Archives de catégorie : billets et commentaires

prix Edmond de Rothschild pour le Grand Atlas des Vignobles de France jeudi, 6 novembre 2008

Un prix Edmond de Rothschild couronne chaque année un livre publié dans l’année qui parle du vin. Celui qui est décerné ce soir chez la baronne Nadine de Rothschild est le onzième. En son temps mon livre était candidat à cette distinction et j’arrivai dans le bel hôtel particulier avec le même état d’esprit – toutes proportions gardées – qu’Ingrid Betancourt quand elle croyait avoir le prix Nobel de la Paix. Car on m’avait indiqué en coulisse que c’était chose faite. Fort heureusement je n’avais prévu ni conférence de presse ni libation jubilatoire car le talentueux Philippe Faure-Brac ayant remis à la dernière minute un magnifique ouvrage dont il a le secret, je fus le Poulidor de cette promotion. Ce soir le lauréat est Benoît France pour le Grand Atlas des Vignobles de France, ouvrage de référence dont il vient de faire une mise à jour. Le Poulidor, mon frère de cette promotion, est Denis Saverot, auteur d’un excellent livre de réflexion : « In Vino Satanas ». De beaux discours dont celui d’un Ministre ami de la bonne chère saluent l’ouvrage élu.

Nadine de Rothschild ayant souhaité qu’un collectionneur de vins figure au sein du jury d’attribution de ce prix, on me fait l’honneur de m’intégrer dans ce cénacle.

Ce sera l’occasion de lire de beaux livres et de retrouver quelques amis épicuriens pour parler de littérature et de vin.

La Table d’Eugène mardi, 14 octobre 2008

Un français vivant au Brésil et y exerçant le négoce du vin est entré en contact avec moi. De passage à Paris, c’est lui qui suggère le lieu où nous allons déjeuner : la table d’Eugène, rue Eugène Sue. La façade est claire et ce bistrot affiche un effort de décoration particulièrement minimaliste. Mais le lieu respire une certaine fraîcheur. La patronne est accueillante et souriante. Ayant cru comprendre que le choix du lieu se justifiait par la carte des vins, je la demande. Elle est assez chiche. Sur une ardoise haut perchée on peut lire : « pièce de bœuf, un kilo pour deux ». C’est tentant. Nous nous laissons faire. Pour précéder le bœuf et l’attendre, une assiette de charcuterie s’impose.

Une Côte Rôtie Domaine de Bonserine, La Sarrasine 2001 est ce qui nous paraît le meilleur des choix possibles. Le vin est décanté dans un verre ballon de plus d’un litre. La première impression est très acide. Le vin semble bien fait mais cette acidité gêne le palais. Dès que l’on commence à manger, le vin s’assouplit, et montre qu’il est bien dessiné. La viande de bœuf et les délicieuses petites pommes de terre sont tellement goûteux et succulents que nous asséchons la bouteille très vite. Il nous faut commander un vin. La patronne nous suggère un Vin de Pays d’Oc, domaine de l’Orthau d’Arnaud Debord qui titre 14,5°. Quand nous grimaçons au premier contact avec ce vin, la patronne a ce cri du cœur : « on nous le réclame ». Je la rassure au plus vite sur le fait que je ne prétends pas du tout représenter la vérité du goût.

Geoffroy, le patron, quitte sa cuisine pour venir nous saluer. Nous bavardons aimablement et nous le complimentons sur la qualité de sa viande. Il nous promet qu’à une prochaine visite, il sortira un vin de ses cachettes.

François Simon a coutume de terminer ses billets par cette question : « faut-il y aller ? ». La réponse est : assurément oui, pas pour la décoration, pas pour la liste des vins, mais pour la qualité de la cuisine et la spontanéité de l’accueil. Le jeune couple est sympathique et attentif. Ils méritent de réussir.

 

ça donne faim !

 

déjeuner au restaurant Le Divellec mardi, 7 octobre 2008

Dans cette période de crise financière, j’ai voulu sentir les tendances en allant déjeuner chez Jacques le Divellec.

Plusieurs hommes politiques déjeunaient là, sans que l’on puisse sentir une baisse de leur appétit.

J’ai pris des huîtres en demandant des petites et j’en ai reçu des grosses, goûteuses mais un peu chaudes.

Le rouget entièrement désarêté est une institution. Bravo :

Signe de crise, j’ai bu de l’eau ! Non, c’est parce que je sortais à peine du merveilleux dîner à la Grande Cascade.

 

Is it the buy of my life ? vendredi, 3 octobre 2008

Is it the buy of my life ?

In this period of time, many great collectors sell parts of their cellars, probably in case a downturn in the prices of wines would occur.

I went today in the opposite direction, realising what the phantasm of every wine collector is.

Last year, during a great wine show, I had met a very elegant woman who gave me her card, saying that she would probably have a cellar to sell.

She contacted me recently and told me the story of a castle where a rich man constituted a cellar between 1880 and 1930. He died in 1932 and when World War II began, a significant part of the cellar was hidden behind a wall.

In 1980, the cellar was discovered, the wall was broken and the heirs of the man split the cellar between them.

The woman who contacted me lives with the grand-grand son of the man who constituted the cellar. He wanted to sell his bottles to a man who would drink them, not wanting his wines to be objects of speculation.

As I have never sold any of my wines, I was candidate to buy their wines.

She sent me by email a list of the wines, with pictures and I nearly fainted.

To find wines which were hidden in a cellar untouched for half a century is something which is a dream. Of course a lie was always possible, as stories of hidden cellars are like dreams, but I realised quickly that it was not a dream.

She asked me to evaluate the wines, in order to check if I would be serious.

We had an appointment today at the house of the grand-grand son, and when I entered the house, on the floor, I saw several cases.

12 Lafite 1900, 12 Yquem 1906, 10 Pichon Baron 1904, 3 Pichon Baron 1898, 4 Ausone 1900, many Sauternes of 1896, many reds from 1904 were in front of my eyes.

The Lafite have the name engraved in the glass with “Chateau Lafite 1900 Grand Vin” carved in the glass.

The levels of the wines were variable, dust was present everywhere, but I felt that all that was sane. It is clear that all these wines are authentic, and I had in front of me the cellar inventory written during 30 years with precise indications. I saw a Tokay 1898 and a Constantia 1890.

What pleased me is that five champagne Mumm Cordon Vert of more than 80 years had nice colours, and perfect levels. This indicates the quality of the cellar.

As they had mentioned that they had kept for them wines which were difficult to identificate, I asked to see them, and I saw hundreds of wines having nearly or more than one century which could be pleasant discoveries. But the man told me that he wants to keep these wines that he drinks regularly for his pleasure. I did not insist but I saw some bottles which could be Constantia of the 19th century and I asked to include them in the lot that I would negotiate. All in all, the lot represented around 100 bottles between 1880 and 1916.

As we had planned to have lunch together at their home, we chose two bottles. One in a case supposed to contain some Haut-Bailly 1911; the other in a case where three possibilities of Burgundies existed. I opened the bottles to show my technique of opening, and we had pastry and a chicken, nicely cooked with garlic and potatoes on a Chateau haut-Bailly 1911. The wine opened at the last moment began with acidity, which was over after some minutes. The velvety aspects, the density of the wine, were remarkable. Even if a slight tiredness existed, I enjoyed this wine which confirmed by its taste that it was really a Haut-Bailly and really a 1911. The colour was of a sympathetic deep red. I enjoyed this wine more than the owners, which tends to indicate that what they open has a significant quality.

The second wine was even more enjoyable. Among the three possibilities I chose to say that we drank a Chambertin 1904, because by chance, I had drunk a Chambertin 1904 some days ago. This one today was very similar, and even better.

It was time to negotiate, and we discussed for a while. It was tough as she had worked in the wine business. We concluded. Did I buy well or not, I do not know. I paid probably more than what a merchant would pay, as many bottles have a presentation which is not flattering. But as I intend to drink them, what is important is that I am sure that in a near future I will open Lafite 1900 and Ausone 1900. This is more important than anything.

As we had nice conversations, the man decided to let me try some bottles that he had there. He showed me a bottle on which he had written “very old Rhum”. I tasted and told him that it was not a Rhum, as there were clearly flavours of Marc in it.

Then he showed me a bottle that he had dragged, taking it for a white wine, but through the mud I had seen that it was so clear that it could only be a white alcohol like a pear or a ‘fine’. I opened the bottle, and smelt the cork. Absolutely no trace of any smell. I poured a glass and I smelled, and I smelt nothing. I drank a sip and immediately spit as it was ugly. And I said : “this is water”. The woman, thinking of an alcohol wanted to persuade herself that it was an alcohol, but the heir had an illumination and said : “this is water of Lourdes”. He showed me the book of inventory, written 80 years ago and I read “water of Lourdes”. Lourdes is a city where Catholic ill people gather, waiting for miracles. I have been there and the faith near the cathedral which exists is impressive. Pope Benoit XVI went recently in this town. The water of the fountain could help to cure incurable diseases. I must say that for me, the ugliness was the most obvious.

Being unfaithful as I spat, I decided to drink a little to save my soul, but the water was so hard to drink that I needed a Calvados to clean the memory of the water still in the bottle for more than 80 years.

We promised to meet again, to share some old bottles.

I went back to put the bottles in my cellar, already thinking of crazy dinners that I will make with some of these myths like Lafite 1900, Ausone 1900, Yquem 1906 or old Constantia.

Agréable hôtel Lutétia mercredi, 1 octobre 2008

Un journaliste d’un grand quotidien régional veut faire un article sur mes dîners, et comme il doit aussi couvrir la nomination du président du Sénat, notre rendez-vous est pris au restaurant Paris de l’hôtel Lutétia. L’atmosphère du grand salon est reposante, feutrée, comme si l’horloge s’était arrêtée un beau jour des années trente. La salle à manger a été décorée par Sonia Rykiel pour reconstituer l’ambiance d’une salle à manger du paquebot Normandy. En ce lieu calme et serein j’entends les rires sonores d’écrivains connus qui doivent préparer les votes d’un prix littéraire.

Le journaliste, le photographe et moi déjeunons autour d’une table joliment décorée. L’amuse-bouche est une soupe au chou goûteuse qui allume dans ma boîte crânienne des souvenirs de soupes d’enfance.

Elle est remarquablement exécutée. Le vin que j’ai choisi dans la carte des vins intelligente est un Chablis Premier Cru Butteaux Domaine François Raveneau 2004. Le vin servi à température de cave est très épanoui. La couleur est belle et intense, le nez est extrêmement discret. En bouche, le miel est onctueux, le vin solide, emplissant la bouche d’une belle joie. On se sent bien avec ce chablis qui s’exprime plus en bourgogne qu’en chablis.

L’entrée de tourteau sur haricots coco et pelures d’oignons n’est pas très équilibrée, car le haricot envahit le palais, ce qui ne favorise pas l’accord avec le vin. A l’inverse, les coquilles Saint-Jacques juste poêlées avec une belle tranche de truffe sont exquises. Et le vin s’en donne à cœur joie, nous offrant une plénitude assez rare pour un vin de cette année. Le dessert aux fruits des vendanges est plaisant. Le service et la cuisine de ce restaurant sont à signaler.

Le sommelier qui avait entendu les propos échangés avec le journaliste vient me trouver après le départ  de mes convives pour bavarder sur le thème du vin, et me propose de visiter la cave de l’hôtel. Construite depuis un siècle elle a un charme que j’apprécie. Il y a quelques pépites qui justifieront une nouvelle expérience. J’ai déjà appelé un ami proche. Le rendez-vous est pris !

qu’est-ce que le luxe ? jeudi, 25 septembre 2008

Recette :

Vous prenez un bateau d’une belle taille :

 Vous le lancez sur l’eau :

 On peut même aller un peu plus vite :

 Vous trouvez une crique où la mer est calme. Et là, vous ouvrez Dom Pérignon 1998 :

 

Et vous croyez que c’est ça le luxe ?

Pas du tout !

Pour mon ami, propriétaire de cet invraisemblable joujou, c’est de ne jamais rater un épisode du feuilleton "amour, gloire et beauté", même en mer !!!!

 

Champagnicide mercredi, 24 septembre 2008

Nicolas de Rabaudy me signale que James de Coquet, évoquant Lafite que l’on boit trop jeune, parlait de Lafiticide.

Il me propose un néologisme pour les champagnes Selosse que je bois trop jeunes : "champagnicide", au lieu de l’infanticide que j’ai évoqué.

Je suis donc un champagnicide !