustations de Pétrus, car il faut du temps avant de bien comprendre toutes les subtilités de Pétrus, soit Romanée Conti n’a pas échappé à la problématique de beaucoup d’autres producteurs : les vins récents (après 61) ont du mal à lutter avec les vins anciens, soit, et nous ne l’excluons pas, la dégustation de vins anciens nous a rendus moins tolérants aux vins récents. Cette dernière hypothèse ne devrait pourtant pas résister, car nous avons des souvenirs de vins des années 80/90 absolument excellents, tels que les vins de Méo-Camuzet, de Gouges, et aussi de somptueux vins du domaine de la Romanée Conti présentés par Ficofi. Un La Tâche 88 était grandiose.
Le plus grand vin du Domaine que nous avons bu, grâce à Jean-Luc Barré et Arnaud Canoen est Romanée Conti 1945 en magnum, ce qui est le rêve de tout amateur de vin, suivi de très près tant il était bon par Richebourg 1929, phénoménal vin chaleureux.
Nous en tirerons une simple conclusion : comme la cote des vins DRC modernes est beaucoup plus élevée que celle des vins plus anciens, laissez vieillir vos trouvailles récentes et venez boire avec nous les vins plus anciens.

Le site wine-dinners progresse ! et le bulletin se met en place lundi, 8 janvier 2001

Ce commentaire figure dans le troisième bulletin . Dans les deux précédents, nous avons raconté les dîners récents de wine-dinners ou des dégustations particulières. Il y a eu la dégustation folle de clôture de l’an 2000, avec six vins de 1900, un exceptionnel Mouton-Rothschild 1870 et Pétrus 1961. Puis ce furent deux dîners organisés à la demande, l’un pour de jeunes amateurs, l’autre pour des experts chevronnés.
Tous ces dîners sont aussi évoqués sur le site wine-dinners, rubrique « past events ».
Le site est maintenant bien avancé. Au moment où nous écrivons, la version française n’est pas encore disponible, mais la version anglaise est complète. On peut voir les photos du musée, les photos de la cave et choisir les menus que l’on va commander.
Ce bulletin prévoit un coupon-réponse afin que vous puissiez dire si vous souhaitez recevoir régulièrement ce bulletin. Indiquez si vous le souhaitez par e-mail ou par courrier, en donnant votre adresse dans chaque cas. Il faut noter que les commentaires de ces bulletins n’engagent que leurs auteurs, et ne prétendent à aucune « vérité » définitive.

Mon premier bulletin dimanche, 17 décembre 2000


Mon premier bulletin date du 17 décembre 2000. Aurais-je pensé, en l’écrivant, qu’au moment où se crée ce blog, cinq ans plus tard, j’aurais émis 163 bulletins, au début de deux pages, puis rapidement de quatre, voire six pages.
Mais surtout, quel regret de ne pas avoir commencé plus tôt !

Quelques vins deci-delà vendredi, 15 décembre 2000

En dehors de ces dîners, nous avons pu goûter entre autres bouteilles un Chablis grand cru Grenouilles 1976 du Domaine de la Maladière qui s’est révélé exceptionnel de fruit et de typicité, et un Yquem 1986, que nous avions goûté peu de temps avant sans réel plaisir, et qui, ce soir là, fut au contraire un grand moment. Ceci montre qu’il ne faut jamais être définitif ou péremptoire sur un vin : tant de facteurs concourent à la formation de la sensation du vin. Restons humbles sur nos jugements.

Le site wine-dinners.com se prépare vendredi, 15 décembre 2000

On sent le bout du tunnel pour le site wine-dinners dont Central Web a multiplié les fonctionnalités. Ils auront su faire un beau site. Patience. Bientôt, on va enfin voir des bouteilles qui m’ont fait rêver, et garantissent le succès des dégustations futures. On va entrer ainsi dans la phase des inscriptions. Choisissez vos menus sur le site, et appelez moi. Je vous arrangerai un dîner de rêve.

Découverte d’un Calvados inconnu vendredi, 1 décembre 2000

Une dégustation impromptue chez le commissaire priseur ARTUS, avec de vrais experts en vins. Une bouteille indatable, « improposable » a été ouverte. Un calvados, probablement de la fin du siècle dernier, a montré des arômes très différents des saveurs connues. Jeune et puissant, mais avec une palette aromatique large.

quelques photos de promo jeudi, 19 octobre 2000

Dans le Spectacle du Monde n° 47 de février 1966 voici la photo de couverture :

un détail permettra de mieux reconnaître les camarades (merci de me donner les noms pour que je les ajoute)

la promo s’égaie et on reconnait de face Damlamian et à droite sans bicorne Bentz. ce pourrait être d’Allest flou au premier plan

on reconnaît le regretté Griffe, qui était de mon casert

ça c’est moi (ne dites pas que j’ai changé!) et en arrière plan Hamon

A gauche Jean Mitschi, à droite Gérard Trapp

je reconnais Magnischewer qui est de la 60. Qui connait son voisin à gauche ?

un camarade boit du lait chocolaté à côté de son frère sans doute

un cours de mili. Me dire les noms des amis et du militaire

un cours du professeur Jacqué

il y en a au moins un qui suit ! C’est Jean Mitschi.

au plaisir de vous revoir au 50ème rugissant !

(suites …. )

Depuis que nous échangeons des mails pour préparer la célébration des 50 ans de la promotion, le 16 juin 2011, des tas de photos ressurgissent. En voici une de mon casert de la 2ème année :

Trois amis nous ont déjà quittés : Thierry Aubin, Lionel Griffe et Dominique Vautherin. Je trinquerai pour eux le 16/06/11 avec les amis du casert 261.