Archives de catégorie : académie des vins anciens

Académie des vins anciens 2 décembre 2021 – vins de la table 3 jeudi, 2 décembre 2021

Mathusalem de Champagne Pommery 1966 (commun aux trois groupes)

Champagne Jean Pierre Thomas années 60

Meursault Patriarche 1942

Bourgogne Aligoté La Chablisienne 1979

Royal Kebir Frédéric Lung 1945

il y a eu deux bouteilles de ce vin, l’une de ma cave et l’autre d’un autre académicien. On constate que les deux bouteilles ne sont pas identiques en taille

Château le Bourdieu Haut Médoc 1976

Château Ausone 1962

Château Léoville Poyferré 1960

Château Mouton Rothschild 1967

Grands Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1974

Chateauneuf du Pape Réserve des Chartes 1947

Vin Jaune Château de l’Etoile 1969

Château Lafaurie Peyraguey 1971

Château Sigalas Rabaud 1959

le rosé de Kebir 1945 n’est pas sur la photo car livrée au dernier moment

Académie des vins anciens 2 décembre 2021 – vins de la table 2 jeudi, 2 décembre 2021

Mathusalem de Champagne Pommery 1966 (commun aux trois groupes)

Château Chantegrive blanc 1984

Chablis GC Les Clos 1973 Domaine Paul Droin-Baudoin

Riesling Grand Cru Maison Bott Frères 1970

René Dauvissat, Chablis 1er cru Forest 1982

Château Canon 1955

Château Margaux 1934

Vieux Château Certan 1967

Château Latour 1941 (avec capsule neutre)

Mercurey Levert Frères 1959

Grands Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1974

Rioja Vina Tondonia 1954

Vin Jaune Château de l’Etoile 1969

Haut-Sauternes Bouchard 1953

Porto Dows 1970

Académie des vins anciens 2 décembre 2021 – vins de la table 1 jeudi, 2 décembre 2021

Mathusalem de Champagne Pommery 1966 (commun aux trois groupes)

Champagne Trouillard Cramant Blanc de Blancs 1961

Meursault 1895

Vin Algérien Blanc Targui 1955 (Eschenaueur Alger)

Rosé Frédéric Lung 1945

Château Mouton-Rothschild 1941

Château Margaux probable 1934 qui est en fait un Château Margaux 1914 de ma cave !

Moulin à Vent Louis Chevallier 1926

Grands Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1974

Vin italien Gracia 1919

le bouchon paraît beaucoup plus vieux que 1919 comme pour certains vins d’avant 1850

Vega Sicilia Unico 1967

Vin Jaune Château de l’Etoile 1969

Le Portail Rouge Loupiac R.Bernède 1949

Château Climens 1925

Règles pour la 35ème séance de l’académie des vins anciens du 2 décembre 2021 mercredi, 3 novembre 2021

Pour participer à une séance il faut suivre le cheminement habituel :

  • Si l’on vient sans bouteille de vin, respecter les dates de paiement.
  • Si l’on veut venir avec un vin, proposer un vin ancien et fournir tous éléments sur le vin, dont le niveau dans la bouteille (chaque photo ne devra pas dépasser 500 Ko et devra être lisible)
  • Obtenir mon agrément pour la ou les bouteilles proposées
  • Respecter les critères d’âge :
  • Champagnes d’apéritif : pas de règles. Seront des cadeaux des académiciens qui veulent en apporter, au-delà de leur apport
  • Champagnes : avant 1997
  • Vins blancs : avant 1991
  • Vins rouges et liquoreux : avant 1972
  • Les livrer à partir du 20 octobre et avant le 15 novembre selon le processus décrit ici :
  • soit livrer sa bouteille au siège du champagne Henriot (65 Rue d’Anjou 75008 Paris). Appeler avant. Notre contact sur place est Madame Mathilde Jauneau : mjauneau@mdhenriot.com (téléphone : 01 47 42 18 06)
  • soit expédier sa bouteille à l’adresse : François Audouze Société ACIPAR, 44 rue André Sakharov 93140 BONDY.
  • Payer sa participation dans les délais prévus (avant le 2 novembre)
  • Chèque à l’ordre de « François Audouze AVA » à adresser à François Audouze société ACIPAR 44 rue Andrei Sakharov 93140 BONDY, qui est de : 150 € si on apporte un vin agréé ou 260 € si on vient sans vin.
  • Ou bien avant 02/11 pour le paiement et maintenant au plus vite plutôt par virement à RIB FRANCOIS AUDOUZE AVA : FR7630003030000005024474342
  • Venir à la réunion le jour prévu et à l’heure prévue : 19 heures
  • Si l’on vient sans bouteille de vin, respecter les dates de paiement.

– Le lieu de la réunion est : RESTAURANT MACEO 15 r Petits Champs 75001 PARIS

– Heure de la réunion : 19h et fin impérative 0h00.

Recommandations supplémentaires :

– ne pas mettre de chèque dans le colis qui comporte votre vin. Les chèques doivent être envoyés à part.

– ne pas coller quoi que ce soit sur la bouteille. Tout ce qui est collé est difficile à enlever.

Remarque générale importante :

L’expérience des 34 séances précédentes (sauf la 33ème, parfaite) est que je suis obligé de gérer beaucoup trop de cas particuliers au dernier moment. On va essayer de ne pas subir les impondérables.

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens Vins du Groupe 1 jeudi, 10 juin 2021

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens

Vins du Groupe 1
:

Champagne Gaston Chiquet 1er Cru à Dizy

Champagne SaintSauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021)

Champagne Henriot 1989

Y d’Yquem 1977

Kebir Impérial Blanc Frédéric Lung 1947

Côte de Moselle 1893

Château La Tour des Termes SaintEmilion 1928

Château Haut Brion Graves 1918 (niveau bas)

Château Léoville Las Cases Saint Julien 1918 (niveau bas)

Beaune Marconnet Remoissenet Père et Fils 1947

Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 DemiSec

Château Lauretan Liquoreux 1924

Massandra Tokay 1931

Madère Malmsey 1900

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens Vins du Groupe 2 jeudi, 10 juin 2021

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens

Vins du Groupe 2
:

Champagne Besserat de Bellefon

Champagne SaintSauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021)

Champagne Henriot 1989

Champagne Mumm Cordon Rose 1971

Aligoté Coteaux de SaintBris Jean Guimiot 1979

Tokay d’Alsace Pinot Gris Louis Reinhard années 50

Meursault Clos des Bouches Chères René Manuel 1964

Beaune Chanson 1er Cru 1967

Berberana cosecha especial Rioja 1964

Berberana Carta de Oro Rioja 1966

Federico Paternina Ollauri Rioja gran reserva 1928

Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 DemiSec

Sauternes 1929

Cru Lanère Sauternes 1931

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens Vins du Groupe 3 jeudi, 10 juin 2021

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens

Vins du Groupe 3
:

Champagne Laurent Perrier

Champagne SaintSauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021)

Champagne Henriot 1989

Meursault Patriarche 1942

Vouvray Clovis Lefèvre 1959

Côte de Moselle 1893

Château Le Bourdieu Haut Médoc 1975

Château Jean Faure SaintEmilion mise Hannapier 1941

Château Le Crock SaintEstèphe 1959

Richebourg Gros Frère et Sœur 1974

Pommard Hospices de Beaune Morin Père et Fils 1943

Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 DemiSec

Château de la Roulerie Chaume 1934

Monbazillac Theulet Marsallet 1922

ajouté par un participant : Cognac Frapin

34ème séance de l’Académie des Vins Anciens jeudi, 10 juin 2021

Je me rends au restaurant Macéo où se tiendra la 34ème séance de l’Académie des Vins Anciens. Nous serons 26 académiciens répartis en trois groupes et ayant à se partager plus de 45 vins. Nous ne manquerons pas de boisson, d’autant que j’ai fourni 17 d’entre eux !

Compte-tenu du couvre-feu de 23 heures le rendez-vous est à 17h30 et je ne peux commencer les ouvertures des vins qu’à 15 heures puisqu’avant il y a au restaurant le service du déjeuner. Voici les vins des trois groupes.

  • Groupe 1 : Champagne Gaston Chiquet 1er Cru à Dizy – Champagne Saint-Sauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021) – Champagne Henriot 1989 – Y d’Yquem 1977 – Kebir-Impérial Blanc Frédéric Lung 1947 – Côte de Moselle 1893 – Château La Tour des Termes Saint-Emilion 1928 – Château Haut-Brion Graves 1918 (niveau bas) – Château Léoville Las Cases Saint-Julien 1918 (niveau bas) – Beaune Marconnet Remoissenet Père et Fils 1947 – Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 Demi-Sec – Château Lauretan Liquoreux 1924 – Massandra Tokay 1931 – Madère Malmsey 1900.
  • Groupe 2 : Champagne Besserat de Bellefon – Champagne Saint-Sauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021) – Champagne Henriot 1989 – Champagne Mumm Cordon Rose 1971 – Aligoté Coteaux de Saint-Bris Jean Guimiot 1979 – Tokay d’Alsace Pinot Gris Louis Reinhard années 50 – Meursault Clos des Bouches Chères René Manuel 1964 – Beaune Chanson 1er Cru 1967 – Berberana cosecha especial Rioja 1964 – Berberana Carta de Oro Rioja 1966 – Federico Paternina Ollauri Rioja gran reserva 1928 – Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 Demi-Sec – Sauternes 1929 – Cru Lanère Sauternes 1931.
  • Groupe 3 : Champagne Laurent Perrier – Champagne Saint-Sauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021) – Champagne Henriot 1989 – Meursault Patriarche 1942 – Vouvray Clovis Lefèvre 1959 – Côte de Moselle 1893 – Château Le Bourdieu Haut Médoc 1975 – Château Jean-Faure Saint-Emilion mise Hannapier 1941 – Château Le Crock Saint-Estèphe 1959 – Richebourg Gros Frère et Sœur 1974 – Pommard Hospices de Beaune Morin Père et Fils 1943 – Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 Demi-Sec – Château de la Roulerie Chaume 1934 – Monbazillac Theulet Marsallet 1922.

    Il fallait faire vite pour ouvrir tous les vins dont certains ont des bouchons qui se brisent en mille morceaux. J’ai pris en charge les bouchons les plus difficiles, laissant à des amis la charge de bouchons apparemment plus faciles. Selon la tradition les ouvreurs ont droit à des attentions amicales. J’avais apporté un Tavel Rosé Château d’Agueria 1954 très plaisant à boire, fluide et rafraîchissant, d’une couleur d’un vrai rose. Un ami a apporté un Champagne Lang-Biémont d’Avize 1949 dont la couleur trahit une réelle fatigue mais qui s’en soucie ? Il a aussi apporté un Passito 1901, vin passerillé et doucereux d’une belle élégance. Une vraie rareté dont cet ami a souvent le secret.

    J’étais épuisé après cette séance d’ouverture qui demande une attention de tous les instants pour ne pas voir les bouchons glisser dans le liquide où se briser en semant des miettes dans le vin. Les académiciens arrivent progressivement et du fait des précautions à respecter, l’apéritif se prendra assis et non debout. Les six tables n’ont pas plus de cinq personnes par table pour les mêmes raisons.

    Parmi les académiciens il y a beaucoup de nouveaux et j’ai accordé huit places à des étudiants des plus grandes écoles françaises. L’ambiance fut rare, joyeuse, ouverte et généreuse.

    Le menu conçu par Adrian Williamson avec le chef du Macéo est : terrine de canard landais pressé dans son foie gras / maigre rôti et ses légumes de saison / ribs de cochons bio de la ferme du vieux poirier, cocotte printanière / fromages généreusement offerts par des académiciens / tatin de rhubarbe confite.

    Les vins que j’ai bus sont ceux du premier groupe. Le Champagne Gaston Chiquet 1er Cru à Dizy sans année que j’ai apporté est une découverte pour moi et pour beaucoup d’autres. Il doit avoir une vingtaine d’années et c’est une agréable surprise car il a une personnalité sereine et affirmée.

    Le Champagne Saint-Sauveur Frédéric Thomas Vertus 1er cru 1977 (dégorgé en 2021) est présent à toutes les tables puisqu’il y a trois bouteilles. Le seul champagne 1977 que j’ai bu est un Cristal Roederer. Les 1977 sont très rares. La première impression est celle des feuilles d’artichaut les premières que l’on goûte, plus amères que celles qui sont plus près du cœur. Il faut attendre pour boire ce champagne qu’il ait plusieurs mois après ce dégorgement. Il devrait devenir plus civilisé.

    Le Champagne Henriot 1989 est lui aussi présent à toutes les tables. Voilà un grand champagne magnifié par son âge, expressif et convivial. Quel beau champagne.

    Le Y d’Yquem 1977 a un nez qui sent le botrytis et en bouche, au-delà de l’aspect sec, il y a un délicieux botrytis qui lui donne du charme.  C’est une très bonne année pour ce Y très gastronomique.

    Des amis de l’académie connaissent mon amour pour les vins de Frédéric Lung aussi vais-je vérifier une fois plus mon absence totale d’objectivité dès qu’il s’agit de ces vins. Car le Kebir-Impérial Blanc Frédéric Lung 1947 offert par un ami est pour moi une pure merveille. Le vin est sombre et opaque, mais cela n’empêche pas son charme envoûtant de vin épais et magique. Je suis aux anges.

    Un académicien a apporté deux bouteilles de Côte de Moselle 1893 aux niveaux très bas et au nez très poussiéreux à l’ouverture. Mais la chance que nous avons de goûter ce vin de 128 ans nous pousse à n’écouter que le charme du message qu’il esquisse. C’est une expérience rare que de boire un vin de la Moselle française, conservé pendant tant de temps.

    Le Château La Tour des Termes Saint-Emilion 1928 a un charme qui est directement lié à son millésime exceptionnel. Ce vin est intemporel. Equilibré, carré, il laisse une empreinte forte sur le palais.

    Le Château Léoville Las Cases Saint-Julien 1918 au niveau assez bas avait à l’ouverture le parfum le plus beau de tous les vins rouges. Il se présente de façon très charmante mais pas totalement intégrée. Il virevolte autour de ses acidités. On ne peut que l’adorer, mais aussi le trouver étrange.

    Au contraire, le Château Haut-Brion Graves 1918 au niveau aussi assez bas est d’un équilibre spectaculaire. La structure aboutie de ce Haut-Brion est parfaite. A ma table de quatre nous votons pour ces trois rouges de Bordeaux et le classement qui apparaît le plus cohérent est : Haut-Brion, La Tour des Termes et Léoville Las Cases. Les trois sont brillants.

    Le Beaune Marconnet Remoissenet Père et Fils 1947 a un parfum à se damner. Magique est le mot qui convient. En bouche il n’est que velours, avec un charme inouï. Quel grand vin à la séduction absolue !

    Le Jéroboam de Champagne Veuve Clicquot Ponsardin du bicentenaire 1772/1972 Demi-Sec doit dater de la fin des années 60. Ce champagne est étrange, incernable car il n’a pas trouvé sa cohérence entre ses aspects secs et doux. Il a une valeur anecdotique qui ne manque pas d’intérêt mais ne donne pas de réel plaisir.

    Le Château Lauretan Langoiran 1924 est une merveille de liquoreux. Tous les liquoreux du Sud-Ouest gagnent tellement avec l’âge qu’il faut en boire sans hésitation.

    Le Tokay collection Massandra 1931 est un vin superlatif qui mérite le respect. Il a une douceur confondante. Tout en lui est lascif et charmeur, à la persistance aromatique infinie.

    J’attendais beaucoup du Madère Malmsey 1900 d’un ami. J’ai été assez déçu de ne pas le voir briller comme il aurait dû car les madères sont indestructibles. Bon sans doute il n’est pas ce qu’il devrait être.

    La profusion de vins fait que beaucoup de verres sont venus jusqu’à moi. Le Tokay d’Alsace Pinot Gris Louis Reinhard années 50 est absolument exceptionnel, très au-dessus de ce que je pouvais attendre. Le Federico Paternina Ollauri Rioja gran reserva 1928 est très équilibré et solide mais j’attendais un peu plus de ce vin que j’ai déjà souvent bu. Le Sauternes 1929, vin générique à la couleur magique de beauté est un vin que j’adore, magnifié par son millésime. Le Château Le Crock Saint-Estèphe 1959 est une heureuse surprise, car son apporteur ne croyait pas tellement lui. Le Pommard Hospices de Beaune Morin Père et Fils 1943 est un régal d’équilibre et de sensualité.

    Comme le vin de Kebir, le Monbazillac Theulet Marsallet 1922 fait partie de mes chouchous inconditionnels. Celui-ci est miraculeux de fraîcheur malgré sa haute concentration. Un pur régal fait par une lignée de vignerons talentueux.

    Voter pour tous ces vins n’est pas chose facile mais j’ai fait ce choix : 1 – Beaune Marconnet Remoissenet Père et Fils 1947, 2 – Kebir-Impérial Blanc Frédéric Lung 1947, 3 – Monbazillac Theulet Marsallet 1922, 4 – Château Haut-Brion Graves 1918, 5 – Massandra Tokay 1931, 6 – Pommard Hospices de Beaune Morin Père et Fils 1943.

    Le fait que les années de ces vins choisis soient : 1947 – 1947, 1922 – 1918 – 1931 – 1943 montre une fois de plus que les grands vins sont éternels.

    Bravo à Macéo et à Adrian Williamson pour la gestion de cet événement, ainsi qu’à Béatrice sans qui je serais incapable de gérer toute la logistique de ces événements.

    L’ambiance joyeuse et la qualité des vins ont fait de cette réunion, reportée deux fois pour cause de Covid, une des plus chères à mon cœur.

les vins préparés dans ma cave :

prêts à être déplacés au restaurant

les trois groupes de vins présentés au restaurant Macéo

les vins partagés entre les ouvreurs de bouteilles

les bouchons

Règles pour la 34ème séance de l’académie des vins anciens du 10 juin 2021 mardi, 25 mai 2021

Actualisation après l’annonce du couvre-feu et du confinement : la réunion plusieurs fois reportée est fixée au 10 juin 2021

Avertissement important

La réunion prévue initialement en mars 2020 a été annulée. Espérons que la date du 10 juin est définitive.

L’heure de la réunion comme il y a un couvre-feu sera à 17 heures 30.

Règles

Pour participer à une séance il faut suivre le cheminement habituel :

–    Proposer un vin ancien et fournir tout élément sur le vin proposé (on peut venir sans vin en payant une contribution différente)

–    Obtenir mon agrément pour la ou les bouteilles proposées

–   Payer sa participation dans les délais prévus (avant le 26 octobre)

–    Livrer sa ou ses bouteilles dans l’un des endroits possibles et dans les délais prévus selon modalités que j’annoncerai aux inscrits

–    Venir à la réunion le jour prévu et à l’heure prévue.

Données pratiques :

–    Proposer une bouteille dès maintenant selon les nouvelles règles (voir plus loin)

–    Livrer sa bouteille dans le délai qui sera annoncé

–    soit livrer sa bouteille au siège du champagne Henriot (65 Rue d’Anjou 75008 Paris). Appeler avant. Notre contact sur place est Madame Mathilde Jauneau : mjauneau@mdhenriot.com  – téléphone : 01 47 42 18 06

–    soit expédier sa bouteille à l’adresse : François Audouze Société ACIPAR, 44 rue André Sakharov 93140 BONDY.

–    Payer sa participation avant le 1er mai (maintenant, au plus vite) par chèque à l’ordre de « François Audouze AVA » à adresser à François Audouze société ACIPAR 44 rue Andrei Sakharov 93140 BONDY,  qui est de : 150 € si on apporte un vin agréé ou 260 € si on vient sans vin.

A noter qu’en cas d’annulation pour cas de force majeure, les chèques versés seront déchirés et scannés déchirés afin que chacun puisse vérifier que son chèque a été détruit. Cette clause ne vaut que pour le cas de force majeure et non pas pour un désistement qui serait connu après le 18 novembre.

–    Le lieu de la réunion est : RESTAURANT MACEO 15 r Petits Champs 75001 PARIS

–    Heure de la réunion : 17 h 30 et fin impérative 22h15 pour respecter le couvre-feu.

Merci de lire très attentivement et de respecter strictement ce qui est indiqué. Pour les photos des vins, se reporter aux règles de la 26ème édition :

http://www.academiedesvinsanciens.org/academie-des-vins-anciens-26eme-seance-du-19-mai-2016/

Vins agréés (nouveau et impératif)

Les critères d’âge seront plus stricts que lors de séances précédentes :

  • Champagnes d’apéritif : pas de règles. Seront des cadeaux des académiciens qui veulent en apporter, au-delà de leur apport
  • Champagnes : avant 1997
  • Vins blancs : avant 1991
  • Vins rouges et liquoreux : avant 1972

Ceux qui ne peuvent proposer des vins dans ces limites d’âge seront considérés comme sans apport, même s’ils apportent des champagnes d’apéritif.

Recommandations supplémentaires :

– ne pas mettre de chèque dans le colis qui comporte votre vin. Les chèques doivent être envoyés à part.

– ne pas coller quoi que ce soit sur la bouteille. Tout ce qui est collé est difficile à enlever.

Remarque générale importante :

L’expérience des 33 séances précédentes (sauf la 33ème, parfaite) est que je suis obligé de gérer beaucoup trop de cas particuliers au dernier moment. Dans la circonstance particulière de cette académie, on va essayer de ne pas subir les impondérables. Les dates limites incontournables seront annoncées dès que je le pourrai :

–  avant 01/05 pour le paiement et maintenant au plus vite plutôt par virement à RIB FRANCOIS AUDOUZE AVA : FR7630003030000005024474342

– à fixer pour la livraison des vins, probablement entre le 10 mai et le 25 mai et maintenant ai plus vite.

Malgré les circonstances, comme la 32ème séance et la 33ème ont été un succès complet, il faut que la 34ème le soit aussi.

Témoignages des participants au déjeuner au restaurant Pages jeudi, 22 octobre 2020

Témoignage d’un participant, Gauthier

Je vous envoie ce courriel pour vous remercier une nouvelle fois de l’incroyable repas auquel vous nous avez conviés Maximilien et moi hier midi. Votre approche humble, authentique et bienveillante transparait autant à table que dans vos écrits que j’avais pu glaner çà et là quelques semaines avant notre rencontre. Nous sommes bien loin d’une approche « industrieuse » comme vous le disiez si bien.

Le repas a été pour moi une suite de surprises. Qu’un vieux Pauillac soit sublimé par du citron changera ma façon de voir Bordeaux, qu’un risotto donne ses lettres de noblesse à un Clos de la Roche ne fera que confirmer la haute idée que je me fais de la Bourgogne. Le Rayne-Vigneau 1997, qui est un vin que j’ai eu la chance de goûter plusieurs fois cette année, ne m’avait jamais paru si noble et apaisé qu’avec ce dessert tout breton. Les financiers à la noisette en présentaient encore une image plus subtile. Je m’attendais à réentendre ce que j’avais lu. Au début du repas j’avais l’impression de devoir faire table rase de vos écrits précédents pour mieux écouter les vins et l’originalité de leur message. Et le temps passant, je comprends la cohérence de l’expérience que j’ai vécue et de celles que vous avez retranscrites sur votre site au fil des années.

Avec le recul, je suis frappé par l’écart, que je ne sondais qu’à peine, entre le Pibarnon que nous avons goûté et le Clos de la Roche que nous avons dégusté. Je pensais que le Pibarnon écraserait un vin fragilisé par le temps. Mais il n’en est rien, et je me surprends à repenser que le Clos de la Roche ne s’estompait pas l’espace d’un instant après une gorgée d’un Bandol, si érotique comme vous dites. C’était même l’occasion de constater quelque chose, qui ne me serait pas apparu sans la présence du 2016 : l’incroyable longueur et persistance d’un vin si travaillé par les années.

Sachez que Maximilien et moi serons ravis d’assister à l’académie des vins anciens fin novembre. Un autre ami, étudiant philosophe de l’ENS et sciences-piste à ses heures perdues, serait ravi de participer. C’est un bon vivant, et pour sûr un amoureux des bons vins !

En vous remerciant encore,

 

Témoignage d’un participant, Maximilien

Je tenais à vous remercier pour votre gentille invitation à ce déjeuner exceptionnel, et vous dire à quel point j’avais été ravi de ce moment passé avec vous. Grâce à vous interventions sur LPV (peut-être ne serait-ce qu’au moins pour cela que votre aventure sur ce forum en valait le coup : les écrits que vous y avez laissés, même si bien souvent dans la douleur, ont été énormément lus, et ont pu transmettre de nombreuses choses à beaucoup de lecteurs dont je fais partie !) et les billets dantesques écrits sur votre blog, j’avais découvert votre amour immense des vins anciens. Et n’étant jusqu’alors pas tout à fait convaincu par cette démarche, j’étais spécialement heureux de la tenter, et comment autrement mieux qu’avec l’ambassadeur mondial des vieux vins !

Cette rencontre était délicieuse également par ce merveilleux restaurant : ma première initiation à la gastronomie, et une belle découverte de ce qui peut se cuisiner de grand en France ! Et enfin bien évidemment, une découverte « coup de foudre » de ce que peut déceler d’exceptionnel un vin ancien : le souvenir de de Clos de la Roche 1953 restera impérissable, et doté d’une grande émotion que de l’avoir bu avec vous.

J’ai bien cherché à en identifier le producteur à partir du blason, mais ce n’est en fait que celui des Ducs de Bourgogne, ce qui n’aide malheureusement pas beaucoup.

 

C’est avec une joie dénuée du scepticisme qui aurait pu être présent avant ce déjeuner et cette découverte que je viendrai à l’Académie des Vins Anciens le 26 novembre. L’ami étudiant à l’EDHEC que j’avais mentionné est également emballé, et de son côté Gauthier devrait avoir trouvé quelques personnes, mais je lui laisse le soin de vous contacter directement.

Je vous remercie grandement pour cette somme de belles découvertes, humaine, gastronomique et œnologique, et vous dis à très bientôt !