Dîner au restaurant Zuma de Miamivendredi, 4 janvier 2019

A Miami, un restaurant incontournable, c’est le restaurant Zuma. Il est au rez-de-chaussée d’un immeuble de plus de cinquante étages qui fait hôtel, installé le long d’un des nombreux bras de mer qui serpentent dans le quartier de Downtown Miami. Au 16ème étage il y a une terrasse avec piscine d’où l’on peut voir ce que la nature humaine a produit de plus extrême. Car où que l’on regarde il n’y a que des buildings qui forment et ferment l’horizon. Et c’est impressionnant.

La salle du restaurant Zuma est grande, haute de plafond et la cuisine où travaillent plus d’une quinzaine de personnes est ouverte vers la salle. Le restaurant est japonais. Mon fils passe commande d’une profusion de plats très divers, qui arrivent sur table à rythme soutenu. Les réservations sont organisées en trois services, 18h30, 21h00 et 23h00. Nous avons dû réserver pour le premier, à 18h30, car les autres sont pleins. Nous n’aurons jamais l’impression qu’on veut nous presser, car notre serveur très intelligent a géré notre table de façon très professionnelle.

Dans la carte des vins relativement étroite je choisis un Champagne Krug Grande Cuvée sans année. La contre-étiquette porte un numéro d’identification ID 235019. J’ai donc envie de tester la possibilité qu’il y a de connaître le pedigree de ce champagne. Je demande le mot de passe du wifi du restaurant, qui ne marche pas du premier coup. Je suis donc comme un ado qui regarde son téléphone en toute occasion. J’arrive sur le site et on me demande ma date de naissance. Je décide de ne pas continuer sur le site de Krug, puisqu’on n’y donne pas de réponse immédiate, car je réprouve l’usage des Smartphones au restaurant. Comme Krug a depuis quelques années mis le numéro du millésime de dégorgement des Grande Cuvée directement sur l’étiquette, j’en déduis que le champagne que nous allons boire a quelques années ce qui me plait bien et que le goût confirme. J’ai regardé le lendemain la signification du code. Ce champagne a été dégorgé au printemps 2015 et comporte des champagnes depuis 1990 jusqu’à 2007. Il est de la 163ème édition de ce champagne avec une base principale de champagnes de 2007. Il a donc plus de onze ans.

Ce champagne est noble, solide, très charpenté. C’est un plaisir de le boire et il va se montrer gastronomique sur les saveurs très variées de ce repas, à base de poissons, mais aussi de coquilles Saint-Jacques, de travers de porc et de nombreuses autres saveurs parfois très épicées. J’adore les tempuras de crevettes et tous les poissons. Etant d’une humeur joyeuse et heureuse, tout me semble divin et de grande qualité, sauf les coquilles Saint-Jacques, étouffées par des sauces et crèmes beaucoup trop épicées.

Le choix d’un autre champagne n’est pas facile. J’ai commandé un Delamotte mais il n’y en a plus. Je commande donc un Champagne Pierre Moncuit Blanc de Blancs Hugues de Coulmet
Brut sans année des vignobles de Sézanne de cette maison installée aussi à Mesnil-sur-Oger. Il est fondamentalement différent du Krug, mais ne souffre pas de passer après lui. J’essaie les deux champagnes l’un après l’autre dans les deux sens et si le Krug est plus ample et plus complexe, le Moncuit est plus vif et plus profond. Il nous fallait donc bien les deux.

Le dessert est un patchwork de glaces, sorbets et fruits de toutes les couleurs servis sur un plat en hauteur où l’on pioche de bon cœur.

A l’entrée du restaurant il y a plusieurs voituriers. Si vous n’avez pas une Rolls, une Lamborghini ou une Ferrari, le rôle des voituriers est d’éloigner votre voiture pour que ne restent à la vue que des voitures de luxe. Nous avons donc attendu plus d’une dizaine de minutes que notre voiture gravisse, l’espace d’un instant, les différents barreaux de l’échelle sociale. Ce restaurant extravagant mais remarquablement géré est une étape que je ne raterais jamais lors de mes séjours à Miami.