Dîner de wine-dinners au restaurant Maxence lundi, 10 septembre 2001

Le dîner est né de l’annonce de la venue de Bipin Desai en France, cet américain qui organise les dîners les plus extraordinaires de la planète. C’est lui que j’avais suivi lors de la dégustation des trente plus grands millésimes d’Yquem depuis 1893. La démarche qu’il a choisie est très différente de celle de wine-dinners, aussi il n’y a pas concurrence mais complémentarité. Bipin est l’ami de beaucoup de grands collectionneurs, et le dîner qu’il m’a finalement demandé d’organiser devait regrouper quelques uns de ses amis. J’ai appelé à se joindre à nous un anglais vivant au Japon avec qui j’ai, sur un forum, de passionnants échanges sur le vin. Deux amis ont apporté trois bouteilles, j’ai apporté six flacons, et nous voilà chez David van Laer au Maxence, entre amateurs et collectionneurs de vins anciens.
La table, si joliment préparée dans un salon intime étant composée d’amateurs exigeants qui n’hésitent pas à condamner un vin qu’ils n’aiment pas, ce qui valorise d’autant plus l’approbation de tous quand elle fut, comme ce soir, majoritaire. Pour commencer champagne Salon « S » 1985 sur des cèpes rôtis au foie gras et aux figues, et d’aériennes gougères. Le Salon est si fort, envahissant, puissamment structuré. Mon ami anglais le trouve le plus plaisant de tous les champagnes qu’il a déjà adorés. Le Laville Haut-Brion 1964 avait été choisi pour l’un des hôtes qui est un collectionneur amoureux de Laville. Hélas, il ne le trouva pas à son goût. D’autres furent ennuyés par ces relents de glycol, mais Bipin et moi le trouvions fort à notre goût. Une tempura de langoustines au caramel de soja fut sans doute trop puissante pour le vin. David van Laer, on le verra, fit des prodiges par la suite. La couleur du Laville 64 était merveilleusement belle, de cuivre jaune, et si le coté « pharmaceutique » de l’attaque en bouche est déplaisant, le goût suivant, quand le vin est installé sur la langue paraissait très typé et authentique. La critique est acceptable et fait partie de l’exercice, moindre plaisir pour les uns, satisfaction pour les autres. L’unanimité de la surprise et du plaisir se fit sur le Vouvray sec 1921 de Clovis Lefèvre. Très fumé, astringent comme un vin du Jura, et une profondeur et une longueur en bouche presque indélébiles. Il accompagnait une création de David faite pour la première fois pour nous. Un filet de Saint Pierre à l’étuvée de poireaux et thé fumé, chips de céleri et huile d’argane. L’association parfaite fut applaudie, notamment par Bipin. Il fut décidé de garder la moitié du Vouvray pour le fromage.
Sur un pied de cochon exceptionnel, façon Apicius, aux cèpes, deux vins allaient merveilleusement s’exprimer : Mission Haut-Brion 1975 et Haut-Brion 1928. Des nez très proches, la couleur du 28 paraissant plus jeune, et nul ne pourrait dire que 47 ans séparent ces deux vins. Nous fumes unanimes à les trouver éblouissants. Le Mission 75 en pleine réussite, mais paraissant plus mûr que son age (je fus le plus sensible à cet aspect), et le 28 étonnant d’équilibre. Un vin majestueux. Et une association idéale. Deux vieillissements différents ont rapproché deux vins éblouissants, riches de saveurs de Bordeaux puissants, forts, lourds et surtout capiteux. Le contraste allait être fort avec un Grand Chambertin 1929 Domaine de Sosthène de Gravigny de Jules Régnier. Une couleur de beau rubis, très claire comparée à celles des profonds Bordeaux, qui étaient plus sang de pigeon. Un nez expressif tout en évocation subtile, et ensuite une bouche éblouissante, qui s’est trouvée magnifiée par un fantastique lièvre en compote, aux saveurs viriles. Un grand jour de David van Laer, unanimement reconnu par ceux qui ignoraient encore le Maxence. Le Chambertin 29, que j’avais déjà servi à un dîner de jeunes amateurs fut considéré comme l’événement majeur de cette soirée, ce qui est flatteur quand les juges sont de tels palais, Bipin Desai ayant bu tout ce qui se fait de bon en Bourgogne. Mais ils ont aussi tenu à saluer un vin qu’aucun ne connaissait.
Retour sur le Vouvray 21 qui fut merveilleux avec les chèvres. Pas le moindre signe d’évolution depuis l’ouverture et une solidité à toute épreuve confirmée. C’est sur un Stilton que nous bûmes le château de Fargues 1967. Je n’imaginais pas qu’un Fargues puisse être aussi puissant. Tous les convives ont été surpris. Il est vrai que 1967 est une grande année, mais nous avions tous présent à l’esprit Yquem, tant la ressemblance est grande entre les deux vins, ce qui est un compliment pour Fargues. Il lui manque sans doute l’émotion que procure Yquem, mais il fut apprécié comme un grand Sauternes.
Sur le premier dessert, figues confites au caramel et vin rouge, la transition se fit vers un Maury Doré du Domaine de la Coume du Roy 1925 qui se prêtait ensuite comme il convenait au moelleux au chocolat, si délicieux et fondant. Mais après Fargues, le coté monolithique du goût rétrécissait ce Maury. Titrant 17°, il s’imposait en force, et c’était un peu trop. Il faudrait une autre circonstance pour l’apprécier comme il convient.
Nous avons ouvert un Kummel de Courvoisier d’une bouteille très vieille difficile à dater. Sans doute plus de 50 ans. Ce Kummel, liqueur de 40° à base de cumin était un rite au siècle dernier. Sucré, à l’épice discrète, cet alcool, loin de déclencher la passion d’une Chartreuse, fut une agréable curiosité.
Nous avons abondamment parlé de vins, et il est agréable d’être sur un terrain de culture commune : des années comme 1911 ou 1915, si brillantes, parlent pour chacun de nous.
Bipin Desai partait ensuite organiser un de ses voyages fous de vins rares. Il a aimé cette étape où quatre vins des années « vingt », un 21, un 25, un 28 et un 29 ont permis un voyage dans le temps avec des bouteilles dont aucune n’avait vieilli.

dîner de wine-dinners au Maxence lundi, 10 septembre 2001

Dîner des amis de Bipin Desai au restaurant Maxence le 10 septembre 2001
Bulletin 15

Champagne Salon « S » 1985
Château Laville Haut-Brion 1964
Vouvray 1921 Clovis Lefèvre
Mission Haut-Brion 1975
Château Haut-Brion 1928
Grand-Chambertin 1929 Domaine Jules Régnier, Sosthène de Grévigny
Château de Fargues 1967
Maury la Courme du Roy 1925
Kummel Cusenier

DES VINS DE L’ETE jeudi, 6 septembre 2001

L’été est l’occasion de découvrir des vins différents. Il y a de belles choses en Côtes de Provence, et Rimauresq m’a séduit, particulièrement dans l’année 1990. Un vin qui à l’aveugle donnerait des sueurs à des étiquettes de renom. Oserais-je dire que mis à coté de Mouton 1983, dans le contexte de l’été, il procurait un plus grand plaisir. Mon amour pour Mouton en a souffert, car je suis un fan de Mouton, que j’aimerais voir au firmament en toutes circonstances. Un étonnant Macvin 90, ce mélange si chatoyant de vin jaune non encore formé et de marc du Jura. Il y a un petit goût de ratafia, mais c’est le marc qui domine, donnant ce plaisir fumé et si particulier que n’offrirait jamais une grappa, même de noble extraction. Un Château Chalon 66 m’a de nouveau rassuré sur l’excellence étonnante de ce vin si particulier. Sur un Comté de deux ans, quelle association magique. Que ceux qui n’ont jamais goûté Château Chalon viennent à lui, mais en faisant attention : le premier goût est un choc, une surprise !
L’été a été l’occasion de recevoir le patron d’une entreprise américaine qui vend du fromage sur le Web (José Bové n’écoutez pas !). J’ai cherché des associations avec ses fromages. Un Gewurztraminer André Lorentz SGN (sélection de grains nobles) 1989 très onctueux et liquide, un Bonnes Mares 76 d’un petit producteur, exemple parfait d’un vin qui allie le boisé de barrique avec le fruit rouge le plus juteux. Petit négociant inconnu, mais grand vin. Un Chassagne Montrachet 1947 de chez Charles Viénot était coincé, fatigué, et décevant, mais quel miracle le lendemain. Servi à des amis avec une journée de plus d’oxygénation, il était impossible d’imaginer qu’il n’était pas parfait la veille. Un magistral Banyuls des années 1890 au nez incertain mais au goût puissamment clair riche chaud chaleureux envoûtant a montré la magie qu’il y a dans ces vins de soleil, quand ils ont presque l’âge de Jeanne Calment.

LE SITE DE WINE-DINNERS jeudi, 6 septembre 2001

Le site wine-dinners est de plus en plus visité, avec régulièrement plus de 200 visites par jour, de plus de 10 minutes par visite, ce qui est énorme. Ce sont des amoureux du vin de tous pays, qui viennent voir nos jolies photos. On a même frôlé les mille visites le 30 juillet, avec 961 visites et 2056 pages consultées.

Un article des Echos jeudi, 6 septembre 2001

On revient de vacances. Sur son bureau, une pile de journaux. Les Echos, qu’on ne s’est pas fait envoyer sur le lieu de villégiature (une petite pause sur les Greenspan, Trichet et autres plans sociaux ou tribulations du CAC 40). Les Echos « week-end » du 14 juillet, ça parait obsolète quand on rentre. Mais l’oeil est attiré par un article sur Mas Amiel, cette si délicieuse propriété qui fait des vins magiques. Ce vignoble au grand potentiel fera des merveilles. Il en fait déjà. Je mettrai peut-être les produits du domaine d’Olivier Decelle au centre d’un dîner. Ce serait une bonne manière pour un vin qui a dans le passé été boudé par des amateurs ou restaurateurs un peu oublieux. Et l’équipe d’Olivier Decelle, authentique amoureux, même s’il est aussi investisseur, mérite une reconnaissance ou un encouragement. On feuillette encore, et un nouveau signal attire l’œil : un article sur le champagne Salon que l’on a servi récemment et qui fut tant apprécié. Et là, on découvre des mots aimables sur wine-dinners écrits par Jean Francis Pécresse dont les papiers sont marqués de tant de pertinence, dans une analyse sereine, hors des modes. Quelle joie d’avoir trouvé complètement par hasard cette allusion sympathique à nos dîners. Il nous appelle les « lofteurs » du vin, voulant sans doute dire que lorsque nous sommes ensemble à dîner, nous n’avons plus aucune envie de quitter la pièce où nous nous sommes enfermés !

Dîner de wine-dinners au restaurant Guy Savoy jeudi, 5 juillet 2001

D’abord les vins. J’avais fait une liste de vins alléchante. Au moment de les rassembler, trois vins que je ne retrouve pas. J’ai en effet plusieurs caves, dans des communes distinctes, et j’ai la fâcheuse tendance de ne pas toujours noter les mouvements que je fais. Ce qui crée une irrationalité de plus dans un monde irrationnel. Personne n’y a perdu, car j’ai remplacé le Dom Ruinart 86 par un Mumm Cuvée René Lalou 79, le Petit Village 89 par Nénin 71, et Guiraut 71 par Filhot 75. Comme de plus j’ai ajouté une bouteille, petite sœur de la photo ci-dessus, mais d’un autre producteur, et comme un convive a fait faux bond, chacun a pu boire 1,22 bouteille (soyons précis) au lieu de une. Pas de souci, et j’avais apporté trois autres bouteilles, « pour le cas où ». J’avais apporté les bouteilles au restaurant deux jours et demie avant le dîner, anxieux du transport et de la chaleur. De fait, le Bonnes Mares 1933 a perdu son bouchon qui est tombé dans la bouteille; je m’en suis aperçu à 17 heures le jour du repas. C’est effectivement à ce moment que je suis venu pour décider de l’oxygénation de chaque bouteille. Toni, l’adjoint d’Eric Mancio dont je vanterai abondamment les talents, a été assez étonné que je sois capable de prendre les décisions en sentant seulement le bouchon et le col de la bouteille, sans avoir besoin de boire. Constatations à 17 heures : Mouton superbe et épanoui, on rebouche vite, pour garder cet état de grâce. Nénin réservé alors que je m’attendais à ce qu’il surclasse Mouton. On décide alors qu’il sera décanté à 19 h 30. L’Aloxe Corton : nez superbe, on rebouche. Le Bonnes mares 33, au bouchon tombé et au niveau bas : je sens et je ne vois aucune caractéristique non rattrapable. On rebouche donc, pour une mise en carafe vers 21 h 00. Chambolle Musigny 1926 : une race extrême. On rebouche. Le rebouchage est fait avec des bouchons neufs, sans odeur. Il est juste destiné à arrêter l’oxygénation en cours, qui suit l’ouverture. C’est pour cela que j’évite de boire le vin, pour que la surface du vin dans la bouteille reste proche du col, donc moindre. Je donne ensuite les consignes de température des blancs, et demande que le Puligny soit carafé avant service, du fait de sa couleur somptueuse. Ces consignes changeraient selon les saisons. Tous les bouchons ont été enlevés à 19 h 30, pour que commence l’oxygénation finale avant service. Redoutant que le Bonnes Mares 33 n’ait une faiblesse, je décide d’ouvrir un Gevrey-Chambertin de Labourée Roi 1949, splendide bouteille. Nez immédiatement parfait. Pas de souci non plus. Notre table chez Guy Savoy est une belle table ovale. Comme elle est proche d’un passage de service, il est préférable d’attendre les convives sur le trottoir, où nous formons un rassemblement qui devient bientôt un attroupement. Guy Savoy nous fait servir des petits toasts au foie gras et grains de sel. Une belle façon d’attendre. J’appelle un convive retardataire : il avait mal noté le jour ! Un autre ayant été obligé de prendre un avion à 18 heures pour être au dîner a eu plus d’une heure de retard. Il Faudrait en fait pouvoir se préparer sans hâte et se concentrer sur ce qui va se passer, sans stress.

Nous passons à table avec le Mumm cuvée René Lalou 1979. Champagne très léger, avec une vinosité discrète mais suffisamment profonde, un champagne de joie. Il n’y a pas la présence envoûtante du Salon 1983 d’il y a deux jours, mais au contraire une légèreté subtile. Un champagne de grand agrément. C’est un champagne changeant, car les petits amuse-bouche de Guy Savoy faisaient ressortir chacun un aspect différent du champagne : avec de petites moules, c’était un pur champagne. Avec du Parmesan, le coté vineux réapparaissait. Intéressant de voir comme une saveur change le goût. Champagne de plaisir. Et petits exercices de Guy Savoy, comme le pianiste qui fait ses gammes avant l’attaque. Nous avons commencé le Y d’Yquem 1980 avant le Thon « toutes saveurs » et jus au gingembre. J’avais peur qu’il soit bouchonné, mais j’étais le seul, car ce léger nez a disparu immédiatement, laissant apparaître la magie du domaine : c’est le vin sec qui est comme Yquem, avec ces touches de grappes mûres, cette rondeur qui accompagne un très agréable blanc sec, un des plus agréables du Bordelais. A ce stade, le Y était une merveille, accompagnant ensuite la première bouchée d’un thon merveilleux qui lui a donné la longueur. Mais le Puligny-Montrachet les Referts Louis Latour 1979 est entré en scène. Eric Mancio ne l’aime pas, mais j’ai cru sentir qu’il avait un a priori. Il a su changer d’avis. Ce vin donné à un palais non formé sera jugé dans une pente descendante inintéressante. Alors que carafé, et s’ouvrant encore plus dans le verre, il a laissé découvrir des arômes imprégnants, des saveurs cachées qui se livrent, où tout le beau Chardonnay donne toute sa générosité. Entre le Puligny qu’un palais jugerait passé et le Puligny que nous avons eu la patience de découvrir, il y a un monde de différence. Et il est gratifiant d’attendre. A ce propos, j’avais averti mes convives : on ne juge pas un vin vieux, on essaye de le comprendre. Ce n’est pas à nous de trancher, c’est à nous de l’apprendre. Et cette démarche s’appliquait bien à ce Puligny : il aurait été condamné par de mauvais juges, alors qu’il fut une splendeur gustative. Preuve en est : il était impossible de boire le Y quand on avait goûté au Puligny : le Y paraissait limité, avec des arômes trop peu nombreux par rapport à cette effusion. Ce n’est pas une critique de Y que j’aime énormément, mais Puligny fut tellement grand. La couleur de cuivre doré, les parfums infinis, et cette longueur portée par son acidité intrinsèque. Un grand blanc, au plaisir augmenté parce que certains l’eussent négligé. Autour de nous, Eric Mancio commentait les vins avec un vocabulaire qui me fait pâlir d’envie, il ajoutait des indications sur les choix du chef, pour s’accorder au vin, et Guy Savoy venait sentir si son public – déjà conquis – le suivait dans ce spectacle inoubliable. Le foie gras de canard rôti entier avec ragoût de pommes de terre aux truffes et pruneaux, et rôties à l’ail confit est arrivé avec le Nénin 1971 et le Mouton Rothschild 1975. J’avais pensé – avant de sentir – que l’on commencerait par le Mouton. Je décidai de commencer par Nénin. Car Nénin était moins épanoui que d’habitude, et Mouton plus brillant que d’habitude. J’étais nerveux à chaque vin, espérant qu’il n’y ait pas de problème, mais tout alla bien. Le Nénin, un peu discret, s’est progressivement débridé, très Pomerol, très bon élève, l’enfant sage qui a de bonnes notes, mais ne fera pas de chahut dans la classe. Un bon Pomerol que j’aurais aimé voir exploser plus. Ce fut le rôle de Mouton. Je hais les idées préconçues. Tous ceux à qui j’avais parlé de ce Mouton 75 me disaient qu’il allait être un petit Mouton. Il fut un grand Mouton, avec cette structure qui est la marque des premiers grands crus classés. Suis-je bon public ? A voir la satisfaction des convives, ce vin était grand. Un beau et grand Mouton. Comme le thon avait été conçu pour le Puligny, le canard avait été conçu pour le Mouton. Croquer l’ail confit et boire une gorgée de Mouton ! Qui ne l’a pas fait n’ira pas au paradis. A ce stade, tout allait bien, l’atmosphère se détendait, et j’étais moins stressé, car mes vins étaient bons. J’avais moins de crainte pour les vieux Bourgogne, planète où je me sens à l’aise. Les poulets de Bresse en vessie au fumet de cèpes séchés avec risotto aux abats et cèpes sont arrivés sur un plateau. On aurait dit que Pamela Anderson avait oublié ses attributs, tant les rondeurs explosives des vessies s’affichaient devant nos yeux. Que d’odeurs, que de saveurs à leur crevaison. Ce plat de rêve était accompagné d’un Aloxe Corton Louis Latour 1955, d’un Gevrey-Chambertin Labourée Roi 1949, mon cadeau ajouté à la liste des vins, d’un Bonnes Mares Fernand Grivelet 1933 et d’un Chambolle Musigny Labourée Roi 1926. Quelqu’un fit remarquer que nous avions quatre verres dont chacun représentait une décennie différente. Et j’ajouterais que le chiffre du millésime dans chaque décennie est aussi différent. Le plat était magique, mais si la chair du poulet élevait la qualité des vins, j’ai trouvé que le risotto les freinait au contraire. Guy Savoy a pensé de même. Nous avons bu ces quatre vins religieusement. Eric Mancio nous a commenté ses sensations, a expliqué les accords qui fonctionnaient entre le plat et les vins. Tous étaient grandioses. D’ailleurs, s’amusant à les classer, la diversité des réponses montrait que le choix était possible. Nous avons fait, en jouant, deux choix distincts : le plaisir immédiat ou la plus belle qualité de vin. Pour le plaisir immédiat, c’est entre le 1955 et le 1949 que les votes allaient, sans oublier que certains votaient pour les deux autres. L’unanimité s’est faite, en parlant de race et de classe sur le Chambolle Musigny 1926, vin d’un subtilité extrême. Chacun des vins a développé les caractéristiques de son terroir, mais des points communs sont apparus : des nez profonds, expressifs, chargés de parfums et de velours. En bouche une extrême concentration d’arômes, s’élargissant quand le vin s’oxygénait de plus en plus. Et surtout des longueurs en bouche inconnues pour beaucoup de convives. Des vins riches, solidement charpentés, veloutés, ronds, savoureux en bouche, longs et pénétrants. J’ai trouvé le 55 très chatoyant et généreux, le 49 particulièrement noble et racé. Eric Mancio a comme moi particulièrement apprécié le 33, surtout sans doute parce qu’il avait survécu à ses blessures : niveau bas, et bouchon qui tombe peu avant d’être servi. Le fait qu’il ait gardé sa richesse de structure montre qu’il a une solidité intrinsèque défiant le temps. Eric Mancio y fut sensible. Et le plus beau de tous, exprimant tout l’équilibre que les autres approchaient un peu moins, fait de distinction rare, le Chambolle Musigny 1926 était un plaisir inégalé. Nous avons bu ces vins de quatre décennies avec un intense recueillement, participant à une histoire de la vinification qui mérite le respect. Quatre aspects d’une même vérité qui ne sera plus reproduite, comme on ne fera plus des cathédrales en travaillant cent ans pour les rendre parfaites. Guy Savoy avait fait faire spécialement par son boulanger un pain exotique où l’ananas et l’abricot devraient se mêler étroitement au goût su Sauternes. Avec un Roquefort un peu puissant, le Filhot 1975 est apparu. En paraphrasant le film les « Visiteurs », on pourrait dire : « mon pauvre fillot », car si ce Sauternes est un grand Sauternes, à l’impossible nul n’est tenu. Comment voulez-vous vous placer entre un Chambolle Musigny 1926 de légende et le monstre absolu qu’est Suduiraut 1928 ? Même les plus valeureux ne peuvent pas. Et Filhot est un bon Sauternes. Il fut goûté avec bonheur sur le Roquefort, mais ne pouvait pas laisser les empreintes gustatives des autres vins : trop jeune encore, même si beaucoup de cartes de restaurant se féliciteraient de le proposer. Un abricot fantastique, façon Tatin a accompagné Suduiraut 1928. Mais Suduiraut 1928 n’a pas besoin de soutien. Il se suffit à lui-même. C’est pour cela que nous l’avons longuement dégusté, rejoints par Guy Savoy qui était en fin de service, et pouvait ainsi aimablement bavarder. La jeune femme qui est un « nez » que j’ai citée dans un bulletin précédent était l’une des convives. Entendre Guy Savoy et cette femme échanger des impressions, comparer leur approche est un moment de pédagogie et de bonheur. A ce propos, c’était le jour où une rose au nom de Guy Savoy avait été créée, nous avons été parmi les premiers à l’admirer et à en décortiquer les multiples odeurs, commentées par ce duo improvisé. Guy Savoy et moi sommes des amoureux inconditionnels d’Yquem. Mais il faut reconnaître que Suduiraut 1928 est totalement exceptionnel. Il n’a pas le coté grappe de raisins. Il développe plus une trame de vin. Et c’est une élégance de Sauternes magique. D’abord, ce vin se suffit au nez. On peut passer des heures à s’enivrer de ce parfum. Ensuite, la bouche est envahie de saveurs rares, où tous les ingrédients du monde se retrouvent, dans les fruits, dans les sucres et dans les épices. Mais c’est le « vin » qui me plait le plus. C’est le plus authentique Sauternes qui soit au goût. Et il a une longueur inouïe. Un ami qui me rappelait le lendemain pour évoquer ce moment rare me disait que comme moi, il avait encore le Suduiraut dans la bouche, même douze heures plus tard. Quelques constatations après ce repas magique. D’abord Guy Savoy est un chef créatif, qui a créé ou exhumé des plats pour les marier parfaitement avec les vins. Ensuite, il est bon – si on le peut – que l’on commente les choix. Guy Savoy, dont l’accessibilité est un bonheur rare, et la qualité d’un grand homme, nous a commenté ses choix, ainsi que Eric Mancio, qui avait aussi participé à des décisions. Un sommelier compétent et talentueux est aussi un apport important. Nous avons pu comparer nos analyses, ce qui est passionnant car nos critères et nos approches ne sont pas les mêmes. Chacun y apprend. Et je sens qu’une complicité me lie à Eric Mancio. Autre constatation, que je me fais à moi-même (je ne fais pas fishing for compliments, je me les fais), c’est que le choix de l’ordre des vins est parfait. Et de plus mes vins, même lorsqu’ils sont fatigués ou blessés, renaissent de façon brillante. Une table où tous le niveaux de culture du vin étaient rassemblés, sans que cela crée ni frontière ni gêne. Une ambiance chaleureuse pour tous, et de grands moments d’émotion. J’en cite trois, marquants : la présence de quatre Bourgogne exceptionnels en même temps, le Suduiraut 28, et les commentaires de Guy Savoy. Des convives qui étaient venus avec la petite appréhension de ne pas pouvoir mentalement supporter des changements incessants de vins ont vu qu’ils maîtrisaient parfaitement ces passages et ce voyage. Je conclurai pour ma part en disant avoir été envoûté par la sensibilité croissante de tous les moments intenses de cette soirée, la plus belle des symphonies. Un moment magique chez Laurent, un moment magique chez Guy Savoy. J’ai eu l’immense satisfaction de constater que ce que je propose correspond à un plaisir gustatif extrême, les vins anciens que je choisis étant magnifiés par la cuisine de grands chefs. Le concept est bon. Buvons à sa longue vie.

Dîner de wine-dinners au restaurant de Guy Savoy jeudi, 5 juillet 2001

Dîner de wine-dinners chez Guy Savoy le 5 juillet 2001
Bulletin 13 – livre page 53

Mumm cuvée René Lalou 1979
Y d’Yquem 1980
Puligny-Montrachet les Referts Louis Latour 1979
Château Nénin 1971
Mouton Rothschild 1975
Aloxe Corton Louis Latour 1955
Gevrey Chambertin Labourée Roi 1949
Bonnes Mares Fernand Grivelet 1933
Chambolle Musigny Labourée Roi 1926
Château Filhot 1975
Suduiraut 1928

Thon « toutes saveurs », jus au gingembre
Foie gras de canard rôti entier, ragoût de pommes de terre
aux truffes et pruneaux, rôties à l’ail confit
Volaille de Bresse cuite en vessie au fumet de cèpes séchés, risotto aux abats et cèpes
Roquefort et pain « exotique »
Abricot comme une Tatin

Dîner de wine-dinners au restaurant Laurent mardi, 3 juillet 2001

Un dîner extraordinaire de quatre convives au restaurant Laurent.
Le cadre est somptueux : dîner dans le plus beau jardin de Paris. Philippe Bourguignon est un hôte attentionné qui a veillé à chaque détail. Le chef a fait un travail de talent, chaque mets permettant au vin de briller. Travail de grande subtilité. Et Patrick, sommelier discret et compétent a fait un travail d’ouverture et d’oxygénation des vins de toute grande classe.
Les quatre convives ne se connaissaient pas, et je n’avais jamais ni déjeuné ni dîné avec aucun des trois. Cela faisait très « Madame Desachy », lors de la première rencontre de futurs « fiançables ». Mais à la fin du repas, il nous restait encore tant de choses à nous dire que les cinq heures passées ensemble n’avaient pas épuisées ! Nous nous sommes promis de recommencer ensemble de tels dîners.
Un des convives ayant annoncé son retard (ce qui est à éviter), nous avons bu Deutz 95, « pour attendre ». Il ne fallait pas lutter avec le Salon qui suivait. Il n’y a pas eu de lutte.
Le champagne Salon « S » 1983 est apparu comme un champagne de très haut raffinement. Un nez envoûtant, une bulle légère, un parfum rare. En bouche une puissance, une concentration, un caractère vineux, un peu fumé, mais pénétrant. Tout cela fait un grand champagne, de la lignée des Krug Clos du Mesnil, c’est à dire le plus haut niveau. Mariage parfait avec une gelée de tourteaux à l’infusion d’herbes, le plat se complétant si bien avec ce champagne puissant.
Nous avons bu le Montrachet 1945 de Roland Thévenin sans attendre le turbot rôti au four accompagné de macaronis farcis aux girolles. Ce fut une erreur. La couleur du Montrachet : ambrée, dorée, cuivre. Un des convives aurait aimé que l’on carafe, juste pour avoir la beauté de la couleur. Mais avec la chaleur ambiante, il ne fallait pas. Avant le plat : explosion aromatique en bouche, superbe nez intense, puis, une extinction des saveurs en bouche un peu rapide. C’est pourquoi il fallait attendre : avec le turbot, le vin reprenait toute sa longueur. Le Montrachet exprimait ce qu’il est : une bombe d’arômes de toutes les dimensions de fruits, d’épices et de toutes saveurs. Ce fut la bonne preuve que vin et mets doivent se déguster ensemble. Et la sauce du turbot était une merveille de discrétion mais support indispensable du goût.
Sur la rouelle de jarret de veau de lait mitonnée aux jeunes légumes, de tendreté exemplaire, est apparu le Haut-Brion 1945, bouteille splendide. Le bouchon, un peu rétreint à la base était parfaitement hermétique au sommet, ce qui fait que le nez à l’ouverture à 17 heures était parfait. Rebouché juste après ouverture, il fut ouvert au moment du plat. J’avais prévu en cas de problème d’ouvrir un Haut-Brion 23 que j’avais apporté. Il n’en fut pas besoin.
Quel vin grandiose ! Un raffinement extrême, un nez profond, une structure en bouche d’extrême complexité, avec des allusions à des saveurs riches épanouies, jeunes, envoûtantes, prenantes. Ce n’est que plus tard que j’ai reconnu Haut-Brion, tant j’analysais la complexité de ce vin chaleureux, racé, grandiose.
Puis nous avons ouvert une cuvée spéciale (cent bouteilles numérotées) de château Musar 1964, vin du Liban. Le convive qui l’avait apporté le disait l’égal de Margaux 61. J’aurais mis cela sur le compte du chauvinisme, mais ce vin est apparu grandiose. Un nez qui pour moi est strictement celui de Margaux 37. En bouche, un goût de Margaux. Et le fait qu’on puisse le trouver si bon après Haut-Brion 45 – même si évidemment on en est loin – montre que c’est un vin de grande classe. La confirmation de l’analogie nous est venue ensuite de façon évidente.
Un autre convive avait apporté à boire à l’aveugle une demie bouteille de château Margaux 1900. Quel cadeau ! Et le nez de ce vin à l’aveugle était vraiment le même que celui du Musar, confirmant que nous n’exagérions pas dans l’assimilation. Le Margaux 1900 est apparu noble, grandiose, mais tout en subtilité contenue. Par rapport aux deux Margaux 1900 que j’ai déjà bus, on aurait dit qu’un peu de poussière masquait le coté flamboyant habituel de ce vin. Il y avait toutes les caractéristiques, mais pas le panache explosif de ce vin. Peut-être l’effet d’une ouverture tardive. Mais la valeur était là.
Sur ces vins, un peu de comté vieux et délicieux, mais Musar et Margaux se burent sans besoin de plat.
Puis sur un petit bout de Roquefort et sur deux desserts, macaron vanille fraise des bois puis crème brûlée à la cassonade, sa majesté Yquem est apparue. J’avais prévu d’ouvrir un Yquem 1908 assez fatigué, parce qu’il faut le boire, et pour compenser, d’ouvrir aussi Romanée 1929 qui est une légende. Pour le cas où ce choix eut été contesté, j’avais pris aussi une Yquem 1908 parfaite. Un convive ayant préféré la belle Yquem 1908, c’est ce que nous avons bu. Une couleur orangée blonde et brune, comme un flash de lumière. Un nez sucré épicé, parfumé, de ces parfums capiteux. Et en bouche, la beauté si caractéristique d’Yquem : ce goût de grains de raisin que l’on croque, cette présence sirupeuse si particulière. Un vin envoûtant, avec une longueur en bouche extrême, que l’on compterait en heures. Le mariage avec les desserts est bon, mais Yquem écrase tous les desserts par sa présence imposante.
Que dire de ce dîner : un cadre prestigieux, le travail d’une équipe attentionnée, une tablée d’inconnus devenus des amis par la magie du vin, un menu raffiné choisi pour mettre en valeur les vins, la preuve renouvelée que mes vins étaient bien conservés, des vins qui représentent des moments uniques, comme le Haut-Brion 45, le Yquem 1908 qui sont des témoignages de la magie de la vigne quand elle a le terroir et l’amour de propriétaires exigeants….. Et l’envie impérieuse de vite recommencer de tels moments de rêve.