Cancun – suite et Chichen Itza dimanche, 21 janvier 2001

Voyage de Silke et François Audouze janvier 2010

Ce compte-rendu de voyage a été rédigé pour garder la mémoire des événements qui nous ont marqués. Il n’a normalement pas sa place sur le blog, puisqu’on n’y parlera pas de vin. Il ne sera pas inclus dans les bulletins. Il a été mis dans l’année 2001, pour ne pas dévier du contenu qui est destiné au vin.

Suite des visites mexicaines.

19 janv. 10

Le dîner du 18 fut aussi sympathique que le précédent et le service est très prévenant. Le petit-déjeuner arrive à l’heure, ce qui est agréable. A 8h00, nous rencontrons Juan Carlos, notre guide et Ernan notre chauffeur. Nous partons visiter le site maya de Muyil situé dans une réserve de la biosphère. Au moment où nous nous arrêtons sur le site, il n’y a personne. Pas l’ombre d’un touriste. Bien sûr, cela s’explique par le fait que le site archéologique est assez mal conservé. Mais le fait d’être seuls face à ces monuments donne beaucoup plus d’émotions que sur les sites noirs de monde.

Après avoir visité des monuments et avoir pu, pour la première fois, entrer à l’intérieur de maisons, car il n’y a pas de cordes pour canaliser la foule, nous nous engageons sur un sentier pédestre dans une jungle protégée. C’est la réserve Sian Ka’an qui, en maya, veut dire : l’origine du ciel. Il fait chaud et humide, les espèces sont extrêmement nombreuses et cela fait forcément penser à la Vallée de Mai, aux Seychelles, qui est l’un des seuls sites au monde où la végétation n’a jamais subi l’influence de l’homme. Ici, cette jungle y fait penser. Il y a un mirador de 25 mètres de haut que le guide nous suggère d’escalader pour voir la canopée. On monte par des échelles. Ayant fait l’ascension de la plus haute pyramide, j’ai moins le goût de l’exploit, d’autant qu’ici, la protection contre les moustiques est indispensable, et j’entrevois qu’une forte suée ferait couler mon liquide protecteur comme le rimmel d’une femme qui pleure.

Nous poursuivons donc notre chemin pour arriver sur une plage au bord d’une lagune immense. Le site est protégé et classé au patrimoine de l’humanité. Ernan, le chauffeur, nous propose une petite collation. Il n’est que 9h45, ce qui ne nécessite pas de manger, mais nous le faisons. Silke voyant les vagues sur la lagune et la fragilité des embarcations décide de ne pas nous suivre. Elle reste avec le chauffeur et les nombreux gondoliers de ces pirogues à moteurs.

Nous traversons en bateau une première lagune et nous nous engageons dans un étroit chenal à l’eau limpide qui rejoint une seconde lagune. Pendant notre trajet dans le chenal un bel oiseau nous précède de vingt mètres environ et il m’est extrêmement difficile de le photographier car il bouge très vite. Je n’y arriverai qu’à la sortie du chenal.

Nous entrons maintenant dans un chenal, une mangrove, qui fait trente kilomètres de long et va jusqu’à la mer. Peu après être entrés dans le chenal, un embarcadère où nous nous attachons conduit à un édifice maya qui est un poste de douane. Car les mayas utilisaient ce chenal naturel pour transposter des marchandises. Juan Carlos m’annonce que nous allons nager pendant six cents mètres dans la mangrove. Je sursaute et il m’indique qu’il existe un léger courant porteur. Nous nous mettons à l’eau et nager dans une eau limpide sur un fond le plus souvent sablonneux est très agréable voire très confortable. Nous pouvons voir la flore de très près. Comme l’imagination travaille, les branches tordues dans tous les sens m’évoquent parfois des oiseaux qui s’évaporent lorsque la branche est vue sous un autre angle.

Nous croisons d’autres bateaux qui portent des touristes. A la fin de notre nage, un embarcadère nous attend, qui nous permet de remonter en bateau pour revenir. Cette nage dans une nature d’une rare richesse est très excitante. Ce n’est qu’au trois quarts de la nage que je me suis rendu compte que ce site nourrit plus de deux mille crocodiles. Savoir qu’ils ont ignoré ma chair que je suppose succulente a frustré mon orgueil.

Nous revenons au port au moment où un autre bateau de même taille va promener une bonne dizaine de touristes.

Juan Carlos indique qu’il n’est pas nécessaire de se rhabiller, car nous allons visiter un « cenote », une grotte remplie d’eau. Contrairement à notre visite jusqu’alors, cette grotte est très fréquentée. Nous voyons sortir de l’eau des personnages ressemblant à des extraterrestres, tant leurs combinaisons de plongée et autres appareils d’éclairage ou de respiration prennent de volume. Nous descendons les marches d’un escalier de bois et découvrons une immense grotte remplie d’eau, dont la couleur varie selon celle du fond et selon l’orientation par rapport au soleil. Sur fond sableux éclairé, l’eau est turquoise. Malgré la beauté du site, Silke n’a pas envie de se baigner. Lorsque je prends masque et tuba, je découvre un paysage marin incroyable. La grotte comprend des stalactites de grand diamètre dont certaines ont rejoint le sol. Tout le plafond de la grotte grouille d’hirondelles aux cris assourdissants. Je nage sous une longue voûte pour arriver sur une flaque quasi circulaire en plein air, comme un puits. Je reviens sur mon chemin et les couleurs changent. De nombreux petits poissons ne sont pas farouches et se prendraient facilement à la main. Ce parcours en eau douce dans une grotte aux énormes stalactites est absolument féerique. Lors d’une nage, j’ai vu au loin, au plus profond, des rais de lumière bouger, indiquant des nageurs spéléologues nageant dans une cave souterraine. Ce moment est d’une rare intensité.

Juan Carlos nous indique que nous allons déjeuner à Tulum au restaurant Zebra. Nous traversons une zone qui longe la mer où se succèdent des centaines d’hôtels ou résidences de loisir. Tout ici est fait pour le touriste. Le sol est sableux, d’un sable blanc et fin. Nous nous arrêtons au Zebra qui fait aussi résidence hôtelière sur une plage magnifique. Les touristes sont logés dans des cabanes qui évoquent nos yourtes de triste mémoire. Sous une grande hutte se tient le restaurant. Nous mangeons une soupe de poule meilleure que celle d’hier et je prends des gambas au gril absolument excellentes. Le serveur avait apporté des pots de sauces pimentées. Mais comme le chauffeur et le guide suçaient leurs tortillas et les replongeaient dans la sauce, je me suis abstenu de toute épice, ce que je regrette. Apprenant que notre programme était fini après ce repas, j’aurais bien fait l’économie d’un repas avec le chauffeur et le guide, qui ne cherchaient en aucun cas à s’intéresser à une discussion avec nous. Nous somme rentrés à l’hôtel, heureux de ces aventures assez folles, mais déçus par un guide peu intéressant et peu compétent en flore et faune, alors qu’il y avait matière à nous passionner. A l’entrée de l’hôtel, un pécari peu farouche nous suit à distance.

Alors que je me suis baigné deux fois, dans la mangrove et dans une grotte, rien ne vaut un bain dans notre mini piscine chauffée pour finir en beauté une magnifique excursion. Notre voyage est décidément riche en découvertes.

20 janv.-10

A 9 heures, après un petit déjeuner apprécié et servi à l’heure, nous retrouvons Antonio notre guide d’il y a deux jours, qui parle un français parfait, très influencé par le français québécois, appris en autodidacte, et dont l’origine maya va nous être d’un précieux secours.

Nous nous arrêtons sur la place centrale de Valladolid, ville de 70.000 habitants, située à mi-chemin entre Cancun et Merida. L’influence espagnole est totale, ce qui contraste avec les sites mayas que nous avons vus. Nous prenons du café dans une échoppe où Silke achète pour nos petits-enfants des témoignages de l’artisanat local. La place est carrée, dotée d’un grand parc où une déesse maya semble donner de l’eau à une vasque où elle se tient au centre. Elle porte la robe traditionnelle maya. Dans les allées, des chaises doubles disposées en « toi et moi » sont d’origine française.

Nous nous rendons à la maison de la culture, immense bâtisse de type espagnol où différentes activités sont proposées à la population, dont le folklore, la guitare, l’apprentissage de l’anglais ou du maya, et ce qui fait sourire : le développement de l’intelligence. Dans une très longue salle au premier étage, quatre gigantesques peintures réalisées en 1981 racontent l’histoire du Yucatan, depuis les premiers mayas jusqu’au 4 juin 1910 ou le Mexique a définitivement pacifié cette région. Il y a un petit côté « commande de circonstance » dans cette façon d’idéaliser l’histoire.

Antonio nous apprend la signification du mot Yucatan : lorsque les premiers espagnols sont arrivés, les mayas n’arrêtaient pas de leur dire quelque chose qui phonétiquement ressemble à Yucatan et signifiait : « je ne comprends pas ce que vous dîtes ». Les espagnols ont cru que cela désignait leur terre.

L’église San Bernardino est d’une architecture espagnole d’un grand classicisme. Antonio nous raconte les saints qui sont honorés dans les différentes stations de prières. Certaines histoires sont charmantes de poésie.

Nous repartons pour notre prochaine étape, la Cenote Samula, nouvelle grotte où nous aurions pu nous baigner. Mais l’envie aujourd’hui n’y était pas. Imaginons une des cloches de service des plats dans les grands restaurants. Cette forme de cloche est exactement celle de la grotte, mais avec plus de 40 mètres de haut. Imaginons qu’au lieu du bouton qui permet de saisir la cloche de service, il y ait un trou. Nous avons alors la grotte. Le trou ne fait pas plus de trois mètres de large. Le soleil crée un puits de lumière qui paraît presque solide car l’humidité de la grotte donne la trace du soleil comme s’il s’agissait d’un tube transparent. Pour descendre, les escaliers, d’abord en pierre puis en bois, sont raides et glissants. L’humidité crée une pesanteur moite. Contrairement à la grotte visitée hier les stalactites sont minuscules. La grotte est envahie par les hirondelles qui volent à des vitesses impressionnantes. De l’intérieur, on a l’impression qu’elles entrent et sortent de la grotte en se croisant à des vitesses folles. Mais en fait, revenus à la surface, nous voyons que les hirondelles font en fait des virages au sommet du trou, sans quitter la grotte. Tout en bas, de nombreux baigneurs s’ébattent dans l’eau claire. Une caractéristique est impressionnante. Sur le bord du trou, un arbre est en porte-à-faux. Ses racines plongent dans le trou, et, chose invraisemblable, elles ont atteint l’eau, à quarante mètres plus bas.

La direction est maintenant Chichen Itza, le plus beau site maya. Je connaissais le nom de ce site. J’ai lu des bribes d’informations. Mais jamais je n’aurais imaginé que nous serions saisis de cette façon par une réelle merveille du monde.

Si je disais que nous étions seuls pour faire cette visite, on ne pourrait pas me croire. Car le site grouille de monde. Et, chose insolite, qui porte à polémique au sein du monde maya, le site est envahi de marchands du temple, qui envoient de jeunes enfants qui comme des mouches se collent aux touristes en chuchotant ou criant « dix pesos ».

Nous commençons la visite par un cenote, petit lac au fond d’un trou, qui a sans doute été utilisé pour fournir de l’eau au village. Nous voyons ensuite un chemin maya qui en deux endroits est coupé, car de nouvelles grottes se sont formées par l’effondrement de plaques de calcaire. Le premier monument est le Caracol, observatoire qui intrigue les savants modernes, car sans l’aide d’aucun télescope, les mayas ont décrit les phases des planètes avec une rare précision. Nous allons ensuite à l’annexe des nonnes, dont les ornements sculptés montrent la différence des constructions de type toltèque et de type maya. Nous nous rendons ensuite au temple du grand prêtre puis au Castillo, la grande pyramide, construite par emboîtement au dessus d’une plus petite pyramide, 52 ans plus tard. Il faut dire que le calendrier maya combine un cycle solaire de 365 jours et un autre cycle divinatoire de 260 jours. Le premier jour du calendrier correspond à 3114 avant Jésus-Christ. Pour retrouver un jour ayant les mêmes positions dans les deux cycles, il faut attendre 52 ans, ce qui explique des décisions de construction intégrant ce cycle.

Cette pyramide est orientée de telle façon que le 21 mars, le soleil éclaire l’escalier du nord en donnant à la pierre la forme d’un serpent qui ondule, tout le long des 91 marches de cette face. Ce jour là, une foule immense de visiteurs vient pour contempler le phénomène. Antonio nous parle de 30.000 personnes.

Ce qui m’a abasourdi, et de loin, c’est que face à la pyramide, si l’on claque dans ses mains comme lorsqu’on applaudit, l’écho qui revient est le cri d’un oiseau. Ce pourrait être un hasard, mais Antonio nous dit que c’était voulu. Difficile à croire, mais, si c’est vrai, c’est énorme. Car tout atour de moi des milliers de mains claquent, et des milliers d’oiseaux semblent chanter. A partir de ce moment, je suis estomaqué.

Nous allons voir ensuite le groupe des mille colonnes, dont les carrées sont sculptées avec une précision et une conservation stupéfiantes, et les rondes, les plus nombreuses, sont en pierre brute.

Nous passons ensuite devant le temple des jaguars, où l’on voit des jaguars et des aigles qui portent sur une patte ou sur une serre un cœur humain. Nous voyons d’ailleurs au milieu des mille colonnes une pierre de sacrifice où une personne était posée, face vers le ciel et où on lui arrachait le cœur.

Plus loin, un édifice montre des centaines de crânes sculptés dans la pierre, des toltèques qui étaient sans doute, les vrais crânes, portés sur des lances.

Le site du jeu de balle est le plus grand de tous ceux qui ont existé. 180 mètres de long et 80 mètres de large et là aussi une acoustique qui permettait que deux personnes à l’opposé dans la grande longueur se parlaient facilement. Les parois de l’aire de jeu sont quasi verticales, légèrement inclinées vers l’aire de jeu. Il fallait lancer une balle à l’intérieur d’un anneau de pierre placé très en hauteur, et comme il n’existe aucun témoignage sur la façon dont on jouait, on suppose que l’on utilisait des battes pour taper dans la balle. La partie pouvait durer trois jours, et à l’issue, selon ce qui est dit, le capitaine de l’équipe perdante était décapité. Antonio réfute cette hypothèse et se met à interpréter pour nous les bas-reliefs du stade. Il nous commente les équipements des joueurs et les dieux invoqués, pour suggérer que le sacrifice n’était pas automatiquement celui du perdant. Tout au long de la visite, Antonio nous a expliqué les bas-reliefs, ce qui a donné plus de prix et de relief à notre visite.

La complexité des sites, des bas-reliefs, des bandeaux écrits selon l’écriture maya et toute la symbolique sont absolument saisissants. Une civilisation très avancée au niveau des concepts, de la numération, de la connaissance des astres est magnifiquement représentée sur ce site unique. C’est enrichissant et enthousiasmant.

Epuisés, nous sommes allés déjeuner dans un immense hôtel, le Mayaland, qui est une usine à touristes, qui reconstitue une sorte de palais espagnol. Le buffet est simple mais délicieux.

Fourbus, nous sommes rentrés à notre hôtel, conscients d’avoir fait aujourd’hui la plus extraordinaire visite de notre voyage. Pour moi, c’est du même niveau que d’avoir vu la Cité Interdite à Pékin. On est presque dans le domaine du surnaturel.

Continue reading « Cancun – suite et Chichen Itza »