Archives de catégorie : académie des vins anciens

Académie des Vins anciens – 10ème séance du 05 juin 2009 – les règles vendredi, 5 juin 2009

Académie des Vins anciens – 10ème séance du 05 juin 2009

Informations sur la 10ème séance de l’académie des vins anciens du 05 juin 2009 :

Lieu de la réunion : restaurant Macéo  15 r Petits Champs 75001 PARIS  01 42 97 53 85

Date de la réunion : c’est le 05 juin à  19 heures, heure absolument impérative.

Coût de la participation : 120 € pour un académicien qui vient avec une bouteille ancienne. 240 € pour les académiciens sans bouteille. Chèque à adresser dès maintenant à l’ordre de "François Audouze AVA" à l’adresse suivante : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec.

Inscription : par mail à François Audouze

Proposition de vins anciens : indiquer toutes informations sur l’état et le niveau. Toute bouteille proposée doit être agréée par François Audouze

Dates limites : comme nous sommes proches de la date de réunion : livrer les bouteilles au plus vite après approbation. Envoyer votre chèque avant le 25 mai, date vraiment limite.

Nota : les chèques reçus avant la séance ne sont pas remis en banque avant la séance. Il n’y a donc aucun avantage à retarder l’envoi.

Livraison des bouteilles :

Si vous déposez les bouteilles, faites le au bureau de la maison de champagne Henriot 5 rue la Boétie 75008 PARIS – tél : 01.47.42.18.06. C’est au deuxième étage. Indiquez bien votre nom sur votre paquet, mais surtout, n’écrivez rien sur les bouteilles et ne collez rien sur les bouteilles. Ne mettez pas votre chèque avec la bouteille.

Si vous expédiez les bouteilles, faites le à l’adresse de mon bureau : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec, et je les garderai dans ma cave. Bien indiquer ACIPAR sur l’adresse de livraison

Informations complémentaires :

Vous pouvez vous informer sur les précédentes réunions en regardant sur le blog, dans la catégorie « académie des vins anciens ».

Académie des vins anciens – les vins partagés entre les académiciens lors des dix premières séances de l’académie jeudi, 28 mai 2009

Académie des vins anciens – les vins partagés entre les académiciens lors des dix premières séances de l’académie

(Classement croissant par millésime ou par année supposée)

Cognac de Tiffont, cuvée du centenaire vers 1880 – Cognac très ancien vers 1880 – Château Sigalas-Rabaud 1896 – Cave Jean Bourdy, Blanc vieux d’Arlay 1907 – Bonnes-Mares, Charles Bernard (6/7 cms) 1915 – Riesling Hugel Sélection de Grains Nobles 1915 – Champagne Mumm Cordon Vert années 20 – # 1920 – Franc Clos des Jacobins 1921 – Château Rauzan Segla 1921 – Chateau Pajot, enclave du Chateau d’Yquem, Haut-Sauternes 1923 – Pommard négoce illisible 1923 – Vouvray le Haut Lieu moelleux Domaine Huet 1924 – Chateau de RICAUD  Sauternes 1924 – Château Rausan Ségla 1924 – Domaine de Chevalier 1924 – Maury La Coume du Roy de Volontat 1925 – Maury La Coume du Roy de Volontat 1925 – Château d’Arsac Margaux 1925 – château Figeac 1925 – Château Haut-Brion 1925 – Château les grands Rosiers Pauillac 1926 – Alvar Pedro Jimenez dulce 1927 – Pedro Ximenez 1927 – Château La Tour Blanche, sauternes 1928 – Vosne-Romanée « Clos des Réas », Pedrizet & Cie 1928 – Château Carbonnieux 1928 – Château Chalon Jean Bourdy 1928 – Château Gruaud-Larose Faure Bethmann 1928 – Lacrimae Santa Odiliae Pierre Weissenburger à Obernai 1928 – Maury 1928 – Meursault maison Bichot 1928 – Rioja Federico Paternina Reserva 1928 – Tokay Hugel 1928 – Bouchard Ainé Fils, Grand Manoir, Côtes de Nuits 1929 – Chablis Maison Bichot 1929 – Château Pape Clément 1929 – Château Puyblanquet Saint-Emilion 1929 – Jurançon, mise Nicolas  niveau TLB  1929 – Château Filhot 1929 – Château Petit Gravet 1929 – Corton Clos du Roy L.A. Montoy 1929 – Musigny "Grand Vin de Bourgogne" 1929 – Pommard  Prop ou Nég inconnu 1929 –

Probable Chassagne blanc vers année 30, capsule porte : JJ & B – 1930 – Cru Laneré Sauternes 1931 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932 – Bourgogne Clos du Roi 1933 – Bouzy Delamotte 1933 – Montrachet Bichot 1933 – Meursault Charmes Maison Bichot 1933 – Chateau de Bensse  Médoc 1933 – Cos d’Estournel 1933 – Gevrey Chambertin Marius Meulien 1933 – Bourgogne grand vin des caves du chapitre, Jaffelin,  probable 1934 – Château Calon ségur  année illisible 1934 – Pomerol, mise de Luze, étiquette et année non lisible 1934 – Gewurztraminer Vendanges Tardives SGN Hugel 1934 – Château Doisy Daëne 1934 – Château Malescot Saint-Exupéry 1934 – Château Montrose 1934 – Château Phelan Segur, mise negoce, vers 1934 – Château Talbot 1934 – Pommard, Hospices de Beaune, Cuvées Dames de la Charité Ets Leroy & Co 1934 – Frontaillac  rouge H. Cuvelier et fils 1935 – Montrachet maison Bichot 1935 – Château d’Yquem 1937 – Barsac (?) nom inconnu 1937 – Château Beau-Site Monprimblanc 1937 – Domaine du Pin Premières Côtes de Bordeaux 1937 – Domaine du Pin 1ères Côtes de Bordeaux 1937 – Domaine du Pin, Beguey, 1ères Côtes de Bordeaux 1937 –

Château Camperos Haut-Barsac 1941 – Richebourg Charles Noëllat 1942 – Grands Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1942 – Cos d’Estournel 1942 – vin de champagne Saran Moët & Chandon 1943 – Chateau Léoville-Poyferré Saint-Julien 1943 – Clos Vougeot Noirot-Carrière 1943 – Fleurie Beaujolais 1943 – Montrachet  domaine Bichot 1943 – Caves Jean Bourdy, Côtes du Jura rouge 1945 – Coteaux du Layon Chaume, Château de la Guimonnière 1945 – Volnay Champy P&F basse 1945 – Château La Pointe Pomerol 1945 – Château Larcis Ducasse 1945 – Château Léoville Las Cases 1945 – Château Rabaud 1945 – Château Suduiraut 1945 – Vosne Romanée Les Suchots Louis B?? 1945 – Vosne Romanée Réserve Reine Pédauque 1945 – Charmes-Chambertin J. Mommessin 1946 – Chambolle Musigny 1947 – Chambolle Musigny Maison Remoissenet et Fils 1947 – Château Rabaud Sauternes 1947 – château Suduiraut 1947 – Vray Canon Boyer Vacher 1947 – Chateauneuf du Pape Sélection de la réserve des Chartes 1947 – Gevrey Chambertin J. Faiveley probable 1947 – hâteau Coutet 1947 – Monthélie 1947 – Moulin à Vent Bichot 1947 – Puligny Montrachet Caves Nicolas 1947 – Santenay Remoissenet Père & Fils 1947 – Beaune Champimonts 1er Cru Joseph Drouhin 1948 – Vega Sicilia Unico 1948 – Beaune-Cent-Vignes Jessiaume Père & fils 1949 – Puligny-Montrachet Ph. Meunier 1949 – Chassagne-Montrachet Henri Pillot 1949 – Chateau La Gaffelière 1949 – Corton Charlemagne Louis Jadot 1949 – Corton Clos du Roi Prince de Mérode Joseph Drouhin 1949 – Montagny Barozzi 1949 – Volnay Clos des chênes 1949 – Corton Charlemagne Ropiteau Frères vers 1949 ou plus vieux # 1949 –

Apéritif Dubonnet environ 50 ans d’âge # 1950 – Apéritif Dubonnet environ 50 ans d’âge # 1950 – Banyuls hors d’âge, Dom du Mas Blanc, Parcé, sostera vers 1950 – Bourgogne Aligoté Barozzi 1950 – Chablis 1er cru Montée de Tonnerre Jean Quenard 1950 – Graves blanc LE CARDINAL 195? – 1950 – Château d’Yquem 1950 – vin nature de champagne Saran de Moët & Chandon 1950 – vin nature de champagne Saran de Moët & Chandon 1950 – vin nature de champagne Saran, blanc de blancs Moët 1950 – vin nature de champagne Saran, blanc de blancs Moët 1950 – Domaine de Chevalier rouge 1952 – Château Beychevelle 1952 – Domaine de Chevalier 1952 – Domaine de Chevalier rouge 1952 – LOUPIAC  château Dauphiné-Rondillon  1952 – Mercurey Caves de la Reine Pédauque 1952 – Meursault ? 1953 – Arbois jaune Louis Carlier 1953 – Beaune  Leroy (année illisible) 1953 – Champagne Alfred Gratien , crémant , niveau LB 1953 – Château La Pointe Pomerol 1953 – Pommard Epenots Marie André 1953 – Château Chalon Jean Bourdy 1953 – Château Filhot 1969 – Château la Dame Blanche 1953 – Château La Cabanne Pomerol 1953 – Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1953 – PULIGNY-MONTRACHET  Gauthier frères 1953 – Riesling Hugel 1953 – Sauternes-Barsac Doisy-Daëne 1953 – Vega Sicilia Unico 1953 – Château Gilette demi-doux 1954 – Beaune Bressandes  Drouhin 1955 – Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955 – Château Roumieu 1955 – Vin Fou d’Henri Maire 1955 – Hermitage blanc Chante-Alouette Chapoutier 1955 – Château Moulinet 1955 – Hermitage La Sizeranne Chapoutier années 50 – 1955 – Château Latour 1955 – Château Le Bon Pasteur 1955 – Château Talbot 1955 – Corton Charlemagne Bouchard Père & Fils 1955 – Cos d’Estournel 1955 – La Mission Haut-Brion 1955 – Larrivet Haut-Brion rouge 1955 – Rivesaltes ambré 1955 – Rivesaltes ambré 1955 –

Torres Coronas Gran Reserva 1955 – POUILLY-VINZELLES 1956 de Cabet-Frères 1956 – VOLNAY 1957 de De Moucheron 1957 – Volnay 1er Cru Bouchard Père & Fils 1957 – Domaine de Darrouban, Grande réserve, G Subervie et fils, Graves sec 1957 – Chateauneuf Du Pape Mont Redon  année illisible 1957 – Langoiran, Truilhé,  moelleux 1957 – Château Pape Clément 1970 – Chateau Beychevelle 1957 – Chateauneuf-du-Pape Domaine de Montredon 1957 – Hospice de Beaune Cuvee des Dames Hospitalieres Poulet 1957 – Malvoisie Bodegas El Griffo, Lanzarotte # 1957 – Puligny Montrachet maison Pierre Ponnelle 1957 – Carruades de Château Lafite-Rothschild 1958 – Chinon Couly 1958 – G de Château Gilette 1958 – Château Gilette bordeaux supérieur , blanc sec 1958 – Anjou Rosé Moelleux domaine de Bablut 1959 – Santenay Clos de Tavanne, de Fauconnet Négociant 1959 – Bâtard Montrachet Chanson 1959 – Chambertin  Pierre Bourée Fils 1959 – Champagne Salon 1959 – Château Canon 1959 – Château des Jaubertes Grand vin du Marquis de Pontac  Graves supérieures # 1959 – Château Palmer 1959 – Santenay Clos de Tavannes Fauconnet 1959 – Château Talbot 1959 – Chateauneuf du Pape Hugues 1959 – Vega Sicilia Unico 1959 – Chassagne-Montrachet rouge Joseph Drouhin 1959 – Château Chalon Marius Perron 1959 – Château Gazin 1971 – Branaire Ducru 1959 – Château Pontet St Emilion 1959 – Corton Charlemagne Nicolas 1959 – Moulin à vent Patriarche Père & Fils 1959 – Hermitage  Paul Etienne 1959 – Maury vignerons de Maury 1959 – Mouton Baron Philippe d’Armaillac 1959 – Nuits Saint Georges Bouchard Ainé et Fils 1959 – Pommard Thorin 1959 – Puligny-Montrachet Les Pucelles Boisseaux-Estivant négociant 1959 – Santenay Clos de Tavanne 1959 – Vouvray Clovis Lefèvre 1959 – Rioja Siglo  Felix Azpilicueta Martinez 1959 – Rioja El Siglo 1959 –

Rioja 1960 – Martinez Lacuesta Reserva Especial de 1960 – Château d’Yquem 1961 – Marques de Riscal Reserva 1961 – Vougeot Tasteviné J. Thorin  basse 1961 – Château La Grace Dieu Les Menuts 1961 – Château Chasse Spleen 1961 – Château Bellevue Montagne Saint-Emilion 1961 – Château Bernisse Castelnau Sauternes 1961 – Château Chasse Spleen 1961 – Château Palmer 1961 – Château Petit Faurie de Soutard 1961 – Château Saint Georges, St Georges St Emilion 1961 – Clos de l’Oratoire 1961 – Côteaux du Layon Cousin-Leduc 1961 – Meursault blanc Jaboulet-Vercherre 1961 – "Y" d’Yquem 1962 – Bourgogne aligoté Côtes de Nuits 1962 – Clos Triguedina  Cahors 1962 – Château Sigalas Rabaud 1962 – Chassagne-Montrachet Namont de Marcy  1962 – Château Carbonnieux  blanc 1962 – Château Fieuzal 1962 – Château Fombrauge 1962 – Château La Cabanne Pomerol 1962 – Château Lynch-Bages 1962 – Clos Saint Jean Bouchard aîné & fils 1962 – Pommard Grands Epenots Michel Gaunoux 1962 – Sylvaner Trimbach 1962 – Chambolle Musigny les Amoureuses Dom Ropiteau 1964 – Champagne Fred. Leroux à Chigny brut 1964 – Château Bouscaut blanc 1964 – Château Lafite Rothschild 1964 – Magnum de Moët & Chandon Brut Impérial 1964 – Magnum de Moët & Chandon Brut Impérial 1964 – Vega Sicilia Unico  basse 1964 – Château Brane Cantenac 1964 – Château Fontaine Montaiguillon Saint Georges Saint Emilion 1964 – Clos de Tart 1964 – Gewurztraminer vendanges tardives sec Hugel 1964 – Château Bellefont Belcier Saint Emilion 1964 – Château Lynch Bages 1964 – Château Phélan Segur 1964 – Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1964 – Château Pontet Canet 1964 – Côtes du Jura blanc Marcel Blanchard 1964 – Domaine Haut De Callens Beautiran Graves Supérieures 1/2 Sec 1964 – Gevrey-Chambertin Poulet Père & Fils 1964 – Marquis de Saint-Estèphe, appellation Saint-Estèphe contrôlée 1964 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1964 – Vouvray moelleux Le Haut Lieu Huet 1964 – Château Carbonnieux blanc 1965 – Château Lafite-Rothschild 1965 – Anjou rosé moelleux domaine de Bablut 1966 – Bonnes Mares Négoce 1966 – Bonnes Mares  Lionel Bluck  1966 – Champagne Edouard Besserat 1966 – Château Coustolle, Côtes de Canon-Fronsac 1966 – Vega Sicilia Unico  basse 1966 – Meursault Calvet 1966 – Château Pavie Decesses 1966 – Château Bel Air Saint-Emilion 1966 – Château Cos d’Estournel 1966 – Château Taillefer Puisseguin Saint-Emilion 1966 – Vega Sicilia Unico 1966 – Chassagne Montrachet  de Thorin 1966 – Tokay de Riquewihr  Dopff et Irion 1966 – Vin Jaune d’Arbois  domaine de la Pinte 1966 – Auxey-Duresses Bégin-Colnet 1967 – Château Larcis-Ducasse 1967 – Château Rolland Taillefer Pomerol 1967 – Vega Sicilia Unico  basse 1967 – Château Coutet 1967 – Château Giscours 1967 – Château La Louvière rouge 1967 – Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1967 – Champagne Mumm 1969 – Château Haut Brion 1969 – Corton Clos de la Vigne au Saint Louis Latour 1969 – Château Suduiraut 1969 – Château Chalon Jean Bourdy 1969 – Hautes Côtes de Nuits J. et M. Gauthet 1969 – Montrachet du Domaine de la Romanée Conti 1969 – Muscadet 1969 – Nuits Saint-Georges Les Cailles Remoissenet P&F 1969 –

Château Ducru-Beaucaillou 1970 – La Tâche Domaine de la Romanée Conti 1970 – Château Haut-Brion 1970 – Château Pouget Margaux 1970 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta bt 1970 – Rioja Siglo  Felix Azpilicueta Martinez 1970 – Château Haut Brion 1971 – Tokay Pinot Gris Vendanges Tardives, Hugel, réserve personnelle de Jean Hugel 1971 – Château Le Prieuré Saint-émilion 1971 – La Passion Haut-Brion 1971 – Moscato Passito di Pantelleria 1971 – Château Lafon-Rochet 1972 – Champagne Gonet 1973 – Champagne Moët & Chandon  en magnum 1973 – Gevrey-Chambertin "Clos Prieur"  Domaine Harmand-Geoffroy 1973 – Château Cos d’Estournel 1973 – Echézeaux Jaboulet Vercherre 1973 – Vieux Château Certan 1973 – Richebourg Charles Noëllat 1974 – Clos Joliette  Jurançon sec 1974 – Vega Sicilia Unico 1941 – Bouzy Barancourt 1974 – Clos Joliette  Jurançon 1974 – Champagne Brut  Prince De Bourbon Parme Abel Lepitre Reims  1975 – Château Montrose 1975 – Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1975 – Château Rayne Vigneau 1975 – Magnum de Château Gruaud Larose 1975 – champagne Dom Pérignon Oenothèque 1976 – magnum de champagne Diebolt-Vallois 1976 – Sancerre Gitton Blanc Les Romains 1976 – Sancerre Gitton Blanc Les Romains 1976 – Château L’Enclos Pomerol 1976 –

Côte Rôtie de Vallouit 1976 – Gewürztraminer Vendanges Tardives Domaine Weinbach Collette Faller  1976 – Grands-Echézeaux Domaine Gros Frère et Sœur 1976 – Pinot gris Sélection de Grains Nobles Hugel  1976 – Riesling Sélection de Grains Nobles Hugel 1976 – Gewürztraminer  Sélection de Grains Nobles Hugel 1976 – Chambolle Musigny Amoureuses domaine Clair-Daü 1977 – Riesling Clos des Capucines Domaine Weinbach 1977 – Chateauneuf du Pape 1977 – Corton Rouge Les Languettes Domaine Bichot 1977 – Gattinara Riserva NERVI 1977 – Champagne Deutz 1978 – Volnay Taillepieds Domaine de Montille 1978 – magnum de champagne Dom Pérignon Rosé 1978 – magnum de Dom Pérignon Rosé 1978 – Pommard Château de Pommard 1978 – Chateau Haut-Bergeron Sauternes 1978 – Château Talbot 1978 – Y d’Yquem 1978 – Champagne Mumm cuvée René Lalou magnum 1979 – Champagne Mumm cuvée René Lalou magnum 1979 – Champagne Mumm cuvée René Lalou magnum 1979 – Château La Tour Léognan 1979 – Château Gilette "Crème de tête" 1979 – Pol Roger rosé 1979 – Pol Roger rosé 1979 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979 – Vin Jaune ROLET 1979 –

Champagne Exclusive Vintage 1980 – Champagne Grand Blanc Philipponat 1980 – Champagne Krug Grande Cuvée années 80 – # 1980 – Champagne Krug Grande Cuvée années 80 – # 1980 – Champagne Pommery Brut Royal années 1980 – Champagne Pommery Brut Royal années 1980 – Martinez Lacuesta – Rioja – Blanc 1980 – Riesling Vendanges Tardives Hugel 1981 – Champagne Napoléon 1982 – Champagne Napoléon 1982 – Champagne Napoléon 1982 – Sancerre Gitton Blanc Galinot 1982 – Sancerre Gitton Blanc Galinot 1982 – Château Carbonnieux rouge 1982 – Château Clerc Milon 1982 – Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1982 – Pouilly Fumé Baron de L Ladoucette magnum 1982 – Pouilly Fumé Baron de L Ladoucette magnum 1982 – champagne Salon 1983 – Clos de la Coulée de Serrant N.Joly 1983 – MONTLOUIS Demi-sec  de Fradin-Georges 1983 – Riesling Kaefferkopf 1983 Jean-Baptiste ADAM  1983 – Clos de la Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983 – Château Lynch Bages 1983 – Clos de la Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983 – Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983 – Bourgueil Domaine des Ouches Paul Gambier 1984 – Château Nénin 1984 – Champagne Bonnaire blanc de blancs 1985 – Champagne Bonnaire blanc de blancs 1985 – Champagne Delamotte 1985 – Champagne Delamotte en magnum 1985 – Champagne Delamotte en magnum 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Léon Camuzet # 1985 – Champagne Mumm, René Lalou 1985 – Château Pape Clément 1985 – Chateauneuf du Pape Domaine de Nalys 1985 – Côtes du Jura blanc Savagnin Perron 1985 – Krug Grande Cuvée vers 1985 – Riesling Clos Sainte Hune Trimbach 1986 – Château Grand Mayne 1987 – Bâtard Chevalier blanc Pessac Léognan 1988 – Criots Bâtard Montrachet Jaboulet Vercherre 1988 – Montrachet Bouchard 1988 – BOURGUEIL Sélection Vieilles Vignes  du Domaine des Ouches 1989 – Montlouis "Les Bâtisses" Domaine Deletang "Grande Réserve Tris" Moelleux 1989 – Côte-Rôtie Chapoutier 1989 – Montlouis "Les Bâtisses" Domaine Deletang "Grande Réserve Tris" Moelleux 1989 – Château Climens 1989 –

champagne Delamotte 1990 – champagne Delamotte 1990 – Champagne Delamotte blanc de blancs 1990 – Château Mouton-Rothschild 1990 – Magnum Château Olivier 1990 – Martha’s Vineyard Heitz Cellars Cabernet 1990 – Riesling Grand Cru Rangen de Thann  Zind Humbrecht 1990 – Hermitage rouge « Le Gréal » Sorrel 1990 – Porto Galo Réserve Spéciale sans année # 1990 – Château d’Yquem 1994 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé –  # 1995 – champagne "Femme" Duval Leroy 1996 – Champagne Napoléon NM 1996 – Champagne Napoléon NM 1996 – Champagne Napoléon NM 1996 – Champagne Le Brun de Neuville blanc de blancs 1998 – Champagne Ruinart en magnum ss A. # 1998 – Champagne Ruinart en magnum ss A. # 1998

Somme de NB

 

DECENNIE

Total

1880

2

1890

1

1900

1

1910

2

1920

37

1930

29

1940

43

1950

93

1960

84

1970

62

1980

55

1990

27

Total

436

Académie des vins anciens – 9ème séance – le récit vendredi, 30 janvier 2009

Les vins de l’académie, avec mes "outils de travail" et ceux d’un académicien.

La neuvième séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo. Dès 16 heures, je commence l’ouverture des quarante-quatre bouteilles apportées par les académiciens. Une petite vingtaine sont déjà ouvertes quand deux amis viennent m’aider pour cette opération cruciale. Les odeurs me paraissent particulièrement prometteuses, et cela me fait plaisir, car les apports des académiciens s’améliorent à chaque séance. Le seul vin en situation critique est un Corton-Charlemagne 1949 qui me paraît mort. Les plus belles odeurs sont celles du Tokay (Pinot Gris) Vendanges Tardives Hugel 1971, du Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979 et du Château Suduiraut 1947. Ces vins de belles promesses nous combleront par leur réussite. Alors que je demande aux inscrits que les vins soient fournis un mois avant la séance, c’est à 18h45 que je reçois la dernière bouteille au bouchon particulièrement ingrat. Alors que je me suis changé et habillé de frais, cette ultime ouverture que j’exécute de bien mauvaise grâce est la plus difficile de toutes. La suite de la soirée, par ses enchantements, va effacer ce petit détail.

Nous sommes trente-huit annoncés mais seulement trente-quatre présents pour quarante-quatre bouteilles. Elles sont réparties en deux groupes, ce qui fait que chacun goûtera vingt et un vins ou plus. La liste est impressionnante. Voici ce qu’ont bu les deux groupes.

Groupe 1 – Champagne Besserat de Bellefon sans année – Champagne Besserat de Bellefon sans année – Champagne Delamotte blanc de blancs 1990 – Champagne Pommery Brut Royal années 80 – Puligny Montrachet maison Pierre Ponnelle 1957 – Puligny-Montrachet Les Pucelles Boisseaux-Estivant négociant 1959 – Château Carbonnieux  blanc 1962 – Château Lynch-Bages 1962 – Chateau Léoville-Poyferré Saint-Julien 1943 – Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1953 – Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979 – Chateauneuf-du-Pape Domaine de Montredon 1957 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970 – Rioja Siglo 1970 Felix Azpilicueta Martinez – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1964 – Rioja Siglo 1959 Felix Azpilicueta Martinez – Rioja Federico Paternina Reserva 1928 – Vouvray moelleux Le Haut Lieu Huet 1964 – Chateau Pajot, enclave du Chateau d’Yquem, Haut-Sauternes 1923 – château Suduiraut 1947.

Groupe 2 : Champagne Besserat de Bellefon sans année – Champagne Besserat de Bellefon sans année – Champagne Fred. Leroux à Chigny brut 1964 – Champagne Pommery Brut Royal années 80 – Vouvray Clovis Lefèvre 1959 – Chassagne-Montrachet Henri Pillot 1949 – Corton Charlemagne Ropiteau Frères vers 1949 ou plus vieux – Bourgueil Domaine des Ouches Paul Gambier 1984 – Château Pape Clément 1970 – Chateau Beychevelle 1957 – Marquis de Saint-Estèphe, appellation Saint-Estèphe contrôlée 1964 – Château La Cabanne Pomerol 1962 – Grands-Echézeaux Domaine Gros Frère et Sœur 1976 – Charmes-Chambertin J. Mommessin 1946 – Chassagne-Montrachet rouge Joseph Drouhin 1959 – Gevrey-Chambertin Poulet Père & Fils 1964 – Santenay Remoissenet Père & Fils 1947 – Clos Vougeot Noirot-Carrière 1943 – Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta bt 1970 – Chateau Haut-Bergeron Sauternes 1978 – Tokay (Pinot Gris) Vendanges Tardives, Hugel, réserve personnelle de Jean Hugel 1971 – Porto Galo Réserve Spéciale sans année.

Lors de cette séance, peu de vins ont été échangés entre les groupes, et j’ai bu presque exclusivement les vins du groupe 1. La curiosité m’a poussé à goûter de l’autre groupe le Champagne Fred. Leroux à Chigny brut 1964 qui est un peu fatigué mais offre un goût extrêmement subtil, et le Tokay (Pinot Gris) Vendanges Tardives, Hugel, réserve personnelle de Jean Hugel 1971 au parfum diabolique et à l’expression d’une richesse et d’une généreuse complexité fruitée. Mais, revenons à ceux de mon groupe.

Le Champagne Besserat de Bellefon sans année que j’ai fourni pour l’apéritif me plait un peu moins que lors de la précédente réunion. Mais lorsqu’on s’habitue, ce champagne d’une dizaine d’années bien dessiné paraît fort plaisant.

Nous passons à table. Le menu conçu pour l’événement est le suivant : Crémeux concentré de châtaignes fumées au jus de truffes et fine tartine fruitée aux poires et foie gras / Noix de coquille Saint Jacques d’Erquy en brochette, émulsion ‘fenouil- endive’ et condiments olives / Noisette d’agneau du Bourbonnais, polenta moelleuse aux aromates,  tuile Parmesan cumin / Crème prise ‘chocolat bergamote’ et croustillant de clémentines et agrumes zestés. Pour un si grand nombre de vins, il n’était pas possible de chercher les accords mets et vins, mais le repas fut très bon.

voici le seul plat que j’ai photographié. Par la suite, j’étais trop accaparé par les vins sublimes

Le Champagne Delamotte blanc de blancs 1990 est de Mesnil-sur-Oger, ce qui implique une précision du vin et une belle élégance. Mais le Champagne Pommery Brut Royal années 80 est tellement délicieux que c’est lui qui capte l’intérêt. Ce champagne de ma cave est sans doute plus vieux que 1980. Il est doux, joyeux, et avec le foie gras, c’est un grand bonheur. Sa longueur est remarquable. Toute ma table est conquise par ce champagne de charme.

Le Puligny Montrachet maison Pierre Ponnelle 1957 nous donne un coup de poing dans le cœur. Loin de tous les goûts actuels, il ouvre son propre chapitre dans l’histoire du goût. Le Puligny-Montrachet Les Pucelles Boisseaux-Estivant négociant 1959 est servi en même temps et les deux Puligny sont éblouissants. On ressent que le 1959 a une structure plus forte, et l’effet millésime est sensible, mais en fait, pour beaucoup d’entre nous, c’est le 1957 qui montre une émotion plus sensible. Nous sommes heureux d’une telle paire de vins réussis, qui vivent leur demi-siècle en délivrant des messages merveilleux. Ces vins complexes sont très difficiles à décrire tant leurs palettes aromatiques sont éloignées des goûts actuels, comme nous l’avons vu avec le « vieux » champagne. Nous ne savons pas si la soirée va se poursuivre à ce niveau, mais voilà un départ spectaculaire.

Le Château Carbonnieux  blanc 1962 nous ramène sur terre, car malgré une couleur avenante, le vin est fatigué. Un ami qui a attendu de le boire nous contera plus tard son retour à la vie. Mais sur le moment, le vin n’apporte pas le plaisir qu’il pourrait offrir.

Le Château Lynch-Bages 1962 est assez agréable, et un léger caractère poussiéreux ne devrait pas trop limiter son plaisir, qui croît au fil des minutes, mais il y a trop de désir du côté du Chateau Léoville-Poyferré Saint-Julien 1943, charmeur, doucereux, riche, mâchu. C’est un vin de très grand plaisir, avec, en fond de plais, un léger coulis de fruit rouge.

Le Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1953 livré à 18h45 et dont le bouchon m’avait fâcheusement résisté consent enfin à être poli envers nous, car il a une distinction et une race rehaussées par une année de première grandeur. C’est un grand vin, mais des trois bordeaux rouges, c’est le 1943 qui l’emporte avec un charme fruité de grand plaisir. Le velours du 1943 est remarquable.

Nous nous sommes bien amusés de l’attitude de l’ami qui a apporté le Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955. Car il s’obstine à hésiter sur la valeur de son vin, alors qu’il est éblouissant. Il a un charme bourguignon serein. Son année est une grande année bourguignonne, au sommet de son art, et ce vin droit, direct, sans chichi et sans intellectualisme inutile, récite un beau texte fait de séduction naturelle. Et ce qui est remarquable, c’est que ce 1955 ne faiblit pas quand il est bu en même temps que le Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979. Ce vin au nez sublime est une expression aboutie et conquérante des vins du Domaine. Il y a la légère amertume, la salinité que j’adore, et cette évocation subtile des pétales de rose. Quel vin enthousiasmant ! L’académicien qui l’a apporté, qui pour sa première séance a réussi un coup de maître rêvait depuis trois ans de l’apporter à l’académie. La joie illumine son visage. Nous demandons que l’on ralentisse le service des vins tant la conjonction de ces deux bourgognes est un moment de plaisir rare, au même titre que les deux Puligny d’à peine une heure plus tôt.

Le Chateauneuf-du-Pape Domaine de Montredon 1957 tient bien sa place après ces deux merveilles. Accompli, avec la belle simplicité généreuse d’un Chateauneuf-du-Pape qui aurait pris des accents bourguignons, il donne un autre type de plaisirs, plus champêtres.

Nous allons maintenant aborder une belle série de vins espagnols, car deux académiciens ont acheté ensemble une importante cave de vins espagnols anciens. On reconnaît en chacun de ces vins un beau style espagnol parfois marqué par un alcool un peu insistant comme avec le 1964. N’ayant pas pris de notes, je ne peux détailler les impressions du Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970, du même en bouteille Rioja Siglo 1970 Felix Azpilicueta Martinez, du Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1964 et du Rioja Siglo 1959 Felix Azpilicueta Martinez qui, comme un vin français, exprime la beauté de son millésime.

En fait, le plus charmant et de loin, c’est le Rioja Federico Paternina 1928 qui nous réserve l’heureuse surprise d’évoquer la rose, comme le faisait le vin de la Romanée Conti. Ce vin espagnol a une subtilité et une finesse qui sont plus sensibles que celles des vins plus jeunes de sa région. C’est un vin absolument charmant.

A propos de Romanée Conti, je me souviens qu’Aubert de Villaine, lors d’un repas de vignerons que j’avais organisé, avait éreinté avec une insistance remarquée, car inhabituelle, un Haut-Brion blanc 1966 que j’avais apporté. Et voici que je me mets à enfler ma critique du Vouvray moelleux Le Haut Lieu Huet 1964. C’est certainement un grand vin, mais je me prends à le trouver court, limité dans ses expressions à une faible évocation de poire. Quand on connaît la complexité des sauternes, ce Vouvray me semble une ébauche, au plus. Bien sûr, je ne suis pas dupe et je me rends compte que j’exagère la critique, car le vin se justifie. Mon élan critique m’a surpris car ce n’est pas mon tempérament.

Le Chateau Pajot, enclave du Chateau d’Yquem, Haut-Sauternes 1923 est un vin que j’ai apporté pour qu’il entraîne dans son sillage les autres vins de l’académie. Je voudrais en effet que les vins de l’académie aient un âge canonique, car il faut boire les vins qui restent encore en caves. Cette bouteille rare est un message aux académiciens. Quand on me fait goûter, j’ai peur d’un goût de bouchon que je n’avais pas décelé au nez à l’ouverture. En fait le vin n’est pas bouchonné mais il a un léger défaut qui disparaît quand on l’associe aux quartiers de clémentines, qui effacent littéralement toutes les imperfections. Ce sauternes n’est pas puissant, il a mangé un peu de son sucre, mais son message subtil est une belle évocation d’un sauternes joliment évolué et la clémentine le dope judicieusement. Il m’émeut d’autant plus que c’est un autre sauternes de 1923, un Climens, qui a été le déclic de ma démarche passionnée envers les vins anciens, il y a maintenant plus de trente ans.

Le Château Suduiraut 1947, dont l’or magnifique est d’un acajou le plus pur, est synonyme de la perfection absolue du sauternes. Je suis amoureux de Suduiraut 1928 que j’ai bu très souvent, mais force est de reconnaître que ce 1947 est dans l’épanouissement le plus absolu du sauternes parfait. C’est la grâce et la jouissance à l’état le plus abouti. On se délecte de chaque goutte de ce nectar.

Je n’aurais jamais imaginé avant la réunion que nous eussions pu voir les vins de ce soir atteindre un tel niveau. C’est inespéré. On ne vote pas aux séances de l’académie car nous sommes en deux groupes et la collecte des votes serait difficile. Je ferai donc mon vote tout seul. La logique de la perfection me pousserait à mettre le Suduiraut 1947 en premier car il n’a pas l’ombre d’un défaut et une longueur irréelle. Mais le Richebourg 1979 s’est montré tellement charmant, subtil dans la retenue sans retenir son intensité que j’ai envie de le mettre en tête de mon vote. Le troisième pourrait être le champagne Pommery, porteur d’une grande jouissance, suivi du Puligny 1957 pour la surprise immense qu’il nous a donnée. Choisir ensuite entre le Rioja 1928 et le Bonnes-Mares 1955 est difficile.

Voici ce que mon vote serait : 1 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979, 2 – Château Suduiraut 1947, 3 – Champagne Pommery Brut Royal années 80, 4 – Puligny Montrachet maison Pierre Ponnelle 1957, 5 – Rioja Federico Paternina Reserva 1928, 6 – Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955.

La salle qui nous est réservée au restaurant Macéo est d’une taille parfaite. Le service est engagé et motivé. Le repas est très convenable, si l’on admet qu’il est impossible pour tant de vins de faire des mariages. Les vins ont été d’une incontestable qualité. Bien sûr, quelques vins ne mériteraient pas d’être apportés à ces séances. Nous allons travailler encore sur la qualité des apports, car le concept fonctionne remarquablement et nous devons progresser en qualité. Il n’est que de voir l’enthousiasme des participants, et leurs sourires ravis pour constater que cette séance de l’académie  des vins anciens fut une splendide réussite. On me presse de convoquer au plus vite la prochaine réunion. Le succès de ce soir m’y encourage.

académie du 30 janvier 2009 – les vins de la 9ème séance vendredi, 30 janvier 2009

Voici la liste à ce jour des vins de l’académie des vins anciens du 30 janvier 2009 (9ème séance) :

Chateau Pajot, enclave du Chateau d’Yquem, Haut-Sauternes 1923

Rioja Federico Paternina Reserva 1928

Chateau Léoville-Poyferré Saint-Julien 1943

Clos Vougeot Noirot-Carrière 1943

Charmes-Chambertin J. Mommessin 1946

Château Suduiraut 1947

Santenay Remoissenet Père & Fils 1947

Chassagne-Montrachet Henri Pillot 1949

Corton Charlemagne Ropiteau Frères vers 1949 ou plus vieux

Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1953

Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955

Puligny Montrachet maison Pierre Ponnelle 1957

Chateauneuf-du-Pape Domaine de Montredon 1957

Chateau Beychevelle 1957

Chassagne-Montrachet rouge Joseph Drouhin 1959

Vouvray Clovis Lefèvre 1959

Puligny-Montrachet Les Pucelles Boisseaux-Estivant négociant 1959

Rioja Siglo 1959 Felix Azpilicueta Martinez

Château Lynch Bages 1962

Château La Cabanne Pomerol 1962

Chateau Carbonnieux blanc 1962

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1964

Marquis de Saint-Estèphe, appellation Saint-Estèphe contrôlée 1964

Gevrey-Chambertin Poulet Père & Fils 1964

Vouvray moelleux Le Haut Lieu Huet 1964

Champagne Fred. Leroux à Chigny brut 1964

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1/2 bt 1970

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta bt 1970

Rioja Siglo 1970 Felix Azpilicueta Martinez

Château Pape Clément 1970

Tokay (Pinot Gris) Vendanges Tardives, Hugel, réserve personnelle de Jean Hugel 1971

Grands-Echézeaux Domaine Gros Frère et Soeur 1976

Chateau Haut-Bergeron Sauternes 1978

Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979

Champagne Pommery Brut Royal années 80

Champagne Pommery Brut Royal années 80

Bourgueil Domaine des Ouches Paul Gambier 1984

Champagne Delamotte blanc de blancs 1990

Porto Galo Réserve Spéciale sans année

Champagne Besserat de Bellefon sans année

Champagne Besserat de Bellefon sans année

Champagne Besserat de Bellefon sans année

Champagne Besserat de Bellefon sans année

Pour 34 présents (38 annoncés), nous avons partagé 44 bouteilles. Un succès qualitatif extrême. 

académie des vins anciens 30 janvier 2009 – les vins 1 vendredi, 30 janvier 2009

Chassagne-Montrachet Henri Pillot 1949

Corton Charlemagne Ropiteau Frères vers 1949 ou plus vieux

Marquis de Saint-Estèphe, appellation Saint-Estèphe contrôlée 1964

Vouvray moelleux Le Haut Lieu Huet 1964

Chassagne-Montrachet Joseph Drouhin 1959

Clos Vougeot Noirot-Carrière 1943

Château La Cabanne Pomerol 1962

Grands-Echézeaux Domaine Gros Frère et Soeur 1976

Puligny-Montrachet Les Pucelles Boisseaux-Estivant négociant 1959

Bourgueil Domaine des Ouches Paul Gambier 1984

Académie des Vins anciens 30 janvier 2009 – les vins 2 vendredi, 30 janvier 2009

Vouvray Clovis Lefèvre 1959

Chateauneuf-du-Pape Domaine de Montredon 1957

Rioja Federico Paternina Reserva 1928

Bonnes-Mares Chanson Père & Fils 1955

Champagne Delamotte 1990

Porto Galo Réserve Spéciale sans année

Chateau Pajot, enclave du Chateau d’Yquem, Haut-Sauternes 1923

Chateau Beychevelle 1957

Santenay Remoissenet Père & Fils 1947

Tokay (Pinot Gris) Vendanges Tardives, Hugel, réserve personnelle de Jean Hugel 1971

Champagne Fred. Leroux à Chigny brut 1964

Puligny-Montrachet Pierre Ponnelle 1957

.

Chateau Lynch-Bages 1962 (niveau bas)

académie des vins anciens 30 janvier 2009 – les vins 3 vendredi, 30 janvier 2009

Chateau Suduiraut 1947

Champagne Besserat de Bellefon brut sans année (quatre bouteilles pour l’apéritif)

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1964

Chateau Haut-Bergeron Sauternes 1978

Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1979

Chateau Léoville-Poyferré Saint-Julien 1943 mis en bouteille par Godfroid distillateur à Verviers

Très belle étiquette et beau blason

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1970 (deux 1/2 bt)

Château Pape Clément 1970

Rioja Siglo 1970

Rioja Siglo 1959

Rioja Reserva Especial Martinez Lacuesta 1970 (en bouteille)

Champagne Pommery brut royal, vers années 80

Charmes-Chambertin J. Mommessin 1946

la belle capsule de ce Mommessin 1946 :

Gevrey Chambertin Poulet Père & Fils 1964

Chateau Carbonnieux blanc 1962

Chateau Picon Longueville Comtesse de Lalande 1953

Académie des Vins anciens – 9ème séance – les règles vendredi, 30 janvier 2009

Académie des Vins anciens – 9ème séance du 30 janvier 2009

Informations sur la 9ème séance de l’académie des vins anciens du 30 janvier 2009 :

Lieu de la réunion : restaurant Macéo  15 r Petits Champs 75001 PARIS  01 42 97 53 85

Date de la réunion : c’est le 30 janvier à  19 heures, heure absolument impérative.

Coût de la participation : 120 € pour un académicien qui vient avec une bouteille ancienne. 240 € pour les académiciens sans bouteille. Chèque à adresser dès maintenant à l’ordre de "François Audouze AVA" à l’adresse suivante : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec.

Inscription : par mail à François Audouze

Proposition de vins anciens : indiquer toutes informations sur l’état et le niveau. Toute bouteille proposée doit être agréée par François Audouze

Dates limites : comme nous sommes proches de la date de réunion : livrer les bouteilles au plus vite. Envoyer votre chèque avant le 20 janvier, date vraiment limite.

Nota : les chèques reçus avant la séance ne sont pas remis en banque avant la séance. Il n’y a donc aucun avantage à retarder l’envoi.

Livraison des bouteilles :

Si vous déposez les bouteilles, faites le au bureau de la maison de champagne Henriot 5 rue la Boétie 75008 PARIS – tél : 01.47.42.18.06. C’est au deuxième étage. Indiquez bien votre nom sur votre paquet, mais surtout, n’écrivez rien sur les bouteilles et ne collez rien sur les bouteilles.

Si vous expédiez les bouteilles, faites le à l’adresse de mon bureau : François Audouze société ACIPAR, 18 rue de Paris, 93130 Noisy-le-Sec, et je les garderai dans ma cave. Bien indiquer ACIPAR sur l’adresse de livraison

Informations complémentaires :

Vous pouvez vous informer sur les précédentes réunions en regardant sur le blog, dans la catégorie « académie des vins anciens ».

Académie des vins anciens – 8ème séance – le récit mercredi, 2 avril 2008

La 8ème séance de l’académie des vins anciens s’est tenue au restaurant Macéo. Mark Williamson, propriétaire des lieux et grand amateur de vins nous a fait le plaisir de nous offrir un liquoreux, geste que j’ai particulièrement apprécié. Nous étions 34 répartis en deux groupes qui ont bu chacun 21 ou 22 vins. En voici la liste dans l’ordre de service :

Groupe 1 :  1 – champagne Besserat de Bellefon non millésimé – 2 – Champagne Le Brun de Neuville blanc de blancs 1998 – 3 – magnum de champagne Dom Pérignon Rosé 1978 – 4 – Meursault Calvet 1966 – 5 – Puligny-Montrachet Ph. Meunier 1949 – 6 – Château Montrose 1975 – 7 – Château Brane Cantenac 1964  – 8 – Château Moulinet 1955 – 9 – Château Lafite-Rothschild 1965 – 10 – Pomerol 1934, mise de Luze, étiquette et année non lisible – 11 – Château Rauzan Segla 1921 – 12 – Corton Clos de la Vigne au Saint Louis Latour 1969 – 13 – Clos de Tart 1964 – 14 – Pommard Epenots Marie André 1953 – 15 – Bourgogne grand vin des caves du chapitre, Jaffelin,  probable 1934 – 16 – Chateauneuf du Pape Hugues 1959 – 17 – Vega Sicilia Unico 1959 – 18 – Langoiran, Truilhé, 1957 (moelleux) – 19 – Château Sigalas Rabaud 1962 – 20 – Château Gilette "Crème de tête" 1979 – 21 – Gewurztraminer Vendanges Tardives SGN Hugel 1934 – 22 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932.

Groupe 2 : 1 – champagne Besserat de Bellefon non millésimé – 2 – Champagne Brut  Prince De Bourbon Parme Abel Lepitre Reims  1975   – 3 – magnum de Dom Pérignon Rosé 1978 – 4 – Domaine de Darrouban, Grande réserve, G Subervie et fils, (Graves sec) 1957  – 5 – Montrachet Bichot 1933 – 6 – Clos Triguedina 1962 (Cahors) – 7 – Château Nénin 1984 – 8 – Château Beychevelle 1952 – 9 – Château Talbot 1959 – 10 – Château Calon ségur 1934 (année illisible) – 11 – Gevrey-Chambertin "Clos Prieur"  Domaine Harmand-Geoffroy 1973 – 12 – Bonnes Mares Négoce 1966 – 13 – Santenay Clos de Tavanne, de Fauconnet Négociant 1959 – 14 – Vosne-Romanée « Clos des Réas », Pedrizet & Cie 1928 (3/4 cms) – 15 – Bonnes-Mares, Charles Bernard 1915 (6/7 cms) – 16 – Chateauneuf Du Pape Mont Redon 1957 (année illisible) – 17 – Château Suduiraut 1969 – 18 – Château Beau-Site Monprimblanc 1937 – 19 – Domaine du Pin Premières Côtes de Bordeaux 1937 – 20 – Château Coutet 1967 – 21 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932.

Une fois de plus une extrême générosité côtoie un certain manque d’implication dans le choix des vins. Il est assez difficile de refuser certaines bouteilles à des habitués, car la grande majorité des présents sont des fidèles. La qualité ‘globale’ est exceptionnelle chacun des académiciens pouvant accéder à des vins rares dans les meilleures conditions. Deux bouteilles me sont apparues particulièrement curieuses. J’avais demandé que les bouteilles soient livrées au siège de la maison Henriot qui est propriétaire de Bouchard Père & Fils. Je demande à ma correspondante au téléphone de me lire les étiquettes. On m’avait annoncé Château Beychevelle 1952. Quand je demande les noms elle me dit : « Bouchard Père & Fils, Château Beychevelle 1952 ». Je lui dis que c’est impossible, pensant qu’elle lisait le document d’envoi d’un académicien. Elle me dit : « non, non, c’est ce qui est sur l’étiquette ». Je n’insiste pas, mais je n’y crois pas. Or l’étiquette lui donne raison, le Beychevelle étant embouteillé par le négociant Bouchard Père et Fils, avec le sigle habituel de cette maison.

L’autre étiquette amusante est un Chateauneuf du Pape 1959 sur lequel je lis : « Qualitätswein abgefüllt bei R. Hugues in La Valette (Var) Frankreich ». Un vin du Rhône embouteillé en Provence près de Toulon par un négociant qui imprime son étiquette en allemand, apporté par un ami académicien russe, c’est un cheminement cosmopolite qui n’a pas particulièrement suivi le plus court chemin.

Le menu composé par le restaurant n’a pas vocation à « coller » aux vins, compte tenu de l’extrême diversité : crème de petits pois glacée, citron confit à l’huile d’argan / petit tartare de bar, chair de crabe et quinoa aromatique / aiguillette de saint-pierre, têtes d’asperges vertes, fin ragoût printanier / noisette de veau fermier, croustilles de céleri, rouelle d’oignons frits en salade pimentée / poires rôties compressées, fine dentelle oranges / chocolat tendre et pipérade de poivrons sésame. Il fut agréablement apprécié.

Venons-en aux vins bus ce soir. Le champagne Besserat de Bellefon non millésimé est prévu pour tous en apéritif debout. Présent dans ma cave depuis dix ans environ, il a gagné en sérénité. Des tons de noix, de brioche, lui donnent un équilibre et une présence en bouche appréciables. Je lui trouve beaucoup d’intérêt, plus qu’au Champagne Le Brun de Neuville blanc de blancs 1998 de ma cave que nous buvons en passant à table et qui ne m’émeut pas.

Le magnum de champagne Dom Pérignon Rosé 1978 impressionne déjà par la beauté de son flacon. La bulle est presque évanouie mais le vin pétille en bouche. Il est très fin, subtil, de belle acidité, et a une persistance aromatique en bouche remarquable. Il n’a pas l’émotion que donne son puiné le 1990, mais c’est un grand champagne. 

Le Meursault Calvet 1966 est une très agréable surprise. Le nez est superbe et le final est joyeux. Le Puligny-Montrachet Ph. Meunier 1949 de ma cave est très ambré, avec un couleur évoquant le thé. Le nez est un peu discret. Le final est un peu rêche, mais pas si mal que ça. Le Puligny s’accorde mieux au tartare que le Meursault.

Un ami m’apporte une goutte du Montrachet 1933 Bichot qui révèle une race assez extraordinaire d’évocation sous le voile d’une légère fatigue.

Le Château Montrose 1975 est une magnifique surprise. Son nez est superbe, de fruits rouges. Son goût est très pur. Il est plus grand que ce que j’imaginais. Le Château Brane-Cantenac 1964 fait plus fatigué, même si l’on sent que c’st un vin racé. On m’apporte quelques gouttes du Clos Triguedina  Cahors 1962. Il est vraiment très typé Cahors, avec une belle personnalité. Le vin qui me fait bondir de joie, c’est le Château Moulinet 1955 un pomerol absolument parfait. L’année est belle et le vin est en ce moment à un optimum, car on ne peut lui trouver aucun défaut. Je me suis levé pour en faire part  tous nos amis.

Le Château Lafite-Rothschild 1965 a une couleur nettement plus vieille que le Moulinet, pourtant son ainé de dix ans. Une infime trace de bouchonné n’est pas suffisante pour expliquer sa mauvaise performance. Le Pomerol 1934, mise de Luze, étiquette et année non lisible mais confirmée par son apporteur fait un peu torréfié mais ne manque pas d’intérêt.

C’est le Château Rauzan Segla 1921 qui est sublime, forcément sublime. Il est d’une année parmi les plus grandes de l’histoire et il en a les caractéristiques. Il évoque la framboise. C’est un très beau vin et pendant ce temps le 1934 s’améliore dans le verre tout en étant vineux.

Le Corton Clos de la Vigne au Saint Louis Latour 1969 est la bouteille de ma cave sur laquelle je fondais mes espoirs. C’est un vin magique et d’une finesse rare. Distingué tout en étant bourguignon, il flatte les papilles. Le Clos de Tart 1964, cadeau de Sylvain Pitiot donné en son absence a un final en fanfare. Il n’est peut-être pas aussi brillant qu’il pourrait l’être, mais c’est un grand vin.

Le Pommard Epenots Marie André 1953 est tout doucereux, mais d’un final désagréable. C’est un vin fatigué. Le Bourgogne grand vin des caves du chapitre, Jaffelin,  probable 1934, vin ordinaire, se comporte largement au dessus de toute espérance. C’est un vin agréable.

Le Chateauneuf du Pape Hugues 1959, celui qui a l’étiquette en allemand, semble avoir une belle entame, mais le final est affreux. Le Vega Sicilia Unico 1959 montre sa noble origine, mais il est trop en sourdine. Ses accents chocolatés sont moins perçants qu’ils ne devraient. On m’apporte une goutte du Bonnes-Mares, Charles Bernard 1915, mais son nez est marqué par la mort. Sa bouche a quelques traces, mais le vin est mort.

Il y a tellement de beaux liquoreux qu’on les dispose sur une petite table entre les quatre tables pour que nous puissions prendre des photos. Les tons de mangue, d’acajou, de cuivre sont d’une rare beauté.

Le Langoiran, Truilhé, 1957 (moelleux) est décevant. Le Château Sigalas Rabaud 1962, cadeau de Mark Williamson, est exactement ce qu’on en attend, à peine dévié. Le Château Gilette "Crème de tête" 1979 est superbe. C’est un grand sauternes.

Le Gewurztraminer Vendanges Tardives SGN Hugel 1934 est sans doute la bouteille la plus rare de cette soirée, apportée par Jean Hugel toujours aussi vaillant et pétillant, qui fera un discours positif qui m’a mis du rouge aux joues tant il m’a fait de compliments. Son vin est devenu sec, d’une complexité inimaginable. Ce vin est une leçon.

Le Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932 est un vin de volupté pure. L’accord avec le chocolat est trop, comme on dit dans les cours de récréation. Il a des accents de griottes. Le Domaine du Pin Premières Côtes de Bordeaux 1937 de ma cave que l’on m’apporte maintenant me remplit de joie, car il a un charme frais d’agrumes et de mandarine qui le placerait au niveau des sauternes plus qu’à celui de son appellation. Le Château Coutet 1967 qu’on m’apporte est très frais, léger, doté d’un trace d’épices. C’est un vin plaisant. Pour finir sur un palais frais avec les petits chocolats qui nous sont apportés, il n’y a rien de mieux que le rivesaltes frais et charmeur.

On voit que les vins ont été de d’une qualité générale extrême, les quelques bouteilles fanées ne nuisant pas à l’impression d’ensemble. L’académie a pleinement joué son rôle de partage de vins anciens. L’atmosphère amicale et enjouée est un plaisir de plus. Cette huitième séance fut un grand succès.

J’ai créé un concept qui s’appelle « PAME – PIME – PUME » pour exprimer comment un vin se situe par rapport à mes attentes. Les sigles sont en anglais : « performed above my expectation, performed within (in) my expectation, performed under my expectation ». Il est intéressant d’utiliser ce critère pour des vins aussi variés. La différence fondamentale entre une notation et ce concept, c’est qu’une notation prétend à l’universalité, alors que je ne juge que par rapport à mon attente. C’est personnel, ressenti et non biblique.

Les PAME, qui m’ont positivement surpris, dans l’ordre des surprises en partant de la plus grande, sont : Château Moulinet 1955 – Corton Clos de la Vigne au Saint Louis Latour 1969 – Meursault Calvet 1966 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932 – Château Montrose 1975 – Domaine du Pin Premières Côtes de Bordeaux 1937 – Champagne Besserat de Bellefon non millésimé – Château Rauzan Segla 1921.

Les PIME, qui se sont  comportés comme je l’attendais sont ici classés en fonction de leur valeur intrinsèque : Gewurztraminer Vendanges Tardives SGN Hugel 1934 – magnum de champagne Dom Pérignon Rosé 1978 – Château Gilette "Crème de tête" 1979 – Clos de Tart 1964 – Château Sigalas Rabaud 1962 – Château Coutet 1967 – Pomerol 1934, mise de Luze, – Puligny-Montrachet Ph. Meunier 1949 – Bourgogne grand vin des caves du chapitre, Jaffelin,  probable 1934 – Champagne Le Brun de Neuville blanc de blancs 1998.

Les PUME, qui m’ont plutôt surpris par une performance négative par rapport à l’image que j’en avais, allant du plus petit écart au plus grand sont : Montrachet Bichot 1933 – Château Brane Cantenac 1964  – Vega Sicilia Unico 1959 – Pommard Epenots Marie André 1953 – Langoiran, Truilhé, 1957 (moelleux) – Château Lafite-Rothschild 1965 – Chateauneuf du Pape Hugues 1959 – Bonnes-Mares, Charles Bernard 1915.

Le jugement final, du plaisir pur, combinant la classe intrinsèque et le plaisir du moment est le suivant : Gewurztraminer Vendanges Tardives SGN Hugel 1934 – magnum de champagne Dom Pérignon Rosé 1978 – Corton Clos de la Vigne au Saint Louis Latour 1969 – Château Moulinet 1955 – Rivesaltes ambré Cuvée Prémice 1932 – Château Montrose 1975 – Domaine du Pin Premières Côtes de Bordeaux 1937.

La 8ème académie des vins anciens a atteint ses objectifs. Vivement la suivante.