26ème séance de l’académie des vins anciens au restaurant Macéo samedi, 21 mai 2016

La 26ème séance de l’académie des vins anciens se tient au restaurant Macéo où nous avons nos habitudes. Nous serons ce soir 31 et nous nous partagerons 51 bouteilles ce qui fait beaucoup car des académiciens ont été très généreux et j’ai moi-même fourni 17 bouteilles. Ce qui est plaisant, et démontre tout particulièrement l’intérêt de l’académie, c’est qu’il y a 32 millésimes : 1900 #, 1911, 1925, 1929, 1931, 1934 (2), 1936, 1937 (2), 1938, 1939, 1940 #, 1943, 1945 (2), 1946, 1947, 1948, 1953, 1955, 1956, 1957, 1959 (3), 1960 # (4), 1961 (4), 1962 (2), 1962 #, 1963, 1964, 1965 #, 1969 (4), 1970, 1976 (3), 1985, 1990, 1994, 1996. C’est donc une réunion très éclectique.

Les vins affectés au trois groupes de convives, dans l’ordre du service sont :

Les vins de la Table 1 : Champagne Bertrand Devavry des années 60 – Champagne Pommery années 1960 # – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Champagne Legras & Haas magnum 1990 – Muscat d’Alsace Klipfel 1959 – Vin de l’Etoile J Vandel 1959 – St Magdalena Kellereigenossenschaft Gries-Bozen 1969 – Château Lanessan Haut-Médoc 1911 – Château La Rose Anseillan contigu Lafite Pauillac 1934 – Vosne-Romanée Champy 1962 – Vosne-Romanée Champy 1957 – Beaune 1er cru Hospices de Beaune Cuvée des dames hospitalières Morin Père et Fils 1929 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1956 – Chateauneuf Du Pape Chapoutier 1961 – Sidi Brahim Vigna rouge Algérie 1945 – Château Pernaud Haut Barsac 1948 – Taylor’s Port Scion Very Old from prephylloxerix era # 1900.

Les vins de la Table 2 : Champagne Pommery années 1960 # – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Champagne Cristal Roederer 1994 – Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes Jacques Saumaize 1996 – Château La Gurgue Margaux 1963 – Château Pedesclaux 1937 – Château Beychevelle 1961 – Château Pichon Longueville Baron de Longueville 1961 – Château Canon-la-Gaffelière 1959 – Château Mouton Rothschild 1985 – Pommard A. Rossigneux & Fils 1937 – Chateau de Mille Rhône rouge 1964 – Château Couhins Graves Supérieures blanc 1947 – Château Mayne Bert Haut Barsac 1939 – Château Doisy-Daëne 1953.

Les vins de la Table 3 : Champagne Pommery années 1960 # – Champagne Pommery années 1960 # – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Bordeaux blanc Domaine Bel-Air (Bordeaux Saint-Macaire) 1961 – Muscadet 1962 – Tokay d’Alsace René Neymé 1945 – Sillery rouge de Pommery 1946 – Château D’Arsac Latrille 1925 – Château Pavie Macquin 1936 – Château Pape Clément 1970 – Chambertin Ph. Bouchard 1938 – Chambolle-Musigny Pasquier-Desvignes 1934 – Les Grands Vins de Mascara Les Hauts Plateaux Algérie années 40 – Barsac Sauternes 1931 – Monbazillac Château de Monbazillac 1955 – Manor Vin doux naturel Grand Roussillon début des années 60.

A 16 heures je viens ouvrir les bouteilles, très rapidement rejoint par un ami qui apporte encore des bouteilles au-delà de ses apports, dont une bouteille destinée à soutenir le moral des travailleurs, un Champagne Bertrand Devavry des années 60. Il est manifestement fatigué, un peu amer, mais le temps va jouer un rôle très positif, le rendant presque aimable. Le Richebourg du domaine de la Romanée Conti 1956 a, comme souvent, le haut du bouchon qui sent la terre. Généralement cela ne se ressent pas dans le vin, l’odeur étant attachée à la seule partie haute, mais ici, le vin lui-même sent la poussière et la terre. Que se passera-t-il, nous verrons. D’autres amis arrivent pendant que j’officie, certains m’aident d’autres préfèrent bavarder. Il n’y a pratiquement aucun bouchon posant des problèmes insolubles. Nous sommes prêts à temps.

Parmi les 31 convives il y a huit élèves de l’école Cordon Bleu, de toutes origines, Chine, Hong-Kong, Corée, Etats-Unis, France, à qui j’ai facilité l’inscription. Il mettront un air frais de jeunesse particulièrement plaisant.

D’un récent achat de quelques bouteilles de Champagne Pommery années 1960 # j’ai extrait quatre flacons pour l’apéritif. Les bouteilles sont différentes mais toutes agréables à boire. La bulle est faible mais le pétillant est présent. Ce qui est agréable avec ces champagnes anciens c’est qu’ils ont de la rondeur et que le dosage s’est atténué, donnant de la fraîcheur à la dégustation.

Nous poursuivons avec un Champagne Legras & Haas magnum 1990. Au premier contact, c’est rude pour ce 1990 qui, après ces champagnes doux, fait plus viril et montre des aspérités. Il faut attendre un peu et après une approche un peu pataude, le champagne se civilise et devient plus séduisant. Il est manifestement gastronomique.

Le menu préparé par Anne, la cuisinière chef du restaurant est : tartare de gambas, mélange d’agrumes et gingembre, chips d’échalote / terrine de pintade aux pistaches et abricots, petits légumes / filet de bar de ligne, choux pointus juste saisis / magrets de canards de madame Burgaud, pommes de terre nouvelles confites / fromages apportés par les académiciens / gelée d’agrumes au thym / parfait glacé au chocolat.

Tout le monde a fait compliment de cette cuisine élégante, raffinée, d’une très belle exécution. Seuls les choux juste saisis avaient un peu de mal à cohabiter avec les vins. La cuisine montre un saut qualitatif certain.

Pour les deux Ayala servis à table j’ai fourni de chaque année un flacon par table. Le Champagne Ayala 1/2 bt 1976 est une très heureuse surprise. L’âge va bien à ce champagne qui se présente avec un beau capital de séduction. Mais le Champagne Ayala 1/2 bt 1969 lui est dix fois supérieur. Il y a un charme dans ce 1969 qui est exceptionnel de rondeur et de joie. Et ce qui me fait plaisir c’est que le 1969 met en valeur le champagne Legras 1990 dont la virilité guerrière s’est adoucie.

L’ami qui m’avait proposé plusieurs blancs secs avait été étonné que je choisisse le Muscat d’Alsace Klipfel 1959. Il comprend mieux mon choix (j’ai eu de la chance), car son vin, au goût peu familier, est extrêmement profond, goûteux, et gastronomique. Il a une ampleur en bouche, une belle acidité et une complexité qui nous ravissent.

Le St Magdalena Kellereigenossenschaft Gries-Bozen rouge 1969 est un vin ajouté à la dernière minute par un ami généreux. Est-il allemand ou autrichien, on ne sait pas mais en fait il est italien ! Quel cépage, là aussi très difficile à dire. C’est un vin simple, un peu plat, mais qui passe sans histoire.

Le Château Lanessan Haut-Médoc 1911 a été reconditionné et son niveau dans le goulot a poussé l’académicien apporteur du vin à demander au château comment s’est fait le reconditionnement. On lui a affirmé que l’ajoute a été faite avec du 1911. Le goût extraordinairement agréable de fraises cuites signe un vin très ancien. Mais la fraîcheur en bouche et la vibration du vin me font penser, sans que je puisse le jurer, qu’il n’y a pas que du 1911 dans ce vin. Il est magnifique, vibrant, d’une couleur sang de pigeon de belle jeunesse mais cela arrive avec des vins de cette période. La cohérence du vin prêcherait pour une intégrité totale en vin de 1911. C’est un grand vin.

Le Château La Rose Anseillan contigu Lafite Pauillac 1934 n’a pas la même noblesse que le 1911 mais il est très agréable. Il tient bien sa place et confirme la solidité particulière de 1934 année carrée.

Nos amis belges présents ont eu bien des déboires avec la livraison de leurs vins. Au lieu d’un 1964 et d’un 1959, nous aurons un Vosne-Romanée Champy 1962 et un Vosne-Romanée Champy 1957. Ce sont deux vins résolument bourguignons, sans concession et j’adore. Le 1962 se boit bien, avec une belle râpe, mais il est totalement effacé par le 1957 brillantissime. On a tout le discours paysan de la Bourgogne dans ce vin authentique, qui ne veut pas plaire mais plait justement pour cela. Un peu rêche, je l’adore.

On ne dira jamais assez à quel point l’année 1929 est exceptionnelle. Le Beaune 1er cru Hospices de Beaune Cuvée des dames hospitalières Morin Père et Fils 1929 est d’un accomplissement serein qu’on aurait du mal à imaginer si l’on n’a pas le verre en main. Il y a du George Clooney, du Jean Gabin, du spencer Tracy dans ce vin car on est surpris qu’il joue aussi juste et aussi facilement. Je me régale. Il n’a pas toute la vivacité qu’il a pu avoir quelques années auparavant mais sa sérénité en fait un vin précieux.

Le vin sait être miraculeux et j’aime quand il me surprend. Le Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1956 n’a plus la moindre trace de terre ou de poussière et c’est un phénomène que j’ai souvent constaté, celui de la disparition totale d’un défaut décelé à l’ouverture. On a maintenant un vrai vin de Bourgogne, tellement caractéristique des vins du domaine de la Romanée Conti avec ce goût salin si caractéristique. Il est frêle comme l’année 1956 mais il est raffiné et délicat. Si la rose peut être reconnue, c’est plus dans l’imaginaire que dans la réalité. Ce vin est plein de grâce romantique, mais sait aussi être un vin gourmand.

Sérénité, solidité, velours sont les caractéristiques du Châteauneuf Du Pape Les Grandes Serres Chapoutier 1961 qui est à un stade de pure excellence. Facile à comprendre, lisible, il est riche mais accueillant. C’est un vin de plaisir.

L’ami qui a apporté ce Sidi Brahim Vigna rouge Algérie 1945 « vin fin vieux » l’a acheté car il connaît mon amour pour les vins d’Algérie, riches, opulents, mais en même temps très vifs. Il titre 14°, ce qui à l’époque était très élevé. Ce vin accompli me plait beaucoup, avec ses saveurs lourdes et lascives, adoucies par l’âge. Suis-je influencé par le fait que mon père a passé cinq années au cœur du Sahara au Tassili n’Ajjer ? C’est sûr, même si c’est longtemps avant ma naissance, mais une autre raison est qu’il y a trente ans, lors de dégustations à l’aveugle, des vins algériens mêlés à des bourgognes recueillaient souvent nos faveurs et nous en jouions.

Un autre ami, placé à une autre table, a aussi acheté un vin algérien en pensant à mes goûts et l’a rajouté au programme de sa table, mais me le fait goûter. Le vin Les Grands Vins de Mascara Les Hauts Plateaux Algérie années 40, mon ami ne lui faisait lui-même aucune confiance, alors qu’il est superbe, meilleur même que le Sidi Brahim avec ce goût caractéristique de café qui le rend charmeur. Un vrai bonheur.

Le Vin de l’Etoile J Vandel 1959 est un vin dont je suis inconditionnel. Bu sur du Comté apporté par un ami, c’est d’un classicisme assumé mais qui touche la cible en plein cœur. Il n’a pas une puissance extrême, il est fluide, facile, mais pénétrant.

Le Château Pernaud Haut Barsac 1948 est un liquoreux frais, assez léger mais de grand plaisir avec des agrumes assez bien dessinés.

Le Taylor’s Port Scion Very Old from prephylloxerix era # 1900 apporté par une académicienne se présente dans une très jolie carafe en cristal. Si l’on peut imaginer que le vin provient de vignes préphylloxériques, le vin lui-même n’a pas l’âge de ces vignes. Au goût puisqu’il n’y a pratiquement aucune indication, je pense que le porto n’a pas plus de cinquante ans. Il est fort agréable, noble, de grande précision mais trop jeune pour avoir plus de cent ans.

Des amis d’autres tables m’ont apporté en cours de route quelques vins pour me les faire goûter. Le Sillery rouge de Pommery 1946 est une belle surprise. Je n’attendais pas tant de corps, de présence et aussi de rondeur dans ce vin rouge. Il est plus que plaisant.

Le Manor Vin doux naturel Grand Roussillon début des années 60 est un vin simple mais tellement généreux, joyeux et juteux qu’il se boirait sans fin. Ces vins simples sont porteurs de plaisirs naturels. Faciles à trouver à des prix bas, ils apportent de la joie par brassées.

Faire un classement n’est pas chose aisée et je le fais à travers le prisme de mes goûts. Je vais m’y risquer : 1 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1956, 2 – Châteauneuf Du Pape Chapoutier 1961, 3 – Château Lanessan Haut-Médoc 1911, 4 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969, 5 – Les Grands Vins de Mascara Les Hauts Plateaux Algérie années 40, 6 – Beaune 1er cru Hospices de Beaune Cuvée des dames hospitalières Morin Père et Fils 1929. Quasiment tous les vins avaient beaucoup de choses à dire.

La qualité générale des vins de cette séance de l’académie des vins anciens a été excellente. Voir les jeunes de tous pays découvrir des vins dont ils n’imaginaient pas qu’ils soient buvables est une grande satisfaction. L’ambiance a été enjouée. Ce fut une belle séance de l’académie des vins anciens.

Les vins du Groupe 1

Champagne Bertrand Devavry des années 60

DSC06347 DSC06348

Champagne Pommery années  1960 #

DSC06349 DSC06350

Champagne Ayala 1/2 bt 1976

DSC06354 DSC06355

Champagne Ayala 1/2 bt 1969

DSC06351 DSC06352

Champagne Legras & Haas magnum 1990

DSC06485 DSC06487

Muscat d’Alsace Klipfel 1959

DSC06357 DSC06356 DSC06359

Vin de l’Etoile J Vandel 1959

DSC06360 DSC06361

St Magdalena Kellereigenossenschaft Gries-Bozen 1969

DSC06561 DSC06562

Château Lanessan Haut-Médoc 1911

DSC06362 DSC06364DSC06571

Château La Rose Anseillan contigu Lafite Pauillac 1934

DSC06365 DSC06366 DSC06367 DSC06368

Vosne-Romanée Champy 1962

DSC06580 DSC06579

Vosne-Romanée Champy 1957

DSC06582 DSC06583

Beaune 1er cru Hospices de Beaune Cuvée des dames hospitalières  Morin Père et Fils 1929

DSC06369 DSC06371 DSC06372 DSC06373

Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1956

DSC06374 DSC06376

Chateauneuf Du Pape Chapoutier 1961

DSC06378 DSC06379 DSC06381

Sidi Brahim Vigna rouge Algérie 1945

DSC06383 DSC06385 DSC06573

Château Pernaud Haut Barsac 1948

DSC06387 DSC06389

Taylor’s Port Scion Very Old from prephylloxerix era # 1900 (sans photo)

Photo du groupe 1 mais incomplet certains vins non encore arrivés

DSC06344

photo du groupe 1 au Macéo avec les autres groupes en arrière-plan

DSC06568

Les vins du Groupe 2

Champagne Pommery années  1960 #

DSC06393 DSC06394

Champagne Ayala 1/2 bt 1976

DSC06395DSC06396

Champagne Ayala 1/2 bt 1969

DSC06398 DSC06399

Champagne Cristal Roederer 1994

DSC06403 DSC06404

Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes Jacques Saumaize 1996

DSC06577 DSC06578

Château La Gurgue Margaux 1963

DSC06411 DSC06413

Château Pedesclaux 1937

DSC06409 DSC06410

Château Beychevelle 1961

DSC06423 DSC06416

Château Pichon Longueville Baron de Longueville 1961

DSC06417

Château Canon-la-Gaffelière 1959

Château Mouton Rothschild 1985

DSC06424 DSC06425 DSC06428

Pommard A. Rossigneux & Fils 1937

DSC06429 DSC06430 DSC06432

Chateau de Mille Rhône rouge 1964

DSC06434 DSC06436 DSC06437

Château Couhins Graves Supérieures blanc 1947

DSC06405 DSC06407DSC06569

Château Mayne Bert Haut Barsac 1939

DSC06438 DSC06441

Château Doisy-Daëne 1953

DSC06442

vins du groupe 2

DSC06392

photo du groupe 2 au Macéo avec le groupe 3 en arrière-plan

DSC06566

Les vins du Groupe 3

Champagne Pommery années  1960 # / Champagne Pommery années  1960 #

DSC06447 DSC06448

Champagne Ayala 1/2 bt 1976

DSC06450 DSC06452

Champagne Ayala 1/2 bt 1969

DSC06453 DSC06456

Bordeaux blanc Domaine Bel-Air (Bordeaux Saint-Macaire) 1961

DSC06457

Muscadet Sèvre et Maine André Vinet 1962

DSC06460 DSC06462

Tokay d’Alsace René Neymé 1945

DSC06500 DSC06498 DSC06496

Sillery de Pommery de 1946

2016-05-17 13.41.46

Château d’Arsac Latrille 1925

DSC06464 DSC06465

Château Pavie Macquin 1936

DSC064942016-05-17 13.42.32

Château Pape Clément 1970

DSC06466 DSC06468

Chambertin Ph. Bouchard 1938

DSC06470 DSC06472

Chambolle-musigny Pasquier-Desvignes 1934

DSC06474 DSC06476

Les Grands Vins de Mascara Les Hauts Plateaux Algérie années 40

DSC06558 DSC06559

Barsac Sauternes 1931

DSC06477 DSC06481

Monbazillac Château de Monbazillac 1955

DSC06484 DSC06482

Manor Vin doux naturel Grand Roussillon » début des années 60

DSC06554DSC06572

vins du groupe 3 (certains vins non arrivés)

DSC06446

DSC06553

les bouchons

DSC06584 DSC06585 DSC06586 DSC06589

les plats

DSC06590 DSC06592 DSC06593 DSC06595

menu Macéo 160519 001

galerie 1690 dimanche, 15 mai 2016

DSC09994

datée autour de 1680 – 1700 du fait de la forme du flacon utilisée sur cette courte période, nous avons choisi 1690.

Bue en partie à Rennes avec un amateur de vin elle a été apportée au domaine de la Romanée Conti pour que des chercheurs de l’université de Dijon prélèvent quelques cm3 pour analyse.

Elle figurera dans le projet d’un dîner avec des vins de plus de 150 ans.

Dîner au restaurant Passage 53 mercredi, 11 mai 2016

Dîner au restaurant Passage 53. Le propriétaire du restaurant, Guillaume Guedj, nous accueille avec un large sourire dans la jolie petite salle toute décorée de blanc. La carte des vins est engageante. Il y a beaucoup de grands vins et les prix sont attractifs. Voici une carte qui ne demande qu’à être explorée car on peut y trouver de bonnes pioches.

Le menu est imposé et n’offre qu’un ajout possible qui est celui du caviar : brocolis en velouté, mousse et fleur de brocolis / caviar de Sologne, gnocchi, mascarpone et noisettes / langoustines, Combu en crème et gelée, radis croquants / asperges blanches, crème carbonara / turbot, asperges sauvage et sauce aux palourdes / granité pamplemousse et tomate / asperges vertes, ail des ours, œuf mollet et tranche de Cecina de Leon / veau de lait, morilles et sauce au vin jaune, fèves / agneau de Lozère, courgettes et Burrata / citron en crème, panna cotta et sorbet / fraises et glace au laurier / pommes rôties, fraîches et mousse de pomme.

Le menu est très bien composé. Le portions sont bien calibrées, ni trop ni trop peu abondantes. Plusieurs plats sont du niveau de deux étoiles Michelin, les plus beaux étant le veau de lait et sa sauce vin jaune et les asperges vertes au délicieux Cecina de Leon. Tout est intelligent raffiné et gourmand.

Pour accompagner ce programme qui n’est pas annoncé lorsqu’on se met à table, j’ai choisi le Champagne Substance Jacques Selosse dégorgé en 2015. Guillaume Guedj nous signale qu’à une autre table un couple d’américains ont commandé le même champagne. Nous discuterons avec eux en fin de repas et découvrirons de nombreuses amitiés communes dans le monde du vin.

Le champagne au premier contact est très floral et romantique. Il est complexe et décline des saveurs de printemps. A chaque plat, il va offrir une facette différente de sa personnalité. Il est vif sur le caviar, très à son aise. Il est très doux sur la langoustine crue, iodé sur le turbot et royal sur les viandes pour montrer ses belles complexités. C’est le champagne idéal pour ce type de dîners aux très nombreuses pistes explorées. Il arrive même à rester présent sur des desserts aux goûts très forts.

Ce repas au Passage 53 fut un grand moment.

DSC06327 DSC06328 DSC06329

2016-05-10 21.22.15 2016-05-10 21.48.30

DSC06331 DSC06334

DSC06336 DSC06337

DSC06339 DSC06340 DSC06341

Dîner dans ma maison du sud dimanche, 8 mai 2016

Dans notre maison du sud, nous invitons des amis. A 16 heures, j’ouvre les vins prévus. Le vin de Grange des Pères rouge 1995 a un nez d’un raffinement rare. Je pressens une élégance particulière de ce vin qui contraste avec les millésimes récents que je trouve trop sauvages.

Le Rimauresq 1992 rouge est totalement différent. Il sent la garrigue et les olives noires. On est en plein dans le sud avec de tels parfums. Le Château Climens 1990 a un nez triomphant. C’est comme une supernova qui éclaterait dans les narines. Le Corton Charlemagne Bouchard 2008 a un parfum riche et complexe. Tout se présente bien. Tant mieux.

Le menu préparé par ma femme est : gougères, chiffonnade de jambon, olives, pour l’apéritif, coquilles Saint-Jacques et feuilles d’huître / coraux des coquilles / suprêmes de pigeon et petites pommes de terre rondes / stilton et autres fromages / crème caramel et chocolat / madeleines au miel de châtaigner.

Le Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs 1996 est un champagne épanoui et serein, de bel équilibre. « Ça c’est du champagne » pourrait-on dire. Il est facile à vivre, au message lisible, frais et gourmand.

Le Champagne Salon 1996 se situe un une autre hauteur. Il m’évoque des fleurs blanches et des fruits blancs. Il est beaucoup plus romantique que vineux. Il est racé, vif, et sérieux. On l’aimerait un tout petit peu plus canaille, mais c’est un grand champagne. C’est le Henriot qui s’accommode le mieux des grignotages d’apéritif.

Le Corton-Charlemagne Bouchard Père & Fils 2008 a un nez ample. Le vin opulent est d’une grande complexité. Il a des notes de fruits jaunes divers et aussi des notes iodées. Sa richesse d’évocation est extrême. C’est un Fregoli qui change de facettes à chaque gorgée. Il est très adapté aux coquilles que les petites feuilles d’huîtres rafraîchissent, trouvant un autre écho sur l’iode du vin.

Les amis sont intrigués de voir que je sers deux vins rouges pour accompagner les coraux des coquilles Saint-Jacques et s’aperçoivent avec bonheur que cela marche merveilleusement.

Le Domaine de la Grange des Pères Vin de pays de l’Hérault rouge 1995 a toujours le parfum raffiné qui m’avait plu à l’ouverture du vin. L’attaque du vin est belle, le vin est frais, au beau fruit rouge clair. Le message est très lisible car le vin est franc, joyeux, direct. Il est gouleyant, fluide et je lui trouve un petit manque de matière. Il n’est pas fluet mais j’aurais aimé une trame plus dense que promettait le nez. Son caractère de velours est très plaisant.

A côté de lui, le Rimauresq Côtes de Provence rouge 1992 est d’un accomplissement total. Plus typé, plus rustique, il est d’un équilibre rare, plus frappant que celui du vin de l’Hérault. Il est garrigue, olive noire et s’inscrit dans la définition du vin de Provence épanoui. J’ai l’impression que ce 1992 est au sommet de son art, d’un équilibre absolu et n’ira pas plus loin, alors que le Grange des Pères a de l’avenir devant lui et va s’améliorer avec le temps.

Les deux vins sont de haut niveau. Le 1992 a plus brillé sur les coraux alors que le 1995 a beaucoup plus vibré sur le pigeon. Un indice que les deux vins étaient bons, c’est que les bouteilles sont rapidement vides, ce qui me conduit à ouvrir un autre vin.

Avec le Vega Sicilia Unico 1989 on monte de plusieurs étages. J’aime le 1989 de ce vin qui est à la fois puissant et frais. Ouvert seulement maintenant nous vivons son éclosion. Je sens à la fois des notes de café et des traces de menthe dans le finale qui signent sa fraîcheur. C’est un vin exceptionnel de race et d’expression.

Le Château Climens Haut-Barsac 1990 est bu sur du stilton. L’accord est naturel et pertinent. Le vin est d’une richesse extrême. On sait qu’il va se complexifier avec l’âge mais il montre un accomplissement certain à cet âge. Il est riche, gourmand, de fruits oranges et gorgés de soleil. Sa puissance est extrême. Il est ample, au finale très long.

Ma femme ayant fait une crème au caramel et chocolat, je vais chercher un Quinta do Noval Colheita Porto 1964 en demi-bouteille. Malgré son âge, ce Porto est d’une jeunesse remarquable. Il n’y a aucune suggestion de vieux porto. Le vin est lourd mais frais, l’accord est divin.

Ma femme s’est surpassée pour les coquilles et le pigeon. Ce repas dans le sud est une grande réussite.

2016-05-07 20.12.25

2016-05-07 19.45.54

2016-05-08 08.14.17

2016-05-07 16.13.36 2016-05-07 16.13.42 2016-05-07 16.17.31

2016-05-07 16.23.48 2016-05-07 16.27.48

2016-05-07 16.30.47 2016-05-07 16.31.44 2016-05-07 16.32.23

2016-05-07 23.14.57

2016-05-07 16.19.12 2016-05-07 16.22.18

2016-05-08 00.43.02

2016-05-07 16.33.48

2016-05-08 08.14.44

2016-05-07 21.31.26 2016-05-07 21.50.49 2016-05-07 22.24.57

situation des vins pour l’académie des vins anciens du 19 mai lundi, 2 mai 2016

Tous les vins ne sont pas encore annoncés, mais nous avons déjà un joli programme.

Voici les 48 vins déjà annoncés, classés par ordre d’âge :

Taylor’s Port Scion Very Old from prephylloxerix era # 1900 – Château Lanessan Haut-Médoc 1911 – Château D’Arsac Latrille 1925 – Beaune 1er cru Hospices de Beaune Cuvée des dames hospitalières  Morin Père et Fils 1929 – Barsac Sauternes 1931 – Gevrey-Chambertin Thomas Bassot 1933 – Château La Rose Anseillan contigu Lafite Pauillac 1934 – Chambolle-musigny Pasquier-Desvignes 1934 – Château Pavie Macquin 1936 – Pommard A. Rossigneux & Fils 1937 – Château Pedesclaux 1937 – Château Mayne Bert Haut Barsac 1939 – Bouzy de Pommery de 1942/1943 – Sidi Brahim rouge Algérie 1945 – Tokay d’Alsace René Neymé 1945 – Château Couhins Graves Supérieures blanc 1947 – Château Pernaud Haut Barsac 1948 – Château Doisy-Daëne 1953 – Monbazillac Château de Monbazillac 1955 – Richebourg Domaine de la Romanée Conti 1956 – Muscat d’Alsace (domaine inconnu) 1959 – Vin de l’Etoile J Vandel 1959 – Château Canon-la-Gaffelière 1959 – Vosne-Romanée Champy 1959 – Champagne Pommery années  1960 # – Champagne Pommery années  1960 # – Champagne Pommery années  1960 # – Champagne Pommery années  1960 # – Château Pichon Longueville Baron de Longueville 1961 – Chateauneuf Du Pape Chapoutier 1961 – Bordeaux blanc Domaine Bel-Air (Bordeaux Saint-Macaire) 1961 – Château Beychevelle 1961 – Muscadet 1962 – Grand Roussillon » début des années 60  – Château La Gurgue Margaux 1963 – Vosne-Romanée Champy 1964 – Chateau de Mille Rhône rouge 1964 – Champagne Bertrand Devavry des années 60 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Champagne Ayala 1/2 bt 1969 – Château Pape Clément 1970 – Nebbiolo Alessandria Piemonte 1974 – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Champagne Ayala 1/2 bt 1976 – Château Mouton Rothschild 1985 – Champagne Legras & Haas magnum 1990 – Champagne Cristal Roederer 1994

Pour tous les inscrits et ceux qui veulent s’inscrire, pensez aux dates limites : photos 5 mai / vin livré 10 mai / paiement 12 mai. Voir règles. Le temps passe si vite qu’il y aura beaucoup d’inscriptions refusées pour retard.

Académie des vins anciens – 26ème séance du 19 mai 2016

 

Académie des vins anciens – 26ème séance du 19 mai 2016 lundi, 2 mai 2016

Message important relatif à la séance de l’académie des vins anciens du 19 mai 2016

Après des discussions avec plusieurs académiciens il convient de rigidifier le déroulement des formalités pour la tenue de la prochaine séance. Merci de lire très attentivement.

1 – Proposition de bouteilles

La proposition de bouteilles pour l’académie se fera en présentant un dossier photographique me permettant d’analyser l’apport proposé.

Il faut au moins trois photos :

  • Une donnant la bouteille entière avec l’étiquette lisible
  • Une permettant de voir le niveau du vin dans le goulot. En cas d’opacité du verre, mettre un éclairage latéral qui permet de repérer le niveau
  • Une du haut de la capsule

Pour la présentation des photos, le programme Picasa permet de recadrer, redresser et de rendre la photo plus lisible. Par ailleurs l’affichage de photos par Microsoft Office permet de modifier la taille des photos. Ne jamais dépasser 300 ko pour une photo, car c’est suffisant pour l’objet recherché. Prenez dans la fonction « modifier les images / redimensionner » le format « document petit : 800 x 600 px ».

Si votre bouteille est enveloppée dans un film plastique, merci de faire vos photos en enlevant le film plastique que vous pourrez remettre après.

J’ai déjà reçu des photos de 2 Mo floues. Ça ne fait pas avancer les choses.

Par ailleurs, toute bouteille de bas niveau ne peut être qu’un apport de deuxième bouteille et pas de première bouteille.

2 – livraison des vins

Les bouteilles sont à déposer chez Henriot 65 Rue d’Anjou 75008 Paris – attention l’adresse a changé : appeler avant – 01.47.42.18.06. Notre contact sur place est Martine Finat : mfinat@champagne-henriot.com . Merci d’attendre le 15 avril pour commencer à remettre votre bouteille chez Henriot sauf en me prévenant avant envoi.

Une variante est de m’envoyer par la poste la bouteille à l’adresse : François Audouze Société ACIPAR, 44 rue André Sakharov 93140 BONDY.

Ne pas coller de documents sur les bouteilles, ne pas joindre de document ou de chèque dans les emballages d’envoi.

3 – frais d’inscription et paiement

La participation est de :

120 € par personne si l’inscrit apporte une bouteille de vin ancien (1) agréée par François Audouze

240 € par personne si l’inscrit vient sans bouteille

(1) si l’inscrit n’a pas de vin assez ancien, un « troc » est possible avec François Audouze, qui mettra au programme un vin ancien, contre une (ou plusieurs) bouteille de vin jeune qui présente un intérêt pour lui.

Aucun chèque ne sera remis en banque avant le 17 mai 2016. Il n’y a donc aucune raison de retarder l’envoi du chèque de paiement. On peut l’envoyer des maintenant.

L’ordre du chèque est : « François Audouze AVA »

Chèque à envoyer à François Audouze Société ACIPAR, 44 rue André Sakharov 93140 BONDY (attention, cette adresse est nouvelle)

On peut aussi payer par virement. Me contacter dans ce cas.

4 – programmation des délais

Si je n’ai pas reçu de mail de proposition avec des photos à la date du 5 mai, l’académicien sera considéré comme venant sans bouteille et paiera le prix du participant sans vin.

Si la bouteille n’est pas livrée avant le 10 mai mais livrée après le 10 mai, elle sera rendue à l’académicien qui devra payer le prix d’un académicien sans bouteille.

Si le paiement n’est pas réalisé au 12 mai l’académicien sera considéré comme non-participant. Tout vin reçu serait gardé pour une prochaine séance.

Contrairement aux précédentes réunions où j’acceptais de composer avec les situations particulières de chacun, je suis déterminé à envisager une réduction du nombre des présents pour que l’on cesse de compter sur mon acceptation des dérogations.

Merci de noter ces dates sur vos agendas pour éviter de rater votre inscription.

Une meilleure observance de ces consignes permettra d’organiser un plus grand nombre de séances, si je ressens que tout se passe bien.

5 – lieu et heure de réunion

Date et heure : 19 mai 2016 à 19h30

Lieu : RESTAURANT MACEO
15 r Petits Champs 75001 PARIS 01 42 97 53 85

Venez nombreux, avec de belles bouteilles anciennes !

Très amicalement

Notre club de conscrits se déplace à Château-Gontier et à Saint-Malo jeudi, 28 avril 2016

Notre club de conscrits se rend en province. Un ami nous invite à Château-Gontier et un autre à Saint-Malo. Le déjeuner du premier jour se tient au restaurant Le Veau d’or à Château-Gontier. La décoration est assez psychédélique, avec des couleurs et des matières qui jurent entre elles. Mais nous avons une jolie table et une jolie serveuse, Justine, qui participera grandement, du fait de son implication intelligente, au succès de ce repas. Après des amuse-bouche assez neutres, une cassolette de foie gras aux champignons avec une crème légère est un plat gourmand et fort bon. L’impressionnante pièce de bœuf gargantuesque elle aussi est très bonne.

L’ami qui nous invite a voulu choisir des vins de sa régions. La Bulle du Pin Chardonnay pétillant de Claude Marquet au Manoir du Pin me rebute. On dirait un vin pétillant qui aurait fauté avec un marc ou une grappa. L’alcool amer a déséquilibré le goût.

Le Domaine de Montgilet Coteaux de l’Aubance Victor et Vincent Lebreton 2012 est très agréable. Il est délicieusement doucereux et forme un accord pertinent avec le beau foie gras et les champignons.

Le Château de la Grille Chinon 2010 est un vin de bonne mâche, cabernet franc agréable à boire, assez lourd en bouche. Il se boit bien. Le seul reproche qu’on lui ferait est qu’il est plus un vin moderne qu’un vin de Chinon. Mais il est gourmand et cohabite bien avec le bœuf.

Le Quart de Chaume domaine du Petit Métris Joseph Renou 2009 est manifestement la vedette de ce repas. Tout en lui est dosé. Il est doux et frais, de belle longueur. Il est parfait pour un délicieux soufflé.

La cuisine du Veau d’Or est de belle qualité. Ce fut un beau repas.

Après la visite du château de Craon et une courte sieste, nous dînons chez notre ami selon une formule « cheese and wine ». Mon ami m’avait demandé avant le déjeuner de choisir quelques bouteilles parmi une sélection de sa cave. Je les ai ouvertes avant le déjeuner. Elles sont bien épanouies au moment du dîner.

Le Champagne René Roger à Ay n’a pas grand-chose à raconter et un Champagne Pommery Brut sans année plus dosé n’est pas non plus porteur de grands discours.

Le Château Corbin-Michotte Saint-Emilion 1986 combine grâce, jeunesse et maturité. Son fruit est encore ample et sa sérénité est belle.

Le Château Gruaud-Larose Saint-Julien 1975 s’est assagi mais offre une belle structure. C’est un vin classique, sans défaut mais peut-être un peu trop timide.

Le Château Rauzan-Gassies Margaux 1964 a beaucoup de charme et de matière. C’est un vin séduisant et vif, avec l’assise large de son année. Les trois vins se sont bien comportés, mon cœur ayant un penchant pour le Corbin-Michotte.

Après fromages et vins notre ami nous tente avec un très vieux cognac audacieusement nommé de 1850. Un calvados de très fort degré d’alcool a failli faire baisser l’effectif de notre club d’une unité car un ami a failli s’étrangler devant la force de l’alcool qui doit avoisiner les 60 degrés.

Le lendemain, nous allons déjeuner chez l’ami de Saint-Malo qui nous vantait depuis des années ses homards au barbecue. Disons-le tout-de-suite, ils valent le voyage. Cuits sur de la braise de chêne sans charbon de bois, ils offrent une chair d’une pureté absolue. Et le corail est d’un goût profond et délicieux qui va se marier au mieux avec le vin rouge.

Le Champagne Demilly de Baere Brut n’a pas beaucoup d’émotion. Il n’arrive pas à vibrer sur les huîtres de Cancale.

Le Château Tour de Marbuzet Saint-Estèphe 2012 est plutôt une agréable surprise car je n’attendais pas tant d’un second vin. Le corail lui rend un sérieux service en créant un accord particulièrement brillant.

Un dessert aux amandes très réussi a allumé en moi des souvenirs d’enfance. C’est fou l’effet que peuvent produire des évocations qui rappellent celles des madeleines de Proust.

Notre groupe se rétrécit car des amis repartent à Paris. Nous serons quatre à aller dîner au restaurant Surcouf à Cancale, où Jérôme Pierpaoli, l’animateur du lieu me connait depuis une quinzaine d’années, ayant fait le service des vins de plusieurs de mes dîners au Carré des Feuillants et au George V. Il est heureux de m’accueillir et je prends en charge avec Jérôme le choix des vins.

Mon menu sera huîtres de Cancale, coquilles Saint-Jacques et sole grillée.

Le Champagne Charles Heidsieck Blancs des Millénaires 1995 est un grand champagne vif et vineux. Il n’a pas encore atteint la stature de l’exceptionnel 1985 que j’ai bu il y a quelques jours mais il est d’une belle vivacité. Il s’exprime bien sur les huîtres plus typées que celles de ce midi..

Jérôme, heureux de pouvoir parler de vin avec moi me présente un fond de verre sans rien me dire. Au nez c’est un whisky très typé. Il apporte la bouteille et c’est un Whisky The First Editions Single Malt Bowmore 1996 qui titre 53,2°. Je comprends l’idée, car l’accord avec les huîtres est pertinent. Mais l’alcool l’emporte et après la première impression la boisson est trop dominante.

Le Chablis Grand Cru Valmur Jean-Paul & Benoît Droin 2010 est un superbe chablis, bien minéral et profond. On est dans l’aristocratie du chablis, qui mêle minéralité, acidité et gourmandise.

Le Bienvenues-Bâtard-Montrachet Grand Cru Domaine Jacques Carillon 2010 est un vin gourmand, opulent mais racé et vif. De belle longueur, il accompagne bien la sole de grande qualité mais sans créer un accord fécondant.

Les trois vins choisis avec Jérôme sont de grands vins. Son implication, son enthousiasme pour parler de la cuisson des bulots ou des choix de produits apportent un plaisir supplémentaire. C’est un perfectionniste. Son restaurant est une étape incontournable de Cancale. Ce dîner est une belle conclusion au week-end provincial passé entre amis.

—–

le déjeuner au Veau d’or de Château Gontier

DSC06227 DSC06228

DSC06235

DSC06236 DSC06240 DSC06237

DSC06241 DSC06238

DSC06229 DSC06230 DSC06231 DSC06232 DSC06233

le château de Craon

DSC06242 DSC06243

dîner chez notre ami de Chateau-Gontier

DSC06250

DSC06246

DSC06248

DSC06249

DSC06253

déjeuner à Saint-Malo

DSC06254 DSC06256 DSC06257

DSC06271

DSC06270 DSC06269

DSC06263 DSC06265 DSC06266

DSC06267 DSC06268 DSC06275

dîner au restaurant Surcouf à Cancale

DSC06276 DSC06277

DSC06282

DSC06280

DSC06285

DSC06278 DSC06279 DSC06284 DSC06286

Déjeuner au restaurant Pages mardi, 26 avril 2016

Un ami belge que je connais depuis sa plus tendre enfance, lorsque j’avais des relations professionnelles et amicales avec son père, vient me rendre visite à Paris. Je lui donne rendez-vous au restaurant Pages. Son père avait une belle cave de vins anciens. Pierre, mon convive aime aussi le vin. J’ai donc apporté une bouteille d’un vin que j’adore.

Le menu que nous prenons est : céviche de turbot sauvage et grenade / pain soufflé et crème de chou kale / chips de pommes de mer / maquereau mariné / caviar de Sologne sur galette de ciboulette / carpaccio de bœuf Ozaki / Cabillaud poché, sauce ravigote et coquillages / asperge verte de Roques Hautes, tartare de veau de lait fumé du Limousin / cochon ibérique sauce vin rouge / Bœuf Simmenthal 40 jours, Galice 150 jours, bœuf Ozaki sur fonte et sur Bincho / dessert autour du cacao et de la fraise, sirop fraise et vanille de Madagascar / écume de petit pois et fraîcheur oseille.

Même si je commence à connaître cette cuisine, je ne m’en lasse pas. Le chef Teschi est un prince de la présentation des poissons qui sont incroyablement goûteux et précis. La viande Galice est une merveille. Tout est bonheur.

Le Champagne Egly-Ouriet Grand cru Blanc de Noirs de Vieilles Vignes non millésimé est déjà un peu ambré. Ce qui frappe instantanément c’est la vivacité de ce champagne. Il est tranchant comme un sabre, plein, de belle personnalité, et malgré sa carrure d’athlète, il est flexible et s’adapte à chaque plat à merveille. Il sait aussi être gourmand et on ne redemande ! C’est un beau champagne vif et de plaisir.

Le Châteauneuf-du-Pape Cuvée réservée Domaine du Pegau 1985 a un nez qui promet les mille et une nuits. Le vin a une attaque très douce, presque sucrée. Mais en fait tout s’anime et c’est de la luxure. Le vin est tellement généreux, intégré, tout velours, que l’on est sous le charme. C’est le vin gourmand par excellence. Il se mariera aussi bien avec l’asperge juste cuite sur le four servie avec un tartare de veau de lait qu’avec le cochon et évidemment son territoire d’excellence est avec les viandes de bœufs, le très gras Wagyu d’Ozaki et le bœuf de Galice absolument impérial, presque noir tant il a mûri pendant cinq mois. C’est le velours du vin sur un message simple, lisible et direct qui emporte mon cœur. Un vin de bonheur.

Mon ami a senti à quel point je suis chez moi au restaurant Pages dont l’atmosphère est une de ses précieuses qualités.

DSC06210 DSC06211

DSC06208 DSC06209

la viande de Galice de 150 jours

DSC06223 DSC06225

DSC06212 DSC06213 DSC06214 DSC06215 DSC06216 DSC06217 DSC06218 DSC06219 DSC06220 DSC06222

dégustation de vins de la Bodega Vega Sicilia mardi, 26 avril 2016

Une dégustation est organisée des vins de la Bodega Vega Sicilia en présence de son président Pablo Alvarez au restaurant Les 110 du Taillevent. Nous goûterons les vins des différentes propriétés du domaine qui compte 650 hectares de vignes.

Oremus Dry Mandolas Hongrie 2013 provient d’une propriété achetée en 1995. Du fait du travail à faire à la vigne, le premier millésime a été 1999. Le vin a un nez assez doux de vin jeune. On sent l’amande. La bouche est fraîche avec aussi de l’amande et des branches de rhubarbe. Le final est frais et assez court. C’est un vin sec, asséchant la bouche et rêche qu’il faudra attendre avant de le boire.

Alion Ribera del Duero 2012 a un nez mêlant l’alcool et la douceur. Il a une belle attaque de vin plaisant. Le grain est un peu imprécis mais c’est un vin de plaisir au fort alcool. Il est assez rustique. Il a du charme mais trop simple. Ce vin lourd serait plus plaisant sur un plat.

Pintia Ribera del Duero 2011 a un nez plus fin, plus racé et plus vif. L’attaque est doucereuse. Le vin est plus vif avec un grain beaucoup plus beau. L’alcool est un peu présent mais la vivacité est belle. C’est un vin de plaisir fort en alcool. Je sens de la peau de fruit de cassis. Le final est un peu rêche et assez court.

Macan Clasico Rioja 2011 est le second vin de Macan que l’on va boire ensuite. La propriété a été achetée en 2002 en partenariat avec Benjamin de Rothschild. Le nez est profond et l’attaque est très séduisante. Le fruit rouge et noir est lourd. Il a une belle mâche. C’est un vin gourmand très plaisant même si assez simple. J’aime ce vin gourmand et bon.

Macan Rioja 2011 a un nez délicat et une bouche plus fine, plus vive. Le final est plus âpre. On gagne en distinction mais on perd en gourmandise. Le vin est très différent du Clasico. Ce vin direct est plus fluide avec un joli fruit.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2011 : ce vin a 90% de Tinto Fino. Le nez est intense de fruits noirs. L’attaque est franche et gourmande. Le finale est beaucoup plus long que les précédents. Le vin est épicé, fin, racé et agréable. Je sens un peu de prune. On retrouve encore un finale qui assèche.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2010 le nez est délicat. L’attaque est beaucoup plus ronde et flatteuse. Le finale est plus rond. C’est un vin plus agréable et plus fruité de belle longueur. Il se boit avec beaucoup de plaisir. Pablo Alvarez voit plus de futur au 2011 qu’au 2010 alors que ceux qui goûtent préfèrent comme moi en cet instant le 2010.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2009 a un nez élégant, une attaque gourmande et joyeuse. Le fruit est beaucoup plus élégant. Le finale est vineux. Il y a beaucoup de charme dans ce vin qui s »est déjà plus arrondi que les plus jeunes et ça se sent. Un vin fort en alcool mais de grande élégance et fraîcheur.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2008 a un nez puissant et précis. L’attaque est douce. Le vin est plus calme. Il manque un peu de matière par rapport aux autres. Le finale est fluide. Malgré moins de force, c’est un vin agréable.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2007 : j’aime son nez de cassis frais. Il a une belle attaque fruitée. Le finale est élégant. C’est un vin qui n’est pas très puissant mais d’une rare finesse, presque féminin à côté des autres.

Valbuena 5° Ribera del Duero 2006 a un très joli nez de cassis. Il est agréable mais très court. Il est de belle fraîcheur, assez charmeur.

Si les 2009, 2010 et 2011 ont une forte puissance, les 2008 et 2007 plus légers sont plus agréables à boire car c’est la finesse qui ressort. L’appréciation changera si les vins ont vingt ans de plus.

Vega Sicilia Unico Ribera del Duero 2008 a un nez superbe et riche, une attaque fraîche et doucereuse. Il est charmeur avec une belle trame et un beau grain. Si le cassis est marqué, il est subtil. C’est un vin gourmand qui marque une différence sensible avec les précédents et deviendra encore meilleur avec des années de plus.

Vega Sicilia Unico Reserva Especial (1996, 1998, 2002) Ribera del Duero mis sur marché en 2016. Le nez est plus tendu. Il y a moins de fruit car le vin est plus vineux. Il a de la truffe. Il est très élégant et je retrouve pour la première fois le café que j’aime dans Vega Sicilia Unico. C’est un vin gourmand fait pour la gastronomie. Il y a du cacao et du chocolat. C’est un vin de grande élégance que je préfère au millésimé parce qu’il a près de dix ans d’écart.

Oremus Late Harvest Hongrie 2012. Ce vin a un nez incroyable, comme une bombe d’arômes. Il fait très bonbon acidulé au nez et en bouche. C’est du hors-piste. Il y a tous les fruits du monde sur un fond de menthe. C’est comme si l’on suçait un sorbet ou comme une glace à lécher. C’est en fait sous la complexité apparente un vin très simple de bonbon acidulé.

Oremus Tokaji 3 Puttonyos 2009 a un nez calme et frais. Il est sucré. On est envahi par le sucre et l’acidulé. Il n’y a pas beaucoup de complexité. Il y a du fruit de la passion mais le vin trop sucré indispose un peu.

Oremus Tokaji 5 Puttonyos 2006 a un nez frais de thé. Le vin est très délicat. Les notes de thé frais et de bergamote sont plaisantes. Le vin a une belle longueur.

On nous a donné les prix que pratique l’importateur en France du groupe Vega Sicilia. Si l’on met de côté les Unico qui sont très au-dessus des autres, celui qui me paraît donner beaucoup de plaisir pour un prix très bas est le Macan Clasico que j’ai beaucoup aimé.

DSC06206 DSC06207

50 ans de mariage et Romanée Conti dimanche, 17 avril 2016

La différence fondamentale entre cinquante ans de mariage et une victoire d’étape au Tour de France, c’est qu’il est assez difficile dans le premier cas de dire : « j’essaierai de faire mieux la prochaine fois ». C’est aujourd’hui qu’avec mon épouse nous fêtons nos cinquante ans de mariage, les noces d’or. Ma femme m’avait dit il y a quelques jours : « plutôt que de m’offrir un objet en or, invite-moi à dîner à Reims ». J’appelle l’hôtel des Crayères et, après avoir donné mon nom on me répond : « Monsieur Audouze, votre chambre habituelle, la 16, n’est pas disponible mais je peux vous proposer une jolie chambre avec terrasse donnant sur le parc ». On est de bonne humeur avec de telles attentions.

Le jour venu nous arrivons à l’hôtel des Crayères. Au moment de l’apéritif, je descends seul au bar pour regarder la carte des vins et choisir le vin du dîner. On me propose un champagne au verre, mais j’ai envie de choisir dans l’impressionnante carte des vins. A peine ai-je lu la première ligne de la carte que je la choisis. Ce sera un champagne Charles Heidsieck Blanc des Millénaires Blanc de Blancs 1985. Commençant alors ma lecture de la bonne quinzaine de pages de la carte des champagnes, je regrette presque d’avoir choisi si tôt car il y a dans cette carte des merveilles à des prix très doux. Mais le champagne que j’ai choisi m’avait suffisamment impressionné dans ce millésime pour que je garde ce choix.

Je poursuis la lecture de la carte des vins pour choisir le vin du repas. L’idée que j’avais en tête est de choisir soit un vin de Hugel, en l’honneur du très regretté Etienne Hugel, soit un Châteauneuf-du-Pape d’Henri Bonneau, en souvenir de ce défunt vigneron. Ne trouvant rien qui puisse satisfaire mon envie d’honorer ces grands vignerons, je lis la carte des vins. Les bordeaux ont souvent des prix dissuasifs et dans les autres régions, les bonnes pioches sont nombreuses, certains prix étant très engageants. Puis, je me dis que je n’aurai sans doute jamais l’occasion de célébrer une autre fois cinquante ans de mariage, qu’il s’agit d’un moment unique dans ma vie et que rien ne me fera plus de plaisir que de choisir une Romanée Conti 2010. J’en informe Philippe Jamesse, le chef-sommelier en lui indiquant que j’ouvrirai moi-même la bouteille en début de repas, pour suivre au mieux l’éclosion de ce vin. Pour ce vin, Philippe accepte ce scénario.

L’information de mon choix se propage à la vitesse de l’éclair aussi lorsque je vais saluer Philippe Mille, le chef du restaurant, il est déjà au courant. Je lui demande des plats très doux, si possible sans accompagnement. Mon choix sera une côte de veau puis un pigeon, les plus dépouillés possibles, ce que le chef accepte.

Je reviens au bar pour déguster le Champagne Charles Heidsieck Blanc des Millénaires Blanc de Blancs 1985. La couleur est belle, déjà bien ambrée, d’un or comme celui de nos noces. Le nez est d’une grande précision mis en valeur par les verres dessinés par Philippe Jamesse, les meilleurs verres pour les champagnes. Le champagne est entré en phase de maturité. Il a des amertumes comme celles des vins de Bourgogne. Il est un peu fumé et ce qui est impressionnant c’est sa personnalité affirmée. Je ne regrette en aucun cas d’avoir choisi le champagne de la première ligne sans avoir lu la suite. Le champagne est fort, vineux et me donne l’impression d’être un vin d’automne avec des évocations de forêt d’automne. Par moment je pense à des champignons comme la morille, même si elle n’est pas de cette saison. Ma femme me rejoint au bar et on lui apporte un magnifique bouquet de fleurs de tons très pastel et blancs.

Nous passons à table. Ma femme commande : morilles et asperges blanches, œuf en écrin de sous-bois / carré de cochon ibérique aux sarments de vigne, morille et pommes de terre confites au jus.

Mon menu sera : asperges blanches en croûte de sel / côte de veau fermier élevé sous la mère / pigeon d’Onjon rôti, jus de cuisson. J’ouvre la bouteille de Romanée Conti Domaine de la Romanée Conti 2010 et un parfum intense de fruits rouges délicats inonde mes narines. Philippe Jamesse m’a proposé deux verres dont un qui est idéal pour goûter le vin. Les asperges pourraient aller avec le reste du champagne, mais elle sont tellement croquantes et délicieuses que j’ai envie de les goûter avec la Romanée Conti et cela marche, l’amertume discrète des asperges sans aucune sauce répondant au vin impérial. C’est évidemment sur les deux plats, surtout le pigeon, que je vais profiter de ce grand vin. Les fruits rouges dominent et je ne ressens ni rose ni sel, qui apparaissent avec l’âge. Le vin est joyeux, extrêmement subtil puisqu’il n’impose pas mais suggère. C’est un vin encore jeune qui n’a pas développé toutes ses complexités mais c’est un vin de plaisir, qui pianote sa mélodie avec bonheur. Je suis aux anges, et le pigeon tire du vin des notes sanguines du plus bel effet. Les sauces m’ont été servies dans des petits pots et c’est avec les chairs seules que le vin se sent mieux.

Ma femme ne boit pas mais sent le vin pour suivre son évolution. Ma joie lui fait plaisir. Nous n’avions pas commandé de dessert mais arrive un dessert à la châtaigne et un sorbet surmonté d’une bougie. La gentillesse de toute l’équipe est à signaler.

Dans ce superbe hôtel remarquablement tenu, sur une cuisine de haut niveau, nous avons dignement fêté cet événement majeur de notre vie. Il sera fêté à nouveau, mais avec famille et amis, lors des beaux jours.

2016-04-17 11.17.08 2016-04-17 11.16.51

DSC06199 DSC06196

DSC06201 DSC06197

au bar

DSC06160

DSC06152 DSC06153 DSC06154

à table

DSC06161

DSC06166DSC06194 DSC06165 DSC06168

DSC06171

c’est le verre de gauche qui est le plus adapté à la Romanée Conti

DSC06173

DSC06175

DSC06155 DSC06172 DSC06176 DSC06177 DSC06179 DSC06181 DSC06182 DSC06185 DSC06186 DSC06191

le magnifique bouquet offert à ma femme

DSC06195

le menu de mon épouse

menu crayères 160416 002

mon menu

menu crayères 160416 001