Archives de catégorie : académie des vins anciens

Académie des vins anciens – 13ème séance jeudi, 10 juin 2010

L’académie des vins anciens tient sa treizième séance. Il me semble que malgré les aléas, ce numéro lui a porté chance. Cette réunion est particulière à plus d’un titre. Elle se tient pour la première fois au restaurant de l’hôtel Bedford dans le 8ème arrondissement. L’hôtel n’assure pas le dîner et j’avais déjà constaté en m’y rendant avec un ami qu’à peine le déjeuner fini, les tables sont dressées pour le petit déjeuner du lendemain. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, car nous avons privatisé la très amusante salle du restaurant. Amusante, car sa décoration est surchargée, avec des stucs lourds comme ceux de la plus audacieuse des pâtisseries, mais charmante aussi, car elle dégage une atmosphère bucolique et confortable.

Christophe le chef, passionné de vins et notamment d’Yquem (il n’y en aura pas ce soir) est heureux de faire cette expérience, et je sens que Gilles le sommelier et Franck sont motivés à faire un service de qualité sur un schéma très inhabituel.

D’autres facteurs ont influencé cette réunion. Les inscriptions ont été très tardives, moins de dix membres ayant répondu à l’appel un mois avant la réunion. Pour accélérer le rythme il m’est apparu qu’il faudrait que je sorte de ma cave des bouteilles emblématiques. Par ailleurs, un de mes amis, Juan-Carlos, est en train de ranger ma cave. Il y découvre les bouteilles qui nécessitent d’être bues en urgence, parce que les niveaux ont baissé. L’occasion était trop belle de réaliser un projet que j’ai depuis longtemps, faire une réunion de « bas niveaux ». Dans la cave, Juan-Carlos riait de mon attitude, car à chaque bouteille, je disais : « oh, j’ai envie qu’ils goûtent cela ». C’est enfantin, car je ne cessais de rajouter des bouteilles.

Un autre élément a modifié l’effectif habituel de notre réunion. A la suite des conférences que j’ai tenues devant des élèves de Sciences Po et de l’Institut Supérieur du Marketing du Luxe et du même institut pour le goût, plusieurs se sont inscrits, que je dispensais de l’obligation d’apporter des bouteilles de vins anciens.

Au final, nous sommes 36 inscrits, mais 32 présents à la séance de l’académie, avec 65 vins annoncés, mais 62 présents, dont 46 en provenance de ma cave. Cette réunion est donc particulière, par son site nouveau, par la présence de douze étudiants ou élèves ravis d’entrer dans un monde inconnu et par le nombre très élevé de vins, puisque le ratio habituel d’une bouteille par personne est aujourd’hui doublé.

A 16 heures la salle de restaurant est étouffante, car la jolie verrière à vitraux a l’effet d’une serre. Il faut vite mettre en marche la climatisation pour que je puisse effectuer l’ouverture de ces 62 bouteilles. Juan-Carlos et un autre ami fidèle, Jean, seront d’une aide précieuse, car je ne serais sans doute jamais arrivé seul à extirper tous les bouchons dont de nombreux sont venus en charpie.

Quand le niveau dans une bouteille baisse, c’est que le bouchon a un problème. La nature du problème est variable, certains devenant secs, d’autres graisseux, mais généralement, les bouchons se brisent en mille morceaux. C’est ce qui s’est produit. Parfois, des bouchons ne tenaient plus qu’à un fil et la simple pression de la pointe du tirebouchon les fait tomber dans la bouteille. Avec Jean et Juan-Carlos, nous échangeons nos impressions olfactives, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas encourageant. A vue de nez j’estime qu’un tiers des vins sont morts ou quasi morts, surtout les blancs secs qui ont souffert. Jean est le plus optimiste de nous trois. Jamais mes mains n’ont été aussi noires tant abondaient les bouchons graisseux. Des goulots étaient recouverts de traces noires, dont particulièrement celui de La Tour Blanche supposé 1896, au goulot dont l’intérieur est touché comme un pélican lors d’une marée noire. Cette bouteille m’a réservé une surprise. Au moment où je l’ouvre, le nez se caractérise par de la poussière, du parchemin, mais je pressens un retour possible. Je prends la bouteille et traverse la pièce pour faire sentir ce vin au chef amoureux d’Yquem qui dîne dans la salle. A peine ai-je fait quelques mètres que des odeurs sympathiques d’agrumes deviennent sensibles. Une éclosion aussi rapide est rare. Le chef et le sommelier sentent ces odeurs sympathiques. Je prends la bouteille pour la reposer sur la console où sont alignés tous les vins. Je sens une dernière fois avant de reposer, et alors, une odeur de bouchon envahit mes narines. L’odeur de bouchon était absolument inexistante pendant les deux premières minutes. Et maintenant, elle s’impose. Cette survenance tardive est une énigme.

Les académiciens arrivent en ordre dispersé, ce que la circulation parisienne explique. Nous commençons par un Champagne Moët et Chandon en magnum des années 50. C’est quand même un peu dommage de démarrer par une bouteille faible, car malgré un niveau très beau dans la bouteille, le bouchon qui se tire sans résistance indique une absence de bulle. Et comme j’ai la première gorgée, c’est la plus amère. Fort heureusement le reste de la bouteille est moins désagréable et je constate avec plaisir que chacun, y compris les plus jeunes, accepte bien ce champagne, parfois gouleyant mais objectivement fatigué. L’ouverture d’esprit des présents est un bon signe.

Nous nous plaçons à table, en six tables de cinq à six personnes. Après la séance d’ouverture et ce champagne, j’oriente mon discours sur la nécessité de bien se mettre à l’écoute des vins, pour en saisir les messages encore audibles. Et j’annonce que très probablement nous rejetterons des bouteilles mortes.

Nous sommes répartis en trois groupes de vins, chacun des académiciens devant goûter plus d’une vingtaine de vins. Ils sont listés par ordre de service :

Les vins du groupe 1 : Champagne Soutiran Brut 1er cru Alexandre non millésimé, Schramsberg méthode champenoise blanc de noirs Californie 2004, Champagne Houdart de la Motte années 80, Sancerre rosé AOC 1976, Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50, Château Haut Brion blanc 1966, Domaine de Chevalier 1952, Clos Fourtet 1959, Château Pichon Comtesse années 20, Château La Mission Haut-Brion 1929, Château Lafite 1900, Grands-Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1956, Vosne-Romanée Beaumonts Charles Noëllat 1961, Clos des Papes Paul Avril Châteauneuf-du-Pape 1979, Clos Montmartre blanc 1979, Château Chalon Perron 1967, Cérons 1943, Château la Tour Blanche Sauternes fin du 19ème siècle, probable 1896.

Les vins du groupe 2 : Champagne Soutiran grand cru millésimé 2003, Champagne Houdart de la Motte années 80, Champagne Prince de Bourbon Parme Abel Lepitre 1975, Château de la Grave bordeaux blanc années 40, Bourgogne Aligoté Les Caves Unies 1960, Santenay blanc Réserve de le Reine Pédauque années 50, Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50, Château de Cavailles Bergerac 1982, Château Bourgneuf Vayron Pomerol 1971, Château Langoa Barton 1966, Château Haut-Brion 1963, Château Margaux 1962, Château La Gaffelière Naudes 1934, Château Chauvin Caves Nicolas 1929, Macon reine Pédauque années 1950, Mercurey Clos du Roi Antonin Rodet 1943, Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1957, Château de Beaucastel Châteauneuf-du-Pape 1986, Clos de la Coulée de Serrant Nicolas Joly 1979, Château Laurette Sainte Croix du Mont 1983, Loupiac Georges Audy 1945.

Les vins du groupe 3 : Blanc Foussy Vin vif de Touraine années 80, Champagne Houdart de la Motte années 80, Champagne Houdart de la Motte années 80, Krug Grande cuvée datant des années 70, Puligny-Montrachet Vincent Vial 1962, Santenay blanc Réserve de le Reine Pédauque années 50, Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50, Château Carbonnieux Blanc 1966, Château Fontaine Montaguillon 1964, Château Brane Cantenac 1966, Cheval Noir –St Emilion 1959 , Château Malartic Lagravière 1953, Château Haut-Brion 1963, Château Haut-Brion 1942, Château Mouton-Rothschild 1970, Château La Gaffelière Naudes 1934, Chambolle-Musigny Morin 1945, Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1942, Bonnes Mares Louis Gasquiel 1943, Vin jaune 1964, Château Doisy-Daëne 1967.

Le menu composé pour nous par Christophe Frugier est certainement le plus abouti de toutes les séances : terrine de foie gras au naturel / chair de tourteau aux légumes croquants / filet de bar poêlé, émulsion de crustacés / médaillon de volaille fermière farcie aux morilles / agneau rôti, jus réduit, purée à l’huile d’olive / Stilton / glace fine aux pommes, glace vanille. Ce fut très élégamment réalisé.

Le Champagne Soutiran Brut 1er cru Alexandre non millésimé fait un grand contraste avec le champagne d’apéritif. Il est jeune, plein de belles bulles et se boit agréablement Je ne sais pas qui m’a offert le Schramsberg blanc de noirs méthode champenoise Californie 2004. C’est amusant de voir que c’est un ami champenois à ma table qui défend les couleurs de ce vin que l’on aimerait sans doute si nous étions californiens. Mais le vin très alcoolique, à la bulle lourde et au dosage élevé n’entraîne pas de ma part une grande adhésion.

Le bonheur revient avec le Champagne Houdart de la Motte années 80 qui est exactement ce que doit être un champagne ancien : avoir encore du pétillant et disposer d’une gamme chromatique joyeuse et étendue. C’est le cas de celui-ci. Mais il y a encore mieux, car on me tend un verre de Champagne Prince de Bourbon Parme Abel Lepitre 1975, qui est encore plus élevé dans la grâce et la joie de vivre. C’est un très grand champagne de gastronomie.

Qui d’autre que moi a encore en cave un Sancerre rosé AOC 1976 dont le nom du vigneron est absent ? Le pire serait à craindre mais pas du tout. La couleur rosée est très belle, de rose frêle, le nez est convaincant et le goût est très agréable, simple, direct et appétissant. Il se boit bien.

Comme je l’avais supputé, les blancs ont un rôle difficile à jouer, mais j’entends aux tables voisines que les choses se passent beaucoup mieux que prévu. Le Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50 est objectivement fatigué, mais il n’entraîne aucune grimace. Il est à noter que la chair du tourteau lui donne un coup de fouet restructurant. On passe très vite au Château Haut Brion blanc 1966 qui est absolument magnifique. Voilà un vin vivant d’une couleur jaune de belle jeunesse, au goût dans la plénitude de sa maturité. C’est un grand vin, très dans la ligne des grands Haut-Brion blancs.

Une belle surprise nous attend avec le Domaine de Chevalier 1952 qui est d’un charme velouté inimaginable. Jamais nous n’aurions pensé que ce vin aurait ce niveau. Et la chair du poisson accentue son velouté et lui donne de la densité. Ce qui est intéressant, c’est de comparer avec le vin suivant. Le Clos Fourtet 1959 est mieux dessiné, plus pur et plus délicatement charpenté, mais c’est vers le Domaine de Chevalier que notre cœur penche.

La bouteille de Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande des années 20 n’a pas d’étiquette et le vin est reconnu par sa capsule à l’écusson ovoïde, d’un rouge éclatant. Le vin est délicieux comme les 1921 savent le faire, ce qui pourrait être son millésime. Solide, vaillant, encore dense, ce vin est grand. Mais le Château La Mission Haut-Brion 1929 est d’une autre trempe. Pour les jeunes palais qui assistent pour la première fois à une séance de l’académie, le fait qu’un vin de 81 ans puisse avoir cette force, cette présence carrée, et ce goût à la longueur inextinguible, c’est vraiment entrer dans un monde irréel. Je lis l’étonnement sur les visages. C’est un très grand Mission.

Mais maintenant, ce sont tous les convives qui regardent mon visage, car je suis le premier servi d’un vin mythique. Et tout le monde sourit de mon expression béate. Je suis lou ravi, le benêt du village qui découvre l’apparition divine du Château Lafite 1900. Cette bouteille était à la limite basse de l’épaule. Et le vin est tout simplement sublime, irréel, incroyable, avec une complexité que je n’ai que rarement rencontrée. Ce vin est divin, kaléidoscopique, car il est impossible d’en saisir toutes les nuances. Ça bouge en bouche de façon incroyable. Il y a des fruits noirs et rouges délicatement enrobés dans un vineux joyeux. Franck me verse la lie dans un verre, et c’est un nirvana eucharistique, si l’on peut oser cette expression. Je suis sur un petit nuage.

Pas question d’en redescendre, car c’est une nouvelle irréalité qui arrive. Le Grands-Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1956 est tout simplement parfaitement Conti. A mille lieues des impressions données par le Lafite, on est bercé par la douceur saline toute en grâce d’un vin à la sensualité raffinée. Quel tir groupé de six vins de suite qui sont dans une forme parfaite !

Nous redescendons sur terre avec le Vosne Romanée Beaumonts Charles Noëllat 1961 qui fait torréfié, cuit, buvable sans doute, mais fatigué et dévié. Je n’ai pas gardé le souvenir du Clos des Papes Paul Avril Chateauneuf-du-Pape 1979 et je ne sais même pas si je l’ai bu. Il sentait très bon à l’ouverture. J’espère qu’il fut bon. Il faut dire que je me déplaçais de table en table, et dans la forêt de verres que j’avais à ma place, il n’est pas impossible que j’aie omis ce vin.

C’est la première fois que je goûte un Clos Montmartre blanc 1979. La couleur est d’un jaune orangé trouble. Le nez évoque les vins jaunes, ce qui explique que je l’aie placé à ce moment du repas. Et ce vin picote l’intérêt car il ne ressemble à rien. Et j’adore ces vins indéfinissables. A l’inverse, le Château Chalon Perron 1967 est totalement conforme à ce qu’on en attend, c’est-à-dire excellent.

Le Cérons Château du Haut-Mayne 1943 est d’une belle jeunesse et d’une densité qui le rend séduisant. Vient alors ce qui devait être après Lafite le clou de notre groupe, le Château la Tour Blanche Sauternes fin du 19ème siècle, probable 1896. Il a gardé son sale goût de bouchon. La couleur est d’un or orangé légèrement trouble, et rien en bouche ne confirme le nez de bouchon. Le vin est fatigué, mais suffisamment plaisant pour qu’on finisse son verre. Un ami jurassien a sorti de sa besace un vin de paille qui n’a qu’un succès d’estime.

A toutes les tables, tout le monde est joyeux. Des verres s’échangent, les discussions sont passionnées et chacun a conscience de vivre des instants uniques. Ceux qui ont bu un vin de 110 ans, le Lafite 1900 se demandent si un jour ils auront la chance de boire à nouveau un vin aussi rare.

J’ai perçu ici ou là pendant le repas quelques grimaces, mais le bilan me semble impensable par rapport au sentiment à l’ouverture. Notre groupe n’a écarté aucun vin et aux autres tables, ce sont peut-être quatre ou cinq bouteilles au maximum qui ont été jugées difficilement buvables.

Des réflexions s’imposent après cette incroyable dégustation. D’abord, qu’il faut intensifier, grâce à l’académie, le mouvement pour que les vins anciens se boivent. Beaucoup de vins de ce soir ont été bus au-delà de la période où ils auraient dû l’être. L’autre constatation est l’incroyable pouvoir curatif de l’oxygène sur des bouteilles apparemment mortes. J’avais prévu que chaque groupe puisse boire une bouteille du Domaine de la Romanée Conti, et j’avais annoncé que l’une d’entre elles serait certainement imbuvable. Or elle fut appréciée et même notée à un bon rang dans les préférences. Ceci veut dire que le pire n’est jamais sûr, et qu’il ne faut jamais condamner une bouteille à l’ouverture. Les miracles sont le quotidien des vins anciens.

Le classement que je ferais des vins de mon groupe est : 1 – Château Lafite 1900, 2 – Grands-Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1956, 3 – Château La Mission Haut-Brion 1929, 4 – Château Pichon Comtesse années 20, 5 – Domaine de Chevalier 1952, 6 – Château Haut Brion blanc 1966, 7 – Sancerre rosé AOC 1976. Le champagne Abel Lepitre que j’ai bu par ailleurs viendrait en quatrième position si je l’incluais.

Cette séance de l’académie est sans doute la plus brillante de celles que nous avons vécues, par le cadre, le repas, la qualité des vins malgré leur apparence et par l’atmosphère créée par des amateurs jeunes et moins jeunes, tous enthousiastes. La grande leçon est qu’un vin ne doit jamais être jugé mort, tant qu’on ne lui a pas donné une chance de revivre, et que les miracles sont plus fréquents qu’on ne le croit, grâce à Saint Oxygène, patron des vins anciens. Cette académie nous a donné une grande leçon et beaucoup de plaisir.

Académie des Vins Anciens – 10 juin lundi, 7 juin 2010

Notre séance se tiendra le 10 juin à l’hôtel Bedford.

Hôtel Bedford – 17, rue de l’Arcade – F – 75008 PARIS

L’heure d’arrivée des participants doit être entre 19h et 19h30.

A ce jour nous sommes 36.

Pour les inscrits :

Il ne faut plus m’adresser vos paiements. Me les remettre le jour de la réunion.

Chèque à l’ordre de « François Audouze » à l’adresse François Audouze – 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC.

Merci de vérifier cet ordre, et de ne pas en inventer un autre.

La participation est de 120 € avec vin fourni et 240 € sans vin. Aucun chèque ne peut être envoyé par la poste après le 4 juin. La présence à la réunion suppose que le paiement a été reçu.

Les vins doivent m’être proposés et agréés par moi. Les bouteilles sont à déposer chez Henriot 5 rue la Boétie 75008 Paris – 2ème étage – 01.47.42.18.06

Notre contact sur place est Martine Finat : mfinat@champagne-henriot.com. Aucune bouteille ne pourra être livrée après le 7 juin.

Comme quelqu’un est en train de ranger ma cave, j’ai apporté un nombre très élevé de bouteilles, dont des prestigieuses, mais dont le niveau impose de les boire vite. Il y aura peut-être du déchet, mais il y aura à boire plus que nous ne le pourrons.

Voici ce qui est prévu :

Champagne Houdart de la Motte années 80; Champagne Houdart de la Motte années 80; Champagne Houdart de la Motte années 80; Champagne Houdart de la Motte années 80; Krug Grande cuvée datant des années 70; Magnum Moët et Chandon des années 50; un autre champagne Moët à définir; Clos Montmartre blanc 1979; Château de la Grave bordeaux blanc années 40; Château Carbonnieux Blanc 1966; Santenay blanc Réserve de le Reine Pédauque années 50; Santenay blanc Réserve de le Reine Pédauque années 50; Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50; Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50; Puligny-Montrachet Grands Chais de Dijon années 50; Château Bourgneuf Vayron Pomerol 1971; Château Langoa Barton 1966; Pape-Clement 1970; Domaine de Chevalier 1952; Château Malartic Lagravière 1953; Château Haut-Brion 1963; Château Haut-Brion 1963; Château Haut-Brion 1953; Château Haut-Brion 1942; Château Mouton-Rothschild 1970; Château Margaux 1962; Cheval Noir -ST EMILION 1959 ; Clos Fourtet 1959; Château La Gaffelière Naudes 1934; Château La Gaffelière Naudes 1934; Château Chauvin Caves Nicolas 1929; Probable Château Lafite années 20; Château La Mission Haut-Brion 1929; Château Lafite 1900; Chambolle-Musigny Morin 1945; Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1956; Grands-Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1957; Clos des Papes Paul Avril Chateauneuf-du-Pape 1979; Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape 1986; Château Chalon 1967 de chez Perron; Jurançon 1956; Loupiac Georges Audy 1945; Château Doisy-Daëne 1967; Château la Tour Blanche Sauternes fin du 19ème siècle, probable 1896

D’autres bouteilles se sont rajoutées à cette liste.

A la date du 7 juin, il ne faut plus rien envoyer. Toute bouteille non livrée le 7 et tout chèque non envoyé le 7 seront apportés le jour même, à la réunion au Bedford (et pas au Macéo).

Les bouteilles apportées le jour même seront ouvertes par les académiciens eux-mêmes, avec leurs outils ou ceux du restaurant, car après l’ouverture des vins par mes soins, je ne prends plus en charge ces opérations au dernier moment.

Très cordialement

Académie des Vins anciens – 13ème séance du 10 juin 2010 – note d’annonce vendredi, 12 mars 2010

Académie des Vins anciens – 13ème séance du 10 juin 2010 – note d’annonce qui permet de s’inscrire dès à présent

Informations sur la 13ème séance de l’académie des vins anciens du 10 juin 2010 :

>>> l’expérience a montré qu’il est bon de lire entièrement et minutieusement ce qui est indiqué ci-après

Lieu de la réunion : restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS 01 42 97 53 85

Date de la réunion : c’est le 10 juin à 19 heures, heure absolument impérative.

Coût de la participation : 120 € pour un académicien qui vient avec une bouteille ancienne. 240 € pour les académiciens sans bouteille. Chèque à adresser dès maintenant à l’ordre de "François Audouze AVA" à l’adresse suivante : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec.

Inscription : par mail à François Audouze

Proposition de vins anciens : indiquer toutes informations sur l’état et le niveau. Toute bouteille proposée doit être agréée par François Audouze.

Nouveautés : il est possible de proposer une bouteille récente de qualité, qui sera remplacée à la réunion par un vin ancien de François Audouze. Et il est possible d’ajouter une bouteille de bas niveau à la bouteille "officielle" qui sera agréée. François Audouze gérera le nombre maximum admissible de bouteilles de bas niveaux.

Dates limites : livrer les bouteilles après approbation avant le 10 mai. Envoyer votre chèque avant le 10 mai, date vraiment limite.

Nota : les chèques reçus avant la séance ne sont pas remis en banque avant la séance. Il n’y a donc aucun avantage à retarder l’envoi.

Livraison des bouteilles : Si vous déposez les bouteilles, faites le au bureau de la maison de champagne Henriot 5 rue la Boétie 75008 PARIS – tél : 01.47.42.18.06. C’est au deuxième étage. Indiquez bien votre nom sur votre paquet, mais surtout, n’écrivez rien sur les bouteilles et ne collez rien sur les bouteilles. Ne mettez pas votre chèque avec la bouteille.

Si vous expédiez les bouteilles, faites le à l’adresse de mon bureau : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec, et je les garderai dans ma cave. Bien indiquer ACIPAR sur l’adresse de livraison

Informations complémentaires : Vous pouvez vous informer sur les précédentes réunions en regardant sur le blog, dans la catégorie « académie des vins anciens ».

Académie des vins anciens 12è séance – le récit vendredi, 12 mars 2010

La douzième séance de l’académie des vins anciens se tient une nouvelle fois au premier étage du restaurant Macéo et j’apprends à cette occasion que la salle est appelée « salle de bal ». Nous sommes deux fois moins nombreux que d’habitude. Nous pouvons innover en formant une table de vingt personnes, ce qui permet des discussions transversales. L’ambiance y a gagné.

Il y a l’équivalent de 29 bouteilles, aussi ai-je organisé deux groupes de dégustation de dix personnes ayant accès à plus de quinze vins puisque certaines bouteilles seront partagées en vingt parts au lieu de dix.

Je suis venu à 17 heures et malgré la présence d’un ami fidèle venu pour m’aider, j’ai ouvert toutes les bouteilles, découvrant parfois des odeurs quasi insupportables comme celles des deux Hospices de Beaune 1929 ou du Gewurztraminer 1959. Le temps faisant son œuvre certaines odeurs ont disparu. Les plus belles odeurs à l’ouverture sont celle du magnum de Léoville Las Cases 1924 au parfum tellement extraordinaire que j’ai vite rebouché pour conserver intacte cette fragrance rare, le vin d’Arbois de 1979 au nez tonitruant, le Chablis 1972 aux senteurs d’anthologie et le Fonplégade 1947 diablement prometteur.

Pour attendre les retardataires, nous partageons deux bouteilles de Champagne Pommery & Gréno Brut Royal. Au vu du bouchon devenu parfaitement cylindrique, on donnerait 25 ans à ce champagne, mais en bouche, on irait volontiers vers trente ans. La bulle est peu active mais la sensation pétillante est intacte, le nez est parfois imprécis. La bouche est plus qu’agréable, avec le charme particulier des champagnes anciens. C’est un régal ponctué de délicieuses gougères.

Le menu conçu par le restaurant Macéo est très agréablement exécuté : Concentré de châtaignes, châtaignes fumées & foie gras / Saint- Jacques d’Erquy marinées et fines betteraves condimentées / Bar sauvage doré sur peau et capuccino de crustacés, topinambours aux herbes / Noisette de quasi de veau fermier, tendres endives et champignons sauvages / Croquant de clémentines & agrumes zestés et Soupe de chocolat intense, crème arabica. A chaque expérience, j’ai l’impression que la qualité de la cuisine s’améliore.

Nous passons à table et le service de Guillaume, habile sommelier, délimite bien les deux groupes. Me trouvant à la limite territoriale des deux groupes, j’ai la chance qu’il y ait des incursions frontalières à mon profit. Je voulais offrir à mes amis académiciens un Champagne Mumm Cordon Rouge magnum 1937. Au moment où je l’ai saisi en cave, je me suis aperçu que deux tiers du liquide s’étaient évaporés, sans que l’étagère où il était stocké ne soit tachée. Le jeter, c’eût été dommage, aussi ai-je ajouté d’autres vins, tout en prévoyant que celui-ci soit goûté. Le nez n’est pas désagréable. Le vin sans bulle est buvable, léger, aqueux, sans trace de fruit. A l’inverse, le Champagne Veuve Clicquot 1953 au niveau très bas, que j’avais demandé à un ami d’ajouter à son apport prévu, s’il a aussi perdu sa bulle, offre un beau fruit jaune joyeux et plaisant. Un vrai plaisir de champagne ancien.

Les Petites Granges, Bordeaux blanc 1955 est une immense surprise. Lorsque je l’avais pris dans ma cave, j’avais été séduit par la beauté de son étiquette. Le niveau était à mi-épaule, et la couleur avenante. Je l’ai posé dans la case prévue pour l’académie, et lorsque j’ai voulu photographier les bouteilles, au moment où je la saisis, quelques semaines après l’avoir sélectionnée, je constate que la capsule s’est ouverte comme la corolle d’une fleur, et le bouchon est remonté dans le goulot de près d’un centimètre. La couleur, quant à elle, s’est ambrée. Au moment où j’ai ouvert le vin avant le dîner, il a suffi que je plante le tirebouchon pour que le bouchon s’expulse avec le bruit d’un bouchon de champagne que l’on fait sauter. Et le vide de la bouteille s’est rempli d’un gaz opaque comme du brouillard. Le vin avait donc déclanché une nouvelle fermentation, à un niveau que j’ai rarement rencontré. Alors, qu’y a-t-il dans le verre qui nous est versé ? C’est une saveur inconnue. On dirait une sorte de ratafia de champagne, comme si l’on avait mélangé un jeune champagne avec de l’eau de vie. Au-delà de la curiosité, ce vin inclassable, même s’il est buvable et bien excité par le velouté, n’apporte pas une franche émotion.

Le Chablis Montée de Tonnerre Raveneau 1972 servi au deuxième groupe est tout à l’opposé. Son odeur est la définition absolue du Chablis parfait. On pourrait s’arrêter à cette seule odeur tant elle est envoûtante, avec une minéralité exacerbée. En bouche le vin est grand, j’oserais dire parfait mais c’est peut-être un peu trop dire, car le goût n’est pas à la hauteur du parfum.

A ce stade, je constate que Guillaume, appliquant un sage principe de précaution, ne verse que la moitié de la bouteille dans les verres du groupe auquel le vin est affecté. Cela me donne une idée : si Guillaume est capable de verser la moitié d’une bouteille à dix personnes, cela veut dire qu’il est capable de verser la bouteille entière à vingt personnes. La décision qui s’impose est immédiatement prise : nous ne formerons plus qu’un groupe et partagerons tous les vins en vingt et pas en vain.

Le Château Bouscaut blanc 1959 a une magnifique couleur dorée. Solide bordeaux blanc, il a une façon de résister aux atteintes du temps qui est remarquable. Rond, puissant, joyeux, il est agréable, sans toutefois la petite once de folie que sa couleur promettait.

Le Château Brane-Cantenac 1959, d’un niveau un peu bas se présente fort joliment. Il n’a pas l’exubérance de son millésime et joue un peu en dedans. Le Château d’Arsac Margaux 1925 est d’une remarquable constance, car ce n’est pas la première fois que nous le goûtons, et chaque fois, c’est une belle surprise, car on ne l’attendrait pas à ce niveau. Avec un léger goût de framboise, il est d’un charme particulier.

Un nouvel académicien nous a fait le plaisir d’apporter trois millésimes d’un même château. Le Château Roudier, Montagne Saint-Émilion Roudier 1955 est extrêmement plaisant. Son nez est bien formé, la bouche est agréable. Il lui manque un peu de structure et d’imagination, mais le plaisir est là.

Je suis heureux que les académiciens aient apporté autant de 1955, année particulièrement agréable à boire en ce moment. Le Château Clos-Fourtet 1955 est un saint-émilion solide s’il en est. Je prends un grand plaisir – et je ne suis pas le seul – avec ce vin. Le Château de Pez 1955 est une belle surprise. Un académicien dit qu’il verrait bien le Clos Fourtet en rive gauche et le Pez en rive droite, tant ils semblent avoir échangé leurs caractéristiques, mais en goûtant à nouveau le Clos Fourtet, son nez de truffe indique qu’il est vraiment de son appellation.

Le Château Malescot Saint Exupery 1961 nous donne comme un coup de poing qui rappelle opportunément que si 1955 est plaisant, 1961 est à de nombreuses coudées au dessus. Ce vin est d’une facture exemplaire. Il a tout pour lui à ce stade de sa vie où il apparaît éternel. C’est un grand vin. Le Château Roudier, Montagne Saint-Émilion Roudier 1953 se présente avec un niveau qualitatif beaucoup plus grand que le 1955. Il dépasse même les canons de son appellation. Je prends un grand plaisir avec ce vin bien fait. Hélas, le Château Roudier, Montagne Saint-Émilion Roudier 1943, son aîné de dix ans, est bouchonné. L’académicien qui avait apporté des bouteilles de réserve pour chaque vin suggère que l’on ouvre l’autre 1943. La sagesse, vu notre programme, est de ne pas le faire. Nous saisirons une autre occasion.

Le Château Fonplégade Saint-Émilion 1947 que j’ai apporté est une pure merveille et il dépasse largement le 1961. Nous sommes avec ce vin à des hauteurs gustatives qui justifient l’amour que l’on peut avoir pour les bordeaux. Le vin est grand, pur, plein, parfait, au parfum capiteux.

Le Château La Gaffelière Saint-Émilion 1969 qui est servi en intermède avant le 1924 a bien du mal à succéder au 1947. Plaisant, il est un peu court. A ses côtés, le Château Lynch-Moussas 1970 est beaucoup plus ingambe, d’une jeunesse bien préservée. Je n’ai pas beaucoup de temps pour analyser ces deux vins car arrive un sommet gustatif : le Magnum de Léoville Las Cases 1924. Je prends la parole pour demander à tous mes amis de porter toute leur attention sur un goût qui fait partie des plus belles merveilles que l’on puisse rencontrer. A l’aile gauche de la table, je sens un brouhaha réprobateur. Remettrait-on en cause la parole du président ? Apparemment certains ne vibrent pas comme moi à ce parfum de framboise, signe d’une évolution à la bourguignonne, qui enveloppe délicatement le Saint-Julien élégant. J’adore ce vin et sa petite déviance charmante.

Par hasard, les bourgognes sont aujourd’hui peu nombreux et de niveaux bas. Aussi ai-je peu porté mon attention sur eux, le seul souvenir, puisque je n’ai pas pris de notes, c’est qu’ils n’ont pas entraîné de ma part une réelle émotion. Le Romanée St Vivant Pierre Bourée 1957 a dû connaître des fuites dues à la défaillance du bouchon, et une cire récente a tenté de stopper l’érosion. Le vin a un nez agréable, mais manque de corps. Les deux bouteilles d’Hospices de Beaune Brunet 1929 ont été ajoutées par un académicien à son apport du magnifique Chablis. Les bas niveaux ne se conçoivent en effet « qu’en plus ». A l’ouverture, les odeurs de sous-bois, de champignon, de vieille armoire indiquaient que le retour à la vie serait lent. Malgré un millésime de première grandeur, il n’y eut pas beaucoup plus qu’une esquisse d’intérêt.

Les vins du Jura sont mes chouchous et j’ai développé un amour particulier pour les vins de l’Etoile. Le Château l’Etoile, vin de l’Etoile Vandelle 1967 provient de mes achats récents à la Percée du vin jaune. Qu’on ne me demande pas d’être objectif pour ce vin au parfum fort et inhabituel. Le vin échappe aux normes, mais me donne de vraies sensations de bonheur. Il est fumé, étrange et envoûtant. Le Vin du Jura jaune Rolet 1979 a un nez impérieux. C’est toute la splendeur du vin jaune qui envahit les narines. En bouche le vin est bon, mais n’atteint pas la joliesse de son parfum.

Si le Gewurztraminer Clos Zisser (Klipfel) 1959 avait été ouvert au moment de le boire, la bouteille eût été rejetée. Car le bouchon sentait la terre au-delà de toute raison. Les six heures de repos ont permis au vin de se reconstituer et de devenir un solide Gewurztraminer, d’une belle année.

Lorsque j’avais saisi en cave le Château Guiraud 1971, j’avais été impressionné par son élégante couleur d’un cuivre discret. Dans le verre, cette couleur est encore plus brillante. Le vin est délicat, n’en fait pas trop, mais satisfait par la mise en page mesurée de son message.

Le supposé Madère très vieux vers 1850 est effectivement un madère d’un rare équilibre. Tout en lui est élégant.

Pour étancher une éventuelle soif finale, un Champagne Selosse Brut Initial rafraîchit les papilles qui ont été sollicitées tout au long de la soirée et marque un point final de jeunesse à ce beau dîner de l’académie.

On ne vote pas dans ces séances, mais c’est intéressant de classer le souvenir de ces vins. Voici ce que mon palais a retenu : 1 – Château Fonplégade Saint-Emilion 1947, 2 – Chablis Montée de Tonnerre Raveneau 1972, 3 – Magnum de Léoville Las Cases 1924, 4 – Supposé Madère très vieux # 1850, 5 – Malescot St Exupery 1961, 6 – Château de l’Etoile, vin de l’Etoile Vandelle 1967, 7 – Château d’Arsac Margaux 1925, 8 – Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1953, 9 – Château Guiraud 1971, 10 – Château Clos-Fourtet 1955, 11 – Château Bouscaut blanc 1959, 12 – Vin du Jura jaune Rolet 1979, 13 – Château de Pez 1955.

Ayant accepté que des académiciens ajoutent à leurs apports des vins de bas niveau, il est légitime que certains vins n’aient pas la qualité que l’on pourrait attendre, mais cela fait partie de la règle acceptée, car à côté d’eux, les vins « légitimes » ont particulièrement brillé. Autour d’une table agencée comme pour un banquet, nous avons passé une excellente soirée, avec des vins qui marqueront nos mémoires.

Académie 11 mars – photos vins d’après 1958 jeudi, 11 mars 2010

Château Bouscaut blanc 1959 (magnifique couleur)

Château Brane-Cantenac 1959, épaule basse

Gewurztraminer Clos Zisser (Klipfel ) 1959 (cette bouteille m’inspire)

Malescot St Exupery 1961 niveau LB (belle bouteille)

Château de l’Etoile, vin de l’Etoile Vandelle 1967 (j’adore les vins de l’Etoile dont je suis amoureux)

Château La Gaffelière Saint-Emilion 1969 (jolie bouteille)

Château Lynch-Moussas 1970 (jolie bouteille) (j’aurais tendance à penser que ce vin est jeune. mais il faut que je m’habitue au fait qu’un 1970 a quarante ans aujourd’hui !!!)

Château Guiraud 1971 (la couleur de ce Sauternes est très belle)

Chablis Montée de Tonnerre Raveneau 1972 (niveau à 2,8 cm) (la couleur promet des merveilles)

Vin du Jura jaune ROLET 1979 (très belle)

.

.

Champagne Pommery Brut Royal (env. 25 ans) (2 bt)

Champagne Selosse

Académie 11 mars – photos vins d’avant 1959 jeudi, 11 mars 2010

Photos prises dans ma cave, avant l’académie.

Supposé Madère très vieux # 1850 (bouteille qui fait partie d’un lot de très vieux madères, au goût extraordinaire)

Magnum de Léoville Las Cases 1924 (cette bouteille n’a pas d’étiquette, mais la capsule est explicite. Le niveau est beau. Cette bouteille me plaist beaucoup – à vérifier)

Château d’Arsac Margaux 1925

Hospices de Beaune Brunet 1929 (il y a deux bouteilles de niveaux très bas. Incertitude complète. A voir) (je n’ai pas enlevé les films plastiques pour la photo)

Champagne Mumm Cordon Rouge magnum 1937 (grande vidange) (j’ai voulu offrir ce magnum pour l’académie. Je prends la bouteille et je constate que 2/3 du liquide sont évaporés. La jeter ? Non, nous allons essayer, sans garantie)

Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1943 (bouteille récemment reconditionnée au château, difficile à juger sur cette présentation)

Château Fonplégade Saint-Emilion 1947

Champagne Veuve Clicquot 1953 (le niveau est très bas, mais l’expérience mérite d’être tentée)

Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1953 (bouteille récemment reconditionnée au château, difficile à juger sur cette présentation)

château de Pez 1955 (la capsule est invraisemeblablement fraîche, mais c’est un bouchage d’origine. la bouteill est très belle)

Château Clos-Fourtet 1955 (bouteille très engageante)

Les Petites Granges, Bordeaux blanc 1955 (cette bouteille m’a fait une grosse surprise : quand je l’ai prise, intéressé par ce vin inconnu, le niveau était mi épaule. Lorsque je l’ai prise pour la photographier, j’ai constaté que le bouchon a fait éclater la capsule, comme si une fermentation nouvelle avait fait exploser l’air. la couleur du vin n’est pas aussi foncée que ce qu’on voit sur la photo)

à noter que le jour de l’ouverture, le bouchon a encore monté !!!

Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1955 (bouteille récemment reconditionnée au château, difficile à juger sur cette présentation)

Romanée St Vivant Pierre Bourée 1957 (cette bouteille ne m’inspire pas trop, car on a ciré le haut, sans doute pour arrêter une évaporation trop forte. A voir à la dégustation)

Académie des Vins anciens – 11 mars 2010 – note d’organisation jeudi, 11 mars 2010

Académie des Vins anciens – 12ème séance du 11 mars 2010

Informations sur la 12ème séance de l’académie des vins anciens du 11 mars 2010 :

>>> l’expérience a montré qu’il est bon de lire entièrement et minutieusement ce qui est indiqué ci-après

Lieu de la réunion : restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS 01 42 97 53 85

Date de la réunion : c’est le 11 mars à 19 heures, heure absolument impérative.

Coût de la participation : 120 € pour un académicien qui vient avec une bouteille ancienne. 240 € pour les académiciens sans bouteille. Chèque à adresser dès maintenant à l’ordre de "François Audouze AVA" à l’adresse suivante : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec.

Inscription : par mail à François Audouze

Proposition de vins anciens : indiquer toutes informations sur l’état et le niveau. Toute bouteille proposée doit être agréée par François Audouze

Dates limites : livrer les bouteilles après approbation avant le 1er mars. Envoyer votre chèque avant le 1er mars, date vraiment limite.

Nota : les chèques reçus avant la séance ne sont pas remis en banque avant la séance. Il n’y a donc aucun avantage à retarder l’envoi.

Livraison des bouteilles : Si vous déposez les bouteilles, faites le au bureau de la maison de champagne Henriot 5 rue la Boétie 75008 PARIS – tél : 01.47.42.18.06. C’est au deuxième étage. Indiquez bien votre nom sur votre paquet, mais surtout, n’écrivez rien sur les bouteilles et ne collez rien sur les bouteilles. Ne mettez pas votre chèque avec la bouteille.

Si vous expédiez les bouteilles, faites le à l’adresse de mon bureau : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec, et je les garderai dans ma cave. Bien indiquer ACIPAR sur l’adresse de livraison

Informations complémentaires : Vous pouvez vous informer sur les précédentes réunions en regardant sur le blog, dans la catégorie « académie des vins anciens ».

Les vins annoncés sont : Champagne Pommery Brut Royal (env. 25 ans) – Champagne Mumm Cordon Rouge magnum 1937 (grande vidange) – Champagne Veuve Clicquot 1953 basse – Les Petites Granges, Bordeaux blanc 1955 ME – Chablis Montée de Tonnerre Raveneau 1972 (niveau à 2,8 cm) – Château Bouscaut blanc 1959 – Château Brane-Cantenac 1959, épaule basse – Château d’Arsac Margaux 1925 – Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1955 – Château Clos-Fourtet 1955 – château de Pez 1955 – Malescot St Exupery 1961 niveau LB – Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1953 – Château Roudier, Montagne Saint-Emilion Roudier 1943 – Château Fonplégade Saint-Emilion 1947 – Château La Gaffelière Saint-Emilion 1969 – Château Lynch-Moussas 1970 – Magnum de Léoville Las Cases 1924 – Romanée St Vivant Pierre Bourée 1957 – Hospices de Beaune Brunet 1929 – Vin du Jura jaune ROLET 1979 – Château de l’Etoile, vin de l’Etoile Vandelle 1967 – Gewurztraminer Clos Zisser (Klipfel ) 1959 – Château Guiraud 1971 – Supposé Madère très vieux # 1850 – Champagne Selosse.

11ème séance de l’académie des vins anciens au restaurant Macéo jeudi, 29 octobre 2009

La onzième séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo, selon ce qui est devenu une coutume. Nous sommes quarante et il y a quarante huit vins, dont vingt proviennent de ma cave. Du fait de l’importance de mon apport, j’ai donné l’occasion à quelques bouteilles douteuses ou en risque d’avoir une chance d’être bues. A seize heures, je me sens bien seul pour ouvrir toutes ces bouteilles, car un seul académicien, un nouveau, puis beaucoup plus tard un ancien, sont venus me donner un coup de main. Du fait de l’ancienneté des vins apportés, ce qui est tout à fait dans le sens des objectifs de l’académie, la table se transforme vite en un champ de bataille, tant les bouchons brisés, éclatés et émiettés maculent la nappe. L’opération prend près de trois heures. Pendant ce temps l’équipe de télévision filme mes gestes, pose des questions à mes amis et moi, au sujet de la possibilité non d’une île mais d’un faux. Cela me fait sourire que l’on imagine de faire un faux d’un vin qui aurait rêvé toute sa vie de se sentir célèbre d’avoir été copié.

Les vins sont répartis en trois groupes, dont voici les ordres de service :

Groupe 1 : Champagne Charles Heidsieck mis en cave en 1996, Champagne Selosse, Grand Pouilly Latour, Pouilly Fuissé Louis Latour 1937 (curiosité), Puligny-Montrachet Veuve Génin 1959, Château Latour magnum 1973 (très basse), Château Tertre d’Augay 1970, Château Léoville Barton 1959, "BAGES" Pauillac, Montré & Cie, mi-épaule 1926 , Château Mouton d’Armailac 1934, vin inconnu sans étiquette année inconnue (bon niveau, curiosité), Bonnes-Mares Gérard Peirazeau 1984, Château de Beaucastel rouge 1959, Château Chalon Jean Bourdy 1959, Vouvray le Haut Lieu Domaine Huet 1964, Chateau de Rayne-Vigneau Sauternes 1904 , Madeira D’Oliveiras Reserva Verdelho 1850.

Groupe 2 : Champagne Charles Heidsieck mis en cave en 1996, Champagne Besserat de Bellefon Brut sans année, Puligny-Montrachet Les Chalumeaux Jean Pascal & Fils 1976, Meursault A. Perdrizet 1948, Château Pichon Baron de Longueville 1904 (curiosité), St Julien Clos St Albert 1900, Château Latour 1925, Château Belair Saint-Emilion 1947 (basse épaule), Coteaux Champenois Bisseuil roge G & G Boyer sans année, Corton Pouget Pierre André 1959, Auxey-Duresses Begin-Colnet 1967, Clos des Papes Chateauneuf du Pape 1971 (magnifique), Riesling – Hochheimer Stielweg Spätlese – Rheingau – W. J. Schäfer 1976, Jurançon caves Nicolas 1929, Cérons, Château Galant 1945 (bas), Maury La Coume du Roy 1925.

Groupe 3 : Champagne Charles Heidsieck mis en cave en 1996, Château La Louvière blanc 1952, Meursault Louis Chevallier 1953, Château Saint-Vincent Côtes Fronsac 1964, Château Margaux probable 1931, Château Bouscaut 1929, Château Grand La Lagune 1928 (basse), Château Branaire 1934, Château Talbot 1959 , Mercurey Clos L’évêque Château des Etroyes – François Proutheau 1962 , Nuits-Saint-Georges Pierre Olivier 1966, Château de Beaucastel rouge 1989, Riesling – Leiweiner Laurentiuslay Auslese – Mosel – Stefan Kowerich 1983, Château Suduiraut 1969, Rivesaltes Domaine Bory Andrée Verdeille 1927, Maury La Coume du Roy 1925.

J’ai bu les vins du groupe 1 et parfois des verres m’ont été apportés par d’aimables académiciens des tables voisines.

A l’apéritif, le Champagne Charles Heidsieck mis en cave en 1996 est un champagne rassurant. Son goût est précis, bien dessiné, et le vin ne donne pas de prise à l’âge. C’est un champagne très agréable, fait par une maison sérieuse.

Le menu composé par le chef Thierry Bourbonnais : Concentré de potiron, coriandre & foie gras / Lamelles de Saint-Jacques marinées chair de crabe, râpé de chou croquant / Tronçon de bar sauvage, petit minestrone de coquillages parfumés / Noisette d’agneau fermier frotté à la sarriette, champignons sauvages & polenta dorée aux herbes / fromages de Quatrehomme / Crème prise chocolat pur caraïbe, sirop passion / Poire rôtie sur fin sablé Breton, lait d’amande glacé / chocolats. Ce repas fut élégant et de très belle exécution.

Le Champagne « Substance » de Selosse, dégorgé en juillet 2009, est beaucoup plus domestiqué et civil que de récentes versions de dégorgements différents. Champagne racé, de grande personnalité, il est beaucoup plus agréable dans cette forme plus douce, le fumé se fondant dans un goût profond et engageant.

Lorsque j’ai saisi des bouteilles dans ma cave pour l’académie, j’ai tiré doucement des bouteilles de leurs casiers. Je tire celui-ci, un Grand Pouilly Latour, Pouilly Fuissé Louis Latour 1937. Et que vois-je ? La couleur de la mort. Jamais un vin blanc de cette couleur de crème de marron ne peut revivre. Mais j’ai voulu lui donner une chance. A l’ouverture, la cause était hélas certaine. Au moment du service la question est de savoir si j’évite cette purge à mes amis. A ma grande surprise ce vin peut être bu sans risque d’en être malade. Mais ne prenons pas de risque, le vin est mort. Par compensation, j’avais prélevé un Puligny-Montrachet Veuve Génin 1959 à la couleur dorée. Quel beau Puligny, anobli par l’année. D’un jaune d’or qui porte la joie de vivre, d’un parfum riche, ce vin est un grand plaisir, chaud en bouche, avec une belle profondeur. Même si la race du vin n’est pas de première grandeur, ce qui frappe, c’est le plaisir de boire ce vin goûteux et généreux, avec des évocations de beurre et une acidité citronnée délicate.

C’est le papier qui entourait le Château Latour magnum 1973 joliment imprimé de l’emblème du château, une tour très simple graphiquement, qui m’avait alerté. Le vin est atteint d’une dangereuse coulure. Quand j’ai ouvert le vin, j’ai constaté que le bouchon nageait. L’odeur m’indiquait que la glissade a dû se produire pendant le trajet, car rien dans l’odeur ne montre de déviation excessive. Le vin est fatigué bien sûr. Mais la richesse naturelle de Latour, qui ne semble pas affectée par la faiblesse du millésime, aide le vin à se reconstituer dans le verre. Il est torréfié, très café, mais progressivement, il devient Latour, avec une richesse aromatique plus que sympathique.

Le Château Tertre d’Augay 1970 que j’ai aussi apporté, est un vin honnête, bien fait, qui se présente sans défaut. Beau bordeaux à boire, même s’il ne déborde pas d’une imagination farouche, il est très agréable, avec un final élégant.

Le Château Léoville Barton 1959, lui aussi de ma cave, est d’une perfection certaine. Quel grand vin, et quelle grande année. Il est au sommet de sa gloire maintenant. Le vin qui était dans le goulot, n’a pas l’ombre d’un défaut. Mieux encore, il dégage une réelle émotion. Notre table s’extasie devant ce succès absolu.

Le "BAGES" Pauillac, Montré & Cie 1926 avait un niveau à mi-épaule tendant vers basse. Lorsque le vin se développe dans le verre, ce qui me fait penser que ces vins mériteraient d’être versés dans les verres au moins un quart d’heure avant leur service, ce vin évoque toute la brillance d’un millésime de légende. On parle toujours (y compris moi-même) des années 1928 et 1929, mais 1921 et 1926 sont dans la même ligue. Ce Bages est une petite merveille d’évocations de douceurs historiques.

Le Château Mouton d’Armaillac 1934 est intéressant mais souffre d’une petite fatigue. On reconnaît sous le voile pudique la qualité de l’année et la qualité de son terroir. Nous n’avons pas le temps de chercher plus, car j’ai ajouté un vin inconnu sans étiquette et d’année inconnue, de bon niveau dans la bouteille, de forme moderne. Lorsque j’ai ouvert cette bouteille, le bouchon a craquelé en mille morceaux. Notre groupe se compose de deux tables de sept à huit convives. La réaction à ce vin inconnu est assez amusante. L’autre table s’est orientée vers la forme de la bouteille pour pronostiquer un vin des années 70. A ma table, avec Antoine Pétrus sommelier de talent, nous sommes partis dans la décennie 30, car le goût et l’amertume finale ne peuvent appartenir à un vin jeune. Le vin est objectivement de Bordeaux, même si une générosité alcooleuse peut laisser penser à une ajoute rhodanienne. Le vin est agréable à boire. Pour moi c’est un honnête Pauillac du niveau d’un 3ème grand cru, que je situerais dans une année moyenne de la décennie 30. Ai-je raison ? Nul ne le saura.

Le Bonnes-Mares Gérard Peirazeau 1984, saisi aussi dans ma cave est un Bourgogne de grand plaisir. Après tous ces bordeaux parfois canoniques, boire un jeune bourgogne subtil et charmant, pas du tout gêné par l’année 1984, qui n’est pas si faible que cela en Bourgogne, est un plaisir secret, sorte de bonbon que l’on croque en cachette. J’ai aimé son parcours en bouche, discret mais insistant.

Le Domaine de Beaucastel rouge 1959 est une récompense de collectionneur, apportée par mon ami Florent, ce jeune collectionneur fou de vins. Le vin est riche, beau, accompli, au faîte de sa maturité. Il nous donne une leçon d’histoire. Chaque vigneron essaie d’apporter à son domaine une démarche de qualité, de progrès, de constance. Et puis voilà qu’un vin comme ce 1959 est l’aboutissement de ce que peut être un Chateauneuf-du-Pape. Alors, où est le sens de l’histoire ? Cela prouve au moins que le terroir de Beaucastel a des ressources de première grandeur. Le vin est beau riche, accompli, rond en bouche, avec un plaisir de boire rare. Bien qu’il l’ait apporté, Florent convient avec moi que le Léoville-Barton est d’une stature supérieure à ce délicieux Beaucastel.

Merci à mon ami Jean, ouvreur fidèle des bouteilles, qui supporte mes exigences et mes manies, pour ce Château Chalon Jean Bourdy 1959, petit joyau du Jura. Je le trouve moins puissant que les 1959 que j’ai bus, et nettement moins puissant que le 1911 que j’ai ouvert récemment. Mais c’est un vin tellement racé, bien généreux et si délicieusement interpelant que la plaisir est là.

Le Vouvray le Haut Lieu Domaine Huet 1964 a une couleur un peu trop foncée pour son âge et montre une fatigue qu’il ne devrait pas avoir. Lionel, l’ami de toutes les grandes bouteilles lui cherche quelques grandeurs et l’on peut y arriver. Mais quand la vedette arrive, les groupies abandonnent les seconds rôles.

La star, c’est le Chateau Rayne-Vigneau Sauternes 1904 d’une couleur impériale, d’un or impérieux. En bouche, c’est le grand sauternes tel qu’on l’aime, à l’équilibre sensuellement infini, où les notes d’agrumes composent avec le stilton un accord d’anthologie.

Le Madeira D’Oliveiras Reserva Verdelho 1850 est d’une richesse folle. Doux comme des raisins de Corinthe, au final poivré et goudronné, il plombe le palais de bonheur, décuplé par les carrés de chocolat taillés comme des lingots. Apporté par mes fidèles amis japonais, il est d’une fraîcheur remarquable.

Dans un tel parcours, il y a bien sûr des hauts et des bas. Mais qu’importe, quand les hauts s’établissent à des niveaux aussi élevés. Des amis m’ont apporté quelques verres dont j’ai retenu quelques images, fondées sur une gorgée ou un quart de gorgée, ce qui peut faire passer à côté du message réel :

Le Meursault A. Perdrizet 1948 est un très beau meursault, qui a gardé malgré son âge la typicité du beau meursault. Le Château Pichon Baron de Longueville 1904 au niveau bas que j’ai apporté est quasiment mort, alors que j’en ai bu de très bons du même lot. Le Saint Julien Clos St Albert 1900 à la magnifique étiquette est vivant. Faiblement vivant, mais vivant, apportant un témoignage toussotant d’une année historiquement exceptionnelle. Le Château Belair Saint-Emilion 1947 est mort.

Une mention spéciale va au Clos des Papes Chateauneuf du Pape 1971 qui est absolument exceptionnel. Il n’a pas la sérénité du Beaucastel 1959 mais il a plus de fougue. Un vin immense.

Le Château La Louvière blanc 1952, d’une couleur magnifique, d’un nez explosif, est un très grand bordeaux blanc. Le Riesling – Leiweiner Laurentiuslay Auslese – Mosel – Stefan Kowerich 1983 est très pâle mais d’une grande subtilité de vin allemand. C’est un vin que j’aurais dû analyser plus longuement pour en capter tout le message plein de charme.

Nous n’avons pas voté, aussi mon classement est-il fait le lendemain : 1- Château Léoville Barton 1959, 2 – Château de Beaucastel rouge 1959, 3 – Chateau de Rayne-Vigneau Sauternes 1904, 4 – Clos des Papes Chateauneuf du Pape 1971, 5 – Madeira D’Oliveiras Reserva Verdelho 1850, 6 – Château La Louvière blanc 1952, 7 – Puligny-Montrachet Veuve Génin 1959.

Certains ont vu dans le verre qu’il était à moitié plein ou à moitié vide. Ils ont retenu les vins fatigués quand beaucoup d’autres ont retenu les vins brillants que nous avons partagés. Je considère que cette onzième séance est exactement dans la ligne de ce que doit être l’académie des vins anciens, fondée sur deux piliers : l’un qui est d’ouvrir des vins qui doivent être ouverts, et l’autre la générosité. La qualité des séances de l’académie des vins anciens repose sur la générosité et la qualité des apports. Cette séance en a été une belle démonstration. Quand nous ouvrons ces vins anciens, nous leur donnons enfin la mission que leurs vignerons créateurs leur avaient donnée : être bus par des amateurs, en convivialité parfaite.

Académie des Vins anciens – 11ème séance du 29 octobre 2009 jeudi, 29 octobre 2009

Académie des Vins anciens – 11ème séance du 29 octobre 2009

Informations sur la 11ème séance de l’académie des vins anciens du 29 octobre 2009 :

>>> l’expérience a montré qu’il est bon de lire entièrement et minutieusement ce qui est indiqué ci-après

Lieu de la réunion : restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS 01 42 97 53 85

Date de la réunion : c’est le 29 octobre à 19 heures, heure absolument impérative.

Coût de la participation : 120 € pour un académicien qui vient avec une bouteille ancienne. 240 € pour les académiciens sans bouteille. Chèque à adresser dès septembre à l’ordre de "François Audouze AVA" à l’adresse suivante : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec.

Inscription : par mail à François Audouze

Proposition de vins anciens : indiquer toutes informations sur l’état et le niveau. Toute bouteille proposée doit être agréée par François Audouze

Dates limites : livrer les bouteilles après approbation entre le 1er et le 16 octobre. Envoyer votre chèque avant le 16 octobre, date vraiment limite.

Nota : les chèques reçus avant la séance ne sont pas remis en banque avant la séance. Il n’y a donc aucun avantage à retarder l’envoi.

Livraison des bouteilles :

Si vous déposez les bouteilles, faites le au bureau de la maison de champagne Henriot 5 rue la Boétie 75008 PARIS – tél : 01.47.42.18.06. C’est au deuxième étage. Indiquez bien votre nom sur votre paquet, mais surtout, n’écrivez rien sur les bouteilles et ne collez rien sur les bouteilles. Ne mettez pas votre chèque avec la bouteille.

Si vous expédiez les bouteilles, faites le à l’adresse de mon bureau : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec, et je les garderai dans ma cave. Bien indiquer ACIPAR sur l’adresse de livraison

Informations complémentaires :

Vous pouvez vous informer sur les précédentes réunions en regardant sur le blog, dans la catégorie « académie des vins anciens ».

Nouveauté !!! :

Toute bouteille non reçue le 16 octobre sera considérée comme non fournie. L’académicien sera considéré comme sans bouteille et sera redevable du coût d’insciption y afférant. Sa bouteille lui sera rendue.

Tout paiement non reçu le 16 octobre entraînera la non-inscription.

(j’avais écrit cela en juin, pour lancer le mouvement. Compte-tenu de la situation actuelle des inscriptions, nous ferons comme d’habitude, tout au dernier moment).

Nous sommes au 5/10 dix-huit inscrits. Ce chiffre va augmenter.