Archives de catégorie : billets et commentaires

Chypre 1845 à l’ambassade de Chypre mardi, 5 juin 2012

A force d’écrire que le vin de Chypre de 1845 est le plus grand vin de ma vie, ça devait remonter un jour jusqu’aux oreilles de l’Ambassade de Chypre. Un conseiller de l’Ambassade me contacte et serait heureux que Chypre puisse acquérir une bouteille vide de Chypre 1845, pour qu’elle figure dans un musée.

L’évocation d’une bouteille de cet âge dans un musée serait apprécié.

Je reçois le conseiller dans ma cave qui choisit l’une des plus belles bouteilles vides que j’ai gardées. Quelques jours plus tard, j’apporte la bouteille à l’Ambassadeur qui me reçoit chaleureusement. La bouteille sera expédiée à la mairie de Limassol, ville la plus au sud de Chypre, qui est proche de toute la zone où l’on produit les célèbres Commandaria de Chypre.

Nous avons longuement bavardé et l’idée qui va germer maintenant, c’est d’apporter une autre bouteille, mais pleine celle-là, pour la partager avec des chypriotes. Rien ne me fera plus plaisir.

Avec l’ambassadeur Marios Lyssiotis

De la difficulté de détecter des faux – La Tâche 1943 mardi, 29 mai 2012

J’ai acheté il y a plus de vingt ans des La Tâche 1943 et des Richebourg du Domaine de la Romanée Conti 1943.

Mises côte à côte, les deux La Tâche 1943 ont des étiquettes très dissemblables :

L’une est barrée de la mention : « interdiction d’exporter en Suisse et aux USA …. », alors que l’autre ne l’a pas. Celle de gauche a une mention sur l’appellation écrite en vert et l’autre en noir.

Plus inquiétant, la signature J.M. Duvault-Blochet n’est pas placée au même endroit sur l’étiquette et la mention de Villaine et J. Chambon est plus basse sur celle de droite.

Enfin, pour la marque de l’année, à gauche, le A majuscule est plus haut et le graphisme de 1943 n’est pas le même, surtout pour le 4.

On voit ensuite que les deux bouteilles ne sont pas strictement identiques et que les capsules sont très différentes.

Lorsque l’on ajoute à la comparaison la bouteille de Richebourg 1943, on constate qu’elle est très semblable à celle de La Tâche de gauche. Mais pourquoi dans l’expression « seuls propriétaires », le mot « seuls » ne figure-t-il pas ? Réponse du domaine : s’ils n’y a pas « seuls » sur l’étiquette du Richebourg, c’est que le domaine n’était pas le seul propriétaire de ce Richebourg.

Pour ajouter une difficulté supplémentaire, la bouteille de Richebourg a été cirée.

Dans le climat de suspicion actuel, il serait aisé de dire que dans ces trois bouteilles, il y en a deux qui sont fausses, la Richebourg à cause du mot « seuls » oublié (voir réponse du domaine ci-dessus) et l’une des deux La Tâche, sans doute celle de droite.

Mais à cette époque, l’usage de bouteilles différentes est fréquent. Et il est très probable qu’il y a eu plusieurs campagnes d’impression des étiquettes de ces vins peut-être en fonction des destinations.

En ce qui concerne le goût, aucune de ces bouteilles ne m’a donné le moindre soupçon. Je pourrais même en toute bonne foi jurer que ce que j’ai bu est authentique.

Cette comparaison de bouteilles, sur laquelle bien sûr j’accueillerai toutes informations utiles, me pousse à penser que la suspicion sur des faux ne doit pas devenir une paranoïa.

Le mieux est de fournir toutes ces informations au Domaine, qui enrichira sa base de données pour renseigner les futurs acheteurs potentiels de bouteilles qui semblent inhabituelles.

On notera au passage, sans lien avec ce qui précède, que le bouchage à la cire, qui peut être efficace pour un demi-siècle, devient hasardeux pour des durées plus longues, car la cire se craquèle et l’évaporation s’accélère.

La Tâche 1943, l’histoire continue mardi, 29 mai 2012

J’ai trouvé une troisième bouteille de La Tâche 1943

le graphisme de la nouvelle à droite est le même que celui de la deuxième. Mais la contre-étiquette « Monopole » existe, comme celle de la première. Sauf que celle de la troisième porte le millésime, contrairement à la première.

la couleur de la capsule de la 3ème est proche de celle de la première.

on est donc en présence des trois habillages dont aucun n’est le même que celui d’une des deux autres.

Le papier de la troisième est plus blanc, et l’étiquette est placée plus haut.

l’idée d’une présentation unique des La Tâche 1943 est une utopie.

Laissez-nous nos verres !!! samedi, 7 avril 2012

Les sommeliers apprennent à repérer les verres dans lesquels il n’y a plus que quelques gouttes, et s’empressent de les enlever.

On ne peut pas leur en vouloir puisque c’est ce qui s’apprend dans les écoles.

Quand on reçoit chez soi, est-ce qu’on passe son temps à enlever les verres vides ? Jamais.

Il faut en permanence que je sois vigilent avec les sommeliers pour retenir mon verre et pouvoir sentir le verre vide à ma guise.

Mais dans les grandes maisons, l’armée de service est si nombreuse, qu’il y a toujours un sommelier ou un serveur qui trompe mon attention et je vois mon verre qui s’en va.

C’est absurde, c’est une convention inutile. Laissez-nous nos verres. Il y a plus urgent à faire que cette chasse au verre vide. Ou alors, demandez si l’on veut que le verre soit enlevé.

Puisque je suis sur le sujet, il y a quelque chose que je n’aime pas. Lorsque le sommelier met en carafe, il laisse dans la bouteille 3 centilitres, même s’il n’y a aucun dépôt, ce qui est fréquent avec les vins jeunes. Si j’y pense, je demande de servir le fond de la bouteille, mais parfois elle est déjà partie.

Et quand le sommelier ne verse pas tout de la carafe alors qu’il a décanté, je suis obligé d’intervenir pour lui dire : « versez tout ».

Alors, amis sommeliers, ne retirez pas les verres vides, et versez toujours la totalité de la carafe.

bouchon : le meilleur et le pire dimanche, 1 avril 2012

Voici le bouchon du Haut-Brion blanc 1975. La qualité est irréprochable, et en plus on remarque que le millésime est imprimé en haut et en bas du bouchon. Précaution fort utile que les plus grand domaines devraient adopter. A côté, le bouchon du Pétrus 1952 sans la moindre inscription, très court et de piètre qualité est élargi en bas, car il était très serré. Des indices de plus qui corroborent la présomption de faux, qui devient une certitude.

Dom Pérignon 2002 samedi, 31 mars 2012

De retour chez moi après la conférence, je bois avec mon fils un Champagne Dom Pérignon 2002 agréable, mais qui montre qu’il entre dans une phase de fermeture. C’est un champagne qu’il faut oublier quatre à cinq ans, avant d’en profiter à nouveau. Patience !

conférence à l’Institut Supérieur du Marketing du Luxe samedi, 31 mars 2012

Comme chaque année, j’ai grand plaisir à faire une conférence à l’Institut Supérieur du Marketing du Luxe, école qui comme l’INSEAD accueille des élèves qui ont déjà des projets professionnels. Autour de la table 21 élèves choisis par le directeur des études en fonction de leurs motivations ont des projets dans la mode, dans la parfumerie, dans l’hôtellerie de luxe, dans le monde de la gastronomie, dans le monde du vin et aussi des services de luxe.

J’ai rarement rencontré une assemblée aussi cosmopolite, car si les deux nations les plus représentées sont la France et la Chine, les autres pays ou régions sont : Martinique et Tahiti, puis Algérie, Australie, Belgique, Espagne, Etats-Unis, Mexique et sans doute d’autres que j’oublie.

Le thème est celui des vins anciens mais aussi celui des accords mets et vins. Sur un délicieux Comté de la maison Marie Quatrehomme, un Vin jaune d’Arlay de Laguiche 1988 crée un accord vibrant et trsè démonstratif. Le vin jaune est puissant opulent et c’est le fromage qui fait apparaître la noix dans le vin. Aucun des élèves ne rejette ce vin étrange, ce qui est une belle performance, car le vin jaune, on aime ou on n’aime pas, sans que cela se commande.

L’expérience suivant est faite avec des chocolats en palets de la Maison du Chocolat, des Quito et des Extrême. Les élèves ont à donner leur préférence entre les trois situations : vin seul ou avec l’un des chocolats. Le Maury 1959 des Vignerons de Maury est très agréable, frais, sans charge alcoolique malgré ses 17,5°. Cinq élèves préfèrent le Maury seul, dix préfèrent le Maury avec le Quito et six choisissent avec l’Extrême. Mon vote rejoint celui des dix.

Alors qu’il est évident que le chocolat propulse le Maury en lui donnant une ampleur et un corps plus affirmé, l’existence de cinq votes pour le Maury seul montre bien que les goûts sont très variés et personnels.

Nous avons bavardé pendant près de trois heures. J’ai senti un intérêt chez ces jeunes entreprenants. Ils m’ont tous serré la main en sortant. Trois d’entre eux m’ont donné leur carte. Trois chinois.

La Chine est éveillée !!!

musée Getty à Los Angeles vendredi, 2 mars 2012

Le lendemain, je réalise un doux rêve : revoir le musée Getty. Sur une colline qui surplombe l’immense plaine de Los Angeles, le musée occupe quelques centaines d’hectares. Il faut une navette automatique pour parcourir entre un et deux kilomètres qui séparent l’arrivée de visiteurs de l’entrée du musée. Un vendredi, des milliers d’enfants de tous pays viennent en groupes. L’architecture du musée est magnifique. On pense à la Villa Noailles de Hyères, mais ici avec des tailles cyclopéennes, ou au musée de la fondation Maeght, à la puissance dix ou cent. Aujourd’hui il n’y a pas d’exposition spécifique, contrairement à ma dernière visite, mais le « fonds » de la fondation suffirait à remplir une semaine de visite. Je suis fasciné par le niveau atteint par l’art européen, même au temps du Moyen Age. Une exposition d’incunables et de livres d’heures, des œuvres de la Renaissance italienne, puis un parcours dans l’art européen de quatre ou cinq siècles donnent un sens au génie humain.

Par un soleil pénétrant et une brise appuyée, j’ai grignoté à une buvette improbable, rempli de la beauté de la collection Getty. Venir ici pourrait devenir un pèlerinage.

Osons un contraste. Dans la rue

et au musée :

Saint-Cyprien, le Christ, le détail d’un tableau de la Renaissance italienne, la reine Isabelle du Portugal, et les Iris de Van Gogh

Au total, j’ai pris 250 photos du Getty Center, et plus de 320 de la Villa Getty, consacrée à l’art antique romain, grec et étrusque