Archives de catégorie : billets et commentaires

Qui pourra m’aider ? lundi, 2 janvier 2012

Qui pourra m’aider ?

La contre-étiquette du Chevalier-Montrachet Domaine Leflaive 2000 porte cette indication :

Image de la récolte 2000 par cristallisation

L’analyse de cristallisation sensible permet de visualiser une substance vivante et ses qualités subtiles. La trame, la régularité, la finesse, l’organisation des aiguilles, la netteté du centre et la structure périphérique indiquent l’énergie, la race et le potentiel d’un vin.

Ce que je vois, c’est le crâne d’un individu coiffé en brosse, vu du dessus. Les cheveux courts paraissent réguliers. Que pourrais-je voir d’autre ?

Si quelqu’un peut m’expliquer, je suis intéressé.

Une sauce au Beaucastel vendredi, 30 décembre 2011

Jean-Philippe me demande si j’ai un vin ordinaire pour la cuisson du chevreuil. Ma réponse fuse : « chez moi, il n’y a pas de vin ordinaire ». Ce qui évidemment n’est pas vrai.

Je descends à la cave et je remonte un Côtes du Rhône rouge de A. Arène Malosse et fils vignerons à Bagnols-sur-Cèze. Je lis sur l’étiquette : « Médaille d’or Nîmes 1924 » et quatre médailles d’or au concours général agricole de Paris en 1952, 1956, 1960 et 1962.

Et sur la contre-étiquette qui n’a pas de millésime, on lit « mise au domaine » et « à servir très frais », ce qui paraît curieux pour un Côtes du Rhône » qui a tout l’air d’être un rouge.

Et, lorsque mon œil se porte sur le haut de l’étiquette, on lit : « Haut-Castel », mais le « H » est dessiné d’une façon suffisamment ambiguë pour qu’on puisse lire un « B ».

Est-ce volontaire ou non ? Car très vite, on lit « Baut-Castel », et on pense Beaucastel, ce qui ressemble à ces tricheries de faussaires qui essaient de faire croire qu’un picrate serait un grand vin.

La morale sera sauve, car le vin est si affreux qu’il ne pourrait même pas entrer dans une sauce. C’est en fait un Visan 1971 Côtes du Rhône de la Cave « les Coteaux », qui a rejoint le chevreuil du repas du réveillon dans la casserole de marinade.

Non, la sauce n’a pas été faite au Beaucastel, ni au « Haut-Castel » en forme de « Baut-Castel ».

Yquem 1992 ? mardi, 27 décembre 2011

Dans la cave de ma maison, j’ouvre les bouteilles d’un repas. Sur la table où j’officie, des bouchons et des capsules rappellent des moments heureux.

Mon oeil est attiré par un bouchon, car je ne peux pas m’être laissé piéger par une anomalie :

C’est impossible, puisque Yquem 1992 n’a jamais existé. Piégé ? Non, pas possible !

Je retourne le bouchon et voici la réponse :

C’est un Yquem 1950 rebouché en 1992.

Cette bouteille a été bue en 2006 et voici ce que j’en avais dit :

Yquem 1950 va susciter des clans. Ma femme qui ne boit presque jamais, sauf les Yquem, trouve sa couleur très belle, son nez magnifique et son goût adorable. Mon fils aime tout en ce vin. Je suis moins content de la couleur que je trouve trop brune. J’approuve le nez, mais comme j’ai une petite prévention contre les Yquem caramélisés, je ne suis pas totalement convaincu. Mais il faut lui faire un compliment : il est tout-à-fait dans la ligne d’Yquem 1921, quasiment à son niveau pour cette bouteille là. Bien sûr, je préfère les 1928, 1947 ou 1955, mais on doit reconnaître que c’est un Yquem fort typé et grand.

Le jour le plus long de mon année de vin samedi, 10 décembre 2011

Aujourd’hui, c’est le jour le plus important de l’année, quand il s’agit de vin. Alors que les aventures se succèdent et que je vais d’émerveillement en émerveillement, j’ai toujours le même enthousiasme et au réveil, mon cœur bat comme pour un premier rendez-vous amoureux. Depuis onze ans, j’organise un dîner annuel de vignerons appelé le dîner des amis de Bipin Desai, célèbre collectionneur américain d’origine indienne. Et, disons-le tout simplement, je suis fier que des vignerons dont je célèbre les vins soient devenus des amis. Le simple énoncé des vins et de ceux qui les apportent montre l’ampleur de l’événement :

Champagne Salon magnum 1983 (Didier Depond qui devait venir mais a eu un empêchement), Champagne Dom Pérignon Œnothèque magnum 1966 (Richard Geoffroy), Corton Charlemagne Bonneau du Martray magnum 1990 (Jean-Charles de la Morinière), Musigny Blanc GC Domaine Comte de Vogüé 1991 (Jean-Luc Pépin), Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape blanc 1987 (Jean-Pierre Perrin), Château La Gaffelière Naudes 1953 (François Audouze), Château Palmer 1964 (François Audouze), Clos de Tart 1996 (Sylvain Pitiot), Musigny Vieilles Vignes Domaine Comte de Vogüé 1985 (Jean-Luc Pépin), Chambertin domaine Armand Rousseau 1983 (Eric Rousseau), Volnay Caillerets Bouchard Père & Fils 1959 (Joseph Henriot), La Romanée Comte Liger-Belair 1974 (Louis-Michel Liger-Belair), Richebourg Théophile Gavin 1947 (François Audouze), Clos de Tart 1945 (Sylvain Pitiot), Hermitage Les Bessards Delas Frères 1990 (Jacques Grange), Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs 1959 (Joseph Henriot), Château d’Yquem 1967 (Pierre Lurton non présent).

Le cas de Pierre Lurton mérite d’être signalé. Dès que j’ai lancé les invitations, Pierre savait qu’il ne pourrait venir. Or il a tenu à être présent dans nos pensées en offrant un vin, et pas n’importe lequel.

Entretemps, Bipin Desai a souhaité déjeuner avec moi. Nous allons au restaurant Apicius. La liste ci-dessus est colossale pour douze personnes à table. En rajoutant un déjeuner, comment va se terminer la journée ?

visite impromptue au restaurant de Michel Rostang mercredi, 16 novembre 2011

Je quitte ma fille pour aller rencontrer Michel Rostang dans son restaurant, pour la mise au point d’un prochain dîner. Nous devisons et je sors de ma musette le reste du Henri Bonneau Réserve des Célestins 2001 pour trinquer avec Michel et avec son fidèle sommelier Alain. Nous sommes conquis par le côté soyeux de ce vin élégant qui rappelle parfois de grands vins de Bourgogne. Ce vin d’Henri Bonneau m’a donné un plaisir rare.

dégustation à l’aveugle mardi, 15 novembre 2011

Le fait de déguster à l’aveugle ou à étiquette découverte est un éternel débat entre dégustateurs.

La très sérieuse association Musique et Vin (contact@musique-et-vin.fr) propose de découvrir à l’aveugle des musiques et des vins.

vdf

En envoyant l’annonce de la réunion du 15/12 avec une telle affichette, il est sûr que beaucoup deviendront adeptes de la dégustation à l’aveugle !!! Il y aura probablement des vins qui sentiront le cuir de Russie, avec des notes animales et une grâce féline.

Ces soirées musique et vin ont des budgets très accessibles et sont très intéressantes. Contactez-les.

prix Edmond de Rothschild – prix Nadine de Rothschild lundi, 14 novembre 2011

Chaque année la baronne Nadine de Rothschild remet le prix Edmond de Rothschild à l’auteur d’un ouvrage de l’année, en langue française et consacré au vin. Dans le jury, essentiellement composé de journalistes ou d’écrivains du vin, j’ai l’honneur d’être admis. La baronne a depuis trois ans ajouté son prix personnel, un coup de cœur, qui consacre un autre ouvrage. Nous avons délibéré il y a quinze jours après avoir lu ou parcouru les livres candidats et ce soir, c’est la remise des prix. Nous sommes reçus dans les salons de réception de la banque Rothschild.

Nicolas de Rabaudy fait un discours élégant dont il est coutumier, éloge à Edmond de Rothschild mais soulignant la volonté de son épouse qui est la véritable inspiratrice de ces deux prix. Nadine de Rothschild situe son action dans la droite ligne des stratégies de son vénéré défunt mari et caractérise avec beaucoup d’humour incisif les raisons des choix du jury pour deux livres.

Jacques Dupont reçoit le prix Edmond de Rothschild pour son livre « LE guide des vins de Bordeaux », et Jean-Marc Quarin reçoit le prix coup de cœur Nadine de Rothschild pour « le guide Quarin des vins de Bordeaux ». Les deux lauréats remercient la baronne et commentent leur travail. Le cocktail qui suit permet de deviser aimablement avec les invités de tous horizons.

On ne commente pas les votes une fois que le jury a tranché, mais j’ai aimé le guide Dupont pour la somme de travail et la belle brochette d’années analysées. J’ai aimé le guide Quarin pour les mêmes raisons. La valeur ajoutée de Quarin avec un essai de prospective sur les améliorations vécues dans les châteaux au fil du temps m’a particulièrement intéressé. Avec ces deux guides il y a une photographie des vins de Bordeaux d’une acuité certaine.

Nadine de Rothschild veut encourager l’excellence. On ne peut que la féliciter.

trop parler nuit ? lundi, 14 novembre 2011

Ce soir, Jacques Dupont va recevoir le prix Edmond de Rothschild pour son : « LE guide des vins de Bordeaux ».

Ce prix sera remis par la baronne de Rothschild.

Voici ce qui est écrit sur Clarke

et voici la phrase (un peu hors sujet) qui semblait supplier de ne pas lui donner le prix :

eh bien, c’est raté !

un chat au Bristol lundi, 14 novembre 2011

Un chat a pris la direction du Bristol, et j’ai bien l’impression que nul ne s’aviserait de le déranger. Lorsqu’on s’approche, on voit que le chat semble relié à un cable électrique d’où il tirerait son énergie poue somnoler. En fait, on voit bien qu’il joue au chat et à la souris !

plus près

qui protège qui ? Le chat ou la souris ?