Archives de catégorie : billets et commentaires

Is it the buy of my life ? vendredi, 3 octobre 2008

Is it the buy of my life ?

In this period of time, many great collectors sell parts of their cellars, probably in case a downturn in the prices of wines would occur.

I went today in the opposite direction, realising what the phantasm of every wine collector is.

Last year, during a great wine show, I had met a very elegant woman who gave me her card, saying that she would probably have a cellar to sell.

She contacted me recently and told me the story of a castle where a rich man constituted a cellar between 1880 and 1930. He died in 1932 and when World War II began, a significant part of the cellar was hidden behind a wall.

In 1980, the cellar was discovered, the wall was broken and the heirs of the man split the cellar between them.

The woman who contacted me lives with the grand-grand son of the man who constituted the cellar. He wanted to sell his bottles to a man who would drink them, not wanting his wines to be objects of speculation.

As I have never sold any of my wines, I was candidate to buy their wines.

She sent me by email a list of the wines, with pictures and I nearly fainted.

To find wines which were hidden in a cellar untouched for half a century is something which is a dream. Of course a lie was always possible, as stories of hidden cellars are like dreams, but I realised quickly that it was not a dream.

She asked me to evaluate the wines, in order to check if I would be serious.

We had an appointment today at the house of the grand-grand son, and when I entered the house, on the floor, I saw several cases.

12 Lafite 1900, 12 Yquem 1906, 10 Pichon Baron 1904, 3 Pichon Baron 1898, 4 Ausone 1900, many Sauternes of 1896, many reds from 1904 were in front of my eyes.

The Lafite have the name engraved in the glass with “Chateau Lafite 1900 Grand Vin” carved in the glass.

The levels of the wines were variable, dust was present everywhere, but I felt that all that was sane. It is clear that all these wines are authentic, and I had in front of me the cellar inventory written during 30 years with precise indications. I saw a Tokay 1898 and a Constantia 1890.

What pleased me is that five champagne Mumm Cordon Vert of more than 80 years had nice colours, and perfect levels. This indicates the quality of the cellar.

As they had mentioned that they had kept for them wines which were difficult to identificate, I asked to see them, and I saw hundreds of wines having nearly or more than one century which could be pleasant discoveries. But the man told me that he wants to keep these wines that he drinks regularly for his pleasure. I did not insist but I saw some bottles which could be Constantia of the 19th century and I asked to include them in the lot that I would negotiate. All in all, the lot represented around 100 bottles between 1880 and 1916.

As we had planned to have lunch together at their home, we chose two bottles. One in a case supposed to contain some Haut-Bailly 1911; the other in a case where three possibilities of Burgundies existed. I opened the bottles to show my technique of opening, and we had pastry and a chicken, nicely cooked with garlic and potatoes on a Chateau haut-Bailly 1911. The wine opened at the last moment began with acidity, which was over after some minutes. The velvety aspects, the density of the wine, were remarkable. Even if a slight tiredness existed, I enjoyed this wine which confirmed by its taste that it was really a Haut-Bailly and really a 1911. The colour was of a sympathetic deep red. I enjoyed this wine more than the owners, which tends to indicate that what they open has a significant quality.

The second wine was even more enjoyable. Among the three possibilities I chose to say that we drank a Chambertin 1904, because by chance, I had drunk a Chambertin 1904 some days ago. This one today was very similar, and even better.

It was time to negotiate, and we discussed for a while. It was tough as she had worked in the wine business. We concluded. Did I buy well or not, I do not know. I paid probably more than what a merchant would pay, as many bottles have a presentation which is not flattering. But as I intend to drink them, what is important is that I am sure that in a near future I will open Lafite 1900 and Ausone 1900. This is more important than anything.

As we had nice conversations, the man decided to let me try some bottles that he had there. He showed me a bottle on which he had written “very old Rhum”. I tasted and told him that it was not a Rhum, as there were clearly flavours of Marc in it.

Then he showed me a bottle that he had dragged, taking it for a white wine, but through the mud I had seen that it was so clear that it could only be a white alcohol like a pear or a ‘fine’. I opened the bottle, and smelt the cork. Absolutely no trace of any smell. I poured a glass and I smelled, and I smelt nothing. I drank a sip and immediately spit as it was ugly. And I said : “this is water”. The woman, thinking of an alcohol wanted to persuade herself that it was an alcohol, but the heir had an illumination and said : “this is water of Lourdes”. He showed me the book of inventory, written 80 years ago and I read “water of Lourdes”. Lourdes is a city where Catholic ill people gather, waiting for miracles. I have been there and the faith near the cathedral which exists is impressive. Pope Benoit XVI went recently in this town. The water of the fountain could help to cure incurable diseases. I must say that for me, the ugliness was the most obvious.

Being unfaithful as I spat, I decided to drink a little to save my soul, but the water was so hard to drink that I needed a Calvados to clean the memory of the water still in the bottle for more than 80 years.

We promised to meet again, to share some old bottles.

I went back to put the bottles in my cellar, already thinking of crazy dinners that I will make with some of these myths like Lafite 1900, Ausone 1900, Yquem 1906 or old Constantia.

Agréable hôtel Lutétia mercredi, 1 octobre 2008

Un journaliste d’un grand quotidien régional veut faire un article sur mes dîners, et comme il doit aussi couvrir la nomination du président du Sénat, notre rendez-vous est pris au restaurant Paris de l’hôtel Lutétia. L’atmosphère du grand salon est reposante, feutrée, comme si l’horloge s’était arrêtée un beau jour des années trente. La salle à manger a été décorée par Sonia Rykiel pour reconstituer l’ambiance d’une salle à manger du paquebot Normandy. En ce lieu calme et serein j’entends les rires sonores d’écrivains connus qui doivent préparer les votes d’un prix littéraire.

Le journaliste, le photographe et moi déjeunons autour d’une table joliment décorée. L’amuse-bouche est une soupe au chou goûteuse qui allume dans ma boîte crânienne des souvenirs de soupes d’enfance.

Elle est remarquablement exécutée. Le vin que j’ai choisi dans la carte des vins intelligente est un Chablis Premier Cru Butteaux Domaine François Raveneau 2004. Le vin servi à température de cave est très épanoui. La couleur est belle et intense, le nez est extrêmement discret. En bouche, le miel est onctueux, le vin solide, emplissant la bouche d’une belle joie. On se sent bien avec ce chablis qui s’exprime plus en bourgogne qu’en chablis.

L’entrée de tourteau sur haricots coco et pelures d’oignons n’est pas très équilibrée, car le haricot envahit le palais, ce qui ne favorise pas l’accord avec le vin. A l’inverse, les coquilles Saint-Jacques juste poêlées avec une belle tranche de truffe sont exquises. Et le vin s’en donne à cœur joie, nous offrant une plénitude assez rare pour un vin de cette année. Le dessert aux fruits des vendanges est plaisant. Le service et la cuisine de ce restaurant sont à signaler.

Le sommelier qui avait entendu les propos échangés avec le journaliste vient me trouver après le départ  de mes convives pour bavarder sur le thème du vin, et me propose de visiter la cave de l’hôtel. Construite depuis un siècle elle a un charme que j’apprécie. Il y a quelques pépites qui justifieront une nouvelle expérience. J’ai déjà appelé un ami proche. Le rendez-vous est pris !

qu’est-ce que le luxe ? jeudi, 25 septembre 2008

Recette :

Vous prenez un bateau d’une belle taille :

 Vous le lancez sur l’eau :

 On peut même aller un peu plus vite :

 Vous trouvez une crique où la mer est calme. Et là, vous ouvrez Dom Pérignon 1998 :

 

Et vous croyez que c’est ça le luxe ?

Pas du tout !

Pour mon ami, propriétaire de cet invraisemblable joujou, c’est de ne jamais rater un épisode du feuilleton "amour, gloire et beauté", même en mer !!!!

 

Champagnicide mercredi, 24 septembre 2008

Nicolas de Rabaudy me signale que James de Coquet, évoquant Lafite que l’on boit trop jeune, parlait de Lafiticide.

Il me propose un néologisme pour les champagnes Selosse que je bois trop jeunes : "champagnicide", au lieu de l’infanticide que j’ai évoqué.

Je suis donc un champagnicide !

une originalité du Carré des Feuillants mardi, 23 septembre 2008

Lorsque l’on descend aux toilettes (mesdames, ne lisez pas plus loin), il n’existe qu’un urinoir.

Et lorsque l’on est devant la vasque pour satisfaire un besoin traditionnellement qualifié de naturel, une Vénus de Milo nous regarde. Elle semble impressionnée par la vision qu’offre l’entrebaillement de notre pantalon, et son sourire en dit long.

Elle est tellement impressionnée que les bras lui tombent.

On se rebraguette avec une regain de masculinité.

 

Grâce à Jean Hugel je rencontre un grand amour de mon père il y a 74 ans vendredi, 6 juin 2008

Grâce à Jean Hugel je rencontre un grand amour de mon père il y a 74 ans

Il y a deux ans, Jean Hugel m’appelle sur mon portable. Il participe à un dîner de famille et me demande : « ma cousine Odile, née en 1912, me dit que son premier amour a été Lucien Audouze. Est-ce de votre famille ? ». Je réponds que c’est mon père. Un an plus tard, Jean Hugel vient, comme il en a l’habitude, à une séance de l’académie des vins anciens. Sa femme est avec lui mais ne restera pas car elle dîne avec une femme venue elle aussi qui me dit : « nous sommes presque frère et sœur » et m’embrasse avec chaleur. Il faut bien quelques mois pour que mon cerveau assemble ces informations, et l’envie me vient de rencontrer celle qui a aimé mon père. Mes parents sont décédés. On peut réveiller de beaux souvenirs.

Le rendez-vous est pris et au pied de l’immeuble où habite Odile, Nicole me guide. Elle est professeur à Louis-le-Grand, lycée où j’ai suivi des études de rêve. Nous montons et je suis accueilli par une pétulante adolescente de 96 ans. Je lui offre des roses rouges, en nombre impair bien sûr, et elle évoque avec pudeur cet amour qui dura quatre ans, ce qui met quelques larmes à ses yeux le plus souvent rieurs. Cet amour est encore vivace et sa fille me dit que depuis qu’elle attendait cette rencontre, Odile était toute excitée. Les mille qualités que l’on prête à mon père sont du miel pour moi. Nicole me demande si je désire un thé ou éventuellement un vin de Hugel. La réponse s’impose, ce sera un Gewurztraminer Jubilé Hugel 1997, aussi doux et subtil que les propos distingués d’Odile. N’en déplaise à Jean, adorable ami, les anecdotes de l’amour de mon père me captivent plus que le doux breuvage que nous buvons sur des petits fours et des macarons. Aussi bien Nicole que moi, nous savourons les évocations de cet amour qui nous a permis d’exister parce qu’il ne dura pas. J’ai apporté des photos et Odile s’enthousiasme de retrouver son amour. Nous avons tant de milliers de choses à nous dire que nous nous reverrons. Je quitte mère et fille sur de beaux sourires. Faire revivre un amour né il y a 74 ans a réchauffé nos cœurs.  Jean Hugel l’a déclenché. C’est un magicien.

A voir sur CAP 24 LE 28 avril à 19h30 lundi, 28 avril 2008

Une journaliste m’a laissé un message pendant que j’étais au château de Saran, me proposant une interview télévisée. Tout à mon dîner, je ne pose aucune question. Je me présente le jour dit au musée du vin qui a cette étrange caractéristique d’être situé rue des Eaux dans le 16ème arrondissement de Paris. Le lien avec le sujet, je n’en ai aucune idée. La télévision, pas la moindre idée non plus. La charmante productrice m’explique qu’il s’agit de CAP 24, chaîne de la TNT qui est ciblée sur les activités franciliennes. Le journaliste qui va conduire l’entretien a un fort accent germanique ou plutôt italien si on se fie à son nom, ce qui paraît étrange pour une chaîne locale. Je commence à me faire une idée du sujet. Ce que l’on veut montrer, c’est le musée du vin, et en profiter pour parler des vins de l’Ile-de-France. Le chambellan de l’association des vignobles d’Ile-de-France revêt son habit de chambellan, le gérant du musée revêt son riche habit d’une congrégation dont j’oublie le patronyme. Le représentant d’une association de promotion des vins franciliens est venu sans habit et la femme du gérant du lieu, qui donne des cours de dégustation, va nous apprendre à goûter un vin de Suresnes 1999. Alors que le journaliste se moque avec humour des vins franciliens, le vin que nous buvons est particulièrement bon. C’est même une belle surprise, car il est bien fait, équilibré, et même les représentants des associations sont surpris de le voir sous un si beau jour. Et moi dans tout cela ? A part donner mon nom et citer mes adresses internet, je n’aurai fait que glisser deux à trois mots. Je savais par expérience qu’avec les médias, il ne faut jamais imaginer à l’avance ce qui se passera. Un après-midi pour dire trois mots, pour un reportage que je ne pourrai pas capter car je n’ai pas le câble, c’est assez inattendu. Ah, oui, j’oubliais, j’ai quand même chanté « ah le petit vin blanc » en chœur avec ces honorables gradés de fratries vineuses. Ne chipotons pas quand même : on voulait parler de mes activités. On l’a fait. Merci.

 

La salle voûtée où nous avons été interviewés. Une des scènes reproduites dans le musée du vin.

 

Une vue où l’on devine les sept hectares des vignes de l’abbaye de Passy. La médaille du chambellan de l’ordre de la vigne de Montmartre.

 

Vin de Suresnes 1999. Nettement meilleur que ce qu’on peut imaginer.

Un nouvel enjeu ! mercredi, 23 avril 2008

A partir d’aujourd’hui, je suis officiellement inutile.

Pierre Tchernia et Michel Drücker peuvent présenter des émissions à la télévision.

Christian Poncelet peut briguer une nouvelle présidence du Sénat.

Danielle Darrieux, Line Renaud, Charles Aznavour peuvent jouer ou chanter.

Philippe Bouvard peut faire son cent millième papier où il ne parle que de lui.

Mais dans l’entreprise, fini, tout est fini à 65 ans.

L’Etat, qui veut se mêler de tout, barre la route à l’emploi des séniors au nom de deux principes stupides :

          il veut libérer le travailleur du joug aliénant du travail, alors qu’avocat, médecin, chanteur ne sont pas aliénés, donc pas à libérer

          il pense qu’en enlevant un sénior du marché du travail, il libère un emploi, car, c’est bien connu dans la doctrine marxiste, le travail ne se crée pas, il se partage.

La dictature cryptocommuniste a conduit à ce gâchis qui fait partir des gens pleinement compétents du marché du travail vers l’ascension du Machu Picchu, les parties de tennis endiablées, ou l’enfoncement dans une sénilité précoce selon les cas.

Le passage de ce cap est difficile pour moi, car me sentant en pleine possession de mes moyens intellectuels, je suis triste pour mon pays qui subit la dictature de la pensée correcte imposée par les syndicats et s’enfonce dans une médiocrité qu’il serait tellement facile d’éviter.

Mais j’y pense tout à coup, si le monde de l’entreprise m’est maintenant fermé, il me reste une carrière possible : je peux être Président de la République.

C’est en 2012.

Si pour les Jeux Olympiques, mes espoirs sont assez faibles, pour la conduite du Char de l’Etat, mon permis est encore valable. Un petit peu d’échauffement, et hop, c’est bon.

On y va !

visite à ma petite fille et un beau vin samedi, 5 avril 2008

Devant me rendre avec mon épouse chez des amis, nous avons le temps de faire un petit crochet chez ma fille cadette pour aller admirer les progrès de la petite dernière. Mon gendre ouvre un champagne Jacquesson 1990 dégorgé en 2007 non dosé. Nous sommes surpris tous les deux de la discrétion du message. Le champagne n’est pas très expressif et la bulle est épaisse. En fait quand le vin s’élargit dans le verre, on voit progresser l’expression de sa personnalité. Mais nous restons un peu sur notre faim. Un risotto aux morilles étant prévu, on me fait goûter le vin qu’ils boiront ce soir : Château Trotanoy 1999. Voilà du vin ! Ce qui frappe instantanément, c’est la pureté du message. Ce vin et grand et vieillira bien.