dîner au restaurant du Crillon mercredi, 6 décembre 2000

Les commentaires :
Courtes notes sur une des dernières folies du XXème siècle : Dîner au Crillon le mercredi 6 décembre 2000 au salon Marly, organisé par Vins et Anniversaires, et avec le support de wine-dinners.com, pour 11 amoureux des vins d’exception.
Apéritif : Xérès 1840 Dry Pale Ernesto Ruiz sur des canapés : ambré, épicé, trouve un juste équilibre grâce à son age. Amuse-bouche : foie gras d’oie La Louvière 1900 GCC Graves blanc très ambré, nez de liquoreux, mais garde le goût de Graves sec, très long, capiteux. Château de la Sauque 1899, nez subtil, jeune, très léger élégant. Entrée, coquilles Saint-Jacques aux légumes d’hiver et truffes Haut-Bailly 1900, phénoménal, goût de truffe, très charnu, riche, lourd, extrêmement puissant, géant.
La Tour-Carnet 1900, 4ème GCC St Laurent Médoc, mort, goût de tannerie de cuir, désagréable, déstructuré, ne reviendra pas à la vie
Turbot rôti, carottes confites au jus de volaille, Tertre d’Augay 1900 GC Saint -Emilion, acidité, oxydation, mais malgré sa déstructuration, il évoque des arômes très grands.
Mouton Rothschild 1870, « grand vin de Gironde de R. Cavaillon négoce” sur l’étiquette – une légende, très beau, équilibre, race, finesse, subtilité, et jeunesse ! ceps pré-phylloxériques mythe et légende. Pontet-Canet 1899 rebouché en 1979 – une surprise exceptionnelle léger, fluide mais aromatique, subtil un vin géant, je suis bluffé.
Sur un gigot d’agneau de sept heures pommes « gueulantes » Pétrus 1961 tellement jeune, alcoolisé, caractéristique de Pétrus, vineux, puissant Pomerol, hyper jeune, c’est une vraie légende et il y est fidèle – une émotion rare.
Richebourg 1952 Domaine de la Romanée Conti, boisé, orangé de goût, il manque d’équilibre. C’est bien Richebourg, mais pas avec la structure puissante d’un Richebourg comme on l’attend
Romanée Conti 1962 Domaine de la Romanée Conti ce devait être la légende, ce fut très décevant au nez, plus chaleureux en bouche très alcoolique – on retrouve des caractéristiques de Romanée Conti, mais décevant comparé à la tenue de vins beaucoup plus vieux.
Fromage stilton – roquefort Coutet 1900 1er GCC Barsac ambré, caramel, doux, très équilibré, avec des arômes très lissés, grand, liquide, peu long en bouche, c’est un grand Barsac.
Dessert millefeuille au chocolat et poires façon Tatin, Domaine de Pougnon 1900 Bas-Armagnac, très belle jeunesse et douceur, équilibré, il n’agresse pas et dégage des arômes subtils.
Sur des cigares, un Porto de chez Maxim’s 1893, densité, fluidité, gras, nez plein, le gras est énorme, extraordinairement jeune de fruit.
Mon classement personnel : Mouton 1870 est hors catégorie tant il est une légende. Ensuite classement : Haut-Bailly 1900, Pétrus 1961, Pontet-Canet 1899.
Malgré deux ou trois déceptions, mais évidemment compréhensibles, le bilan de ce dîner est un ravissement, tant les vins brillants furent nombreux. Sentiment partagé d’extrême privilège.

Dîner n° 0 de wine-dinners sous l’autorité d’un ami mercredi, 6 décembre 2000

Le 6 décembre, Jean-Luc Barré, ami de toujours, et ami de wine-dinners a organisé l’une des dégustations les plus folles qui soient. Il avait accepté que ceci se déroule sous l’étiquette de wine-dinners, mais comme nous nous sommes fâchés depuis, que chacun garde sa patéernité. Ce dîner préfigure ce que wine-dinners veut proposer à des amateurs. Il arrive trop tôt dans le déroulement de la montée en puissance de wine-dinners, car on ne proposera pas de tels vins avant de connaître les goûts et l’expérience des membres. Mais Jean-Luc avait tellement envie de le faire avant que ne s’éteigne l’an 2000 que ce dîner se devait d’être fait.
Un petit bémol toutefois, qui justifie la prudence que nous montrons dans une offre qui se veut croissante : l’un des convives de ce somptueux repas a avoué en début de repas n’avoir jamais bu de Pétrus. Ce n’est évidemment pas un défaut, et il n’est pas question d’être sectaire, mais les puristes comprendront aisément que si le premier Pétrus que l’on boit est Pétrus 1961, l’une des plus belles réussites de cette exceptionnelle propriété, on ne se simplifie pas la tâche pour les dégustations futures. Et de très subtils Pétrus, qui est un vin grand dans les petites années, vont lui paraître difficiles à apprécier.
C’est pour cela que nos dîners seront progressifs. Voici le programme du dîner de Jean-Luc :
Une des dernières folies du XXème siècle

Dîner au Crillon le mercredi 6 décembre 2000

Apéritif Xérès 1840 canapés
Amuse-bouche La Louvière 1900 foie gras d’oie
GCC Graves blanc
Entrée La Tour-Carnet 1900 coquilles Saint-Jacques
4ème GCC St Laurent Médoc aux légumes d’hiver
et truffes
Haut-Bailly 1900
GCC Graves
Entrée Terte d’Augay 1900 turbot rôti et
GC Saint-Émilion carottes confites
au jus de volaille
Mouton-Rothschild 1870
1er GCC Pauillac
Plat Richebourg 1952 gigot d’agneau de sept heures
Domaine de la Romanée Conti à la cuiller
pommes « gueulantes »
Romanée Conti 1962
Domaine de la Romanée Conti
Pétrus 1961
Pomerol
Fromage Coutet 1900 stilton – roquefort
1er GCC Barsac
Dessert Domaine de Pougnon 1900 millefeuille au chocolat,
Bas-Armagnac poires façon Tatin
et …. Surprise

Dîner avec nos judokas champions olympiques lundi, 4 décembre 2000

Lors d’un dîner privé où nous recevions les judokas médaillés des jeux olympiques, bons vivants, gourmets, et talentueux personnages, nous avons servi un Montrachet 1988 Bichot en magnum à l’apéritif, ce qui, sur des gougères permet de révéler des arômes épicés. Un Mouton Rothschild 1975 était encore trop peu ouvert, même s’il a la race d’un grand Mouton, un château Margaux 1950 en magnum ne s’est en fait bien révélé que le lendemain, même s’il avait été débouché à 16 heures, pour être servi après 22 heures, alors qu’un magnum de Lafite Rothschild 1919 a montré une plénitude exceptionnelle. Equilibre, accomplissement, caractère. On était en présence d’un très grand vin. Une expérience rare.
J’ai eu l’occasion de connaître des membres importants de l’équipe de France de judo et de participer à des déjeuners amicaux avec eux. On ne peut pas imaginer leur appétit. Ces sportifs qui éliminent beaucoup ingurgitent beaucoup et de façon spectaculaire. J’ai tenu à les honorer après leurs médailles. Habitués qu’ils sont à de grands dîners protocolaires, on pouvait craindre qu’ils soient blasés. En fait il y a parmi eux de vrais esthètes qui ont apprécié ces vins si rares.

Dîner au Maxence dimanche, 3 décembre 2000

A un autre repas professionnel, j’ai ouvert un flacon de 5 litres d’un excellent Meyney 1979, Saint-Estèphe qui n’a pas la cote qu’il mérite. Et j’ai ouvert aussi un Noble One, Sémillon botrytisé de 1996 d’Australie. Des saveurs incomparables. Beaucoup de Sauternes feraient bien de faire attention à eux. J’ai fait porter un ou deux verres à la table de Pierre Palmade que je ne voulais pas déranger. La cuisine était de David Van Laer, le jeune et talentueux chef du Maxence, qui ira loin, tant il a de dons.

(commentaire de 2005 : la trajectoire de David Van Laer a été interrompue. Il explore d’autres voies. Il a tout pour réussir)

Dîner de l’union des grands crus dimanche, 3 décembre 2000

Dîner de l’union des grands crus
Un dîner organisé à l’Automobile club de France avec le concours de l’Union des grands crus de Bordeaux. Pour environ 300 personnes, et pour un budget individuel moindre, il y a eu un Cheval Blanc 1989 superbe, riche élégant et racé, et un Yquem 1995, « chouchou » d’Alexandre de Lur Saluces, tant il promet d’être bon. La générosité de ces deux châteaux explique cette largesse sans contrepartie financière.

Découverte d’un Calvados inconnu vendredi, 1 décembre 2000

Une dégustation impromptue chez le commissaire priseur ARTUS, avec de vrais experts en vins. Une bouteille indatable, « improposable » a été ouverte. Un calvados, probablement de la fin du siècle dernier, a montré des arômes très différents des saveurs connues. Jeune et puissant, mais avec une palette aromatique large.

Déjeuner au Quincy, le restaurant de Bobosse lundi, 27 novembre 2000

Un autre repas professionnel au Quincy, chez « Bobosse », où j’apporte un château de Tastes, un Sainte Croix du Mont de 1929. Malgré une couleur légèrement brune, et un nez timide à l’ouverture, il apparaît égal à un grand Sauternes, aussi joyeux que les plus grands. J’en ai versé à plusieurs tables autour de moi. La conversation se liait tout d’un coup de table en table, avec le prétexte d’un vin succulent.

Dîner de la Revue du Vin de France mercredi, 15 novembre 2000

Dîner de la Revue du Vin de France
Que d’événements en cette fin d’année. Pour faire connaître wine-dinners.com, je participe à de nombreuses manifestations autour du vin. Ainsi, un dîner organisé par la revue du vin de France. Opération de prestige pour 250 personnes environ. Cuisine de Dutournier, qui est vraiment un grand chef, pour réussir des cuissons quasi parfaites pour tant de monde. Cela rappelle la croisière gastronomique du France (Norway rebaptisé pour la circonstance), où des chefs talentueux ont réalisé l’impossible : faire de la grande cuisine pour un grand nombre. A ce dîner, de nombreux amateurs de vin. Un Chevalier Montrachet de 1992 de chez Bouchard s’est révélé comme le plus charmant vin de cette belle soirée, parmi ceux préparés par Didier Bureau.
La soirée de la Revue du Vin de France avait des cotés bien sympathiques. On avait eu la chance de goûter la Grande Dame de Veuve Clicquot 1990 qui est un champagne superbe. Un des intérêts de cette soirée était la présence de Château Margaux 1986, et j’en avais fait l’argument pour inviter quelqu’un que je voulais honorer. Le vin n’est pas venu, ce qui peut arriver. Quelle tristesse.

quelques photos de promo jeudi, 19 octobre 2000

Dans le Spectacle du Monde n° 47 de février 1966 voici la photo de couverture :

un détail permettra de mieux reconnaître les camarades (merci de me donner les noms pour que je les ajoute)

la promo s’égaie et on reconnait de face Damlamian et à droite sans bicorne Bentz. ce pourrait être d’Allest flou au premier plan

on reconnaît le regretté Griffe, qui était de mon casert

ça c’est moi (ne dites pas que j’ai changé!) et en arrière plan Hamon

A gauche Jean Mitschi, à droite Gérard Trapp

je reconnais Magnischewer qui est de la 60. Qui connait son voisin à gauche ?

un camarade boit du lait chocolaté à côté de son frère sans doute

un cours de mili. Me dire les noms des amis et du militaire

un cours du professeur Jacqué

il y en a au moins un qui suit ! C’est Jean Mitschi.

au plaisir de vous revoir au 50ème rugissant !

(suites …. )

Depuis que nous échangeons des mails pour préparer la célébration des 50 ans de la promotion, le 16 juin 2011, des tas de photos ressurgissent. En voici une de mon casert de la 2ème année :

Trois amis nous ont déjà quittés : Thierry Aubin, Lionel Griffe et Dominique Vautherin. Je trinquerai pour eux le 16/06/11 avec les amis du casert 261.

dîner de réveillon le 31 décembre 1999 vendredi, 31 décembre 1999

Réveillon du 31 décembre 1999
Chez Silke et François Audouze

Petits fours salés :
Champagne Henri Abelé rosé 1948
Champagne Krug Clos du Mesnil 1979
Deux foies gras, l’un rôti, l’autre mi-cuit :
Mâcon-Villages 1978
Langoiran, premières côtes de Bordeaux # 1949
Omelette aux truffes :
Pétrus, Pomerol 1974
La Gaffelière Saint-Emilion 1928
Cantenac-Brown, Margaux 1890
Filet de bœuf en croûte farci au foie gras et purée truffée
Musigny Coron Père et fils 1899 (servi dix minutes avant minuit)
Fromages
Gevrey-Chambertin 1919
Tarte Tatin
Yquem 1893 millésime mythique
Lacrima Christi, vin de Naples # 1805
Lacrima Christi, vin de Naples # 1780
Vin de Chypre « Ferré » # 1845
Café
Cognac Hardy # 1880 et Chartreuse Verte VEP (vieillissement exceptionnellement prolongé)