Archives de catégorie : académie des vins anciens

22ème séance de l’académie des vins anciens vendredi, 23 mai 2014

La 22ème séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo où nous avons nos habitudes. Nous serons 34 au dîner, avec des fidèles, beaucoup de nouveaux dont deux vignerons, et deux élèves de l’école « le Cordon Bleu » où j’ai fait récemment une conférence-dégustation.

A 16h30, je commence l’ouverture des vins et certaines bouteilles me donnent tant de soucis qu’à 19h, heure d’arrivée des premiers académiciens, il me reste encore plusieurs bouteilles à ouvrir. Trois fois le bouchon du vin est tombé dans le liquide avant même que je ne touche à la bouteille. Il s’agit d’accidents de parcours entre la cave et le lieu du dîner. De nombreux bouchons sont venus en charpie.

Comme je l’ai fait lors d’une précédente réunion, j’ai apporté beaucoup plus de vins que je n’aurais dû, 16 flacons représentant l’équivalent de 22 bouteilles, parmi lesquelles des bouteilles sont de bas niveaux. De ce fait, il est logique que certaines m’aient inspiré de fortes craintes que j’ai évoquées dans mon discours d’introduction de la séance : les deux Meursault 1942 et la Mission Haut-Brion 1943.

Nous sommes répartis en deux tables de 17 personnes et chacun aura accès à 22 vins, ce qui est une chance toute particulière. Voici les vins dans l’ordre de service, les vins dont l’année est suivie d’une astérisque étant mon apport :

Les vins du groupe 1 : Champagne le Brun de Neuville Brut – Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943* – Meursault Patriarche 1942* – Muscat sec de Kelibia Tunisie # 1980* – Vin du Château Katsunuma Japon 1938 – Varennes Franc de Pied Chinon Domaine Charles Joguet 1989 – Château Carbonnieux rouge 1961* – Château Fougueyrat Saint Emilion 1961 – Château Fougueyrat Saint Emilion 1947 – Château Ausone 1953* – Magnum Château Canon Grand Cru classé Saint Emilion 1955* – Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971* – Volnay Ph. Meunier Négociant 1949* – Vosne-Romanée Camille Giroud 1949 – Corton Ph. Bouchard 1937 – Moulin à Vent Château du Moulin-à-Vent 1967 – Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape rouge 1959 – Côte Rôtie Brune & Blonde Chapoutier 1955 – Rioja Viña Real – Bodegas CVNE Haro 1964 – Royal Kébir Frédéric Lung années 40 – Château Closiot Sauternes 1929 – Fine Champagne Château de Flaville # 1920.

Les vins du groupe 2 : Champagne le Brun de Neuville Brut – Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943* – Château Carbonnieux blanc 1996 – Meursault Patriarche 1942* – Château La Mission Haut-Brion 1943* – Château Talbot 1975 – Château Phélan-Ségur 1975 – Château Nénin 1975 – Cos d’Estournel 1970 – Château Ausone 1953* – Magnum Château Canon Grand Cru classé Saint Emilion 1955* – Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971* – Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971* – Bourgogne Beaunes Grèves Chanson 1964 – Pommard Ph. Bouchard 1937 – Pommard Epenots Moingeon-Ropiteaux Négociant 1938* – Vosne Romanée Le Roy Négociant 1949* – Corton Clos du Roi Emile Chandessais 1957 – Varennes Franc de Pied Chinon Domaine Charles Joguet 1996 – Rioja Viña Tondonia – Bodegas Lopez de Heredia Haro 1954 – Château de Malle Sauternes 1979 – Fine Champagne Château de Flaville # 1920.

Par un hasard récurrent que j’ai du mal à expliquer, la table où je suis, la numéro 1, compte un nombre beaucoup plus important de femmes. C’est sans doute un genre dont il faudra que j’étudie la théorie. Je n’ai pas pris de notes pendant ce dîner ce qui veut dire que ma mémoire n’a retenu que des esquisses et des émotions.

L’apéritif débute par le Champagne le Brun de Neuville Brut sans année dont l’un des membres fidèles est propriétaire. Il est simple, facile et sans histoire et permet de croquer des gougères tout en bavardant avec les académiciens.

Chacun ayant repéré sur les listes que j’avais apporté un Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943* on me presse de le faire servir à l’apéritif. Le bouchon ne donne aucun pschitt, la couleur est d’un ambre discret. Les premières gorgées qui me sont servies sont marquées par une amertume qui n’empêche pas de percevoir que le vin est grand. L’amertume se dissipe et l’on prend conscience que la matière vineuse de ce champagne est superbe. Il est élégant et je suis heureux car tout le monde l’apprécie, alors que le monde des champagnes anciens est un monde particulier qu’il n’est pas facile d’apréhender.

Le menu préparé par le restaurant est : carpaccio de lotte fumée / gaspacho de concombre au lait de coco / la gambas craquante, grattée de condiment exotique / romsteak de Salers façon tournedos, galette de pommes de terre et fèves / fromages (apportés par des académiciens généreux) / panna cotta de fruits rouges et fleur d’hibiscus.

Nous passons à table. Je suis persuadé que le Meursault Patriarche 1942* sera mort. A ma grande surprise, non seulement son nez est engageant, riche de beaux fruits, mais le goût est aussi très précis. Ce n’est pas un vin éblouissant mais il est agréable à boire et tient bien la route.

Pour le Muscat sec de Kelibia Tunisie # 1980* je n’ai absolument aucun repère. Ce vin est énigmatique mais délicieux. Je ne vois aucun vin qui pourrait lui ressembler. Il y a un peu de barbe d’artichaut, de foin, et le charme agit. J’adore des vins inclassables qui offrent de si belles surprises. Il y a de beaux fruits jaunes dans ce vin.

En matière de surprises, nous sommes servis, car une amie journaliste japonaise avait reçu d’un vigneron japonais une bouteille de deux litres de l’année de naissance du vigneron. Celui-ci a reconditionné le vin dans des bouteilles de 75cl récentes, appliquant juste une étiquette sur la bouteille fermée d’un bouchon neutre. Le Vin du Château Katsunuma Japon 1938 est une énigme totale. Pendant de longues minutes, je ne peux pas croire que ce vin aurait plus de 75 ans. Il est d’un rouge d’une jeunesse extrême fruité comme un gamin. Là aussi la palette de saveurs étranges et indescriptibles est très fournie et sans fin. Ce vin me plait énormément car il amène dans l’inconnu. L’amie ne croyait pas que le vin serait bon. Elle est toute émue de voir que ce vin, fort symbole pour elle, est au rendez-vous. Nous avons eu coup sur coup deux surprises extrêmes, diablement excitantes.

Le Varennes Franc de Pied Chinon Domaine Charles Joguet 1989 est un vin de la propriété de ma voisine de table. L’attaque est de pur charme. Le vin a une belle charpente et une complexité remarquable. C’est un vin qui fait plaisir à boire, rassurant par sa solide structure. La vigneronne a aussi apporté un 1996 affecté au deuxième groupe. J’ai pu le goûter et c’est un vin très canvaincant et -forcément – rabelaisien.

On me fait goûter le Château La Mission Haut-Brion 1943* de l’autre table que j’avais annoncé probablement mort et à ma grande surprise, il est comme monsieur de la Palice, encore bien vivant.

Le Château Carbonnieux rouge 1961* est un vin encourageant, car il a une matière très riche et très dense, à la limite de la torréfaction mais le charme prime. Cette bouteille avait un niveau très bas mais ne souffre pas de ce défaut, tant le vin est solide.

Le Château Fougueyrat Saint Emilion 1961 est de la même année que le Graves. Il a plus de grâce et de subtilité que le Carbonnieux.

Nous allons diverger autour de la table pour dire si nous préférons le Château Fougueyrat Saint Emilion 1947 ou bien le 1961 qui le précédait. Beaucoup vont aimer le 1947. Je diffère, car le 1947 est exactement ce qu’on attendrait d’un 1947 mais il est trop dans la ligne du parti, alors que le 1961 est un peu plus canaille pour mon palais.

L’aventure du Château Ausone 1953* se termine avant de commencer car le vin est bouchonné. Je n’ai pas eu d’information sur l’autre bouteille de ce vin que j’avais apportée pour le groupe 2.

Le Château Canon Grand Cru classé Saint Emilion magnum 1955* est d’une année que j’adore. Le vin sent assez bon, il est assez agréable à boire mais je ne retrouve pas le charme enthousiasmant d’un Canon d’une grande année. C’est dommage et je n’ai pas su ce qu’a donné l’autre magnum que j’avais apporté.

J’avais fourni trois bouteilles du Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971* dont deux pour le groupe 2. J’avais été agréablement surpris des parfums des trois bouteilles. La notre est profondément bourguignonne, avec des accents que l’on trouve dans les vins du domaine de la Romanée Conti : la rose et les sel. J’adore ces vins bourguignons simples et authentiques.

Le Volnay Ph. Meunier Négociant 1949* ne m’a pas laissé un réel souvenir, alors que le Vosne-Romanée Camille Giroud 1949 est généreux, joyeux, très bourguignon encore une fois. Il est dans une plénitude agréable.

Le Corton Ph. Bouchard 1937 est désespérément mort, mais son apporteur, et c’est sympathique, le trouvera délicieux. Comme quoi tous les goûts sont dans la nature. J’aime ces optimismes.

Le Moulin à Vent Château du Moulin-à-Vent 1967 est de la propriété du jeune vigneron qui me fait face à table, vin fait par sa famille. C’est un beau Moulin à Vent, encore très jeune et de belle personnalité mais je le trouve un peu perlant, ce que ne perçoivent pas les deux vignerons de la table.

Le Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape rouge 1959 est une merveille. C’est l’archétype de ce que l’on vise à l’académie des vins anciens. Quelle richesse, quelle ampleur de goûts. C’est le Beaucastel idéal, celui que l’on rêve de boire. Ce vin est authentiquement rhodanien mais a aussi des accents bourguignons de bon aloi.

Le match va être dur avec la Côte Rôtie Brune & Blonde Chapoutier 1955, vin lui aussi merveilleux. Selon les gorgées, lorsque l’on passe de l’un à l’autre, on va préférer tantôt l’un, tantôt l’autre. Ma préférence changera et se fixera sur la Côte Rôtie, mais la différence avec le Châteauneuf est d’un cheveu.

Tout se complique lorsqu’entre en scène le Rioja Viña Real – Bodegas CVNE Haro 1964 qui a une aisance et une facilité où se mêle la complexité d’un vin de soleil. Il est peut-être un peu moins subtil que les vins du Rhône, mais ça se joue à la nième décimale !

Celui qui va régler tous les problèmes de classement, c’est le Royal Kébir Frédéric Lung années 40. L’ami qui a apporté ce vin sait que je suis un inconditionnel des vins algériens de Lung. Pour mon goût, il coiffe au poteau ses trois prédécesseurs. Tout le monde dans notre groupe applaudit au tir groupé de ces quatre vins exceptionnels. Le Royal Kébir a une aura extrême, une majesté démocratique et se boit comme un vin de pur plaisir. Je l’ai encore en bouche en écrivant.

Le Château Closiot Haut-Barsac 1929 est incroyablement foncé, plus qu’un caramel foncé. Le nez évoque les pomelos. Mais fort curieusement, ce nez ne me donne pas envie de le goûter, sans doute parce que je voudrais continuer à passer d’un verre à l’autre pour me repaître des quatre vins rouges sublimes. C’est donc plus tard que j’ai goûté ce sauternes agréable et sans grande complexité.

La Fine Champagne Château de Flaville # 1920 a un nez fort agréable. Le goût est un peu éventé mais l’alcool se goûte avec plaisir.

La cuisine a été de bonne qualité mais a péché sur la viande de Salers trop ferme. Le service est toujours aussi motivé et efficace.

Si je dois classer les vins, je ferai une mention spéciale aux deux vins les plus originaux : 1 – Vin du Château Katsunuma Japon 1938, 2 – Muscat sec de Kelibia Tunisie # 1980*.

Sur le plan du plaisir pur, ce sera : 1 – Royal Kébir Frédéric Lung années 40, 2 – Côte Rôtie Brune & Blonde Chapoutier 1955, 3 – Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape rouge 1959, 4 – Rioja Viña Real – Bodegas CVNE Haro 1964, 5 – Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943*.

L’académie des vins anciens a tenu une fois de plus une réunion passionnante avec des vins de grande qualité. Les quelques vins défaillants font partie de la démarche et nous devons viser d’aller toujours plus haut dans la recherche de vins de légende à partager, puisque c’est l’esprit de l’académie.

Vins du Groupe 1 :

Champagne le Brun de Neuville  Brut

DSC08767

Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943*

DSC08770

Meursault Patriarche 1942*

DSC08715 DSC08714

Muscat sec de Kelibia Tunisie # 1980*

DSC08713 DSC08712

Vin du Château Katsunuma Japon 1938

DSC08776 DSC08775

Varennes Franc de Pied  Chinon Domaine Charles Joguet 1989

DSC08774

Château Carbonnieux rouge 1961*

DSC08716

Château Fougueyrat Saint Emilion 1961

DSC08718 DSC08717

Château Fougueyrat Saint Emilion 1947

DSC08720 DSC08719

Château Ausone 1953*

DSC08722

Magnum Château Canon Grand Cru classé Saint Emilion 1955*

DSC08721

Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971*

DSC08724 DSC08723

Volnay Ph. Meunier Négociant 1949*

DSC08726 DSC08725

Vosne-Romanée Camille Giroud 1949

DSC08730

Corton Ph. Bouchard 1937

DSC08729

Moulin à Vent Château du Moulin-à-Vent 1967 (venant du domaine, sans étiquette)

DSC08727

Château de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape rouge 1959

DSC08731 DSC08732

Côte Rôtie Brune & Blonde Chapoutier  1955

DSC08734 DSC08733

Rioja Viña Real – Bodegas CVNE Haro  1964

DSC08738

Royal Kébir Frédéric Lung années 40

DSC08736 DSC08735

Château Closiot Sauternes 1929

DSC08740 DSC08739

Fine Champagne Château de Flaville # 1920

DSC08766 DSC08765

Vins du grouper 2 :

Champagne le Brun de Neuville  Brut

DSC08767

Jéroboam Champagne Pommery & Gréno 1943*

DSC08769

Château Carbonnieux blanc 1996

DSC08742 DSC08741

Meursault Patriarche 1942*

DSC08744 DSC08743

Château La Mission Haut-Brion 1943*

DSC08749

Château Talbot 1975

DSC08771

Château Phélan-Ségur 1975 (réel 1974)

DSC08772

Château Nénin 1975

DSC08746

Cos d’Estournel 1970

DSC08745

Château Ausone 1953*

DSC08748

Magnum Château Canon Grand Cru classé Saint Emilion 1955*

DSC08747

Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971*

DSC08753 DSC08752

Volnay Les Caillerets Tête de Cuvée Félix Clerget 1971*

DSC08755 DSC08754

Bourgogne Beaunes Grèves Chanson 1964 (appellation illisible)

DSC08758 DSC08757

Pommard Ph. Bouchard 1937

DSC08756

Pommard Epenots Moingeon-Ropiteaux Négociant 1938*

DSC08751 DSC08750

Vosne Romanée Le Roy Négociant 1949*

DSC08760 DSC08759

Corton Clos du Roi Emile Chandessais 1957

DSC08762 DSC08761

Varennes Franc de Pied  Chinon Domaine Charles Joguet 1996

DSC08773

Rioja Viña Tondonia – Bodegas Lopez de Heredia Haro 1954

DSC08763

Château de Malle Sauternes 1979

DSC08764

Fine Champagne Château de Flaville # 1920

DSC08766 DSC08765

les bouchons

DSC08779 DSC08780 DSC08781 DSC08782 DSC08783 DSC08784 DSC08785

DSC08777

les plats (dessert sans photo)

DSC08789 DSC08790 DSC08791 DSC08792

Académie des Vins Anciens (AVA) – 22ème séance du 22 mai 2014 jeudi, 22 mai 2014

Académie des Vins Anciens (AVA) –  22ème séance du 22 mai 2014

Règles et informations  (à lire avec attention)

Date et heure : 22 mai 2014 à 19h00

Lieu : Restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS – 01 42 97 53 85

Participation financière :

120 € par personne si l’inscrit apporte une bouteille de vin ancien (1) agréé par François Audouze

240 € par personne si l’inscrit vient sans bouteille

(1) si l’inscrit n’a pas de vin assez ancien, un « troc » est possible avec François Audouze, qui mettra au programme un vin ancien, contre une (ou plusieurs) bouteille de vin jeune qui présente un intérêt pour lui.

Paiement :

Aucun chèque ne sera remis en banque avant le 19 mai 2014. Il n’y a donc aucune raison de retarder l’envoi du chèque de paiement. On peut l’envoyer des maintenant.

Le chèque doit être remis avant le 1er mai à François Audouze. L’ordre du chèque est : « François Audouze AVA »

Chèque à envoyer à François Audouze 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Livraison des vins :

Les vins doivent être proposés et agréés par François Audouze. Les bouteilles sont à déposer chez Henriot 5 rue la Boétie 75008 Paris – 2ème étage – 01.47.42.18.06. Notre contact sur place est Martine Finat : mfinat@champagne-henriot.com . Aucune bouteille ne devrait être livrée après le 8 mai. Merci d’attendre le 1er avril pour commencer à remettre votre bouteille chez Henriot.

Une variante est de m’envoyer par la poste la bouteille à l’adresse : François Audouze société ACIPAR 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Pour que l’organisation de cet événement soit fluide, il est recommandé de ne pas attendre avant de proposer les vins, les livrer et payer.

Remarque sur les niveaux des vins :

On peut envisager qu’un académicien propose une bouteille de bas niveau, à la condition que cette bouteille soit une bouteille supplémentaire et pas la bouteille principale.

Veillez à la qualité de vos apports. Les groupes de dégustation seront créés en fonction de la qualité des apports.

Au plaisir de vous accueillir pour une réunion aussi brillante que les précédentes.

21ème séance de l’académie des vins anciens vendredi, 6 décembre 2013

La 21ème séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo. Nous sommes 39 et nous allons partager une cinquantaine de vins. Ayant décidé d’apporter beaucoup de vins notamment parce que de nombreux académiciens n’en fournissent pas, j’ai choisi des vins qui doivent être bus. Sur les 24 vins de ma cave certains sont de bas niveau, voire vidange, ce qui n’est acceptable que parce que le nombre fourni est important : il y aura assez pour boire bon.

J’ai la lourde tâche d’ouvrir toutes les bouteilles et même en arrivant avant 17h, mon travail n’est pas terminé lorsqu’arrivent les premiers convives, à 19h. Il faut dire qu’ayant mis des bouteilles de niveaux bas, les bouchons se désagrègent, ce qui rend l’ouverture beaucoup plus difficile et prenant plus de temps. Certaines odeurs sont insupportables, d’autres sont de belles surprises comme celle du Palmer 1900. Globalement, le bilan est meilleur que ce que j’attendais.

Nous serons répartis en trois tables et trois groupes de vins dont voici la répartition :

Groupe 1 : Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003; Champagne Chauvet magnum 1914; Champagne Dom Pérignon Oenothèque 1969; Macon Viré André Bonhomme 1971; Château Palmer très probable 1900; Cos d’Estournel 1928; Château Margaux 1923; Château Lagrange Saint-Julien années 50; Château Bel Air-Marquis d’Aligre 1961; Chambolle Musigny Pasquier Desvignes 1934; Corton Clos du Roi Camille Chandesais 1957; Chapelle-Chambertin Louis Trapet 1974; Moulin a Vent René Guyenet 1947; Inglenook Cabernet Sauvignon Napa Valley 1978; Château Lafaurie Peyraguey 1926; Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970#

Groupe 2 : Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003; Champagne Chauvet magnum 1914; Champagne Napoléon Ch. & A. Prieur à Vertus # 1970; Moët & Chandon Grand Vintage Collection 1993; Hermitage blanc Chave 1983; Vin de Margaux de négoce années 60; Château Haut-Brion années 20 ou plus vieux André Gibert propriétaire; Château Lagrange Saint-Julien 1933; Château Bellefond-Belcier Saint-Emilion Commandant Gilard 1926; Château Palmer 1966; Gevrey Chambertin Pierre Bourrée Fils 1931; Château Canon Saint-Emilion magnum 1955; Côtes de Nuits Village Champy & Fils 1945; Fixin Clos du Chapitre Bouchard P&F 1961; Barolo Riserva Giacomo Borgogno & Figli 1955; Barsac Latrille-Ginestet 1926; Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970

Groupe 3 : Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003; Champagne Napoléon Ch. & A. Prieur à Vertus # 1970; Champagne Drappier Carte d’Or 1995 dégorgé en mai 2012; Sancerre Sauvignon G. Leschemelle 1949; Château La Louvière Graves; Château Brane-Cantenac 1970; Château Montrose 1921; Château Talbot 1934; Château Canon Saint-Emilion magnum 1955; Château Pichon Longueville Baron 1964; Vosne Romanée Roland Thévenin 1955; Clos des Lambrays 1943; Pommard Naigeon-Chauveau 1961; Chateauneuf-du-Pape Montredon 1967; Château Haut Bergeron sauternes 1978; Château Climens 1979; Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970#

Au total, la répartition des millésimes surs et indicatifs (marqués d’un #) est : 1900#, 1914 (2), 1920 # , 1921, 1923, 1926 (3), 1928, 1931, 1933, 1934 (2), 1943, 1945, 1947, 1949, 1950 #, 1955 (4), 1957, 1960 #, 1961 (3), 1964, 1966, 1967, 1969, 1970 # 1970 (3), 1971, 1974, 1975, 1978 (2), 1979, 1983, 1993, 1995, 2003 (3), (2), Total 49 vins de 34 millésimes.

Il convient de signaler que je n’ai pas pris de notes en cours de repas, pris par les conversations qui fusaient de toutes les directions, aussi est-il possible que ma mémoire me joue des tours.

L’apéritif debout se prend avec un champagne unique, dont la maison appartient à l’un des académiciens. C’est le Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003. D’une année atypique, il est une agréable surprise et on y revient volontiers. Les gougères donnent de la douceur à son côté lacté.

Nous passons à table et nous partageons les vins du groupe 1. Quand le Champagne Chauvet magnum 1914 m’est servi pour goûter, je vois le petit mouvement de stupeur de mes convives, car la couleur est marron, de terre sale. Je hume, je goûte et un sourire barre mon visage. Car ce champagne qui n’a plus de bulle donne encore une sensation de pétillant. Je vois des évocations de fruits rouges alors qu’autour de moi on ressent plutôt la vanille et les noix. Quelle que soit la direction que l’on prend, ce champagne est vif, plein de dynamisme, et ravit tous les convives. Il est à noter que le magnum étant partagé avec la table 2, il aura moins de succès à cette table, ce qui montre que la dégustation est un art très subjectif. J’ai adoré ce beau témoignage d’une année exceptionnelle en champagne dont Pierre, l’apporteur, nous a raconté l’histoire, les barriques ayant été déplacées en Bourgogne pour y mûrir du fait de la guerre.

Le Champagne Dom Pérignon Œnothèque 1969 est un rayon de soleil. Sa couleur est très claire. Il est complexe, charmeur, et montre des aptitudes gastronomiques extrêmes. On me demande lequel des deux champagnes je préfère. Celui qui comblera le plus facilement tous les désirs d’excellence, c’est le Dom Pérignon. Mais celui qui attire mon cœur par la qualité de son témoignage, c’est le Chauvet que je préfère.

Le Mâcon Viré André Bonhomme 1971 est une immense surprise. Que ce vin puisse atteindre un tel niveau de perfection est incroyable car on a exactement ce que l’on rêverait de boire si l’on désire un blanc charnu équilibré, profond à la lourde trace en bouche. C’est très probablement la plus belle surprise de ce dîner mais il y en aura d’autres.

Le Château Palmer très probable 1900 avait un niveau très bas, en vidange et m’avait donné une très belle surprise à l’ouverture. Le vin confirme l’impression d’il y a quelques heures. La bouteille sans étiquette mais un nom visible sur la capsule est soufflée, au cul profond ce qui est un indice de l’âge, le repère étant pour moi celui des années que j’ai achetées de ce vin. Le parfum du vin est de fruits noirs profonds. En bouche, je ressens une pâte de fruit de fruits noirs. Le vin est profond, avec un message très expressif. Des convives qui garderont longtemps leur verre n’en reviennent pas qu’il puisse garder sa force et son intégrité aussi longtemps. Sans attendre, je dirai que c’est mon vainqueur de la soirée.

Le Cos d’Estournel 1928 a une acidité beaucoup trop forte. Il y a tant de vins à venir qu’il est inutile de s’attarder sur ce vin.

Le Château Margaux 1923 se présente comme manquant de corps après le Palmer 1900. Mais il se réchauffe, s’ébroue, et son message féminin devient de plus en plus charmant. Il n’est pas très aidé de passer derrière un Palmer si expressif.

Le Château Lagrange Saint-Julien années 50 est bouchonné. Inutile d’insister, même si ce désagrément s’estompe avec le temps.

Le Château Bel Air-Marquis d’Aligre 1961 est un vin qui n’a pas d’âge. Serein, rond, joyeux, il est tellement accompli que c’est l’éternel jeune homme, dans l’éclat de sa séduction.

On dirait que la Bourgogne veut faire un concours de jeunesse, car le Chambolle-Musigny Pasquier Desvignes 1934 est facile à vivre, tranquille, aimablement bourguignon.

J’adore le Corton Clos du Roi Camille Chandesais 1957 car il est encore plus bourguignon que le précédent avec une râpe délicate.

Et comme si c’était la soirée des concours, le Chapelle-Chambertin Louis Trapet 1974 se met à vouloir lutter avec les deux autres pour afficher sa bourgognitude. Bien que de deux Côtes différentes, le Corton et le Chapelle-Chambertin ont beaucoup de points communs car ils ont la grâce délicate que donnent les petites années.

Le Moulin a Vent René Guyenet 1947 est un joli témoignage du beaujolais, peut-être pas le plus grand des 1947 que j’ai bus de cette belle région, mais très convaincant par sa densité.

On m’apporte un verre du Gevrey Chambertin Pierre Bourrée Fils 1931 du groupe 2 et je ne peux pas cacher ma surprise de constater que tous les bourgognes sont dans un état de jeunesse et de richesse très supérieur à tout ce que je pouvais attendre. Celui-ci est profond, droit, riche et convaincant. Une belle surprise d’une année extrêmement difficile à trouver.

Le Inglenook Cabernet Sauvignon Napa Valley 1978 est d’une solidité à toute épreuve. Je suis étonné de lui trouver des accents bordelais. Les grands vins américains des année 70 sont maintenant de vraies merveilles.

Le Château Lafaurie Peyraguey 1926 est noir comme du café et le miracle est que ce café respire les agrumes. Le vin a tout pour lui, l’équilibre, la puissance et la séduction. C’est le sauternes comme on les aime, dans leur plénitude absolue.

Les amis étant insatiables, je fais ouvrir le Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970 # que j’avais apporté pour le cas où nous aurions encore une petite soif. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce marc est viril. Il a de la paille dans les sabots. Adorant les marcs je trouve celui-ci très roturier mais expressif. Il ponctue bien ce dîner.

Comment faire un classement dans un groupe d’une telle diversité ? Ce ne peut être qu’un choix de coups de cœur. Il faut se jeter à l’eau : 1 – Palmer 1900, 2 – Champagne Chauvet magnum 1914, 3 – Mâcon Viré André Bonhomme 1971, 4 – Château Lafaurie Peyraguey 1926, 5 – Champagne Dom Pérignon Œnothèque 1969. Est-ce un bon choix, je ne sais pas.

Le classement des surprises serait : 1 – Mâcon Viré André Bonhomme 1971, 2 – Palmer 1900, 3 – Champagne Chauvet magnum 1914. Mon classement de plaisir est donc très lié aux heureuses surprises que j’ai rencontrées.

Je n’ai jamais vu une assemblée aussi sage. Dans des réunions précédentes on voyait des académiciens qui couraient de table en table pour essayer les vins des autres groupes. Point de cela aujourd’hui. L’atmosphère a été joyeuse, avec beaucoup de nouveaux. Ces réunions de l’académie sont une occasion unique de partager des vins d’âges canoniques et de comprendre que tout ce qui se dit sur les vins anciens procède de préjugés qui ont la vie dure mais qui tombent lorsqu’on démontre la longévité inouïe de tous ces vins. Longue vie à l’académie des vins anciens.

DSC06753 DSC06754

AVA MENU 131205 001

DSC06755 DSC06756 DSC06757 DSC06758

Académie des Vins Anciens (AVA) – 21ème séance du 5 décembre 2013 – les règles jeudi, 5 décembre 2013

Académie des Vins Anciens (AVA) –  21ème séance du 5 décembre 2013

Règles et informations mises à jour au    moment du lancement (à lire avec attention)

Date et heure : 05 décembre 2013 à 19h00

Lieu : Restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS – 01 42 97 53 85

Participation financière :

120 € par personne si l’inscrit apporte une bouteille de vin ancien (1) agréé par François Audouze

240 € par personne si l’inscrit vient sans bouteille

(1) si l’inscrit n’a pas de vin assez ancien, un « troc » est possible avec François Audouze, qui mettra au programme un vin ancien, contre une (ou plusieurs) bouteille de vin jeune qui présente un intérêt pour lui.

Paiement :

Aucun chèque ne sera remis en banque avant le 1er décembre 2013. Il n’y a donc aucune raison de retarder l’envoi du chèque de paiement. On peut l’envoyer des maintenant.

Le chèque doit être remis avant le 15 novembre à François Audouze. L’ordre du chèque est : « François Audouze AVA »

Chèque à envoyer à François Audouze 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Livraison des vins :

Les vins doivent être proposés et agréés par François Audouze. Les bouteilles sont à déposer chez Henriot 5 rue la Boétie 75008 Paris – 2ème étage – 01.47.42.18.06. Notre contact sur place est Martine Finat : mfinat@champagne-henriot.com . Aucune bouteille ne devrait être livrée après le 20 novembre. Merci d’attendre le 1er novembre pour commencer à remettre votre bouteille chez Henriot.

Une variante est de m’envoyer par la poste la bouteille à l’adresse : François Audouze société ACIPAR 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Pour que l’organisation de cet événement soit fluide, il est recommandé de ne pas attendre avant de proposer les vins, les livrer et payer.

Remarque sur les niveaux des vins :

On peut envisager qu’un académicien propose une bouteille de bas niveau, à la condition que cette bouteille soit une bouteille supplémentaire et pas la bouteille principale.

Veillez à la qualité de vos apports. Les groupes de dégustation seront créés en fonction de la qualité des apports.

Au plaisir de vous accueillir pour une réunion aussi brillante que les précédentes.

21ème séance de l’académie des vins anciens – les vins jeudi, 5 décembre 2013

Vins marqués de ** : vins de la cave de François Audouze

Groupe 1 :

DSC06704

Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003

DSC06771 DSC06772

Champagne Chauvet magnum 1914

DSC06638 DSC06639

Champagne Dom Pérignon Oenothèque 1969

DSC06640

Macon Viré André Bonhomme 1971

DSC06654 DSC06653

**Château Palmer très probable 1900

DSC06652

**Cos d’Estournel 1928

DSC06637

Château Margaux 1923

DSC06643

**Château Lagrange Saint-Julien années 50

DSC06648

Château Bel Air-Marquis d’Aligre 1961

DSC06649

Chambolle Musigny Pasquier Desvignes   1934

DSC06657 DSC06656

Corton Clos du Roi  Camille Chandesais  1957

DSC06668 DSC06667

Chapelle-Chambertin Louis Trapet 1974

DSC06677 DSC06676

Moulin a Vent René Guyenet 1947

DSC06666 DSC06664

Inglenook Cabernet Sauvignon Napa Valley 1978

DSC06680 DSC06681

**Château Lafaurie Peyraguey 1926

DSC06685

**Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970#

DSC06708 DSC06707

Groupe 2 :

DSC06700

Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003

DSC06771 DSC06772

Champagne Chauvet magnum 1914

DSC06638 DSC06639

**Champagne Napoléon Ch. & A. Prieur à Vertus # 1970

DSC06752 DSC06751

Moët & Chandon Grand Vintage Collection 1993

DSC06642

Hermitage blanc Chave 1983

DSC06655

**Vin de Margaux de négoce années 60

DSC06647

**Château Haut-Brion années 20 ou plus vieux André Gibert propriétaire

DSC06380 DSC06371

**Château Lagrange Saint-Julien 1933

DSC06692 DSC06691

**Château Bellefond-Belcier Saint-Emilion Commandant Gilard 1926

DSC06644

**Château Palmer 1966

DSC06650

Gevrey Chambertin Pierre Bourrée Fils 1931

Gevrey Chambertin 1931

**Château Canon Saint-Emilion magnum 1955

DSC06697 DSC06696

**Côtes de Nuits Village Champy & Fils 1945

DSC06662 DSC06661

Fixin Clos du Chapitre Bouchard P&F 1961

DSC06670

Barolo Riserva Giacomo Borgogno & Figli 1955

DSC06678

**Barsac Latrille-Ginestet 1926

DSC06683 DSC06682

**Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970

DSC06708 DSC06707

Groupe 3 :

DSC06698

Champagne le Brun de Neuville Millésimé 2003

DSC06771 DSC06772

**Champagne Napoléon Ch. & A. Prieur à Vertus # 1970

DSC06752 DSC06751

Champagne Drappier Carte d’Or 1995 dégorgé en mai 2012

DSC06641

**Sancerre Sauvignon G. Leschemelle 1949

DSC06702

Château La Louvière Graves 1975

DSC06651

**Château Brane-Cantenac 1970

DSC06693

**Château Montrose 1921

DSC06750 DSC06636

**Château Talbot 1934

DSC06646

**Château Canon Saint-Emilion magnum 1955

DSC06697 DSC06696

Château Pichon Longueville Baron 1964

Vosne Romanée Roland Thévenin 1955

DSC06695 DSC06694

**Clos des Lambrays 1943

DSC06663

**Pommard Naigeon-Chauveau 1961

DSC06672 DSC06671

Chateauneuf-du-Pape Montredon 1967

DSC06675 DSC06674

Château Haut Bergeron sauternes 1978

DSC06687

Château Climens 1979

DSC06688

**Marc de Bourgogne L’Héritier-Guyot magnum 1970#

DSC06708 DSC06707

Jacques Berthomeau viendra à l’académie des vins anciens du 5 décembre dimanche, 27 octobre 2013

Jacques Berthomeau est un serial-blogueur qui s’impose d’écrire deux sujets par jour sur son blog. C’est un pari difficile à tenir mais Jacques est pugnace.

Et il jouit d’une audience qui est grande parmi tous les blogueurs du vin.

Ancien haut fonctionnaire (il nous le rappelle assez souvent !), il a des idées sur tout, l’un n’étant pas forcément lié à l’autre.

Je vais de temps en temps sur son blog, car il a le sens du titre et de l’accroche comme peu de gens.

On ne peut pas dire que nous partageons les mêmes idées, mais j’aime assez la façon dont il les exprime, surtout par les voies détournées qu’il utilise pour arriver au sujet sur lequel il donne un avis.

Ce n’est pas le fond mais la manière qui m’attire vers son blog. Car il y a beaucoup d’invention.

Son blog est un peu l’antipode du mien puisque je raconte quasiment uniquement des événements où le vin est l’acteur principal, alors que Jacques donne son avis sur des sujets dans l’air du temps. Il faut de tout sur la Toile.

Lors d’une de ses missives j’ai fait un commentaire, comme cela m’arrive de temps à autre, et j’ai lancé une invitation à Jacques pour la prochaine séance de l’académie.

Il l’a saisie. Je m’en réjouis car il est bon que l’on se connaisse et que l’on parle entre acteurs ou spectateurs du monde qui peuple notre passion.

Je ne me souviens plus du tout du sujet qui m’a poussé à lancer cette invitation, mais Jacques me le rappellera.

Puisqu’il me fait le plaisir de venir, j’en profite pour rappeler comment est née l’académie des vins anciens et quels sont ses objectifs.

Ma cave a commencé en 1970 quand j’ai acheté une maison qui avait un sous-sol. La nature a horreur du vide. Il « fallait » que j’entre du vin par la trappe qui jadis servait à l’écoulement du charbon en sacs.

Cette cave a trouvé ensuite plusieurs lieux pour favoriser son expansion et en 2000, j’ai lancé wine-dinners.com pour permettre à des amateurs de profiter des vins que j’avais frénétiquement acheté sur trente ans.

Pour faire connaître mes dîners, il fallait communiquer. J’avais de bonnes relations avec les organisateurs du « Salon des Grands Vins » qui est devenu plus tard le « Grand Tasting ».

J’ai exposé des bouteilles vides très anciennes dans les allées du salon, discutant avec les passants curieux de ces bouteilles.

Un jour, l’un d’entre eux, probablement septuagénaire, me dit : « monsieur, j’ai dans ma cave une seule bouteille vraiment ancienne et c’est un Haut-Brion 1949. Et cette bouteille, savez-vous, je mourrai avec ».

Je lui ai dit qu’il fallait absolument la boire et il me répondit : « je ne connais personne avec qui la partager ».

Cette remarque a été un déclic. Il fallait créer une structure qui permette à des gens qui ont des bouteilles et ne savent pas avec qui ou comment les boire de les partager avec d’autres amateurs. L’idée est celle du partage.

Pour permettre au plus grand nombre de participer, l’académie a été créée sous la forme d’une activité non lucrative, fonctionnant à prix bas, très bas par rapport au prix de mes dîners.

C’est un travail énorme de rassembler les réponses, les paiements, les choix de bouteilles et la livraison des bouteilles, mais la récompense, c’est de voir des amateurs heureux que leurs vins trouvent enfin leur destination : « être bus avec des amateurs en bonne compagnie ».

Jacques va venir le 5 décembre. J’en suis heureux.

La vingtième séance de l’académie des vins anciens vendredi, 12 avril 2013

La vingtième séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo. Nous sommes 25 et le nombre de nouveaux membres est important, ce qui est un beau signe de vitalité.

A 17 heures, je commence les ouvertures des bouteilles, rapidement rejoint par quelques supporters. Cette séance est émaillée de quelques pauses ludiques, et il me faut bien deux heures pour ouvrir les 44 vins, car certains bouchons résistent ou se désagrègent. Les vins sont répartis en deux groupes, après ceux de l’apéritif.

Vins d’apéritif : plusieurs Champagne Léon Camuzet à Vertus Brut 1/2 bouteille, Champagne Ruinart Brut, Champagne Veuve Clicquot Ponsardin Brut, Champagne Bollinger Spécial Cuvée Brut, Champagne Louis Roederer Brut.

Vins du groupe 1 : Champagne Ambassador Jacquinot & Fils 1959, Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983, Château Grillet 1978, Cahors Clos de Gamot 1937, Cahors Vieux « Cuvée Spéciale » 11,5° années 60, Cos D’Estournel 1966, Moulin à Vent Paul Cotillon 1952 (marqué à la main), Chambertin Leon Rigault 1926, Chambolle Musigny 1er cru Les Vignes du Chateau domaine Grivelet Père et Fils 1964, Hospices de Beaune, cuvée Hugues et Louis Betault 1932, Vin Jaune d’Arbois Fruitère Viticole d’Arbois 1952, Vin Jaune d’Arbois Henri Maire 1959, Pinot Gris Sélection de Grains Nobles Hugel magnum 1983 , Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987 , Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1953 , Sainte-Croix-Du-Mont Chateau de Tastes 1929, Château Coutet 1943, Malaga très vieux autour de 1900, Maury Mas Amiel 1969.

Vins du groupe 2 : Coteaux Champenois Blanc de Blancs Première Cuvée Laurent Perrier vers 1970, Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983, Meursault Albert Bichot 1970, Château Greysac Cru Bourgeois Médoc 1974, Château l’Evangile 1969, Chambolle Musigny Pasquier Desvignes 1934, Volnay Clos des Chênes Domaine Rouleau 1964, Stag’s Leap Wine Cellars Cabernet Sauvignon 1974, Vin Jaune sans étiquette probable vers 1960 – 1970, Vin Jaune d’Arbois Henri Maire 1959, Riesling Clos des Capucins Weinbach Théo Faller VT 1983, Pinot Gris Sélection de Grains Nobles Hugel magnum 1983 , Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987 , Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1953 , Clos Fontindoule 1976 Monbazillac de G.CROS, Monbazillac sans année autour de 1950 – 1960, Château Caillou Haut-Barsac 1934, Saumur Choix Sucré 1933, Maury Mas Amiel 1969.

Les demi-bouteilles du Champagne Léon Camuzet sont dans ma cave depuis plus de quinze ans. Certaines ont un liquide très ambré et sentent le vieux. D’autres sont plus claires et donnent un champagne agréable avec une bulle bien présente. Mais l’exercice n’est pas très convaincant aussi se tourne-t-on vers les quatre champagnes bruts sans année dont je n’arrive pas à me souvenir de leur apparition dans ma cave. Les bouchons chevillés donnent un élément de réponse : une vingtaine d’années. Mais le fait que le Champagne Bollinger Spécial Cuvée Brut n’ait plus de bulle, tout en ayant conservé son pétillant indique que ces champagnes pourraient être plus vieux. Le Champagne Ruinart Brut est le plus fringant des quatre, avec une grande vivacité. Le Champagne Veuve Clicquot Ponsardin Brut est agréable et le Champagne Louis Roederer Brut me plait beaucoup par son équilibre.

Nous passons à table et le menu est : cannelloni d’avocats farcis de saumon de Norvège / velouté de céleri-rave à la fleur d’oranger / Saint-Jacques bretonnes snackées, jus de coquillages au safran / magret de canard de Challans cuit basse température aux cinq épices / soupe printanière de fruits de saison / biscuit meringué à la rose.

Les vins que j’ai bus sont ceux du groupe 1, avec parfois des verres que de bonnes âmes m’apportent, de vins de l’autre groupe. Le Champagne Ambassador Jacquinot & Fils 1959 a le charme des champagnes anciens. Son étiquette est élégante. Il manque peut-être un peu de complexité et de force, mais j’apprécie beaucoup sa subtilité.

La Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983 a un nez intense, de grande complexité. Le goût en bouche est du même calibre, très kaléidoscopique. J’aime beaucoup ce vin gastronomique, qui nécessite d’avoir au moins les trente ans qu’il affiche.

Le Château Grillet 1978 qui fait suite est lui aussi un vin du quinté de Curnonsky. S’il n’est pas d’une ampleur suffisante, il esquisse bien tout ce que l’on aime en château Grillet, délicatement fumé et profond. C’est un vin qui demande qu’on l’écoute pour bien le comprendre. Il faudrait le provoquer avec de la cuisine très forte comme des poissons fumés pour en tirer la quintessence.

J’ai apporté deux Cahors, et, à titre de repère pour le deuxième, j’ai choisi un Cahors Vieux « Cuvée Spéciale » 11,5° années 60. L’étiquette est passe-partout, collée sans doute par un caviste. C’est une belle surprise, car le vin a beaucoup de personnalité. On ne penserait jamais qu’il s’agit d’un Cahors ordinaire et un des nouveaux académiciens le place en tête des vins qui l’ont marqué au cours de ce dîner. Comme cela se produit souvent, celui qui devait servir de faire-valoir est en fait le leader, car le Cahors Clos de Gamot 1937 est limité, à la frange du goût de bouchon. Il est assez plat, sans véritable expression, même si l’on sent que sa trame est riche.

Le Cos d’Estournel 1966 est un solide bordeaux, bien épanoui. Je l’aime beaucoup. Mais mon cœur va pencher vers le Moulin à Vent Paul Cotillon 1952 (millésime marqué à la main) qui a un charme redoutable. C’est un grand vin de pure séduction, très subtil dans sa délicatesse.

Le Chambertin Leon Rigault 1926, selon mon souvenir, car je n’ai pas pris de note lors de ce dîner, est assez faible, sans la puissance que l’on pourrait attendre d’un chambertin. Il n’en est pas de même du Chambolle Musigny 1er cru Les Vignes du Chateau domaine Grivelet Père et Fils 1964 qui est d’un épanouissement absolu. Il est confortable, d’une beau velours et d’un aimable discours. C’est un beau vin.

Qui a déjà bu un bourgogne de 1932 ? Alors que le spectre de mon exploration de la Bourgogne couvre 111 millésimes, je n’ai jamais bu de bourgogne de 1932. Aussi, cet Hospices de Beaune, cuvée Hugues et Louis Betault 1932 qui vient directement des caves de la maison Bichot est-il une découverte. Ce qui me fascine, c’est la fraîcheur mentholée de ce vin. Il fait son âge, mais avec une vivacité exemplaire. J’adore ce vin qui puise dans ses racines bourguignonnes une complexité remarquable.

Parmi les vins du groupe 2, à ce stade, j’ai bu le Meursault Albert Bichot 1970 qui est une très heureuse surprise, car il a beaucoup plus de corps que ce que j’attendais et le Stag’s Leap Wine Cellars Cabernet Sauvignon 1974 qui est un vin de première grandeur, de grande noblesse, et qui ne fait pas du tout américain, ce qui n’est pas un compliment mais un constat. C’est le plus grand des rouges que j’ai bus ce soir.

Le Vin Jaune d’Arbois Fruitère Viticole d’Arbois 1952 est superbe, riche et accompagne bien un Comté de 18 mois de la fromagerie Marie-Anne Cantin. Il est beaucoup plus judicieux que le Vin Jaune d’Arbois Henri Maire 1959 qui fait fatigué et plat. Je suis un passionné de bleu de Termignon et celui que j’ai pris chez cette Jeanne d’Arc du fromage est très jeune et subtil. Je l’adore. Il va accompagner les vins qui suivent.

Le Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987 est d’une puissance et d’une richesse extrêmes. Alors que la vedette devrait être au Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1953, j’ai préféré le 1987, plus impulsif mais plus convaincant, ce qui n’enlève rien à la sérénité du 1953. Nous sommes en face de la pureté absolue du riesling.

Le Pinot Gris Sélection de Grains Nobles Hugel magnum 1983 est une bombe de sucrosité. Sa richesse gustative est impressionnante ainsi que sa persistance aromatique. Il est passionnant parce qu’il est étonnant. Il aurait plus brillé sur une cuisine adaptée, plus corsée, même si le Termignon a essayé de lui faire la réplique.

Quel plaisir que le Sainte-Croix-Du-Mont Chateau de Tastes 1929. De couleur sombre, riche comme le plomb, il est une expression aboutie du vin liquoreux. De plus, son équilibre inspire le respect. Une divine surprise. A côté de lui, le Château Coutet 1943 est beaucoup plus noble et complexe. Mais en définitive, lequel est le préféré ? Le Coutet est plus romantique, plus Aramis quand le Tastes est plus Portos. On peut aimer les deux, si opposés.

Le Malaga très vieux autour de 1900 pourrait être porteur de grandes sensations tant on sent les complexités sous-jacentes, mais il a mis le frein à main. Le Maury Mas Amiel 1969 est exactement ce que l’on attendrait, généreux et joyeux, vin de plaisir direct.

Parmi les vins de ce soir, je retiendrai le Hospices de Beaune, cuvée Hugues et Louis Betault 1932 pour sa rareté et sa fraîcheur, le Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987 pour la sérénité triomphante du riesling, le Stag’s Leap Wine Cellars Cabernet Sauvignon 1974 impressionnant de solidité assumée, le Moulin à Vent Paul Cotillon 1952, confirmation que le gamay vieillit aussi bien que le pinot noir.

Le plus grand cadeau, c’est la présence d’Etienne Hugel. Son oncle, Jean Hugel a été le plus grand supporter de l’académie des vins anciens. Il ne manquait jamais d’en faire l’éloge. Le fait qu’Etienne reprenne le flambeau, de surcroît en apportant des vins de prestige, est un grand renfort pour l’académie. Plusieurs vins, dont des miens, n’étaient pas à la hauteur des ambitions de l’académie. Il faut travailler encore pour aller vers l’excellence, tout en donnant leur chance à des vins comme ce Cahors obscur qui a brillé comme un grand, ou le Saumur 1933 de belle surprise.

Le service du Macéo fut solide, comme d’habitude, tant il est rôdé.

Le plus grand bonheur, ce fut l’ambiance chaleureuse, amicale, et cette envie de partage qui est le fondement de l’académie. En 20 séances, nous avons ouvert plus de 800 vins. Nous pouvons aller plus loin, en fréquence et en qualité, pour le plus grand bien de la mise en valeur des vins anciens, part importante et culturelle du patrimoine du vin.

*   *   *

à l’ouverture, on voit l’indication assez anachronique du site de Hugel, juste en dessous de la date de création. Par ailleurs, le bouchon du 1983 portait 1980. Cela arrive dans les réserves personnelles

DSC04641 DSC04642 DSC04643

bouchon du Hospices de Beaune, cuvée Hugues et Louis Betault 1932

DSC04650

deux heures de dur labeur !

DSC04652

M8 D M8

les plats du dîner

DSC04654 DSC04656 DSC04658 DSC04659

Les 42 vins de l’académie des vins anciens du 11 avril mardi, 9 avril 2013

1 – Les champagnes d’apéritif

Champagne Ruinart Brut

DSC04561

Champagne Veuve Clicquot Ponsardin Brut

DSC04562

Champagne Bollinger Spécial Cuvée Brut

DSC04559

Champagne Louis Roederer Brut

DSC04560

Champagne Léon Camuzet à Vertus Brut 1/2 bouteille

DSC04558 DSC04557 DSC04563

2 – les vins du groupe 1

Champagne Ambassador Jacquinot & Fils 1959

DSC04572 DSC04571

Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983

DSC04575 DSC04574

Château Grillet 1978

DSC04576

Cahors Vieux « Cuvée Spéciale » 11,5° années 60

DSC04578 DSC04577

Cahors Clos de Gamot 1937 (on remarque le prix obtenu !)

DSC04581 DSC04579

Cos d’Estournel 1966

DSC04582

Moulin à Vent Paul Cotillon 1952 (marqué à la main)

DSC04585 DSC04584 DSC04583

Chambertin Leon Rigault 1926

DSC04587 DSC04586

Chambolle Musigny 1er cru Les Vignes du Chateau domaine Grivelet Père et Fils 1964 (niveau superbe)

DSC04589 DSC04588

Hospices de Beaune, cuvée Hugues et Louis Betault 1932 (en photo avec le Meursault Bichot 1970)

DSC04649

Vin Jaune d’Arbois Fruitère Viticole d’Arbois 1952

DSC04592 DSC04591

Vin Jaune d’Arbois Henri Maire 1959

DSC04593

Pinot Gris Sélection de Grains Nobles Hugel magnum 1983 (servi aussi au groupe 2)

DSC04568 DSC04565

Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987 (servi aussi au groupe 2)

DSC04569 DSC04566

Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1953 (servi aussi au groupe 2)

DSC04567 DSC04564 DSC04570

Sainte-Croix-Du-Mont Chateau de Tastes 1929

DSC04598

Château Coutet 1943

DSC04603 DSC04599

Malaga très vieux autour de 1900

DSC04605 DSC04604

Maury Mas Amiel 1969

DSC04606

le groupe 1 sans les vins de Hugel

DSC04607

3 – les vins du groupe 2

Coteaux Champenois Blanc de Blancs Première Cuvée Laurent Perrier vers 1970

DSC04611 DSC04610 DSC04609

Coulée de Serrant Nicolas Joly 1983

DSC04612

Meursault Albert Bichot 1970

DSC04647 DSC04646

Château Greysac Cru Bourgeois Médoc 1974

DSC04616

Château l’Evangile 1969

DSC04640

Chambolle Musigny Pasquier Desvignes 1934

DSC04620 DSC04617

Volnay Clos des Chênes Domaine Rouleau 1964 (c’est amusant de voir la fantaisie dans les écussons)

DSC04622 DSC04621 DSC04623 DSC04624

Stag’s Leap Wine Cellars Cabernet Sauvignon 1974

DSC04626

Vin Jaune sans étiquette probable vers 1960 – 1970

DSC04627

Vin Jaune d’Arbois Henri Maire 1959

DSC04629 DSC04628

Riesling Clos des Capucins Weinbach Théo Faller VT 1983

DSC04615 DSC04614 DSC04613

Pinot Gris Sélection de Grains Nobles Hugel magnum 1983 (photos de ces trois vins ci-dessus dans le groupe 1)

Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1987

Riesling Vendanges Tardives GC Schoenenbourg Hugel magnum 1953

Clos Fontindoule 1976 Monbazillac de G.CROS

DSC04630

Monbazillac sans année autour de 1950 – 1960

DSC04631

Château Caillou Haut-Barsac 1934

DSC04632

Saumur Choix Sucré 1933 (on note la bouteille au col très fin, très ancienne)

DSC04633 DSC04634

Maury Mas Amiel 1969

DSC04635 DSC04636

le groupe 2, sans les vins de Hugel en magnums, communs aux deux groupes

DSC04639

Académie des Vins Anciens (AVA) – 20ème séance du 11 avril 2013 mardi, 9 avril 2013

Académie des Vins Anciens (AVA) – 20ème séance du 11 avril 2013

Règles et informations mises à jour au 28/03/2013. (à lire avec attention)   – Date et heure : 11 avril 2013 à 19h00

Lieu : Restaurant Macéo 15 r Petits Champs 75001 PARIS 01 42 97 53 85

Participation financière :

120 € par personne si l’inscrit apporte une bouteille de vin ancien (1) agréé par François Audouze

240 € par personne si l’inscrit vient sans bouteille

(1) si l’inscrit n’a pas de vin assez ancien, un « troc » est possible avec François Audouze, qui mettra au programme un vin ancien, contre une (ou plusieurs) bouteille de vin jeune qui présente un intérêt pour lui.

Paiement :   Aucun chèque ne sera remis en banque avant le 10 avril 2013. Il n’y a donc aucune raison de retarder l’envoi du chèque de paiement. On peut l’envoyer des maintenant.

Le chèque doit être remis si possible avant le 15 mars à François Audouze. L’ordre du chèque est : « François Audouze AVA » (n’envoyer aucun chèque après le 5 avril, pour éviter d’avoir un chèque dans les circuits postiers au moment de la réunion)

Chèque à envoyer à François Audouze 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Livraison des vins :   Les vins doivent être proposés et agréés par François Audouze. Les bouteilles sont à déposer chez Henriot 5 rue la Boétie 75008 Paris – 2ème étage – 01.47.42.18.06. Notre contact sur place est Martine Finat : mfinat@champagne-henriot.com . Aucune bouteille ne devrait être livrée après le 20 mars  (en fait, vous pouvez livrer même jusqu’à l’avant-veille. C’est juste gênant de devoir passer tous les jours chez Henriot).  Merci d’attendre le 1er mars pour commencer à remettre votre bouteille chez Henriot.

Une variante est de m’envoyer par la poste la bouteille à l’adresse : François Audouze société ACIPAR 18 rue de Paris 93130 NOISY LE SEC

Pour que l’organisation de cet événement soit fluide, il est recommandé de ne pas attendre avant de proposer les vins, les livrer et payer.

Remarque sur les niveaux des vins :  On peut envisager qu’un académicien propose une bouteille de bas niveau, à la condition que cette bouteille soit une bouteille supplémentaire et pas la bouteille principale.

Au plaisir de vous accueillir pour une réunion aussi brillante que les précédentes. Pour la vingtième séance, il faut sortir les plus belles bouteilles de nos caves !