Sylverter’s dinner in the South lundi, 2 janvier 2017

New Year’s Eve is held in our house in the south. We will be six, including four drinkers. I like coincidences and it always fascinates me. A friend who will attend the dinner calls me at lunchtime and tells me that he intends to bring a wine for the meal and asks me if his input will be consistent with what I have planned. And he announced his contribution: Richebourg Domaine Anne Gros 2003. I had already chosen the wines so that my wife is inspired to compose the menu and among them there is a Richebourg Domaine Gros Frère & Soeur 1987. I obviously agree its contribution which will give rise to a pretty juxtaposition.

At 5 pm my friend delivers his wine and I open all the bottles of the dinner. The friends arrive at 20:30 and we take the aperitif with a Champagne Laurent Perrier Cuvée Grand Siècle magnum non vintage that I have for ten years in cellar. The color is already somewhat amber with a beautiful gold patina, the bubble is very active and the champagne is a rare richness. If the general trend is that of lemony notes, the message of the wine changes constantly, overflowing with complexity. And the finish is inextinguishable as the wine is penetrating. It is a very large champagne with an elusive message as it twirls. With this champagne we nibble thin slices of a Pata Negra well fat and tasty, small tiles with parmesan, small dry salted petits fours and slices of an excellent sausage.

We go to the table. My wife planned: scallops / foie gras lobes fried with truffle slices / low-temperature lamb with pan-fried parsnip / variety of cheeses / supremes (which means without skin) of pink grapefruit with confit kumquat and saffron from our garden / financiers and small dry sweet petits fours.

The Meursault-Charmes 1er Cru Domaine des Comtes Lafon 2003 has a rich wealth opulent smells. He invades the mouth and settles there. It has both beautiful minerality and sensual fat. It is a beautiful white wine merry, perfectly adapted to the shells and a little less to the foie gras even if it suits him.

The gigot welcomes two Richebourg. The Richebourg Domaine Gros Frère & Soeur 1987 has a slightly dusty nose. It is nice but has lost a bit of its vivacity. It highlights the Richebourg domaine Anne Gros 2003 with the live fruit, generous of a very young wine. The fight does not take place because the 1987 is a bit frail but the juxtaposition is possible, both Richebourg being very pleasant. The 2003 is a noble and racy wine.

Our pace of absorption is sustained also is it time to open the wine I had planned before my friend declared his contribution. The Côte Rôtie La Landonne Guigal 1987 is a marvel. It has the youth of the 2003 that we just finished and the legibility of a generous wine and immediate access. And what transcends it is the freshness of its finale. My friend reports his menthol notes which are those of an exquisite freshness. This wine is pure pleasure. The cheeses are so numerous and varied that we must choose those who go with this splendid Landonne. The Laguiole is well suited as well as the Saint-Nectaire, but also the superb blue Termignon, very lively.

For the supreme grapefruit, the Château d’Yquem half-bottle 1990 is the ideal companion. And I did not expect it to go as well with raw, uncooked slices. They give a boost to the wine that is in a glorious state. He is fat, strong, joyous as a golden ingot. It should be noted that the traces of saffron magnificently excite the sauternes, giving it a complement of vigor.
At the request of my friend we vote and if the votes are different an agreement is found to rank first La Landonne Guigal and in second ex-aequo the Grand Siècle and Yquem.

We had been kissing for New year for a long time and thirst is always present, so I open a Champagne Krug Grande Cuvée that I entered in the cellar about four years ago. The champagne is straight, precise, complex but a little unidirectional and far enough from the beautiful complexity of the Grand Siècle by Laurent Perrier. We nibble at sweet little petits fours and delicious financiers from my wife. We are rebuilding the world as one of the guests is overwhelmed by what we have been drinking.

It is three o’clock when begins my first night of 2017.

The next morning, lunch with the cheeses of the day before and the rest of the Krug. It is very much better, wider, fuller. I had probably misunderstood it, at the end of our agape.

réveillon de la Saint Sylvestre dans notre maison du sud dimanche, 1 janvier 2017

Le réveillon de la Saint Sylvestre se tient dans notre maison du sud. Nous serons six, dont quatre buveurs. J’aime les coïncidences et cela me fascine toujours. Un ami qui sera présent au dîner m’appelle à l’heure du déjeuner et me dit qu’il a l’intention d’apporter un vin pour le repas et me demande si son apport sera cohérent avec ce que j’ai prévu. Et il annonce son apport : Richebourg Domaine Anne Gros 2003. J’avais déjà choisi les vins pour que ma femme s’en inspire pour composer le menu et parmi eux il y a un Richebourg Domaine Gros Frère & sœur 1987. J’approuve évidemment son apport qui va donner lieu à une jolie juxtaposition.

A 17 heures mon ami livre son vin et j’ouvre toutes les bouteilles prévues. Les amis arrivent à 20h30 et nous prenons l’apéritif avec un Champagne Laurent Perrier Cuvée Grand Siècle magnum sans année que j’ai depuis dix ans en cave. La couleur est déjà un peu ambrée d’un bel or patiné, la bulle est très active et le champagne est d’une rare richesse. Si la tendance générale est celle de notes citronnées, le message du vin change sans cesse, débordant de complexité. Et le finale est inextinguible tant le vin est pénétrant. C’est un très grand champagne au message insaisissable tant il virevolte. Avec ce champagne nous grignotons de fines tranches d’un Pata Negra bien gras et goûteux, des petites tuiles au parmesan, des petits fours salés secs et des tranches d’une excellent saucisson.

Nous passons à table. Ma femme a prévu : coquilles Saint-Jacques / lobes de foie gras poêlés avec des lamelles de truffes / gigot d’agneau basse température avec des panais poêlés / variété de fromages / suprêmes de pamplemousse rose avec kumquat confit et safran du jardin / financiers et petits fours secs.

Le Meursault-Charmes 1er Cru Domaine des Comtes Lafon 2003 est d’une belle richesse opulente. Il tapisse la bouche et s’y installe. Il a à la fois une belle minéralité et un gras sensuel. C’est un beau vin blanc joyeux, parfaitement adapté aux coquilles et un peu moins au foie gras même s’il lui convient.

Le gigot accueille les deux Richebourg. Le Richebourg Domaine Gros Frère & sœur 1987 a un nez légèrement poussiéreux. Il est agréable mais a perdu un peu de sa vivacité. Il met donc en valeur le Richebourg domaine Anne Gros 2003 au fruit vivant, généreux d’un vin très jeune. Le combat n’a pas lieu car le 1987 est un peu frêle mais la juxtaposition est possible, ces deux Richebourg étant très agréables. Le 2003 est un vin noble et racé.

Notre rythme d’absorption est soutenu aussi est-il temps d’ouvrir le vin que j’avais prévu avant que mon ami ne déclare son apport. La Côte Rôtie La Landonne Guigal 1987 est une merveille. Il a la jeunesse du 2003 que nous venons de finir et la lisibilité d’un vin généreux et immédiat d’accès. Et ce qui le transcende, c’est la fraîcheur de son finale. Mon ami signale ses notes mentholées qui sont celles d’une exquise fraîcheur. Ce vin est du plaisir pur. Les fromages sont tellement nombreux et variés qu’il faut choisir ceux qui vont avec cette splendide Landonne. Le Laguiole convient bien ainsi que le Saint-Nectaire, mais aussi le superbe bleu de Termignon, bien vif.

Pour les suprêmes de pamplemousse, le Château d’Yquem demi-bouteille 1990 est le compagnon idéal. Et je ne m’attendais pas à ce que cela aille aussi bien avec des tranches crues, non poêlées. Elles donnent un coup de fouet au vin qui est dans un état glorieux. Il est gras, fort, joyeux comme un lingot d’or. Il est à noter que les traces de safran excitent magnifiquement le sauternes, lui donnant un complément de vigueur.

A la demande de mon ami nous votons et si les votes différent un accord se trouve pour classer en premier La Landonne Guigal et en deuxièmes ex-aequo le Grand Siècle et l’Yquem.

Nous nous sommes embrassés depuis longtemps et la soif est toujours présente aussi j’ouvre un Champagne Krug Grande Cuvée que j’ai entré en cave il y a environ quatre ans. Le champagne est droit, précis, complexe mais un peu unidirectionnel et assez loin de la belle complexité du Grand Siècle de Laurent Perrier. Nous grignotons des petits fours sucrés et les financiers délicieux de ma femme. Nous reconstruisons le monde pendant qu’une des convives est terrassée par ce que nous avons bu.

C’est à trois heures que commence ma première nuit de 2017.

Le lendemain midi, bref déjeuner avec les fromages de la veille et le reste du Krug. Il est très nettement meilleur, plus large, plus plein. Je l’avais sans doute mal appréhendé, au bout de nos agapes.

dsc09099 dsc09100 dsc09101

dsc09089 dsc09096dsc09119

dsc09092 dsc09093 dsc09094

dsc09097 dsc09098 dsc09120

dsc09090 dsc09091

le bouchon de la Landonne avec les bouchons des deux Richebourg

dsc09121

dsc09110 dsc09115

dsc09111 dsc09112 dsc09117

le bouchon du Krug avec le bouchon du Grand Siècle magnum

dsc09118

tous les bouchons

dsc09124

tous les vins

dsc09114

dsc09103 dsc09104 dsc09106

bulletins du 2ème semestre 2016 – du numéro 692 à 713 lundi, 26 décembre 2016

bulletin-wd-n-713-161227   Le bulletin n° 713 raconte : au Grand Tasting, dégustation privée iDealwine, Master Class Prestige « le Génie des Millésimes en 9 », Master Class de Prestige « le génie de la Côte-Rôtie », atelier gourmet de prestige où Matthieu Pacaud cuisine pour les champagnes Thiénot.

bulletin-wd-n-712-161227   Le bulletin n° 712 raconte : Grand Tasting au Carrousel du Louvre : Visites aux stands, Master Class « la signature de la maison Mumm », atelier gourmet où le chef Ryuji Teshima du restaurant Pages cuisine pour le champagne Ruinart, Master Class « voyage dans l’univers des champagnes Krug ».

bulletin-wd-n-711-161220   Le bulletin n° 711 raconte : dîner de vins canoniques à l’Orangerie du château de Beaune et 205ème dîner de wine-dinners au restaurant Taillevent.

bulletin-wd-n-710-161220   Le bulletin n° 710 raconte : dîner de gala de l’Académie du vin de France au restaurant Laurent, dégustation de 19 vins de 2015 au siège de la maison Bouchard Père & Fils.

bulletin-wd-n-709-161206   Le bulletin n° 709 raconte : déjeuner de conscrits au Yacht Club de France, colloque : « Les accords mets et vins » au château de Ferrières, dîner au château de Ferrières, en prélude au dîner de l’académie du vin de France, « paulée » au restaurant Laurent où l’on goûte les vins des académiciens.

bulletin-wd-n-708-161206   Le bulletin n° 708 raconte : dîner chez une amie, « France Chine, l’art du vin et du thé, un patrimoine en partage » dans les salons de la Présidence du Sénat, déjeuner au restaurant l’Ami Louis, champagne dominical, dégustation  des « Climats de la Côte Chalonnaise » à la Questure du Sénat.

bulletin-wd-n-707-161129   Le bulletin n° 707 raconte : à l’hôtel Intercontinental Park Lane de Londres dégustation de 15 millésimes de la Cuvée Winston Churchill de Pol Roger, suivie d’un dîner au restaurant Theo Randall, à l’hôtel Intercontinental Opéra dans le cadre de Biodyvin, dégustation de cinq vins du domaine Comte Liger-Belair sur deux millésimes, passage à Rhône en Seine.

bulletin-wd-n-706-161122  Le bulletin n° 706 raconte : un expert visite ma cave, une journaliste m’interviewe dans ma cave, invraisemblable déjeuner impromptu au 67 Pall Mall Club de Londres, dîner au restaurant Elystan Street de Londres pour deux mini-verticales des champagnes Bollinger Vieilles Vignes Françaises et Salon.

bulletin-wd-n-705-161115   Le bulletin n° 705 raconte deux dîners de grand intérêt : dîner au Grand Restaurant, le restaurant de Jean-François Piège, 16ème dîner des amis de Bipin Desai, dîner de vignerons au restaurant Laurent.

bulletin-wd-n-704-161108   Le bulletin n° 704 raconte : dîner de lancement du guide Gault & Millau 2017 au théâtre du Trianon, dîner caviar champagne à la maison avec un expert en spiritueux, casse-croûte dans ma cave et dîner au restaurant de l’Ecu de France à Chennevières.

bulletin-wd-n-703-161102   Le bulletin n° 703 raconte : dîner de champagnes avec mon fils, dîner d’anniversaire au restaurant de la Tour d’Argent.

bulletin-wd-n-702-161025   Le bulletin n° 702 raconte : déjeuner au restaurant Archeste, dîner au restaurant L’Ecu de France à Chennevières, dîner caviar, déjeuner au restaurant Michel Rostang, déjeuner au restaurant Le Petit Verdot.

bulletin-wd-n-701-161018   Le bulletin n° 701 raconte : déjeuner  pour fêter deux anniversaires, déjeuner au restaurant La Verrière de l’hôtel Intercontinental Opéra, dégustation de vins du monde au Ritz, déjeuner au Petit Verdot, déjeuner au restaurant Apicius avec des rhums de la maison La Mauny.

bulletin-wd-n-700-161011   Voici le bulletin n° 700. Les bulletins à chiffres ronds étaient l’occasion de faire le point de mon activité dans le domaine du vin. Pour le 700ème, au lieu de faire le point, j’ai choisi de « philosopher » (un bien grand mot) sur le monde des vins anciens au sein du monde du vin, et sur ma « croisade » (un bien grand mot) contre tous les poncifs et fausses idées sur les vins anciens.

Je vous recommande de le lire et serai heureux de lire vos commentaires si l’idée vous vient d’échanger sur ce que je considère comme un « pays des merveilles ».

bulletin-wd-n-699-wd-161005    Le bulletin n° 699 raconte : dégustation de vins d’Inde à l’ambassade de l’Inde à Paris, dégustation comparative de vins ayant passé un an sous la mer à Soif d’Ailleurs caviste parisien, déjeuner au restaurant Laurent, déjeuner de conscrits au Yacht Club de France.

bulletin-wd-n-698-160927   Le bulletin n° 698 raconte : dîner avec mon fils, présentation du Guide 2017 Bettane & Desseauve aux caves Legrand, déjeuner au restaurant Hexagone et 203ème dîner de wine-dinners au restaurant Pages.

bulletinwd-n-697-160920   Le bulletin n° 697 raconte : dîner du 15 août, déjeuner avec des amis, visite d’un monastère, dîner avec un ami fidèle de mes dîners, dîner d’amis, retour à Paris et repas avec mes enfants.

bulletin-wd-n-696-160913   Le bulletin n° 696 raconte : repas de gala du week-end du 15 août, l’un chez des amis du sud, l’autre dans ma maison du sud, avec des vins de tous horizons.

(bulletin WD N° 695 160906)    Le bulletin n° 695 raconte : dîner créole chez des amis, dîner de famille, dîner préparatoire des festivités du 15 août, déjeuner d’amis, premier dîner de bienvenue, visite d’un vignoble des Côtes de Provence, début des festivités du 15 août.

(bulletin WD N° 694 160830)    Le bulletin n° 694 raconte : séjour dans le sud avec des repas de grands vins et de grands champagnes, déjeuner au restaurant hôtel BOR près du port d’Hyères, autres repas de famille, de nouveau BOR, dîner chez des amis, dîner au restaurant Pradeau Plage sur la Presqu’île de Giens.

(bulletin WD N° 693 160823)  Le bulletin n° 693 raconte : présentation du champagne Salon 2004 lors d’un déjeuner au siège de Salon Delamotte, rencontres impromptues aux Caves Legrand, dîner dans la somptueuse salle de lecture de la Bibliothèque Nationale de France à l’invitation des champagnes Henriot, 202ème dîner de wine-dinners au restaurant Laurent.

(bulletin WD N° 692 160705)   Le bulletin n° 692 raconte : déjeuner dans le jardin du restaurant Laurent, anniversaire de 50 ans de mariage au Chalet de la Porte Jaune, dans le bois de Vincennes.

déjeuner de Noël en famille dimanche, 25 décembre 2016

Le lendemain matin, c’est Noël et notre groupe s’enrichit des deux enfants de ma cadette plus leur nounou. Nous serons donc dix pour le déjeuner de Noël. Ma femme a prévu : coquilles Saint-Jacques / porcelet et gratin de pommes de terre / fromages / ananas et madeleines.

Contrairement à tous mes usages, j’ai prévu un vin blanc à l’apéritif sur des gougères et des tranches de saucisson. Le Chablis Grand Cru Blanchots La Chablisienne 1988 est joliment doré. Il a une belle acidité, une agréable minéralité et se montre d’une grande vivacité, sans la moindre atténuation par l’âge. C’est un beau chablis, rond en bouche qui trouve son envol avec les délicieuses coquilles Saint-Jacques, cuites à la perfection.

Sur une table dans ma cave il y avait une bouteille tenue debout depuis des mois. Pourquoi est-elle debout, je ne m’en souviens plus. Le bouchon est en place et le niveau est dans le goulot ce qui est superbe. La bouteille n’a pas d’étiquette mais la capsule indique sans équivoque Ducru-Beaucaillou. La couleur vue au travers du verre semble convenable. Je décide de l’ouvrir pour ce midi. Le haut du bouchon sous la capsule est sale et le bouchon vient assez facilement, un peu gras et moins épais sur la base du bouchon. J’ai du mal à lire l’année car le liège est recouvert d’humidité. J’attends que le bouchon sèche et mes enfant sauront lire qu’il s’agit de Château Ducru-Beaucaillou Saint-Julien 1985. J’aurais imaginé volontiers qu’il s’agit d’un vin plus vieux, mais vogue la galère, nous le boirons. L’odeur à l’ouverture trois heures avant le repas ne me rebute pas.

Lorsqu’il est servi dans les verres, le vin est presque noir. Le nez est acide. En bouche le vin est granuleux comme s’il était charbonné. Il n’est pas foncièrement désagréable, mais ça ne nous convient pas. Le long du verre de la bouteille, des petits grains noirs de sédiment sont accrochés. Le vin évoque le charbon, la mine de crayon, mais son déséquilibre en limite l’intérêt.

Le Corton Grand Cru Renardes Domaine Michel Gaunoux 1990 n’en apparaît que meilleur. Mais il n’a besoin d’aucun faire-valoir. Il est délicat, subtil, gracieux tout en ayant quand même 13,5°. C’est un vin caressant, noble, complexe, très gastronomique. C’est un vin de plaisir et de contentement, car dans sa grandeur, il n’a aucune surprise. L’accord avec le porcelet et avec le gratin est superbe.

La suite du repas se fait à l’eau, l’ananas est délicieux, une première fournée de madeleines est une redite du principe d’incertitude d’Heisenberg, alors que la seconde fournée est d’une réussite totale, les madeleines au miel de bruyère s’accordant au café final.

Le plus beau cadeau de Noël est d’être ensemble, en famille, et de partager ces chauds moments.

dsc09065 dsc09064 dsc09066 dsc09063

le bouchon du Ducru Beaucaillou

dsc09060

dsc09068 dsc09069 dsc09061

dsc09075

dsc09073 dsc09074 dsc09077 dsc09081

la glorieuse incertitude du sport

dsc09080 dsc09082

Veille de Noël en famille dimanche, 25 décembre 2016

Pour la veille de Noël, nous serons avec nos deux filles et deux sur six de nos petits-enfants, plus un frère de ma femme. Les cadeaux sont nombreux et généreux et comme cela se passe à un rythme calme et agréable, nous avons le temps de déguster le Champagne Pol Roger Cuvée Winston Churchill 1996. Lorsqu’il est froid, ce champagne est dans des tons acides de fruits citronnés. Lorsqu’il se réchauffe, assez rapidement car j’ai fait un feu dans la cheminée et toutes les bougies scintillent sur le sapin ou sur la table basse, le champagne prend progressivement de belles notes pâtissières qui s’accordent avec les gougères et le jambon Pata Negra. C’est un grand champagne fluide et vineux, fort et courtois.

Le menu est de fines tartelettes à l’oignon en forme de cœurs, cassolettes individuelles de canard confit sur un lit d’oignon et coiffé de purée de pommes de terre, fromages divers, « Merveilleux » et madeleines.

La Côte Rôtie La Landonne Guigal 1997 a été remontée de la cave au dernier moment et ouverte sur l’instant. Le vin est une splendeur. Il est rayonnant de joie de vivre et de finesse. Ce qui est appréciable, c’est qu’étant d’une année calme, il ne joue en aucun cas sur la puissance, mais sur la délicatesse et la complexité. C’est surtout sur la tartelette aux oignons qu’il est prodigieux. Il est très bourguignon pour une Côte Rôtie, préférant jouer sur sa distinction plus que sur son affirmation.

Le Vega Sicilia Unico Ribera del Duero 1999 a été lui aussi ouvert au dernier moment. J’aime en effet profiter de la fraîcheur du vin qui éclot. La méthode dite « Audouze » d’ouverture des vins quatre heures à l’avance s’applique plus volontiers aux vins qui ont besoin d’oxygène pour se régénérer et s’accomplir. Avec des vins naturellement puissants et jeunes, je préfère mettre en valeur leur éclosion. Le parfum du vin est une bombe de cassis et de fruits noirs frais. En bouche le vin est juteux, imposant, conquérant et aux fruits noirs s’ajoutent des évocations de café et de tabac. Mais ce que j’aime le plus, car cela différencie ce vin de tous les vins jeunes et puissants, c’est son finale d’une fraîcheur miraculeuse. Le fenouil et la menthe sont les marqueurs de cette fraîcheur. Une fois de plus j’ai constaté que si l’accord camembert champagne est pertinent, l’improbable rencontre d’un camembert et d’un jeune Vega Sicilia fonctionne aussi très bien.

Ma fille aînée est définitivement dans le camp du vin français. Etant amoureux de ces deux vins, j’ai aimé les deux mais je conviens volontiers que La Landonne a été particulièrement brillante. Les « Merveilleux » sont des boules de meringue très légères et goûteuses. La cuisson des madeleines a été directement marquée par le principe d’incertitude d’Heisenberg. Qu’importe, la joie familiale était au rendez-vous. Noël en famille, qu’y a-t’ il de plus beau ?

dsc09054 dsc09055 dsc09047 dsc09046 dsc09045

dsc09048 dsc09050

dsc09057 dsc09056

dsc09059 dsc09058

dsc09044 dsc09051 dsc09052

209ème dîner de wine-dinners au restaurant Pages vendredi, 23 décembre 2016

Le 209ème dîner de wine-dinners se tient au restaurant Pages. Le thème de ce dîner est original puisque c’est un amateur de vins que je connais et qui m’avait déjà demandé de faire un dîner il y a quelque temps qui réunit ses trois enfants, deux conjoints d’enfants et deux amis pour être avec eux autour d’un bon repas alors qu’ils sont souvent par monts et par vaux. Nous serons huit, six hommes et les deux filles de mon ami. Le repas et l’ouverture des vins seront filmés par une équipe d’une télévision chinoise privée dont l’audience, à l’échelle de la Chine, ferait pâlir d’envie bien des télévisions françaises.

La cave du restaurant étant de très petite taille j’ai apporté mes vins le jour même pendant l’heure du déjeuner. Qui vois-je à table, mon ami Tomo qui déjeune avec un chef coréen. Tomo me dit : « veux-tu goûter ? » et me tend son verre. La couleur est un peu tuilée et le goût me rappelle des vins familiers. Le Richebourg domaine de la Romanée Conti 1961 me plait beaucoup car malgré une certaine faiblesse de puissance, il est très évocateur et porteur du charme subtil des vins du domaine. Je quitte vite ces deux amis car j’ai un rendez-vous.

A 16h30 je commence à ouvrir les vins, filmé par deux cameramen. Deux problèmes vont apparaître pendant la séance d’ouverture. Le bouchon du Beaune Grèves Vigne de l’Enfant Jésus 1962, à peine effleuré, baisse d’un centimètre dans le goulot. Quelle que soit la douceur de mes gestes, le bouchon glisse et finit par tomber. Je suis obligé de carafer le vin ce qui est contraire à mes usages et après avoir extirpé le bouchon de la bouteille que j’ai nettoyée, j’ai remis le vin dans la bouteille. Malgré ces opérations, le vin ne sent pas mauvais. Mais étant chahuté ainsi, il est probable qu’on le ressentira à table. Un tel incident ne s’est quasiment jamais produit dans mes dîners ou du moins, je n’en ai pas le souvenir alors que cela s’est relativement plus souvent produit lors des séances de l’académie des vins anciens. Et cela arrive, comme par un mauvais hasard, le jour où l’ouverture des vins est filmée.

Le deuxième problème concerne le Maury 1925 présenté en une demi-bouteille qui a été embouteillée il y a une dizaine d’années d’un fût d’origine que je connais. Le bouchon est donc quasi neuf. Quelle que soit la façon dont j’essaie de tirer le bouchon, il ne remonte pas. Même en faisant levier avec un limonadier, rien ne bouge. Je dois donc déchiqueter calmement le bouchon miette par miette sur plus de la moitié du bouchon pour qu’enfin je puisse le lever.

Le dîner démarre à 19h30 et pour ne pas gêner les tables avoisinantes je donne les consignes usuelles lorsque nous sommes assis à table. Le Champagne Mumm Cuvée René Lalou 1985 est d’une belle couleur claire. La bulle n’est pas très active mais le pétillant est vif. Le vin se place dans la catégorie des grand champagnes, au message fort de blés blonds d’été. Il est gentiment titillé par les amuse-bouche qui vont dans des directions extrêmement variées et c’est un petit filet de maquereau au goût très fort qui lui donne un coup de fouet magistral.

Le menu créé par le chef Ryuji Teshima est : amuse-bouche / caviar de Sologne / carpaccio de bœuf Wagyu / saint jacques, risotto de riz sauvage croustillant / lotte, coquillages et choux / agneau de lait basque, jus d’agneau, champignons / pigeonneau de la Nièvre, écrasé de céleri rave / dégustation de bœuf maturé (normande maturée 4 semaines, salers maturé 6 semaines et Wagyu Ozaki) / stilton / tarte tatin et glace à la truffe.

Le Champagne Salon 1988 est beaucoup plus ambré que le Mumm pourtant plus vieux. Ce champagne est une bombe. Olfactive d’abord et gustative ensuite. C’est un Salon parfait. Il a la puissance vineuse, il est glorieux et emplit la bouche d’un soleil radieux. L’accord avec le caviar est sublime, la crêpe donnant une douceur qui met en valeur le salin du caviar et la petite ciboulette excitant le champagne. Le carpaccio de bœuf Ozaki est d’une rare douceur et dompte le Salon qui ne demande que cela. De fines lamelles de truffe prolongent le bonheur d’un champagne hors norme. Il est à noter, et nous en ferons l’expérience pour d’autres séries de vins, que le passage de l’un à l’autre, c’est-à-dire du Salon vers le Mumm et retour, ne nuit à aucun des deux. Le Mumm tient sa place malgré la puissance du Salon.

Le Chablis Grand Cru Blanchot Vocoret & Fils 1988 est plus discret que des précédents de ce même vin bus récemment. Il est fluide, léger mais précis et de belle minéralité et forme avec les Saint-Jacques un bel accord.

Le Bâtard Montrachet Domaine Ramonet 1992, comme le Salon 1988, est une bombe. Son parfum explose. En bouche il est d’une présence infinie. C’est un immense bourgogne blanc. La lotte forme avec ce vin un accord d’une rare luxure. Le jeu des choux de Bruxelles, l’un vert, l’autre violet, excite le vin à la longueur sans pareille. Comme précédemment pour les champagnes, le retour vers le chablis se passe sans difficulté.

Lorsqu’on me donne les premières gouttes du Clos Saint-Denis Domaine Dujac 1979, le seul parfum du vin me transporte d’aise et je m’exclame : « ce vin est un passeport pour la plus belle Bourgogne ». Ce vin est pour moi l’expression de l’idéal bourguignon. Il a un peu de ce qu’offrent le Clos de Tart et les vins de la Romanée Conti. Car il y a une signature saline d’une belle gaieté. L’agneau est d’une tendreté inouïe et le vin d’une douceur et d’un charme parfaits magnifie l’accord.

Le Beaune Grèves Vigne de l’Enfant Jésus Bouchard Père & Fils 1962 a deux facettes. D’un côté c’est un vin fatigué et dévié, de l’autre c’est un vin buvable. Mon ami l’aime beaucoup et comme le pigeon est exceptionnel, il en jouit. Pour ma part, les traces de goût de chocolat signent un vin dévié, mais comme la sauce du pigeon est lourde, l’accord se trouve sur la sauce. Malgré tout, je suis un peu déçu.

Le Musigny Domaine Comte de Vogüé 1978 est tout simplement exceptionnel. Il affiche une aisance et une personnalité impressionnantes. Il est glorieux comme le sont le Salon et le Ramonet. Le boire, c’est boire du bonheur. Il est vineux, avec une belle amertume et il sait être doucereux quand il le faut. Sa longueur est infinie. Nous aurons une querelle d’école, Naoko, la femme du chef et moi, mais cette question divisera aussi la table. Naoko nous dit de manger dans l’ordre Ozaki / normande / salers alors que je pense que le plus pertinent serait normande / salers / Ozaki. La viande d’Ozaki est grasse, tendre et douce. Si on commence par elle, les deux autres paraissent plus dures alors qu’en commençant par des goûts que l’on connaît, l’Ozaki est un feu d’artifice de douceur. Comme une partie de la table a approuvé Naoko, laissons la question en suspens. La seule chose qui compte est que ces viandes sont délicieuses et que le Musigny est immense.

Le Château d’Yquem 1922 est ambré mais relativement peu pour cet âge alors que mes convives moins familiers de ces vins le trouvent très foncé. Il est d’une délicatesse infinie, subtil, évoquant des agrumes fins et racés. Il a mangé une bonne partie de son sucre mais il en reste encore. L’accord est beaucoup plus brillant avec le stilton dans sa partie blanche qu’avec la tarte Tatin qui manque un peu de mâche de pomme et à l’inverse montre trop de feuilleté.

J’avais demandé à Dorian le talentueux pâtissier de prévoir la Tatin en deux services dont le deuxième plus caramélisé pour le Maury La Coume du Roy 1925. Ce Maury est superbe de douceur et malgré ses 17° il est d’une fraîcheur incroyable. Une des filles de mon ami trouve framboise et menthe dans ce vin. L’accord génial de ce vin est avec la glace à la truffe. Il est possible de passer du Maury à l’Yquem sans que les vins ne se gênent. Des convives ont préféré le Maury à l’Yquem ce qui montre qu’ils ne sont pas influencés par les étiquettes. Certains ont jugé le Maury plus complexe que l’Yquem, ce que je conteste catégoriquement tant ce 1922 est d’une noblesse incommensurable avec des subtilités pianotées comme des gymnopédies.

Nous n’aurions dû être que huit à voter mais l’un des gendres arrivé très tard a été suffisamment astucieux pour goûter tous les vins et nous sommes donc neuf à voter. Sept vins sur neuf figurent parmi les votes où chacun ne vote que pour ses quatre vins préférés. Un vin a reçu des votes de tout le monde ce qui arrive assez peu, c’est le Musigny qui recueille neuf votes. Cinq vins ont eu l’honneur d’être nommés vainqueurs, le Bâtard-Montrachet trois fois, le Clos Saint-Denis et le Musigny Domaine Comte de Vogüé deux fois et le Champagne Salon et l’Yquem une fois. Le fait que neuf personnes choisissent cinq vainqueurs différents montre bien la diversité des goûts.

Le vote compilant ceux des convives est : 1 – Musigny Domaine Comte de Vogüé 1978, 2 – Bâtard Montrachet Domaine Ramonet 1992, 3 – Château d’Yquem 1922, 4 – Champagne Salon 1988, 5 – Maury La Coume du Roy 1925, 6 – Clos Saint-Denis Domaine Dujac 1979.

Mon vote est : 1 – Clos Saint-Denis Domaine Dujac 1979, 2 – Bâtard Montrachet Domaine Ramonet 1992, 3 – Musigny Domaine Comte de Vogüé 1978, 4 – Château d’Yquem 1922.

Toute la table a été enthousiasmée par la pertinence des accords mis au point par le chef Teshi pour les vins. L’ambiance de cette famille a été joyeuse tout au long du repas, décontractée mais studieuse quand il le fallait. A part le Beaune Grèves, tous les vins se sont présentés au mieux de ce qu’ils pouvaient offrir. Le Musigny, le Bâtard, l’Yquem, le Clos-Saint-Denis et le Salon sont des vins immenses. Ce fut un très beau repas gastronomique.

dsc08935 dsc08936

dsc08939 dsc08940

dsc08941 dsc08955 dsc08949

dsc08942 dsc08956

les bouchons des deux blancs

dsc09018

dsc08943 dsc08950

dsc08944 dsc08951

les bouchons du Dujac 1979 et du Beaune Grèves 1962

dsc09017

dsc08945 dsc08952

dsc08946 dsc08953

bouchons du Musigny et de l’Yquem (le 1922 est lisible)

dsc09019

dsc08948

dsc08933

dsc09020 dsc09021 dsc09022 dsc09023 dsc09025 dsc09026 dsc09028 dsc09030 dsc09031 dsc09033 dsc09036 dsc09037 dsc09038 dsc09039

dsc09040 dsc09042

menu-pages-209eme-001

votes-209e-diner

Trois repas avec mon fils jeudi, 22 décembre 2016

Nous dînons en famille avec ma fille cadette, mon fils, une nièce de ma femme et une de nos petites-filles. Alors qu’aucun apéritif n’était prévu, j’ai envie d’ouvrir un Champagne Perrier-Jouët 1966. Aussitôt des petites vérines aux goûts variés éclosent sur la table, ainsi que des champignons de Paris baignant dans de l’huile et fortement oints d’ail, suivis par une terrine de foie gras. Le décor est planté et le champagne peut entrer en scène. A l’ouverture j’ai senti un léger pschitt et le bouchon est venu facilement. La bulle est quasi inexistante mais le pétillant est bien là. La couleur du champagne est très belle, à peine ambrée, joyeuse. Le parfum discret est noble et le champagne a une jeunesse en bouche qui est plus belle que celle du Salon 1983 bu il y a deux jours qui a pourtant dix-sept ans de moins. Bien affirmé, solide, carré, aux beaux fruits jaunes, vineux, c’est un grand champagne d’une grande année.

J’ouvre un Champagne Krug Grande Cuvée de plus de trente ans, le frère de celui qui a été bu il y a deux jours. La couleur est claire, limpide, ce qui est d’une rare beauté. La bulle est très active. C’est un champagne en pleine possession de ses moyens, au parfum envoûtant tant il est fort. Ce Krug emplit la bouche s’installe et domine. Il est toutefois un peu moins glorieux que le même champagne ouvert il y a deux jours. Il a moins le sourire du vainqueur. Mais on est à tel niveau de perfection que le plaisir n’est pas entamé.

Ayant cherché des vins dans ma cave j’ai eu la curiosité de regarder dans des zones non inventoriées. J’ai vu un Mercurey Château de Chamirey 1er grand cru années 40 que je suis obligé d’estimer puisque l’étiquette de millésime a disparu. Le niveau est bas aussi l’ai-je ouverte pour ce soir avec l’espoir qu’il ne soit pas trop tard. Mais hélas le bouchon très gras laisse sortir un parfum désagréable. Dans le même examen en cave j’ai prélevé un Pommard Clos des Epeneaux Domaine Comte Armand 1962. Même niveau bas, même peur et là aussi à l’ouverture un parfum peu engageant.

Prévoyant le pire, j’ai ouvert une bouteille de Vega Sicilia Unico 2002 au parfum tonitruant. Ce que ce vin affiche, c’est Alain Delon quand il avait vingt ans. Le parfum est de fruits noirs mais aussi de violette.

A table au moment où est servi le poulet dominical, les odeurs des deux bourgognes sont moins rebutantes mais je n’éprouve pas le besoin de faire l’essai. J’ai trop envie du vin espagnol qui montre à quel point il est raffiné. C’est un vin juteux, spontané, nature, avec des complexités nobles. Il y a du cassis de la myrtille, de la violette et au finale, ces notes de fenouil et de menthe qui signent une fraîcheur inégalable. C’est un vin magique, parfait dans cette belle jeunesse spontanée.

Ma femme a prévu des fondants au chocolat qui sont servis froids. Le Vin de Paille domaine Hubert Clavelin 1994 en demi-bouteille est très agréable, fleurant bon les grains de raisins avec un peu de raisin de Corinthe et c’est une joie saine que ce vin gourmand.

Dans ma folie je sers une goutte de Marc Chauvet 1913 que j’avais ouvert lorsqu’il a eu cent ans et qui a gardé une vivacité et une fraîcheur rares trois ans plus tard. Il y a eu deux vedettes ce soir, le champagne Perrier Jouët 1966 et le Vega Sicilia Unico 2002. Ce fut un beau repas.

Le lendemain, ma femme aimerait que nous soyons plus raisonnables aussi ai-je un large sourire lorsque je rentre à la maison et découvre le dessert de ce soir, une folie que mon fils et moi adorons. Il y aura de délicieux fenouils passés au four et crémés, un peu de fromage pour ceux qui veulent et le clou de ce repas sera ces boules de meringue saupoudrées de pépites de chocolat qu’on n’a plus le droit de nommer de leur nom originel. Qu’importe, tant le goût est à se damner. Pour ce repas qui se voulait frugal, c’est un Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs magnum 1996 qui va accompagner notre semblant de sagesse. Par rapport aux champagnes récemment bus, on change complètement de registre. Ce champagne est rassurant, lisible, franc et joyeux. Sa bulle est forte, sa couleur est celle d’un très jeune champagne et c’est sa sérénité qui séduit. Il combine à la fois une belle acidité discrètement citronnée, de beaux fruits jaunes d’été et un petit côté pâtissier de bon aloi. On est vraiment bien avec ce champagne franc.

Le séjour de mon fils touche à sa fin. Nous avons surtout bu de grands champagnes aussi vais-je clôturer la partie œnologique de son séjour sur un vin qui pourrait l’émouvoir. Le programme est simple, poulet cuit au four à basse température avec du riz noir, restes de fromages et c’est tout. J’ouvre le Grands Echézeaux Domaine de la Romanée Conti 1974 au niveau à quatre centimètres sous le bouchon ce qui est très convenable. Le bouchon est noir sur sa moitié supérieure, de la poussière noire s’étant émiettée sous la capsule, mais la partie inférieure du bouchon est saine. L’odeur première est assez acide, peu engageante. Hélas, je ne suis rentré du bureau qu’une heure et demie avant le repas aussi le temps sera bien court pour que le vin ressuscite. Au moment de le servir, je ressens que le vin est fatigué. Il y a bien la grâce et la subtilité discrète des vins du domaine mais sous un voile de fatigue et d’une acidité légèrement excessive. Mon fils est beaucoup plus indulgent que moi. A la deuxième passe de service, le vin me plait beaucoup plus. Il s’améliore à grande allure et je regrette de ne pas lui avoir donné les quatre heures d’ouverture qui auraient tout changé. Et c’est à la troisième passe que le vin atteint enfin ce qu’il doit être c’est-à-dire un vin gracile, tout en suggestion délicate. Il y a le sel qui me remet dans les sillons des vins du domaine et enfin le pinot noir s’exprime avec une belle râpe. Ouf, le vin a atteint son but. Lorsque je me verse la lie, j’ai un vin plein, droit, franc, d’une belle expression bourguignonne d’une année gracile. Quel dommage de ne pas l’avoir ouvert comme il eût convenu. Mon fils plus tolérant l’a aimé de bout en bout. Tant mieux puisque c’était pour lui.

Sur un cake aux raisins secs et massepain nous avons fini le reste du vin de paille 1994 entamé il y a peu. L’accord, superbe grâce aux raisins secs a mis le point final à une courte semaine de folie, tant j’ai envie que mon fils des Amériques profite des pépites de ma cave.

dsc08314 dsc08313dsc08913

dsc09083

dsc08914 dsc08917

dsc08874

dsc08872 dsc08871

dsc08901 dsc08902dsc08912

dsc09011 dsc09012

dsc08907 dsc08906 dsc08909

dsc09006 dsc09005 dsc09007 dsc09008

dsc08905

dsc09010

dsc08903 dsc08911

Deux dîners en famille samedi, 17 décembre 2016

Mon fils arrive des Etats Unis le lendemain de mon retour de Londres. J’ai envie de comparer Salon 1983 et Salon 1985 pour voir où ils en sont. Une nièce de ma femme séjourne chez nous aussi faut-il prendre quelques vins de plus. Ma femme a prévu du jambon Pata Negra très intense, du caviar d’ Aquitaine de Prunier, un tarama aux oursins et un tarama naturel qui accompagnera des œufs de saumon, des anguilles fumées, et une variété de fromages.

Commençant à manger le délicieux jambon bien gras, les deux champagnes Salon montrent qu’ils ont déjà une maturité affirmée, le 1983 plus que le 1985. Mais leur vibration n’est pas convaincante. Le caviar au sel magiquement dosé va leur donner un coup de fouet magistral.

Le Champagne Salon 1983 a une belle robe un peu ambrée, un nez typé et marqué et en bouche l’amertume est celle de la maturité. Le champagne est vif, actif, mais représente une version un peu retenue de Salon.

Le Champagne Salon 1985 est à peine plus clair. Le nez est plus riche. En bouche il montre de la maturité mais fait plus jeune que le 1983. Il est plus rond. Ce qui est amusant, c’est que selon les accompagnements nous allons préférer l’un ou l’autre. Les Salon sont plus à l’aise avec le caviar et avec les taramas. L’accord se trouve moins sur le Pata Negra et sur les anguilles fumées. Pour les fromages, les plus beaux accords sont avec le camembert.

Bien que les deux champagnes soient assez proches, je préférerai, in fine, le 1985 un peu plus jeune et un peu plus charmeur.

Comme il fait soif, j’ouvre un Champagne Krug Grande Cuvée qui a au moins trente ans, avec une étiquette du début des années 80, je crois. Le nez de ce champagne est éblouissant. Il est intense, puissant, incroyablement conquérant. Les narines vibrent sous son attaque. La couleur d’un bel or blond est plus claire que celle des deux Salon. Et en bouche, c’est un Etna de complexités diffusées en bouche comme autant de bombes gustatives. Je pense au Krug Grande Cuvée que j’ai bu à Londres et l’écart est quasi infini. On est à des années-lumière de richesse, d’épanouissement, de joie, de bonheur de boire. Depuis toujours je défends l’idée que les Krug Grande Cuvée devraient être gardés en cave au moins huit ans pour que les qualités de cet immense champagne fleurissent. Si le groupe Moët Hennessy décidait de garder en cave, embouteillées sans changer aucun processus, les Krug Grande Cuvée plus de vingt ans, nul champagne ne pourrait se comparer à une telle perfection. Ce champagne est une affirmation de richesse sans égal.

Le lendemain, je suis seul buveur avec la nièce de ma femme. J’ouvre un Bordeaux Pauillac vin des domaines Baron de Rothschild sans année. A l’examen du bouchon et de la bouteille, c’est un vin du milieu des années 70 qui a donc environ quarante ans. Il s’agit d’un vin ordinaire que j’ai dû acquérir dans un lot en vrac. Je m’attends à tout, prêt à ouvrir autre chose. Or, contrairement à ce que je pensais, le nez est pur et franc. En bouche le vin a une petite acidité qui disparaît avec la nourriture et, même si ce n’est pas un grand vin, il damerait le pion à bien des vins qui se prétendraient supérieurs. Mon fils qui nous a rejoints le trouve très agréable et je rejoins cet avis, si l’on admet qu’il ne peut pas donner plus qu’il ne peut. Le fait que la bouteille ait été finie est un bon signe.

Le Champagne Salon 1996 est un jeune champagne de vingt ans. Il contraste fortement avec les 1983 et 1985 de la veille. Il est jeune, vif, fruité, gouleyant, joyeux de vivre. C’est un Salon en pleine possession de ses moyens que j’ai associé avec gourmandise à un excellent camembert. Le 1996 est le gagnant des trois Salon que nous avons goûtés.

dsc08876 dsc08877 dsc08878

dsc08883 dsc08884 dsc08886 dsc08882

dsc08888 dsc08889 dsc08891 dsc08892

dsc08898 dsc08899

le bouchon du 1996 est plus long que ceux des 83 et 85 et sa capsule est millésimée

dsc08895 dsc08897

Tasting the 2013 of Romanée Conti with Aubert de Villaine samedi, 17 décembre 2016

I go to the headquarters of the company Grains Nobles where, as every year, the presentation of the last vintage put in bottles of the Romanée Conti wines is made by Aubert de Villaine himself. It is the only presentation of this kind he makes in France, due to friendship for the former owners of this company but also for the current ones. Pascal Marquet welcomes me and I see that an American, Bill, has preceded me, to have the place of choice at one of the tasting tables, just facing Aubert de Villaine. Being ahead, I will have the other place of choice that faces.

The tasting starts at 7:30 pm with some faithful whom I recognize. At the table of speakers there is Aubert de Villaine, surrounded by Michel Bettane and Bernard Burtschy. We will taste the 2013 of the domain of Romanée Conti. 2013 is a tough vintage with a sullen start to the season. Spring was bad with 350 millimeters of rain versus about 200 usually. The vintage was chaotic, especially at the beginning. The mildew was hard to manage, with a lot of dripping, grapes spinning and berries that abort. It was soon very certain that a small crop with a late bloom on June 25, with at least three weeks delay. Fortunately the weather was fine in mid-July. There was a beautiful summer with a bit of heat wave. Catastrophic storms affected the Côte de Beaune, which suffered its third consecutive year of hail, while the Côte de Nuits was not affected. At the end of September there was already a good maturity. The Montrachet was hailed and was harvested first because of the botrytis. The Corton was harvested on 3 October followed by stormy rains on 4 and 5 October. The harvest resumed on 6 October and there, a miracle occurred, it was cold, which stopped the botrytis. The harvest ended on 13 October and we witnessed a very high rise of degrees despite the cold. It took a lot of selection and vinification was easy. The key to this vintage is the low yields of 15 to 20 hectoliters per hectare. It was necessary to fight and biodynamics helped to fight. Aubert points out that there were many millerand grapes, that is to say, very small grains, which had to be sorted. As every year, there have been periods of great fear and nature reserves some miracles that save the crops.

We prepare our glasses and our palate with a Vosne-Romanée Vieilles Vignes Dominique Laurent 2013 and if the attack of this wine is pleasant, the final is rough, harsh, and I do not appreciate it.

The Corton Grand Cru Prince Florent de Mérode Domaine de la Romanée Conti 2013 is a wine made by Domaine de la Romanée Conti since 2009. There are three cortons, the Clos du Roy, the Renardes and the Bressandes which are vinified together and Michel Bettane would not recommend that DRC makes three separate wines, whereas Aubert de Villaine had mentioned the possibility a few years ago. The nose is a bit sweet. The attack is also sweet. The finish is beautiful fruit. The wine is gourmand, good, young and solid. It also has purity and floral character. It is very good, already on the fruit.

The Echezeaux Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 has a beautiful color. The nose is noble, pure and discreet. The attack surprises me as it is powerful. I would never have expected that. It is a great peppered wine that has great finesse in the final. It has a bright future but surprises me to be so expansive.

The Grands-Echézeaux Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 has a very rich and attractive nose. The mouth is more bitter. It is more bitter than the previous one. The touch in mouth is very close to that of the Echezeaux but because of the bitterness, I prefer the Echezeaux.

La Romanée Saint-Vivant Grand Cru «Marey-Monge» Domaine de la Romanée Conti 2013 has a very powerful nose. The attack is pleasant. This wine is made of density and charm. I love this wine that will age well but it does not have the romantic grace that I love so much. I am also a little troubled because the three wines at this stage are solid warriors, which is not their usual attitude. Is it due to low yields? In any case, these are wines to wait for at least twenty years.

The Richebourg Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 has an impressive nose of richness. What power! The attack is that of an immense fruit. The fruit is fine, precise and joyful. The wine is sweet, very open. It combines power and finesse. It is a genius Richebourg who is at this moment in a phase of absolute grace.

La Tâche Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 has a very noble nose. The wine is noble and perfect. How good it is! Aubert de Villaine will often use the word « transparent ». The purity is incredible and the wine is fluid. It is elegant and for me very much above the other wines.

La Romanée Conti Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 has a fine and elegant nose. It is a refined wine. But it has more carbon dioxide than the others. There is the richness of the fruit, spices at the end of the mouth but it is less easy to drink because of the gas. The wine is more saline than the others. It is the wine that is the most typical of the domain of all that we have drunk, but it is not nowadays ready to drink contrary to the Richebourg and not as friendly as is La Tâche. The last drop is unfortunately the most beautiful.
While I defend the Romanée Conti beak and nails I must say that my ranking of this day is: 1 La Tache, 2 Richebourg, 3 Romanée Conti. It is necessary to make an appointment in twenty years so that the Romanée Conti takes the first place.

The Montrachet Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2013 is of a botrytis vintage, but frankly, I do not feel it at all. The nose has petroleum accents and no botrytis. The mouth is dry, citrus fruit. Michel Bettane says that its botrytis is very noble, but I do not feel it. It is a wine that is not opulent and does not evoke the fat or butter that is often found. It is mineral, fresh, noble. We’ll have to wait before we drink it during meals.
The discussions went well with extremely technical questions to which Aubert de Villaine replied with good grace with the support of Michel Bettane and Bernard Burtschy.
I was surprised by this tasting because the Romanée Conti and the Montrachet are more discreet than I expected while conversely the other reds are much more exuberant.

According to tradition, Pascal Marquet invites a few people to dinner, including Aubert de Villaine, Michel Bettane, Bernard Burtschy, one or two friends and Claire Gibourg who ran Grains Nobles a few years ago and now lives in Washington. The atmosphere of this dinner is always friendly and the food is excellent.
The Champagne Fallet-Gouron white of extra-brut whites has a hard time passing after what we drank, very hard for an extra-brut which has an inaccurate final.
The Meursault Désirée Domaine des Comtes Lafon 2002 is very pleasant, hospitable, gourmand with a nice vibration of the fruit. It is not a classified growth but it is a wine of pleasure drunk in honor of Christian, habitual participant of these dinners and who brought almost systematically wines of the Comtes Lafon and could not be present.
The Châteauneuf-du-Pape Clos des Papes 2005 has a franchise, a readability and a drinking pleasure that is particularly appreciated. It is a pleasure to drink this successful and gourmand wine. To put at one’s table absolutely.
The Coteaux du Languedoc Clos des Cistes Peyre Rose 1995 is a very nice discovery because the wines of Marlene Soria that I have drunk are from the 21st century. This wine of twenty years is pleasant. It does not have an extreme complexity and length but it has a balance between acidity and bitterness that makes it appealing and pleasant to drink.
The Coteaux du Languedoc Mas Jullien 2001 has a style that I like more because there is a complexity and a vibration that speak more to me. The wine is more lively and pleasant.
The lamb comes with purple potatoes whose chew is superb. It is time to go to sleep because my tiring stay in London immediately followed this beautiful tasting and this friendly dinner impose my rest.

Hearing Aubert de Villaine talking with Michel Bettane and Bernard Burtschy and understanding how much they are on the same wavelength with infinite skill and culture is a treat for me that almost surpasses the pleasure of drinking these great wines of the Domaine which are far from having achieved what they are going to give in four or five quinquennials.